Infinity
La couverture
Éditeur :
Panini Comics
Date de publication France :
Le 01 juillet 2015
Collection :
Marvel NOW !
Auteur(s) :
Jonathan Hickman (Scénario)
Jim Cheung (Dessin)
Dustin Weaver (Dessin)
Jerome Opeña (Dessin)
Nombre de pages :
178

Le sommaire

• Infinity (2013) #1
• Infinity (2013) #2
• Infinity (2013) #3
• Infinity (2013) #4
• Infinity (2013) #5
• Infinity (2013) #6
• Galerie de Couvertures

La critique

rédigée par
Publiée le 27 mars 2020

Infinity est un comics publié par Panini Comics dans la collection Marvel NOW!. Il contient les six numéros de l’event Infinity publiés en 2013, écrits par Jonathan Hickman et dessinés par Jim Cheung, Dustin Weaver et Jerome Opeña.

L’univers Marvel dans sa globalité vit une de ses périodes les plus sombres. Les mutants sont plus divisés que jamais après les intrigues de Schism et Avengers vs X-Men. Les Inhumains sont confrontés à leur passé avec le retour d’anciennes maisons et factions inhumaines sous la couronne de Flèche Noire, le protocole l’obligeant à avoir une femme dans chacun de ces groupes, et rendant les trahisons monnaie courante au vu des ambitions des uns et des autres. Le Multivers lui-même est en danger, les Terres parallèles entrent les unes après les autres en collision, provoquant leur annihilation durant ce qui est nommé "Les Incursions". Seule pourtant une poignée de héros est au courant de ce qui se trame : les Illuminatis (Black Panther, Docteur Strange, Red Richards, Namor, Iron Man, le Fauve et Flèche Noire), qui tentent à tout prix de sauver les univers. Les Avengers ne sont pas en reste, puisqu'eux aussi vivent de grandes aventures cosmiques, croisant la route d’Ex Nihilo et d’Abyss, des êtres créés par les Bâtisseurs, une mystérieuse race ancienne qui maîtrise le temps et l’espace grâce à sa technologie, afin de terraformer des planètes entières et contrôler l’évolution des peuples. Ex Nihilo et Abyss se sont d'ailleurs retournés contre leurs maîtres et œuvrent dorénavant aux côtés des Avengers.

L’histoire commence donc sur un rappel des terribles sacrifices que doivent prendre les Illuminatis pour assurer la survie de la Terre-616 : la destruction d’univers entiers, la trahison ultime pour certains des plus grands héros de ce monde. L’action se déplace alors sur Titan où un Éclaireur semble avoir trouvé une chose mystérieuse sur Ahl-Agullo, pour le compte d'un maître non moins énigmatique. Corvius Glaive, un lieutenant, se rend ainsi sur la planète et exige un tribut pour son souverain. Son retour hante la populace déjà dévastée par une précédente venue, la menace de la destruction du monde sans oublier la défaite du champion national qui pousse le roi à accepter sa demande. Glaive revient alors sur Titan et apporte son trophée dans un conteneur au pire tyran de l’univers : Thanos. Dans la boîte se trouve donc le tribut macabre : les jeunes Agulliens morts. Pendant ce temps, l’Éclaireur envoyé par Corvius pour sa dernière mission arrive sur Terre…
Dans l’espace, les Bâtisseurs poursuivent leurs terribles missions et détruisent la planète Galador ainsi que tous ses habitants, pendant que Captain Universe observe la scène. À Palerme, les Avengers, en collaboration avec le S.W.O.R.D. (Sentient Worlds Observation and Response Departement, l’agence en charge des relations humains-extraterrestres), traquent des Skrulls en situation irrégulière, tout en cherchant une explication quant à leur présence. Mais ils sont bien vite rappelés par Abigail Brand sur le Peak, point d’observation spatial de l’agence, pour une urgence. Arrivés sur place, ils découvrent Captain Universe dans un état de stase ainsi qu’un message de détresse envoyé par un bastion Kree attaqué par les Bâtisseurs. En recoupant les informations dont ils disposent, la terrible vérité apparaît : les anciens maîtres d’Abyss et Ex Nihilo sont en route vers le monde des Avengers. Rapidement, les héros décident de rejoindre leurs alliés du Conseil Galactique pour faire corps, afin de contrer et repousser leurs ennemis, laissant sur Terre une petite poignée de héros, avec à leur tête Iron Man, chargés de trouver comment défendre la planète. Pendant ce temps, l'Éclaireur semble recueillir l’information qu’il recherche dans la psyché de Flèche Noire. Bien que chassé hors d’Attilan après avoir été découvert, il arrive à rejoindre Thanos pour délivrer son message. Le Titan rassemble alors son armée pour attaquer. Des Inhumains en crise, des Mutants divisés et des Avengers dans l’espace : qui pourra l'empêcher de mettre à exécution ses terribles plans d'action ?

