Coco
Les Coulisses de la Musique

Coco : Les Coulisses de la Musique
L'affiche
Titre original :
A Celebration of the Music from Coco
Production :
Disney+
Date de mise en ligne USA :
Le 10 avril 2020 (Disney+)
Genre :
Documentaire
Réalisation :
Ron de Moraes
Durée :
47 minutes
Disponibilité(s) en France :

Le synopsis

Les 8 et 9 novembre 2019, une semaine après Diá de Muertos, le Hollywood Bowl accueillait un concert en plein air célébrant les musiques du film d’animation Coco ainsi que certaines pièces issues du patrimoine musical mexicain. Coco : Les Coulisses de la Musique en restitue la captation filmée en l'agrémentant d’interviews des différents artistes ayant participé à cet événement.

La critique

rédigée par
Publiée le 03 septembre 2020

Si l’exploitation de thèmes empruntés à des cultures non étasuniennes a pu poser des soucis à The Walt Disney Company par le passé, comme cela a pu être le cas pour Hercule par exemple, il en est tout autrement pour Coco ! Dans les différentes étapes de sa production, des consultants d'origine mexicaine ont en effet pu apporter leurs avis et veiller au respect de la représentation de leurs traditions, démarche reconnue et saluée par le public mexicain. C’est alors dans cette continuité que s’inscrit Coco : Les Coulisses de la Musique, véritable célébration de la culture et des traditions mexicaines, parsemée des chansons qui ont contribué au succès du film d’animation. Le spectateur profite ainsi d’un spectacle musical dépaysant, dont la mise en scène, colorée et travaillée, est à saluer. En revanche, son aspect quelque peu composite, partagé entre chansons du film et chansons du patrimoine mexicain, a de quoi déstabiliser.

Le 27 octobre 2017, le public découvre Coco pour la première fois, lors de son avant-première mondiale au Mexique, une semaine avant Día de Muertos (également appelé Día de los Muertos, selon la zone géographique). Cette fête traditionnelle d’Amérique latine, d’origines aztèque et espagnole, permet de célébrer les proches défunts de manière familiale et festive. Célébration servant de fil conducteur au film d’animation Coco, c'est donc tout naturellement que s’est fait le choix de la date pour le concert Disney Pixar Coco – A Live-to-Film Concert Experience. Il se déroule ainsi les 8 et 9 novembre 2019 au Hollywood Bowl, soit une semaine après Día de Muertos. La mise en scène en est confiée à Felipe Fernández del Paso, un cinéaste mexicain qui a notamment participé à la direction artistique du film Frida, en 2002. La présentation, quant à elle, est assurée par l’actrice Eva Longoria et l’acteur Benjamin Bratt. L’un comme l’autre sont à la fois liés à l’Amérique latine ainsi qu’à The Walt Disney Company. Eva Longoria, actrice américaine d’origine mexicaine, bénéficie en effet d’une renommée internationale, notamment à la suite de son interprétation de Gabrielle Solis dans la série Desperate Housewives, dont la production a été assurée par ABC Studios. Quant à Benjamin Bratt, il s’agit de l’acteur, d’origine péruvienne par sa mère, ayant prêté sa voix au personnage d’Ernesto de la Cruz dans la version originale du film d'animation. Bien que leur intervention en tant que présentateurs soit limitée, leur sourire est communicatif et leur sincérité, dans l’expression de leur amour pour la culture mexicaine et Coco, est palpable. L'ensemble du concert a également été capté puis son accès rendu disponible sur la plateforme Disney+ depuis le 10 avril 2020.

Le docu-concert alterne prises filmées du concert en plein air et interviews des artistes y ayant participé. Les chansons interprétées sont d'abord celles du film d’animation Coco, mais pas uniquement. Trois d'entre elles sont en effet issues de l’album Coco : Original Motion Picture Soundtrack alors qu'elle ne sont pas présentes dans le long-métrage. De plus, cinq pièces musicales issues du patrimoine mexicain viennent s’ajouter à la production. Le metteur en scène explique lui-même qu’au vu du nombre réduit de chansons dans le film d’animation, l’ajout de chansons était nécessaire et permettait par la même occasion d’élargir le propos du concert et de célébrer des œuvres cultes de la musique mexicaine. Si cet ajout est à l'évidence profitable à l’ensemble, il est toutefois regrettable de voir s’enchaîner ces pièces musicales sans présentation de leur création ou du cadre historique dans lequel elles sont inscrites. Cet enchaînement peut dès lors donner l’impression de chercher à ajouter du temps au concert pour justifier son existence, sans réelle mise en avant de la valeur ajoutée de ces performances d’un point de vue culturel. Il est certes compréhensible de veiller à ne pas entraver le rythme du spectacle musical avec des interruptions trop nombreuses et/ou trop longues, mais elles auraient pu apporter une plus-value intéressante et éviter de donner cet aspect composite au programme.

