Tout Doux... Toutou

Tout Doux... Toutou
L'écran titre
Titre original :
Man’s Best Friend
Production :
Walt Disney Animation Studios
Date de sortie USA :
Le 4 avril 1952
Série :
Genre :
Animation 2D
Réalisation :
Jack Kinney
Musique :
Joseph S. Dubin
Durée :
6 minutes
Disponibilité(s) en France :

Le synopsis

Dingo adopte un chiot qu'il a du mal à faire accepter à son voisinage...

La critique

rédigée par
Publiée le 21 octobre 2020

Tout Doux... Toutou est un cartoon qui voit Dingo, en tant que Monsieur Tout le Monde, adopter un chien et démontrer ce qu'il ne faut pas faire.

Si durant les années 40, le personnage de Dingo est principalement connu pour ses hilarantes démonstrations sportives dans les cartoons de type « How to… »., les années 50 vont être pour lui l'occasion de connaître une évolution notable. Il incarne en effet désormais l'Américain moyen tandis que ses cartoons vont permettre aux studios Disney de décortiquer « l'american way of life » notamment via des parodies de la société de consommation ou des relations humaines. Preuve de leurs qualités et de leur grande finesse, ces moqueries de l'époque sonnent tellement juste qu'elles n'ont toujours pas pris une ride, des décennies plus tard !

Le cartoon commence en plein centre-ville d'une grande mégapole américaine composée de gratte-ciels immenses, où l'homme seul (représenté ici par Dingo) dans cette fourmilière impersonnelle est à la recherche d'un compagnon à même de combattre son sentiment de solitude. Il passe alors devant une devanture d'une animalerie et tombe sous le charme d'un adorable chiot qui, en réalité, fait les yeux doux à la saucisse qui dépasse du paquet de ses courses. Il décide ainsi tout de suite de l'adopter et après lui avoir proposé plusieurs noms, s'accorde sur Bowser. Dingo essaye ensuite d'apprendre sur le tas comment dresser un chien alors même qu'il a déjà du mal à le faire marcher en laisse, s'entravant les jambes. Le plus drôle est surement d'entendre le narrateur expliquer que l'animal apprend tranquillement à connaître son nouveau territoire (une maison bien rangée avant son arrivée) avant qu'il puisse se considérer chez son maître comme chez lui (et de voir à ce moment-là que la maison s'est transformée en véritable capharnaüm).

Mais le mieux pour entrainer un chien est de le faire dans le jardin ! Dingo tente donc de montrer à Bowser ce qu'il attend de lui mais le chien s'en fiche comme de l'an 40. Ce qui l'intéresse surtout, c'est la boite de biscuits pour chien. Dingo lui donne alors une friandise avec plaisir mais Bowser, en le mangeant, mord la main de son maître. Le temps passe... et le chien a bien profité. Si le narrateur précise que désormais les leçons ont porté leurs fruits, les images prouvent le parfait contraire. Dingo n'arrive en fait toujours pas à tenir son chien en laisse. Pire, Bowser a tellement grossi que désormais il fait encore plus de dégâts, notamment en renversant les clôtures, piétinant les fleurs des voisins ou encore n'écoutant pas du tout ce que lui dit Dingo. A contrario, quand son maître part travailler, le chien devient gentil comme une image... Du moins selon le narrateur ; le spectateur constatant qu'il se transforme en véritable tornade dans le voisinage ! Le pauvre Dingo voit alors fondre ses économies pour réparer les bêtises de Bowser. Mais l'amour d'un animal n'a pas de prix... même si son affection commence tout de même à faire chère !

S'il y a une chose pour laquelle le chien est reconnu par tous, c'est dans sa capacité à être un bon gardien. Dingo part donc l'esprit tranquille à une soirée (en sifflotant la chanson Zip-A-Dee-Doo-Dah du film Mélodie du Sud). Sauf que quand son taxi arrive, il se rend compte que son chien l'a suivi. Il demande alors à Bowser de rester à sa place et de surveiller la maison. Le chien se couche sur le paillasson et se met aux aguets... en ronflant. Il est tellement en alerte qu'il ne se rend même pas compte de la présence du cambrioleur qui l'enjambe pour dévaliser la maison, ni de celle des policiers qui, passant par là, pénètrent dans le domicile pour arrêter le voleur. Le chien joue finalement son rôle de gardien quand son maître rentre de soirée. Sauf que... ne le reconnaissant pas, il attaque Dingo pensant qu'il s'agit d'un intrus et le fait se réfugier sur la branche d'un arbre. Le fidèle compagnon retourne alors sur le pas de la porte, attendant que son maître revienne...

Tout Doux... Toutou est un cartoon sympathique où Dingo prouve ses maigres aptitudes à la possession d'un chien.

L'équipe du film

1901 • 1966
Producteur

Poursuivre la visite

1939 • 2007

Les Réseaux Sociaux

www.chroniquedisney.fr
Chronique Disney est un site amateur, non officiel, sans lien avec The Walt Disney Company, ni publicité,
utilisant des visuels appartenant à The Walt Disney Company ou des tiers par simple tolérance éditoriale, jamais commerciale.