Scénariste américain né en 1972, Jonathan Hickman commence sa carrière au sein d'Image Comics avec le titre The Nightly News en 2006. Chez l'éditeur indépendant, il publie alors certaines de ses propres créations comme East Of West, avant de passer chez Marvel en 2009. Il commence par collaborer avec Bendis sur Secret Warriors, reprenant l’idée d’une équipe de héros inconnus de tous et rassemblés par Nick Fury. Il prend ensuite en main le destin des Quatre Fantastiques ; son run épique lui valant d’ailleurs une nomination aux Eisner Awards. Dans le cadre du relaunch Marvel NOW!, la Maison des Idées lui confie les Avengers, si bien qu'il devient l’un des grands architectes de la période. Son run dure ainsi trois ans, dont le point culminant est Secret Wars en 2015. Il quitte après cela l’éditeur pour se concentrer sur ses propres créations.
Jim Cheung est, quant à lui, l’un des dessinateurs britanniques vedettes œuvrant pour Marvel. Après des numéros pour des séries X-Men et Iron Man durant les années 90 et un passage chez Crossgen et DC Comics, Cheung est cité parmi les Young Gun de Joe Quesada, alors rédacteur en chef, c’est-à-dire, selon lui, les futures grandes stars de l’industrie. À ses côtés dans cette liste s'ajoutent Olivier Coipel, David Finch, Trevor Hairsine, Adi Granov et Steve McNiven. Et force est de constater que Quesada avait raison, tant la carrière de ces artistes est époustouflante ! Œuvrant sur de nombreux events et crossovers, que cela soit sur les titres principaux ou les tie-in et réalisant de très nombreuses couvertures, Cheung est devenu l’artiste incontournable de Marvel. Récemment, il a dessiné The Clone Conspiracy, un crossover lié à Spider-Man.
Jerome Opeña est, lui, né aux Philippines et a grandi à Taïwan, grâce à un père travaillant pour une société d’agroalimentaire internationale. Il déménage une dernière fois vers les États-Unis et commence des études d’art. Une rencontre détermine véritablement l’axe de sa carrière : celle avec le scénariste Rick Remender. Il devient son protégé et leurs noms seront souvent rattachés aux mêmes projets. Il est ainsi à noter dans sa bibliographie l’excellent roman graphique La Rage d’Ultron, accompagné justement de Remender au scénario.
Dustin Weaver, enfin, est un touche-à-tout du comics. Après des débuts chez WildStorm Studio en 2003, il travaille pour le New York Times puis chez Dark Horse, où il officie sur l’univers Star Wars et notamment Star Wars : Chevaliers de l'Ancienne République avant de signer un contrat d’exclusivité chez Marvel. Là, il devient le co-créateur de la série S.H.I.E.L.D. : La Confrérie du Bouclier, une série unanimement saluée et dont la suite a été publiée dans un second volume... Un second volume que Panini Comics a trouvé le moyen de saccager lors de sa publication française ! La première partie est en effet publiée dans un format souple en 100% Marvel mais, pour la suite, les lecteurs français doivent repasser à la caisse avec une intégrale en Marvel Deluxe ! Il faut encore rajouter à cela la longue attente entre les parutions, contraignant ultimement les premiers acheteurs français à faire l'impasse sur cette histoire... Actuellement, Weaver travaille en tant que scénariste pour IDW sur la série Rocksteady et Bebop, qui se place dans l’univers des Tortues Ninja !

