Le Jour Où la Terre S'Arrêta

Le Jour Où la Terre S'Arrêta
L'affiche du film
Titre original :
The Day the Earth Stood Still
Production :
20th Century Fox
Date de sortie USA :
Le 28 septembre 1951
Genre :
Science-fiction
Réalisation :
Robert Wise
Musique :
Bernard Herrmann
Durée :
92 minutes
Disponibilité(s) en France :

Le synopsis

Une soucoupe volante se pose à Washington. À son bord, un extraterrestre et un robot viennent porter un message aux terriens. Klaatu, l'extraterrestre, va alors devoir faire face à la complexité des relations humaines en pleine guerre froide pour délivrer son message. 

La critique

Publiée le 07 septembre 2020

Le Jour Où la Terre S'Arrêta est un film réalisé par Robert Wise et sorti en 1951. Véritable monument de la science-fiction cinématographique, il doit ce statut à son caractère précurseur mais aussi à la profondeur des thèmes qu’il aborde. Des sujets qui font encore écho aujourd’hui, à une époque où la science-fiction a définitivement gagné ses galons de genre à part entière du cinéma de divertissement. 

Robert Wise, le réalisateur, est né dans l’Indiana en 1914. Son arrivée dans le monde du cinéma se fait essentiellement par hasard, lorsqu’il décide d’intégrer RKO Pictures en tant que coursier après avoir interrompu ses études de journalisme, en partie à cause de la Grande Dépression de 1929. De 1933 à 1934, il commence une formation de monteur et son premier travail dans la fonction se fait sur L’Emprise en 1934. Aussitôt remarqué pour la qualité de son travail, des réalisateurs célèbres font appel à lui, notamment Orson Welles pour son Citizen Kane en 1941, avec lequel il obtiendra une nomination à l'Oscar du meilleur montage. Ayant acquis une solide réputation, c’est comme remplaçant qu’il vient à la réalisation sur le film fantastique La Malédiction des Hommes-Chats en 1943. À partir de là, il se découvre une vocation pour les films de genre, réalisant par exemple en 1945 le célèbre Le Récupérateur de Cadavres avec le non moins célèbre Boris Karloff (Frankenstein en 1931) dans le rôle-titre. Sa carrière déjà prometteuse va ensuite connaitre un succès critique encore plus retentissant quand il réalise Le Jour Où la Terre S'Arrêta en 1951. Après plusieurs films plus convenu, il produit et coréalise en 1961 West Side Story. Il rencontre encore une fois un succès critique et public et remporte cette fois l’Oscar du meilleur film et celui du meilleur réalisateur. Un exploit qu’il réitèrera en 1966 toujours avec une comédie musicale, La Mélodie du Bonheur. Il s’érige alors en spécialiste du genre mais n’en n’oublie pas pour autant celui qui l'a rendu célèbre puisque l’une de ses dernières réalisations n’est autre que Star Trek, le Film en 1979.

Pour ce qui est de la trame, Le Jour Où la Terre S'Arrêta est bâti sur un scénario librement inspiré d’une nouvelle, Farewell to the Master de Harry Bates, publiée en 1940 dans la revue Astounding Science-Fiction. Une de ces revues « pulp », de celles qui ont popularisé la science-fiction et la fantasy dans la première moitié du XXème siècle aux États-Unis. Des personnages comme le Capitaine Flam, Conan le Barbare ou encore Cthulhu y ont, il est vrai, fait leurs premières apparitions ! Le film tisse toutefois un récit ancré dans son époque, exploitant des problématiques très contemporaines alors que la nouvelle n’affichait, elle, que très peu de portée politique. C’est néanmoins en cherchant une histoire propre à la métaphore que le producteur Julian Blaustein tombe sur Farewell to the Master et engage ensuite Edmund H. North, futur oscarisé pour le scénario de Patton en 1971, qui crée ici un scénario donnant pas moins que ses lettres de noblesse à la science-fiction.

L’histoire est ainsi simple mais pas simpliste. Une soucoupe volante se pose en plein cœur de la ville de Washington. En sort ce qui parait être un homme, Klaatu, accompagné d’un robot, Gort. Alors qu’il vient en paix, Klaatu est blessé lors de sa première rencontre avec des militaires. Il est ensuite hospitalisé et commence à dévoiler le but de sa venue. Il veut s’adresser à tous les peuples de la Terre. Les représentants de la Maison Blanche sont alors circonspects et suspicieux, voulant obtenir la primeur de l’information. Klaatu s’échappe donc afin de mieux connaitre la Terre et tenter de réunir des représentants de toutes les nations.

