Dossiers » Films "Live" » Éditos
Films "Live" » Éditos

Pourquoi Halle Bailey est Parfaitement Légitime
Pour Incarner Ariel...

L'article

Publié le 04 juillet 2019

L’annonce du choix de Halle Bailey pour incarner Ariel dans le remake live de La Petite Sirène a entraîné un flot de commentaires hostiles dont certains, une minorité toutefois, à connotation clairement raciste, sur les réseaux sociaux et ceux de Chronique Disney ne sont pas épargnés.
L’équipe éditoriale a donc tenté d'apporter des éclaircissements aux arguments regrettant le choix de cette comédienne.
Florilège…

  •  Ariel est danoise !

Et non, en fait, Ariel, qui est un personnage de fiction, n'a pas de nationalité. Cette légende urbaine vient d'une confusion avec la propre nationalité d’Hans Christian Andersen, l'auteur du classique de la littérature dont le dessin animé Disneys’inspire de loin ! Ainsi, il est amusant de savoir que si, dans le conte originel, Ursula, identifiée comme la Sorcière des Mers, demande à Ariel, aussi en contrepartie du philtre pour devenir humaine, sa voix, elle choisit alors de carrément lui couper la langue ! Pis encore, le breuvage qu’elle lui fait boire la fait terriblement souffrir. Enfin, le Prince ne s’entiche pas d’Ariel mais d’une autre pimbêche dont il tombe amoureux. Tout cela est somme toute bien éloigné des aventures vécues par l'Ariel version Disney...

  • L’action se passe en Europe du Nord !

C'est là aussi une légende urbaine venue de la même confusion que celle concernant la nationalité supposée d'Ariel. En réalité, le dessin animé ne situe clairement jamais l’action. La version de Disney n'a d'ailleurs pas l'air très européenne (ou alors vaguement méditerranéenne lors des scènes se déroulant sur la terre) avec ses eaux tropicales, son crabe faisant du reggae et de la calypso...

  • Si Ariel devient noire, pourquoi Jasmine n’est pas une princesse blanche aux yeux bleus ?

Parce que l’ethnie de Jasmine joue un rôle important pour ne pas dire central dans le déroulé de ses aventures. Si elle était une princesse anglaise, elle n’aurait ainsi pas les mêmes contraintes pour trouver un mari ou accéder au trône par exemple (même si évidemment elle en aurait aussi). Pour autant, il existe bel et bien des adaptations centenaires de l’histoire de Jasmine se déroulant en Chine sans que cela n’ait jamais posé de problème particulier.

  • À ce stade, pourquoi ne pas choisir des kangourous pour incarner Le Roi Lion ?

Le Roi Lion est déjà une adaptation d'Hamlet dans laquelle les personnages sont humains, partis d'un concept des studios Disney surnommés en interne à l'époque "Bambi en Afrique".
Dès lors, si Disney décidait un jour d'adapter à nouveau l'histoire du Roi Lion mais cette fois-ci en Australie avec des kangourous, il n’y aurait aucun réel problème pour qu’elle fonctionne. Les kangourous sont sans doute aussi compétents que les lions pour jouer au cinéma et puis, à l’écran, les paysages australiens seront magnifiques.

  •  Donc, Cendrillon sera incarnée par une Noire un de ces jours ?

C’est déjà fait et par Disney aussi ! Dans La Légende de Cendrillon, Cendrillon mais aussi Marraine la Bonne Fée et la Reine sont noires tandis que le prince, lui, est d'origine asiatique. Pourtant, à aucun moment, l'histoire de Cendrillon n’a été dénaturée tout simplement parce que l’ethnie des personnages n’a aucune espèce d’importance sur le déroulé des événements vécus par eux ! Enfin, pour être tout à fait complet, la plus ancienne version connue de l’histoire de Cendrillon est un conte asiatique et la princesse avec...

  • À quand Pocahontas en suédoise ?