Dans son récit, Hickman développe deux trames narratives parallèles. La première montre l’attaque de Thanos sur Terre, et plus particulièrement sur Attilan pour trouver un mystérieux butin. Bien que pouvant sembler la partie la plus basique dans l’histoire, les machinations dans l’ombre pour sauver le monde des Inhumains et le dénouement final feront écho pendant de très nombreuses années sur la Terre-616. La deuxième partie est loin d’être une suite de batailles spatiales et de combats rudimentaires dans la mesure où elle tente en réalité de répondre à une question pourtant simple : quelle est la place des Avengers dans l’Univers ? Après la découverte de l’arrivée prochaine des Bâtisseurs sur la Planète Bleue, Captain America prend la tête d’un contingent des plus grands héros pour rejoindre l’armée du Conseil Galactique. Mais aux yeux des plus grandes races conquérantes de l’espace comme les Krees, les Broods ou encore les Sh’iars, les héros ne semblent pas peser bien lourd dans les prises de décisions. Il faut encore ajouter à cela les défaites qui s’accumulent et les défections d’alliés, le fatalisme prenant le pas sur la motivation des héros face à des ennemis inarrêtables.
Le scénariste virtuose n’oublie pas le fil conducteur qu’il tisse depuis le début de son run sur les séries Avengers, et même avant : le sort du Multivers et les Incursions. Les Illuminatis ont en effet déjà sauvé de nombreuses fois la Terre, mais à un prix terrible, en imaginant des armements qui pourraient se retourner contre eux s’ils venaient à tomber entre de mauvaises mains.
Comme tout event Marvel, Infinity a des répercussions sur de nombreuses autres séries en cours de publication. Naturellement, Avengers et New Avengers sont les principales concernées et leurs lectures (correspondant aux tomes Avengers #4 et New Avengers #2 dans la collection Marvel NOW!) est quasiment obligatoire, car Hickman délègue de nombreuses scènes dans ses séries et n’en fait qu’un bref résumé dans l’arc principal ; c'est là le signe d’une histoire dense mais maîtrisée. Il est d’ailleurs conseillé de ne pas louper le début du run du scénariste sur ces deux séries Avengers, tant les éléments qu’il arrive à introduire pour propulser les héros dans une nouvelle dynamique sont légion et peuvent sans cela s'avérer déroutants.
Aux côtés d'Hickman, le trio de dessinateurs prend ses pleines responsabilités pour mettre en image l’event majeur de Marvel, et tous semblent vraiment au sommet de leur art pour cet exercice difficile. Pour l'occasion, Cheung s’occupe alors principalement du premier et du dernier numéro tandis que Weaver et Opeña gèrent les numéros intermédiaires.

Complexe, dense, palpitant et plein de rebondissements, les qualificatifs sont nombreux pour définir ce premier grand event de l’ère Hickman. Après les décevants Avengers vs. X-Men et Age of Ultron, le scénariste livre ici une histoire marquante et surtout percutante ; un Must Have de ces dernières années pour la Maison des Idées dans la catégorie event/crossover. Pour pleinement apprécier sa lecture et ne louper aucun détail du récit, il est tout de même primordial de lire les deux volumes annexes des séries Avengers et New Avengers.

Poursuivre la visite

1968 • 2019
1966 • 2020

Les Réseaux Sociaux

www.chroniquedisney.fr
Chronique Disney est un site amateur, non officiel, sans lien avec The Walt Disney Company, ni publicité,
utilisant des visuels appartenant à The Walt Disney Company ou des tiers par simple tolérance éditoriale, jamais commerciale.