Dossiers » Films "Live" » Évènements Presse
Films "Live" » Évènements Presse

Star Wars : Les Derniers Jedi
Rencontre avec Rian Johnson

L'article

Publié le 24 novembre 2017

Vendredi 17 novembre 2017, le réalisateur de Star Wars : Les Derniers Jedi, Rian Johnson, accompagné du producteur Ram Bergman, est de passage à Paris pour faire la promotion de son film qui sort en France le mercredi 13 décembre 2017. Le soir même, il passe à la télévision, comme Gareth Edwards l'année précédente, dans l'émission de Yann Barthès, Quotidien, diffusée sur TMC.

Né le 17 décembre 1973 dans le Maryland aux États-Unis, Rian Johnson grandit à San Clemente en Californie. Après le lycée, il fait ses études à l'University of Southern California, School of Cinematic Arts, décrochant son diplôme en 1996. Durant son cursus, il écrit, réalise et monte son premier court-métrage Evil Demon Golfball From Hell!!!, une comédie horrifique. À la sortie de l'université, il a rapidement une idée pour son premier long-métrage mais sa recherche de financement lui demande du temps. En attendant, il réalise donc quelques spots publicitaires pour Disney Channel et assume le poste de monteur sur May, un film d'horreur à petit budget sorti en 2002. Rian Johnson arrive finalement à récolter les 500 000 dollars  dont il a besoin pour réaliser son tout premier film Brick, un drame criminel, avec dans le premier rôle, Joseph Gordon-Levitt. Il présente son long-métrage en 2005 au Sundance Film Festival et y gagne le prix du jury pour sa vision originale. Focus Features en achète alors les droits et le propose au cinéma l'année suivante lui apportant une certaine notoriété auprès des critiques. Son deuxième film, Une Arnaque Presque parfaite lui fait changer de genre en développant une comédie dramatique d'escroquerie : sorti en 2008 via Summit Entertainment, il est moins bien accueilli. Rian Johnson s'essaye alors la réalisation d'épisodes télé notamment sur la série Breaking Bad. Son troisième film, Looper, sort en 2012 chez TriStar Pictures, avec en tête d'affiche Joseph Gordon-Levitt, Bruce Willis et Emily Blunt. Ce long-métrage de science-fiction lui apporte la reconnaissance attendue tant il est plébiscité par la critique et signe un joli succès public avec un box office mondial de 176 millions de dollars pour un budget d'à peine 30. Cette étape brillamment franchie lui ouvre les portes de Lucasfilm, Ltd. qui lui confie la réalisation de Star Wars : Les Derniers Jedi. Disney et Lucasfilm sont alors tellement ravis du résultat, avec une production qui s'est passée sereinement, qu'ils lui donnent, avant même la sortie de l'Épisode VIII, la mission d'écrire une nouvelle trilogie pour Star Wars, indépendante de la saga Skywalker, et d'en réaliser le premier opus.

En compagnie d'autres rédacteurs de sites web consacrés au cinéma et à l'univers Star Wars, Chronique Disney a donc eu la chance de rencontrer Rian Johnson.

Une des premières questions qui lui est posé est l'effet que cela fait de travailler sur un film Star Wars. Rian Johnson avoue que, s'il y a eu des moments où il se rendait compte de sa chance, par exemple quand il avait C-3PO de l'autre côté de la caméra, la plupart du temps, il était consacré à ce qu'il faisait et l'aspect iconique de Star Wars s'effaçait. L'important était alors de travailler avec les acteurs pour livrer la meilleure scène possible et améliorer au maximum l'histoire du film. Pour autant, la journée la plus magique pour lui n'a pas été pendant le tournage mais durant l'enregistrement de la bande originale. Se retrouver dans une pièce avec John Williams et un orchestre d'une centaine de musiciens, ressentir la musique jusqu'au plus profond de son coeur était une expérience totalement grisante.

