Rendez-Vous de Stars
Aux Walt Disney Studios

Rendez-Vous de Stars aux Walt Disney Studios
L'écran titre
Titre original :
Rendez-Vous de Stars aux Walt Disney Studios
Production :
Walt Disney Television
Date de sortie France :
Le 15 mars 2002
Genre :
Promotionnel
Réalisation :
Gilles Amado
Durée :
106 minutes

Le synopsis

Pour célébrer l’ouverture du Parc Walt Disney Studios, Flavie Flament et Nikos Aliagas animent en direct une émission de variété au sein des Walt Disney Studios en compagnie d’une flopée de stars pavanant sur le tapis rouge !

La critique

rédigée par
Publiée le 16 mars 2019

L’émission exceptionnelle Rendez-vous de Stars aux Walt Disney Studios, fête l'inauguration du Parc Walt Disney Studios la veille de son ouverture officielle, le 15 mars 2002. Les deux animateurs Flavie Flament et Nikos Aliagas sont ainsi aux commandes pour animer cette soirée en marge des festivités de l'événement presse.

L’émission est proposée par Gérard Louvin et réalisée par Gilles Amado pour la chaîne TF1. Monsieur Louvin, célèbre producteur français d'émissions télévisées populaires (Ciel, Mon Mardi !, Miss France, Sans Aucun Doute, Intervilles, etc.) et de spectacles (Roméo et Juliette, de la Haine à l'Amour, Les Demoiselles de Rochefort) n’en est ici pas à son premier coup d’essai sur une émission Disney, ayant déjà signé des programmes comme Voyage Magique à Walt Disney World le 29 décembre 1988, Disney Parade de 1988 à 1998, En attendant le Père Noël le 24 décembre 1994, ou encore, une décennie plus tard, Walt Disney, 30 Films de Légende au cours de l'année 2004. Étant également producteur de Star Academy, télé-crochet musical phare des années 2000, l’utilisation intense (voire abusive) de ses protégés se fait sentir dans Rendez-vous de Stars aux Walt Disney Studios. Pour sa part, Gilles Amado était également déjà aux commandes de l’émission dominicale Disney Parade, ou encore de Disney Club Été. Par ailleurs, il réalise en 1992 la superbe émission Euro Disney - L’Ouverture... 

Malgré le CV de l'équipe de production et de réalisation, la magie ne prend pas... Bien que proches dans le concept de l’émission culte, Euro Disney – L’Ouverture, proposée le 11 avril 1992 (elle aussi diffusée la veille de l'ouverture au public), les ambitions sont ici clairement revues à la baisse. Déjà, la diffusion se fait à moindre échelle. Si l’émission de 1992 était proposée en mondovision, et donc accessible dans de nombreux pays, ici le rayonnement se limite à l’hexagone. Ensuite, la liste des invités est bien moins prestigieuse. Alors que les images précédant et suivant les coupures publicitaires annoncent des stars d’un tout autre acabit (il est même possible de reconnaître Michael Eisner, alors PDG de The Walt Disney Company, qui malheureusement ne sera pas visible de toute l’émission mais qui est bien présent lors de l'événement presse du même jour et de l'inauguration officielle le lendemain), les téléspectateurs se retrouvent face à un phénomène d’auto-promotion de la chaîne TF1  les gratifiant de la présence de quatre finalistes et demi-finalistes de la première saison de Star Academy (Jenifer, Olivia, Mario et Jean-Pascal) venant de se terminer deux mois plus tôt ; la finale ayant été diffusée le 12 janvier de la même année. Quelques chanteurs et groupes renommés ont toutefois répondu présents à l’appel tels que Pascal Obispo, Britney Spears, Hélène Segara, Lorie, Yannick Noah, les Destiny's Child, Tina Arena, ou encore Andrea Bocelli.