La volonté de mettre en avant la culture mexicaine s’étend aux artistes venus interpréter ces différentes musiques : ils sont, il est vrai, tous proches de la culture de latino-américaine, que ce soit par leurs origines ou non. Participent ainsi à ce spectacle : Carlos Rivera, chanteur mexicain ; Natalia Jiménez, chanteuse espagnole ayant vécu au Mexique ; Rudy Mancuso, acteur et réalisateur d’origines brésilienne et italo-américaine ; Luis Gerardo Méndez, acteur mexicain ; Miguel chanteur de R’n’B dont le père est mexicano-américain. Seule exception : le groupe des Mariachi Divas de Cindy Shea, basé à Los Angeles. En addition à ces nombreux performers viennent s’ajouter des artistes ayant participé au doublage original de Coco. C’est le cas notamment de Benjamin Bratt (Ernesto de la Cruz), Alanna Ubach (Mamá Imelda), Jaime Camil (Papá Rivera). À noter : pour les interprétations de Un Poco Loco et de The World Es Mi Familia, le metteur en scène a souhaité faire appel à Anthony Gonzalez, la voix originale de Miguel, mais ce dernier ayant mué, le choix s’est porté sur celle de son petit frère : Alex Gonzalez. 

Les interviews en face caméra entre les musiques permettent aux artistes de partager leurs liens avec la culture mexicaine, mais également avec le film Coco et ses chansons. Le réalisateur de Coco, Lee Unkrich, participe logiquement en insistant sur sa volonté de respecter le patrimoine culturel mexicain tandis qu'il est à regretter qu’Adrian Molina, ayant co-réalisé le film et participé à l’écriture de certaines de ses chansons, ne soit pas présent. Les parcours des différents artistes ne sont pas détaillés, évitant au programme d'adopter un aspect promotionnel et de se concentrer sur le thème central : la culture mexicaine et Coco. Toutefois pour les spectateurs ayant vu le film, rien ici n'offre d'en apprendre plus, ni sur lui, ni sur la culture ou même l’histoire des œuvres mexicaines choisies par ailleurs. Mais surtout, et c’est là que le bât blesse, elles n’apportent aucune précision sur le processus d’écriture et de composition des chansons du film. Le titre français pose alors un réel problème ; Coco : Les Coulisses de la Musique laissant supposer au spectateur qu’il va pouvoir en apprendre plus sur les chansons du film. S'il est permis, avec un tel titre, de s’attendre à visualiser des images d’enregistrement des musiques du film par exemple, entre les différents morceaux interprétés sur scène, ce n’est absolument pas le cas ici. Le titre original du programme apparaît dès lors bien plus cohérent, A Celebration of the Music from Coco, puisqu'il s'agit bien d’une célébration musicale dont il est question et uniquement ça.

Día de Muertos est une célébration réellement festive et haute en couleur. En cela, le concert lui rend tout à fait hommage : la mise en scène est superbe, colorée et majestueuse. Les costumes, les maquillages, la palette de couleurs chaudes et les numéros dansés font du show un véritable régal pour les yeux. Les images des spectateurs, costumés en personnages du film ou maquillés pour le Día de Muertos participe d'ailleurs grandement à cette magie visuelle. L’orchestre accompagne alors magnifiquement les chanteurs et vient apporter de l’authenticité aux différentes performances. Du côté chants, ils sont parfois inégaux, bien que majoritairement très qualitatifs. Les prestations de Natalia Jiménez et d’Alanna Ubach sont ainsi particulièrement saisissantes, tant de par leur puissance vocale que par leur présence scénique. Le concert dans son ensemble permet donc de plonger dans l’ambiance festive de Día de Muertos depuis son canapé. Sa clôture se fait enfin sur un chant mariachi traditionnel : México Lindo y Querido, interprété par l’ensemble des artistes ayant participé à l'événement. Ce final, véritable lettre d’amour au Mexique, renforce l’idée selon laquelle ce concert ne se limite pas à un concert-live de Coco, il s’agit bien d’un réel hommage culturel.

Coco : Les Coulisses de la Musique est un programme festif, réellement agréable à regarder et intéressant d’un point de vue culturel. Son format court évite également une certaine lassitude à l’enchaînement des chansons. Son titre français, décidément trompeur, est en revanche incohérent avec son propos tandis que certains courts ajouts auraient pu permettre de le rendre plus enrichissant d’un point de vue culturel et lui éviter son aspect “patchwork”. Il n'empêche : Coco : Les Coulisses de la Musique vaut le détour, tant pour les fans de Coco que pour les personnes séduites ou concernées par la culture mexicaine.

Poursuivre la visite

Les Réseaux Sociaux

www.chroniquedisney.fr
Chronique Disney est un site amateur, non officiel, sans lien avec The Walt Disney Company, ni publicité,
utilisant des visuels appartenant à The Walt Disney Company ou des tiers par simple tolérance éditoriale, jamais commerciale.