Durant son court séjour sur Terre, il va se faire passer pour un simple voyageur, Monsieur Carpenter, et va résider dans une pension de famille où il fait la rencontre d’Helen Benson, son fils Bobby et son nouveau fiancé Tom. Grâce à eux, il va pouvoir rentrer en contact avec l’un des plus grands scientifiques de la planète, le Professeur Jacob Barnhardt. Ce dernier se montre alors bien plus compréhensif que les autorités et perçoit les opportunités qui s’offrent à l’humanité. Klaatu est malgré tout contraint de prouver l’étendue de son pouvoir pour impressionner les humains en arrêtant toute forme d’énergie sur la Terre pendant trente minutes. Finalement, Klaatu pourra délivrer son message à la planète entière et repartira en lançant un ultimatum aux humains. Cesser les conflits et la prolifération des armes de destruction massives ou périr. 

Au casting, Le Jour Où la Terre S'Arrêta affiche peu de visages connus. D'après Michael Rennie, l’acteur qui interprète Klaatu, il s'agissait là d'une volonté de la production. Pour paraître venir d’un autre monde, Klaatu se devait en effet être campé par un comédien inconnu du public américain, d'où le choix de se tourner vers un interprète britannique. Autre caractéristique notable, Michael Rennie mesure 1 mètre 93, ce qui lui permet d’avoir une prestance non négligeable quand il s’agit d'incarner un extraterrestre. Auparavant, l’acteur s’était notamment distingué pour un petit rôle dans Quatre de l’Espionnage d’Alfred Hitchcock où sa grande taille servait aussi à son personnage, rôle pour lequel il n’était pas crédité alors même qu'il marque le début sa carrière cinématographique !  Après le succès du (Le) Jour Où la Terre S'Arrêta, Michael Rennie joue au côté de Tyrone Power, célèbre Zorro, dans The House in the Square en 1951 et dans Les Misérables de 1952 dans lequel il campe un Jean Valjean très convaincant. Plus tard en 1953, Robert Wise l’utilisera comme narrateur dans Les Rats du Désert ; un exercice qui lui sied bien et qu'il reprendra dans Prince Vaillant en 1954. Il apparait ensuite dans plusieurs séries télévisées comme Perry Mason sur CBS et Les Envahisseurs sur ABC. Enfin, l’un de ses rôles les plus marquants est celui du mystérieux Arthur Nordlund dans La Guerre des Cerveaux de 1968.

Le professeur Jacob Barnhardt est pour sa part campé par Sam Jaffe. Un acteur habitué des rôles de soutien, au cinéma comme à la télévision : son physique de savant le menant à souvent interpréter des rôles de professeur, docteur ou encore d’homme d’église. C’est lui qui jouera notamment en 1971 le rôle du libraire dans l’inoubliable L’Apprenti Sorcière des Studios Disney.

Patricia Neal complète joliment le casting très masculin du film. Une actrice alors peu connue elle aussi. Elle tient son premier rôle en 1949 au côté de Ronald Reagan, le futur Président des États-Unis, dans John Loves Mary. Elle jouera ensuite avec Gary Cooper dans Le Rebelle en 1949. Après Le Jour Où la Terre S'Arrêta, sa carrière décolle réellement si bien qu'elle décroche en 1963 l’Oscar de la meilleure actrice pour le western Le Plus Sauvage d’Entre Tous de Martin Ritt dans lequel elle partage l’affiche avec Paul Newman. Pour l’anecdote, elle est aussi connue pour avoir été longtemps la compagne de Gary Cooper puis la femme du célèbre auteur Roald Dahl. Enfin, Bobby, le fils d’Hellen Benson, est interprété par le jeune Billy Gray méconnaissable plus tard en agent artistique dans Certains l’Aiment Chaud en 1959 avec Marilyn Monroe. 

Dernière particularité du casting, plusieurs acteurs amateurs font partie de l’équipe ! Il faut savoir que Lock Martin, qui interprète le rôle de Gort le Robot, n’était en effet pas un acteur ordinaire. Il officiait en fait en tant que portier au célèbre Chinese Theater de Los Angeles. Ses 2 mètres 24 lui ont toutefois plusieurs fois servi pour endosser des rôles de géants. Ce fut le cas ici, mais son physique hors normes allait cependant avec une vraie fragilité musculaire : il supporta donc très mal le costume de robot, limitant la durée des différentes prises de vues. Enfin, l’intégralité des journalistes américains présents dans le film, commentant les faits, sont de véritables journalistes vedettes de l’époque. Le tout pour rendre l’histoire contée encore plus immersive ! 