En chefs d’orchestre, Flavie Flament et Nikos Aliagas essaient donc de donner du rythme à une émission en panne de séquences réellement intéressantes. Nikos est alors au début d’une grande carrière à la télévision française. Grec d'origine, il est journaliste pour Euronews de 1993 à 1999 puis représente la Grèce en qualité de chroniqueur au sein de l’émission Union Libre aux côtés de Christine Bravo de 1998 à 2001. Mais c’est bien l’animation de l’émission Star Academy sur TF1 qui lui permet de faire durablement décoller sa carrière. Il animera d’ailleurs les huit premières saisons du télécrochet. Pour sa part, Flavie Flament s’est déjà illustrée sur plusieurs autres émissions. Elle commence dans l'audiovisuel en tant que miss météo sur Canal+ en 1998 puis enchaîne les émissions comme Unisexe sur M6 en 1999, Exclusif (de 2000 à 2001) sur la première chaîne, Tubes d’un Jour, Tubes de Toujours (2001 à 2004) ou encore Stars à Domicile de 2001 à 2004. Ces deux animateurs phares à l'époque de la première chaîne française se retrouvent ainsi assez logiquement réunis pour cette émission spéciale.

Mais voilà, Rendez-Vous de Stars aux Walt Disney Studios n’a de spéciale que le cadre. Son déroulé est commun aux émissions de variété des années 90 ! La proximité de cette soirée avec la finale de la première saison de Star Academy fait d'ailleurs que les invités principaux sont les deux finalistes Jenifer et Mario, ainsi que les deux demi-finalistes censés être très appréciés des téléspectateurs que sont Jean-Pascal et Olivia. Le show qui devait ainsi présenter le nouveau Parc Walt Disney Studios se transforme donc en promotion de la tournée et des futurs albums des anciens élèves de la télé-réalité musicale qui volent littéralement la vedette au vrai sujet de l'émission, ce nouveau Parc Disney dédié au monde du cinéma. Et cela se confirme aussi bien avec les chansons que les séquences animant la soirée : plus de la moitié de l’émission étant, en effet, accaparée par la Star Academy !

Il est alors logique de se demander le rapport avec le Parc Walt Disney Studios dont l’inauguration est ici annoncée être l’objet. Il ne fait, en réalité, dans cette émission, qu’office de décor alors qu'il est supposé en être LA star. Les spectacles musicaux sont dès lors présentés dans le cadre du Parc, même si la majorité des chansons est interprétée dans Disney Studio 1. Pour d’autres, malheureusement plus rares, les décors sont plus atypiques. L’intégration des attractions du Parc dans l'émission s'arrête malheureusement ici, tout le reste de la soirée étant identique à un show se déroulant dans un simple studio de télévision ! Un comble pour une émission fêtant l’inauguration des lieux…
Si la volonté de TF1 de promouvoir ses stars maison est évidente pour expliquer la construction de l'émission, une explication secondaire peut aussi se trouver du côté de la législation audiovisuelle française dont le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel est le garant. La publicité clandestine à la télévision est, en effet, strictement interdite et sanctionnée : dès lors, citer le parc (qui est une marque) et en promouvoir l'ouverture en décortiquant ses attractions peut s'apparenter à une vaste opération promotionnelle illégale. TF1 a donc joué la sécurité juridique en proposant un show de variété généraliste et évité ainsi de se placer dans une situation où une amende très importante pouvait lui être infligée.

À défaut d’avoir une présentation exhaustive de l'offre en divertissement du jeune petit frère du Parc Disneyland, Rendez-Vous de Stars aux Walt Disney Studios offre un florilège de tubes des années 2000 en variant les lieux de prestation. À Disney Studio 1, sont ainsi interprétées les chansons : Gimme! Gimme! Gimme! du groupe suédois ABBA par Olivia et Jenifer, Millésime par Pascal Obispo (parrain de la première saison de Star Academy), Overprotected par Britney Spears, Donner Tout par Hélène Segara, Les Lionnes par Yannick Noah, Immortelle par Lara Fabian, Aller Plus Haut par Tina Arena et L’Agitateur par Jean-Pascal.
Studio Tram Tour - Behind the Magic reçoit également son lot de stars avec Lorie et son tube Je Serai (Ta Meilleure Amie) à Catastrophe Canyon et ses effets en action, les Destiny’s Child et leur Survivor à Dinotopia Palace devant les portes de la cité Waterfall de la mini-série Dinotopia ainsi qu'Anthony Kavanagh dans une performance gospel d'Un Peu de Moi dans les ruines de Londres sur le plateau de tournage du (Le) Règne du Feu.
À Moteurs…Action ! Stunt Show Spectacular, Mario interprète, quant à lui, On se Ressemble pendant que Jenifer y chante son J’Attends l’Amour. Certains lieux se retrouvent moins exploités mais ont l’avantage de diversifier les décors : dans la station spatiale de l’attraction Armageddon : Les Effets Spéciaux, Grégori Baquet (Benvolio dans la comédie musicale Roméo et Juliette, de la Haine à l'Amour) interprète sa chanson toute aussi oubliable et oubliée que lui - Comment Lui Dire - tandis que les notes de L’Abitudine transcendent La Place des Stars de Production Courtyard grâce aux voix d’Andrea Bocelli et d’Helena Hellwig.