Pocahontas, qui est un personnage qui a réellement existé, est amérindienne et cela à son importance dans l’histoire contée :  en faire une Suédoise n'a dès lors pas vraiment de sens ! Dans ce cas, en effet, c'est toute son aventure qu'il faut changer en la situant ailleurs et en racontant autre chose.
En revanche, la Petite Sirène est, pour sa part, une créature imaginaire dont le lieu de l'histoire n'a jamais été défini. Elle peut se passer n'importe où, du moment où il y a de la mer, une côte et un château avec un prince célibataire.
Le film Disney de 1989 lui-même y a intégré des influences méditerranéennes et caribéennes et a changé la couleur de cheveux de l'héroïne la faisant passer de blonde à rousse pour des raisons techniques, le roux/rouge étant plus voyant à l’écran que le blond qui, dans un environnement aquatique aux teintes bleutées, a la fâcheuse tendance de virer au vert.
Il n'y a en outre aucune bonne raison de vouloir retirer aux artistes de ce futur film la possibilité d'imaginer à leur tour la version de La Petite Sirène qui leur convient.

  • Cela ne fonctionne pas une Ariel noire !

Dans la comédie musicale Disney de Broadway, Triton est noir. C’est en effet très courant au théâtre et personne ne se soucie de la couleur de la peau, voire du sexe, d’un comédien. La couleur de peau n’influe pas à l'évidence sur le jeu d’acteur ou le chant. Dès lors, les spectateurs des comédies musicales n’y trouvent rien à redire et ne jugent que la performance artistique. Ce réflexe bien connu de vouloir que tout soit identique et que ce qui est différent est forcément moins bien flirte avec la paresse, or l'art doit aussi comporter une part d'audace. Et c’est d’autant plus vrai que ce remake ne changera absolument rien au film de 1989 qui pourra rester le film préféré de qui le veut, aussi longtemps qu’il le voudra.
En attendant, dans cette nouvelle version, la Petite Sirène sera noire... au moins, cela apportera peut-être quelque chose de différent de nature à permettre à ce long-métrage de se démarquer du précédent.

  •  Après avoir tué la Petite Sirène, vont-ils massacrer Polochon ?

Au stade actuel, très peu de choses sont connus sur ce film. Et il faut savoir garder à l'esprit que Disney ne s'est jamais engagé à réaliser un opus reproduisant l'histoire telle qu'imaginée par Andersen dans ses moindres détails. Le dessin animé de 1989, lui-même, ne respectait déjà pas énormément d'éléments du conte, jusqu'à en changer la fin ; pourquoi son remake ne pourrait-il pas se le permettre à son tour.
Quant à Polochon, il n'existe en réalité pas dans le conte : mais est-il pour autant moins légitime qu'un personnage qui y est ? Et au de-là, quel serait le problème que ce soit un requin marteau si l'histoire fonctionne mieux ainsi ? L'essentiel est la cohérence du nouveau récit développé.

  • Ariel doit être rousse !

Les coiffeurs et perruquiers ne sont même pas encore définis : il est donc un peu tôt pour se plaindre déjà des coiffures du film ou imaginer qu'elles ne seraient pas à la hauteur des attentes.

  • Halle Bailey est trop vieille et ne ressemble pas à Ariel !

Cette jeune comédienne n'a que 19 ans, son âge est pour le coup parfaitement raccord. En outre, il s’agit d’une adaptation cinématographique, pas d’un concours de cosplay. La personne la plus ressemblante au personnage du dessin animé ne sera pas pour autant la plus talentueuse pour l’interpréter.

Poursuivre la visite

Les Réseaux Sociaux

www.chroniquedisney.fr
Chronique Disney est un site amateur, non officiel, sans lien avec The Walt Disney Company, ni publicité,
utilisant des visuels appartenant à The Walt Disney Company ou des tiers par simple tolérance éditoriale, jamais commerciale.