En science-fiction, les grandes œuvres ont toutes une chose en commun. Ce sont des reflets d'une époque et le plus souvent des critiques des maux qui l’animent. Dans les années 50, aux États-Unis et dans le Monde, c’est ainsi le début de la guerre froide. Helen Benson est donc une veuve de la Seconde Guerre mondiale marquée par la période qui vient de s’achever. Chaque habitant craint pour sa sécurité mais la plupart ne croit pas aux extraterrestres, préférant penser que l’URSS est derrière tout ça, sans évidemment jamais la nommer. Enfin, Klaatu brosse un portrait très sévère de l’Humanité. Lorsqu’il essaie de faire entendre raison aux politiques américains, il n’hésite pas à mettre en avant la stupidité des conflits de la Terre et quels dangers l’arme nucléaire représente pour l’Homme et l’Univers en général.

L’analogie avec la crainte du conflit nucléaire, la paranoïa et la chasse aux sorcières du maccarthysme présents dans le film sont alors vivement critiqués. L'opus permet pourtant d’envoyer un message clair à son public : à l’échelle de la galaxie, les conflits terriens sont puérils. C’est d'ailleurs en partie grâce à ce message que Le Jour Où la Terre S'Arrêta atteint son statut d’œuvre culte, mais pas seulement. L’Amérique toujours très puritaine aime aussi voir à travers ce film un message biblique. L’arrivée puis le départ de Klaatu, un être supérieur venu avertir le peuple de ne pas céder à ses démons, rappelle à beaucoup un certain Jésus de Nazareth. Et pour ne rien arranger, il se fait appeler Carpenter c'est-à-dire charpentier, soit aussi le métier de Joseph, père de Jésus ! Si cette allégorie chrétienne peut sembler évidente pour certains, selon l’aveu de Robert Wise et Edmond H. North, elle n’est pas exacte, le premier étant connu pour ses convictions antimilitaristes et croyant aux OVNI et le second s’étant basé sur l’œuvre de pure science-fiction originelle. 

Néanmoins, et peut-être par son aspect christique, le film rencontre un succès modeste à sa sortie le 28 septembre 1951 aux États-Unis puis un an plus tard en France. Les critiques sont en revanche promptes à reconnaitre la qualité du sous-texte et le jeu des acteurs. Il remportera tout de même près d’1,8 million de dollars sur le sol américain pour un budget de 900 000 dollars. Il faut aussi lui reconnaitre une véritable aura populaire qui se forgera avec les années. Il devient en effet le fer de lance d’un nouveau genre. Depuis, la science-fiction n’a jamais perdu sa popularité et bon nombre de films récents ou plus anciens s’inspirent en partie de lui. 

Car Le Jour Où la Terre S'Arrêta a su créer des normes et en devenir ainsi un maître étalon. Son iconographie est intemporelle que ce soit le robot, froid mais humanoïde, Klaatu, semblable à un homme mais pourtant si différent mais aussi la représentation de sa nef spatiale : tout est comme le spectateur se l’imagine encore aujourd’hui. L’un des éléments qui est depuis devenu une véritable référence du film de science-fiction est aussi sa musique. La bande originale est alors confiée à Bernard Herrmann, l’un des monstres sacrés des compositeurs de cinéma. Lui qui compte déjà à son actif les musiques de Citizen Kane, Anna et le Roi de Siam et qui plus tard signera celles de Voyage au Centre de la Terre, Psychose ou encore Taxi Driver, rend ici un travail exceptionnel. En utilisant l’instrument si particulier qu’est le thérémine, il parvient en effet à retranscrire à merveille l’étrangeté d’un visiteur extraterrestre et l’angoisse que peuvent ressentir les protagonistes. Cette bande originale est sublime de justesse ; son style se voyant repris de nombreuses fois dans quasiment toutes les fictions faisant référence aux OVNIS. 

Le Jour Où la Terre S'Arrêta est une œuvre majeure au point d'être devenu un film mythique. En le découvrant aujourd’hui, le spectateur peut sans mal ressentir l'impression de déjà vu. Pourquoi ? Tout simplement parce qu’il a inspiré tous les autres depuis les années 50. C’est dire si les codes qu’il a mis en place fonctionnent ! Alors que son but avoué était de faire réfléchir sur la guerre froide, il parvient finalement à accomplir bien plus, établissant une bonne fois pour toute la science-fiction comme un genre à part entière et surtout, comme un genre qui peut et qui doit faire réfléchir sur le monde actuel. Inspirant, Le Jour Où la Terre S'Arrêta est un chef-d’œuvre absolu.

Poursuivre la visite

1935 • 1959
20th Century Studios
De 1935 à 1959
2000 • 2021
20th Century Studios
De 2000 à Aujourd'hui

Les Réseaux Sociaux

www.chroniquedisney.fr
Chronique Disney est un site amateur, non officiel, sans lien avec The Walt Disney Company, ni publicité,
utilisant des visuels appartenant à The Walt Disney Company ou des tiers par simple tolérance éditoriale, jamais commerciale.