Le Week-End de Papa

Le Week-End de Papa
L'affiche
Titre original :
Father’s Week-End
Production :
Walt Disney Animation Studios
Date de sortie USA :
Le 20 juin 1953
Série :
Genre :
Animation 2D
Réalisation :
Jack Kinney
Musique :
Joseph S. Dubin
Durée :
6 minutes
Disponibilité(s) en France :

Le synopsis

Dingo incarne l'Américain moyen des années 50 et affronte un week-end avec son fils qui s'avèrera bien plus épuisant qu'une semaine de travail...

La critique

rédigée par
Publiée le 11 novembre 2020

Le Week-End de Papa est un hilarant cartoon qui rend hommage aux pauvres pères qui n'arrivent pas à se reposer le dimanche.

Durant les années 40, le personnage de Dingo était principalement connu pour ses hilarantes démonstrations sportives dans les cartoons de type « How to… ». Les années 50 vont pourtant proposer une évolution notable du personnage. Dingo va en effet désormais incarner l'Américain moyen et ses cartoons vont permettre aux studios Disney de décortiquer, avec lui, « l'american way of life » notamment via des parodies de la société de consommation ou des relations de tous les jours. Preuve de leurs qualités et de leur grande finesse, ces moqueries sonnent tellement juste qu'elles n'ont toujours pas pris une ride, des décennies plus tard !

Le cartoon marque aussi la quatrième apparition d'un personnage devenu récurrent dans la série Dingo : Dingo Junior. Le fiston apparait ainsi pour la première fois le 21 octobre 1951 dans Papa Dingo où Dingo incarne l'Américain moyen des années 50 et fait partager aux spectateurs les joies de la paternité... Le fils de Dingo réapparaîtra ensuite dans Papa, C'est un Lion (1952), Maman Est de Sortie (1953), Le Week-End de Papa (1953) et Dingo Fait de la Natation (1961). Le personnage du fils de Dingo disparaîtra alors pendant près de trente ans pour renaitre dans un design totalement différent et un prénom bien à lui, Max, dans la célèbre série La Bande à Dingo. L'apparence de Max dans la série est alors tellement populaire qu'elle rayonne au-delà du petit écran et devient le design officiel du personnage au sein de l'univers de Disney, faisant de Max l'un des grands personnages de la galaxie de Dingo au même titre que le sont Riri, Fifi et Loulou pour Donald.

Le Week-End de Papa commence en montrant la routine d'un jour rythmé selon le même modèle : métro, boulot, dodo. Mais le samedi soir est totalement différent ! C'est celui des sorties en ville, que ce soit dans les bars, les théâtres ou les soirées dansantes. La scène où les immeubles s'illuminent avec des néons de toutes les couleurs est alors à la fois très stylisée tout en démontrant à merveille la folie des nuits dans les mégapoles américaines. L'Américain moyen peut ainsi se permettre cette petite folie du samedi soir, tout simplement car le lendemain, le dimanche, est un jour béni : celui de la journée de repos. Le spectateur retrouve alors Dingo dans sa maison de banlieue où ses affaires de la veille traînent encore par terre tandis que lui se prélasse dans son lit.

Mais les vrais problèmes commencent. Son fils se glisse en effet dans son lit pour dormir à ses côtés mais à force de bouger, le fait tomber sur le sol. Sa femme crie alors sur le garçon en lui demandant de laisser son papa dormir. L'ironie est totale parce qu'en plus d'avoir une voix criarde, l'épouse a en plus la bonne idée de passer l'aspirateur dans la chambre ! Et cela ne va pas en s'arrangeant avec le téléphone qui sonne ou le voisin qui passe par la fenêtre pour proposer d'aller faire un tennis. Dingo n'a donc plus le choix, il doit bien se lever : tant pis pour la grasse matinée d'autant qu'il faudra repasser pour le calme du dimanche matin entre le rejeton qui joue (mal) de la trompette, le chat et le chien qui se disputent et la machine à laver le linge qui fait un boucan d'enfer.

La première chose à faire en se levant pour Dingo est d'aller chercher son journal. En pyjama, il regarde tout de même si la rue est vide histoire de conserver un peu de pudeur. Un coup d'œil lui confirme que oui mais quand il arrive au milieu de l'allée, il voit tous ses voisins lui dire bonjour. Rouge de honte, il retourne alors à l'intérieur. Il faut dire que le plaisir de rester en pyjama toute la journée n'a pas de prix. D'ailleurs, la famille de Dingo tout entière profite de se relaxer en tenue légère pour lire les journaux. Mais une voiture vient se garer devant leur jardin, les sortant de leur torpeur. Ils sont alors obligés de se préparer en quatrième vitesse et de tout ranger. Fausse alerte, ce ne sont en fait que les amis des voisins. Ce qui est drôle dans ces séquences est qu'il y a un fond de vérité qui fait que chaque spectateur se retrouve dans ce qui vit Dingo. Le narrateur précise aussi que lors du repos dominical, certains s'adonnent à la mécanique, à la jardinerie, au bricolage ou au sport. Mais les images montrent le jardin de Dingo laissé complètement à l'abandon, prouvant que le héros n'est pas adepte de ces passe-temps. Lui n'a envie que d'une chose : dormir dans son hamac.

Mais définitivement, ce dimanche est celui de la malchance pour Dingo. Sa femme lui rappelle en effet qu'il a promis à son fils de l'emmener à la plage. ll est ainsi obligé de prendre sa voiture, de subir le trafic routier, de contrôler son chien et son garçon qui chahutent dans l'habitacle ; tout ça pour arriver sur le bord de mer bondé de monde au point de ne pas trouver une place pour son parasol ; le pire étant peut-être son fils qui se met à pleurer bruyamment quand il lâche son ballon ou fait tomber sa glace. Le seul moyen de le calmer est alors de l'emmener au Luna Park juste à côté. Mais c'est loin d'être de tout repos pour le père, entre les manèges à sensation qui ne sont plus de son âge et son fils qui part dans tous les sens, devenant difficile à surveiller. Finalement, il décide de rentrer et après un long embouteillage de retour de week-end, Dingo termine sa journée de "repos". Il se dit que finalement qu'il lui tarde d'être lundi pour reprendre sa routine "reposante" de la semaine.

Le Week-End de Papa est un hilarant cartoon se moquant de la dure vie des pères confrontés aux affres d'un dimanche à la maison.

L'équipe du film

1901 • 1966
Producteur

Poursuivre la visite

1939 • 2007

Les Réseaux Sociaux

www.chroniquedisney.fr
Chronique Disney est un site amateur, non officiel, sans lien avec The Walt Disney Company, ni publicité,
utilisant des visuels appartenant à The Walt Disney Company ou des tiers par simple tolérance éditoriale, jamais commerciale.