Par rapport à la conception du long-métrage, Rian Johnson explique qu'il avait une vraie liberté. Il est ainsi parti du script de Star Wars : Le Réveil de la Force qu'il a eu la chance de voir filmer puis a imaginé et écrit ce qu'il arrivait aux personnages à partir de là. Il a ensuite construit les choses au fur et à mesure, ce qui est, à son sens, la meilleure façon de procéder. Le seul élément que Rian Johnson a demandé à J.J. Abrams dans l'Épisode VII est ainsi de changer un plan du final. Il voulait, en effet, pour différentes raisons, que ce soit R2-D2 et non BB-8 qui accompagne Rey sur la planète Ahch-To où se trouve Luke. L'histoire, quant à elle, n'a pas trop évolué par rapport à son premier script du moins dans ses fondements. Comme tout film, les façons de passer d'un point A à un point B ont beaucoup bougé, et ce, jusqu'au dernier jour de montage, mais l'essentiel est resté intact. Il ne s'est, en particulier, pas laissé influencer par les fans. Il sait très bien que chacun d'eux a une liste précise de ce qu'il veut et de ce qu'il ne veut pas dans un film Star Wars. Rian Johnson a donc opté pour rester dans sa bulle et faire confiance à son instinct créatif dans l'optique de réaliser le meilleur opus possible.

Rian Johnson aborde aussi sa relation avec les acteurs.
Avec Mark Hamill, il a beaucoup discuté du personnage de Luke car l'acteur avait particulièrement besoin de savoir ce qui lui était arrivé en trente ans. Le réalisateur comprenait parfaitement ce désir de connaissance car Luke a été très important pour lui et il ne se voyait pas, jeune réalisateur, dire, son script dans les mains "c'est comme ça et pas autrement". Ainsi, tout deux ont beaucoup discuté du passé de Luke, même si ces discussions ne sont pas officielles et resteront uniquement une base de travail pour le comédien.
Il n'a pas pu, en revanche, tourner avec Harrisson Ford, compte tenu de ce qui arrive à son personnage dans l'opus précédent. Mais le destin a fait bien les choses. Étant jeune, il s'identifiait bien plus à Luke, ce jeune fermier un peu timide qui cherche l'aventure sans trop savoir comment la trouver, plutôt qu'à Han le gars super cool. Réaliser le film centré sur Luke était donc bien plus parlant pour lui.
Tourner avec Carrie Fisher a été également un grand bonheur et Rian Johnson est à la fois triste de l'avoir connue sur une si courte période mais aussi honoré d'avoir été le dernier réalisateur à travailler avec elle. Il espère que Star Wars : Le Dernier Jedi sera un formidable adieu pour les fans de l'actrice.

Rian Johnson aborde également la superbe photographie de Steve Yedlin dans Star Wars : Les Derniers Jedi, avec qui il est ami depuis l'âge de 17 ans alors qu'ils allaient rentrer à l'université. Tous deux ont pris comme maître étalon Star Wars : L'Empire Contre-Attaque pour mettre au point la lumière et l'éclairage. Ils étaient impressionnés par la manière dont ce film de 1980 était noir par certains moments et le nombre de risques que les directeurs de la photographie de l'époque avait pris sur lui. Pour autant, Steve Yedlin et Rian Johnson n'ont pas voulu copier leurs aînés et ont donc trouvé pour cela leur propre voie.

La véritable information pratique de la conférence de presse est assurément la durée du film. L'opus n'étant pas sorti, et la presse ne l'ayant pas vu, il est, en effet, impossible pour le réalisateur d'apporter des révélations très croustillantes. Ainsi, Rian Johnson annonce simplement que le long-métrage occupe 2h30, devenant de fait, de dix minutes, le plus long un volet de la saga Star Wars. Pour autant, pour lui, en le regardant, cette durée inédite ne se ressent pas. Faire des coupes aurait, en effet, gêné par trop l'élaboration des personnages ou raccourci certaines péripéties dont il espère que le public comprendra la nécessité narrative.

Poursuivez votre visite

Nos Réseaux Sociaux