Spider-Man : Spider-Verse
La couverture
Éditeur :
Panini Comics
Date de publication France :
Le 13 septembre 2017
Collection :
Marvel Events
Auteur(s) :
Dan Slott (scénariste)
Olivier Coipel (dessinateur)
Giuseppe Camuncoli (dessinateur)
Nombre de pages :
296

Le sommaire

• Introduction
• Présentation des personnages
• Edge of Spider-Verse - Superior Spider-Man #32 (2014)
• Edge of Spider-Verse - Superior Spider-Man #33 (2014)
• Staging Ground-Free Comic Book Day (2014)
• Edge of Spider-Verse - Amazing Spider-Man #7 (2014)
• Edge of Spider-Verse - Amazing Spider-Man #8 (2014)
• Edge Of Spider-Verse - Spider-Man 2099 #5 (2014)
• Spider-Verse - Amazing Spider-Man #9 (2015)
• Spider-Verse - Amazing Spider-Man #10 (2015)
• Spider-Verse - Amazing Spider-Man #11 (2015)
• Spider-Verse - Amazing Spider-Man #12 (2015)
• Spider-Verse - Amazing Spider-Man #13 (2015)
• Spider-Verse - Amazing Spider-Man #14 (2015)
• Spider-Verse - Amazing Spider-Man #15 (2015)
• Galerie de couvertures

La critique

rédigée par
★★★★
Publiée le 14 décembre 2018

Spider-Verse est un event dont le récit principal se déroule au sein de la série The Amazing Spider-Man mais avec des répercussions sur d'autres en lien avec le Tisseur, dont Spider-Man 2099, Spider-Woman allant jusqu'à initier la création d’une mini série Edge Of Spider-Man. Après l'avoir déjà publié en kiosque puis dans deux volumes de la collection Marvel Now, Panini offre à ce récit une édition luxueuse contenant Superior Spider-Man #32 et #33, Spider-Man 2009 #5, The Amazing Spider-Man #9 à #15 et des extraits du Free Comic Book Day 2014 et de The Amazing Spider-Man #7 et #8. Le scénariste est Dan Slott avec Olivier Coipel et Giuseppe Camuncoli aux dessins.

Cet event prend donc ses racines dans trois grandes sagas de Spider-Man. La première, la plus ancienne, est le run de Straczynski qui arrive sur la série The Amazing Spider-Man en 2001. Le scénariste va petit à petit déstructurer complètement la mythologie ainsi que la vie de Peter Parker pour mieux se l’approprier. Il va notamment introduire l’aspect totémique de l’origine des pouvoirs d’araignée, qui seraient plus liés à du mystique qu’à la science. Les Totems seraient un pont entre humains et l’animal qu’ils représentent. Plusieurs arcs et personnages vont dans ce sens, comme Ezekiel, un homme qui possède lui aussi des pouvoirs arachnéens et un ennemi mortel, Morlun. Morlun apparaît en effet comme un chasseur d’êtres surhumains détenant des pouvoirs totémiques. Il traque Spider-Man qui, malgré une première défaite, arrive à le vaincre. Morlun, toujours sans véritable origine, réapparaît ensuite dans la saga L’Autre pour être défait de nouveau par Peter, sans qu’une explication sur son retour d'entre les morts ne soit donnée.
La deuxième est The Superior Spider-Man. Entre 2013 et 2014, le Docteur Octopus a semblé triompher de l’Araignée en piégeant l’esprit du héros dans son corps mourant. Remplaçant Peter dans sa vie, sans que personne ne s’en rende compte, il décide de faire le bien mais à sa manière : de façon plus froide et calculée ! L’âme de Parker subsiste pourtant toujours et réussit finalement à reprendre le corps qui est le sien.
La dernière saga est Original Sin, l’event de la Maison des Idées de 2014 qui débute juste après la fin de The Superior Spider-Man. Dans ce récit, Uatu le Gardien, observateur des événements et gardien du savoir de la Terre, est tué et son cadavre énuclé. Le vilain Orb s'empare alors de l’un des yeux du Gardien et révèle les plus grands mensonges et péchés des héros, ce qui rend notamment Thor indigne de manier Mjolnir. Spider-Man a lui un flash de son passé, de la démonstration scientifique durant laquelle il a reçu ses pouvoirs et la vérité éclate : l’araignée n'a pas piqué que lui mais aussi une fille présente durant l’expérience ! Il retrouve sa trace dans le bunker construit il y a des années par Ezekiel qui devait le protéger de Morlun et libère enfin Cindy Moon de sa prison dorée. Cette dernière réagit mal, terrifiée qu'elle est par le chasseur des Totems. Peter lui explique qu’il en est déjà venu à bout et la jeune fille se calme, reprend ses esprits avant de l'embrasser  ! Un lien spécial unit donc les deux protagonistes qui semblent irrémédiablement attirés l’un vers l’autre et sont capables de se retrouver qu’importe la distance (même à travers le multivers). Cindy se forge alors l'identité secrète de Silk et se révèle posséder des pouvoirs similaires à ceux de Peter excepté le fait qu’elle produise de la toile organique.

