Double Dribble

Double Dribble
L'affiche
Titre original :
Double Dribble
Production :
Walt Disney Animation Studios
Date de sortie USA :
Le 20 décembre 1946
Série :
Genre :
Animation 2D
Réalisation :
Jack Hannah
Durée :
7 minutes
Disponibilité(s) en France :

Le synopsis

Dans la série des "How to...", Dingo fait une démonstration sur la façon de jouer au basket-ball...

La critique

rédigée par
Publiée le 22 juillet 2020

Comme beaucoup d'opus de la collection des "How to...", Double Dribble s'amuse à se moquer d'un sport populaire aux États-Unis : le basket-ball.

En 1937, Dingo perd sa "voix" à la suite du départ de Pinto Colvig du studio de Mickey. Le personnage, privé un temps de ses vocalises originales, les retrouvera toutefois en 1941 à la faveur du retour de son doubleur initial, et ce, jusqu'au décès de ce dernier, en 1967. Dans l'intervalle, la technique de la narration, qui permet à Dingo de rester aphone, est plébiscitée. Disney, bien décidé à sauver coûte que coûte son gaffeur attitré, contourne, en effet, la difficulté rencontrée en le mettant en scène dans des aventures commentées par voix-off. L'artiste John McLeish se voit ainsi chargé du commentaire audio de toutes les péripéties de Dingo. À l'origine, il pense participer à un programme éducatif et utilise donc un ton grave et sérieux. Se rendant compte de sa méprise, il entreprend de modifier son intonation afin de la rendre burlesque. Mais c'est sans compter sur l'intervention des réalisateurs qui le convainquent de revenir à sa prestation première, idéale pour instaurer un contraste hilarant entre le récit et la nature des images qui le supportent. La série des "How to..." est née. Le court-métrage Dingo Fait de l'Équitation, surprenant d'humour décapant, l'inaugure de façon magistrale. RKO Pictures, le distributeur exclusif de Disney à l'époque, trouve le cartoon tellement réussi qu'il décide de l'inclure dans le long-métrage Le Dragon Récalcitrant, pensant qu'il toucherait ainsi un plus large public.

Double Dribble commence par montrer les gradins des supporters. Ainsi, tout de suite, le spectateur se rend compte que l'ambiance est principalement tenue par ceux qui soutiennent l'University U tandis que du côté de Polytechnic University, seul un timide individu ose lever un drapeau en signe de soutien, le reste des gradins étant désespérément vide. Il est alors amusant de noter un joli gag avec ce spectateur qui, alors qu'il n'y a littéralement personne autour de lui, se décale poliment d'un cran après avoir vérifié son numéro de place sur son ticket. Pendant ce temps, avant que le match commence, le présentateur explique l'ambiance sur le banc de touche où les joueurs attendent fébrilement le coup d'envoi. En réalité, ils s'ennuient à mourir, passant le temps comme ils le peuvent : du yoyo au tricot sans oublier une sieste.

Double Dribble s'amuse ensuite de quelques poncifs liés au basket-ball à l'image de la grandeur des joueurs, à tel point que l'entraîneur doit prendre un escabeau pour leur chuchoter à l'oreille ses remarques sur le match ou encore du système de jeu totalement désordonné illustré par une vue du terrain de haut où chaque joueur est représenté par un point de couleur. Le cartoon se moque aussi des arbitres totalement myopes et bigleux qui sont obligés de mettre de grosses lunettes pour surveiller le match correctement. Finalement, le coup d'envoi est donné et la mise en jeu commence. Elle s'illustre par une administration de baffes de la part des deux joueurs de chaque équipe qui donnent plus l'impression de vouloir donner une claque à l'adversaire que de récupérer le ballon. Mais le match peut débuter et c'est alors une succession de dribbles, pieds écrasés, croches-pattes, paniers faciles, le tout selon un jeu totalement chaotique.

Les fans de Disney s'amuseront ensuite à noter que le nom des joueurs est un clin d'oeil à certains des artistes des studios. Ainsi, il peut être entendu (Bill) Berg, (Jack) Hannah, (Yale) Gracey, (John) Sibley, (Milt) Banta, (Hugh) Fraser ou (Jack) Kinney. Double Dribble utilise aussi une nouvelle fois Dingo dans tous les rôles, des immenses joueurs aux spectateurs enflammés. L'une des meilleures idées du cartoon est surement d'avoir choisi l'un des membres de l'équipe de Polytechnic University avec une taille différente de ses coéquipiers. D'envergure très modeste, il est pourtant le plus enthousiaste des joueurs. Son coach refuse pourtant de l'envoyer sur le terrain, persuadé qu'il ferait perdre son équipe. Mais quand la majorité de ses remplaçants est blessée, il n'a pas d'autre choix que de l'envoyer jouer. Au début, logiquement le pauvre "petit" a bien du mal à s'imposer, ses adversaires ne le prenant pas au sérieux. Mais au final, il va marquer le point de la victoire grâce à une chance incroyable qui le fait tomber littéralement dans le panier avec la balle.

Double Dribble est un cartoon sympathique qui se moque gentiment du basket-ball avec, pour principal atout, le personnage du "petit" Dingo vraiment attachant.

L'équipe du film

1901 • 1966
Producteur

Poursuivre la visite

1939 • 2007

Les Réseaux Sociaux

www.chroniquedisney.fr
Chronique Disney est un site amateur, non officiel, sans lien avec The Walt Disney Company, ni publicité,
utilisant des visuels appartenant à The Walt Disney Company ou des tiers par simple tolérance éditoriale, jamais commerciale.