Pour entrecouper ces différentes chansons, les invités de la Star Academy proposent des cascades et autres activités en rapport avec le cinéma. C’est ainsi que Jean-Pascal réalise la chute de dix mètres présentée dans les premières versions du spectacle Moteurs…Action ! Stunt Show Spectacular. Olivia, pour sa part, propose de faire le tour de la torche humaine réalisée durant le même show. Puis, Mario accepte d’être grimé en vieillard par les maquilleurs du Parc Walt Disney Studios, avant que Jean-Pascal propose de faire quelques cascades au volant de l’une des voitures noires utilisées durant le show Moteurs…Action ! Stunt Show Spectacular. Nikos souhaite d'ailleurs faire de même mais... sa voiture se coupe en deux ! Évidemment, il explique avec Flavie Flament que ces cascades n’ont, en fait, pas été réalisées par les élèves de la Star Academy, mais qu'il s'agissait là de montages vidéo habiles ! Pour réaliser ces « vraies-fausses » cascades, les élèves ont tout de même reçu les précieux conseils de Rémy Julienne, grand cascadeur français ayant imaginé le spectacle Moteurs…Action ! Stunt Show Spectacular du Parc Walt Disney Studios, son intervention étant précédée d’extraits de grands films tels que Volte / Face, Vertical Limit, Piège de Cristal ou encore Qui Veut la Peau de Roger Rabbit.

Un autre côté fort désagréable de cette émission spéciale est le public bien trop présent ! Durant les chansons, il hurle beaucoup, surjoue et rend sa présence inadéquate, voire même insupportable par moment. Tout cela fait que le programme ne réalise au final qu’un score d’audience décevant, ne réunissant que 6 042 000 téléspectateurs pour une part de marché de 27,3%. Ce résultat, qui fait rêver bien des chaînes depuis l'avènement de la TNT et des plateformes OTT de style Netflix, est somme toute faiblard se situant bien en-dessous des plus de 30% d’audience réalisés jusque-là par les prime-times de Star Academy  en signant même le deuxième plus mauvais score de la semaine. Pour autant, rien ne se perdra car, certaines des séquences chantées (notamment celles de Britney Spears, des Destiny's Child ou encore d'Andrea Bocelli) seront réutilisées dans une autre émission dénommée Grand Opening : Walt Disney Studios, diffusée à la télévision belge et néerlandaise peu après l'ouverture du second Parc. Présentée alors par Irene Moors et Koen Wauters, son concept est différent : elle voit quatre enfants belges et néerlandais participer à une grande chasse aux trésors à travers le Parc visant à retrouver quatre clés nécessaires pour en ouvrir les portes.

Rendez-vous de Stars aux Walt Disney Studios est au final une bonne émission de variété si et seulement si elle est vue comme une variante d'un show de Star Academy. Elle tourne en revanche le dos à son rôle premier de présentation du tout nouveau Parc dédié au septième art, aboutissant à un résultat se situant à des années-lumières de l’émission Euro Disney – L’Ouverture et rendant sa comparaison totalement ridicule. Elle est à l’image de la dernière remarque - inappropriée et incongrue - de Jean-Pascal qui remercie... « le parc Disneyland Paris » !

Bancale et hors-sujet, Rendez-vous de Stars aux Walt Disney Studios ne fait pas honneur au tout jeune Parc Walt Disney Studios qui, pâtissant déjà d’un esthétique plus ingrate que ses confrères à l’ouverture, n’est décidément pas aidé par cette tentative promotionnelle totalement ratée.

Poursuivre la visite

Les Réseaux Sociaux

www.chroniquedisney.fr
Chronique Disney est un site amateur, non officiel, sans lien avec The Walt Disney Company, ni publicité,
utilisant des visuels appartenant à The Walt Disney Company ou des tiers par simple tolérance éditoriale, jamais commerciale.