Le récit Spider-Verse s'ouvre sur une aventure passée qu'a vécue Otto Octavius quand il était encore en possession du corps de Parker. Un retcon (une modification du passé grâce à des éléments présent) a lieu et le lecteur découvre que le Spider-Man Supérieur est envoyé dans le futur en 2099, où vit Miguel O’hara, le Spider-Man de cette ère. Avec son aide, il va tenter de retourner à son époque en construisant une machine à remonter le temps. Sa tentative se solde par un échec et au lieu de revenir en arrière, il voyage dans le multivers et découvre un monde où Spider-Man a rejoint les Quatre Fantastiques mais qui viennent juste de mourir au combat. Ses tentatives suivantes seront autant d'échecs de retrouver son année de départ que de découvertes d'autres mondes dans lesquels le Tisseur est mort à chaque fois. Et chacun des corps portera la même blessure avec des résidus d'énergie spécifique qu’Otto va tenter de suivre à travers le multivers. Il arrive finalement à sauver Pavitr Prabhakar (Terre-50101), un Spider-Man indien, échappant de peu à son assaillant, un homme au style dandy dont la tête est recouverte d'un scaphandre masquant son visage et lui donnant un aspect steampunk. Otto présente Pavitr à d'autres Spider-Men qu'il rassemble afin de lutter efficacement. Mais le mystérieux assassin n'est pas le seul à traquer les Totems…
Le numéro suivant lève, en effet, le voile sur l'identité du vilain qui se nomme Karn et n'est autre que le frère de Morlun ! Le lecteur découvre ainsi la famille entière constituée de Thanis, Daemos et Jennix, ses frères ; Bora et Brix des jumeaux ; Verna sa soeur et sa mère non nommée. Mené par Solus le patriarche, et appelé les Héritiers, tout ce beau monde attaque le Tisseur maître de la Toile de la Vie et du Destin, un être relié à l'essence des Totems d'araignée et maîtrisant le voyage à travers le multivers. Karn, loin de la sauvagerie de sa famille, hésite pourtant à vaincre son adversaire et dans un moment d'égarement fait subir à l'un des membres de sa famille une lourde perte. Devant sa faiblesse, et malgré la victoire finale, il est banni par sa famille, avec la mission pour retrouver son honneur d'exterminer le plus de Totems possible. Les Héritiers deviennent maîtres de la Toile de la Vie et peuvent donc partir en chasse des Spider-Men...

La saga principale commence après ce long prélude par le retour du Peter Parker classique de la Terre-616 en discussion avec Cindy Moon. Les héros partent en patrouilles et, alors qu’ils affrontent un super-vilain, des Spider-Men ou Women viennent leur prêter main forte. Si Spider-Man 2099, Spider-Girl (alias Mayday Parker, fille de Peter dans un futur alternatif), Spider-Woman (Jessica Drew) et sa protégée Spider-Girl (Anya Corazon) de la Terre-616 sont des visages connus de Peter, d'autres comme Spider-UK (Billy Braddock de la Terre-833) et Spider-Cochon alias Peter Porker de la Terre-25 ne le sont pas ! Les Tisseurs préviennent alors Peter que les Héritiers parcourent le Multivers pour décimer les Totems de l’Araignée et lui demandent son aide car il est l’Élu, le seul à avoir réussi à en tuer un. L’escouade bat en retraite car Daemos approche. Ils retrouvent d’autres rescapés du génocide et prennent la décision de se séparer en plusieurs groupes pour trouver comment vaincre leurs ennemis. Ayant détecté un autre groupe de Spider-Men, Peter décide de les rejoindre afin de regrouper leurs forces et s'invite ainsi dans la Spider-Armée rassemblée par Otto en 2099. Les plus grands héros du Multivers sont donc réunis ! Mais voilà, même si les plus grandes forces et intelligence luttent désormais ensemble pour vaincre les Héritiers, certains des Spider-Men, et le Spider-Man Supérieur en tête, n’ont pas les mêmes valeurs que le Peter originel : le choc risque d’être ravageur !

Les scénarios des ces aventures sont signée de Dan Slott.
Auteur de comics américains, il débute sa carrière chez Marvel, un éditeur où il connaît ses plus grands succès avec Mighty Mouse #10. Pendant une dizaine d'années, il continue d'écrire des comics book jeunesse avec The Ren & Stimpy Show, Batman Adventures ou encore Scooby-Doo. En 2003, il signe pour DC Comics Arkham Asylum : Living Hell et reprend les rênes de Miss Hulk pour Marvel. Le succès est au rendez-vous avec une augmentation des ventes et un bon retour des critiques. A l'origine de la série Avengers : The Initiative, il succède à Brian M. Bendis sur Mighty Avengers et oeuvre sur l'histoire du jeu Spider-Man : Shattered Dimensions. Il a la lourde tache de reprendre la série The Amazing Spider-Man après la fin du run de Stracz et la saga One More Day en 2008 : il ne quittera ainsi le Tisseur qu'en 2018 ! Il livre un run de dix ans avec des récits exceptionnels comme Spider-Island, Superior Spider-Man, ou Big Time. Il scénarise en parallèle Silver Surfer pour lequel il obtient un Eisner Award.
Côté dessin, Olivier Coipel est, quant à lui, un artiste français en charge de la partie graphique de l'album. Il est sorti premier de sa promotion de la prestigieuse école de l’image Gobelins. Il débute ensuite sa carrière comme animateur dans le studio d’animation Amblimation puis travaille notamment pour Dreamworks sur Le Prince d’Égypte. Son parcours l’amène vivre d'abord à Londres puis à Los Angeles. Sa carrière dans le comics débute ainsi chez DC Comics où il dessine La Légion des super-héros mais elle s'accélère réellement avec son arrivée chez Marvel, et son premier arc sur Avengers avec Geoff Johns à l’écriture. Quesada dit de lui qu’il fait partie des Marvel’s Young Gun, les nouveaux dessinateurs qui représentent l’avenir de la société. Cette liste contient, en plus d'Oliver Coipel, Jim Chemg, David Finch, Trevor Hairsine, Adi Granov ou encore Steve McNiven. Sa grande révélation au public se fait grâce à ses dessins sur House of M, le premier gros cross-over de Bendis après son arrivée sur les Vengeurs. Ensuite, lors de son passage sur Thor avec Stracz, il retravaille le design du personnage lui donnant un aspect plus massif et une tenue plus guerrière. Il est d’ailleurs crédité au générique du film Thor qui s’inspire directement de ses dessins. 
Giuseppe Camuncoli est, pour sa part, un dessinateur italien né en 1975. Il commence sa carrière par un comics auto publié et co créé avec Matteo Casali : Bonerest. Image Comics l'édite par la suite pour le marché américain et lance complètement sa carrière. Il passe ainsi notamment au dessin de Swamp Thing pour Vertigo avec Brian K Vaughan au scénario. La suite se poursuit principalement chez Marvel (Dark Wolverine) ou DC Comics (Hellblazer) même si le public peut le retrouver sur des classiques du fumettis italiens comme Diabolik ou Dylan Dog. Son ascension se poursuit sur les titres The Amazing Spider-Man, Dark Vador et avec ses nombreuses couvertures pour les différents éditeurs du marché.

13 ans. 13 ans après sa première apparition, après plusieurs morts et des résurrections inexpliqués, Morlun hérite donc enfin d’une origine et d’un but. Adversaire redoutable, introduit par Stracz durant son run mémorable, Spider-Man avait puisé dans ses réserves et son ingéniosité, se dépassant et risquant sa vie pour en venir à bout. Alors pour réussir à vaincre Morlun, sa fratrie et le terrible Solus, Dan Slott assemble une armée des plus grands Spider-Man/ Spider-Girl et Spider-Woman que les lecteurs ont croisé depuis 50 ans à travers le Multivers. Ashley Barton, apparue dans Old Man Logan de la Terre- 807128, Spider-Man Noir qui évolue durant la prohibition de la Terre-90214, d’autres oubliés comme Takuya Yamashiro de la Terre-51778, le Spider-Man japonais vu dans l’adaptation de Toei, accompagné de Leopardon son robot géant ! Mais le scénariste ne se contente pas d’aller puiser dans la culture Marvel, il crée ses propres avatars pour aider Peter ! Tout comme il complète le mythe des Totems mis en place des années auparavant. Mais loin de n’être qu’un simple regard en arrière sur un arc réputé, l’event va permettre de comprendre le rôle primordial du Peter Parker de la Terre-616 au sein du Multivers.
L’action a, en outre, une place de choix dans le récit et permet de mettre en avant la ressource des différents Spider-Men et leur travail en équipe. Tout comme chaque membre des Héritiers a son propre background et sa spécialité : Morlun est un combattant froid et calculateur, les jumeaux Brix et Bora prennent la chasse comme un partie de jeux tandis que Jennix est le scientifique de la famille.
Avec Spider-Verse, la prise de risque est énorme pour Dan Slott. Spider-Verse est, en effet, le 7ème cross-over/event de Marvel pour l’année 2014 ! D'autant que tous sont de qualité bien inégale, comme le très mauvais AXIS qui vient de se terminer. L'attente est ainsi très haute pour les fans de la Maison des Idées surtout que le run de Stracz, devenu mythique, n’a jamais eu la fin qu’il méritait. Et le défi est relevé avec brio par l’écrivain. Il joue parfaitement avec les codes de publications des events en déléguant certaines parties de l’intrigue dans les séries annexes des héros (Spider-Man 2099 et Spider-Woman notamment) et en permettant de parcourir l’infinité du Multivers et les origines de nouveaux Tisseurs créés pour l’occasion. Certains auront d'ailleurs un tel succès qu’ils obtiennent même leurs propres séries à l’issue de l’event ! Il inclut, en outre, des éléments de son propre run en cours comme le retour du Spider-Man Supérieur qui a du mal à accepter le statut du Peter Parker originel sans oublier un début d’explication sur la relation particulière entre Peter et Cindy Moon.
Niveau dessin, le lecteur est servi et bien servi ! L’arc principal est signé par l’italien Camuncoli, l’artiste régulier de The Amazing Spider-Man mais aussi la superstar française, malheureusement trop rare, Olivier Coipel. Les deux styles, bien que très différents, s’associent à merveille. La dynamique de la mise en page de Coipel colle parfaitement aux grandes batailles et démontre la sauvagerie des Héritiers quand Camuncoli excelle, lui, dans les grandes scènes de réflexions et une maîtrise des codes des dessins arachnéens et tous les symboles associés.

Dan Slott signe LE récit sur Spider-Man de ces dernières années. Faisant oublier la saga One More Day publiée auparavant, il livre ainsi coup sur coup, New Ways to Die, Spider-Island, End of Earth, Superior Spider-Man et enfin Spider-Verse. Point d’orgue de son run et même de l’année pour Marvel, il fournit un récit authentique, complet et empli de nostalgie. Un récit toutefois pas vraiment facile d’accès pour commencer dans l’univers du Tisseur au vu des ramifications dans toute l’histoire de Peter Parker et des allusions au Multivers : il s'agit là du seul point négatif possible de l'ensemble, et encore, il n'est pas illégitime qu'une oeuvre de cette envergure se mérite ! Difficile par contre de ne pas en vouloir à Panini Comics de ne pas avoir été capable de proposer en deux rééditions en librairies une édition intégrale comprenant tout les ties-ins et les récits annexes permettant d’en savoir plus sur les différents Spider-Men croisés durant la saga principale. Un vrai manque pour les lecteurs et fans de l’Araignée qui ont loupé la saga dans sa totalité en kiosque...

Spider-Verse est un event absolument indispensable à tout réel amateur de comics Marvel en général et fan de Spider-Man en particulier, si jamais il était possible d'être l'un sans l'autre...

Poursuivre la visite

1968 • 2018
1966 • 2019

Les Réseaux Sociaux

www.chroniquedisney.fr
Chronique Disney est un site amateur, non officiel, sans lien avec The Walt Disney Company, ni publicité,
utilisant des visuels appartenant à The Walt Disney Company ou des tiers par simple tolérance éditoriale, jamais commerciale.