Daredevil
Tome 2 : Le Procès du Siècle

Daredevil - Tome 2 : Le Procès du Siècle
La couverture
Éditeur :
Panini Comics
Date de publication France :
Le 06 avril 2016
Genre :
Marvel Select
Auteur(s) :
Brian Michael Bendis (scénariste)
Alex Maleev (dessinateur)
Manuel Gutierrez (dessinateur)
Nombre de pages :
304

Le sommaire

• Introduction
• Daredevil Vol. 2 #38 (2002)
• Daredevil Vol. 2 #39 (2003)
• Daredevil Vol. 2 #40 (2003)
• Daredevil Vol. 2 #41 (2003)
• Daredevil Vol. 2 #42 (2003)
• Daredevil Vol. 2 #43 (2003)
• Daredevil Vol. 2 #44 (2003)
• Daredevil Vol. 2 #45 (2003)
• Daredevil Vol. 2 #46 (2003)
• Daredevil Vol. 2 #47 (2003)
• Daredevil Vol. 2 #48 (2003)
• Daredevil Vol. 2 #49 (2003)
• Daredevil Vol. 2 #50 (2003)
• Les créateurs

La critique

rédigée par
★★★★
Publiée le 05 octobre 2018

Après un premier tome excellent, Brian Michael Bendis et Alex Maleev poursuivent leur travail sur le Diable de Hell’s Kitchen. La formule est la même : s’acharner sur Matt Murdock. Mais le scénariste apporte de nouvelles pistes intéressantes et ne tombe pas dans la redite. Daredevil - Tome 2 : Le Procès du Siècle, édité par Panini Comics dans la collection Marvel Select et contenant les numéros #38 à #50 de Daredevil Vol. 2 est ainsi tout aussi passionnant et transforme l’essai initié dans le précédent volume.

Après la divulgation de son identité secrète dans la presse, Matt subit donc la pression médiatique tout en continuant d’assumer son travail d’avocat. Considérablement atteint par les rumeurs qu’il tente de démentir, il essaie tant bien que mal d’assurer la survie de son cabinet juridique et de préserver sa vie sentimentale. 
Le Procès du Siècle peut alors se découper en deux parties : la première, de Daredevil Vol. 2 #38 à Daredevil Vol. 2 #40, suit Matt dans sa vie d’avocat, durant un procès, alors qu’il tente de prouver l’innocence d’un ancien super-héros accusé du meurtre d’un policier.
Véritable plaidoirie, cette partie où Daredevil est quasiment absent, démontre le talent de Bendis pour écrire des scènes et tirades passionnantes. Une enquête policière bâclée et un accusé se trouvant au mauvais endroit au mauvais moment poussent ainsi Matt à accepter de défendre le dénommé Tigre Blanc, de son vrai nom Hector Ayala. Ce héros de seconde zone a, en effet, endossé son costume une nuit afin d’arrêter un cambriolage. Mais les choses tournent mal : Hector est arrêté sur la scène de crime aux côtés du cadavre d'un policier.

Si cette partie peut sembler déconnectée de la trame générale construite jusqu’à présent par Bendis, elle est en réalité tout à fait cohérente et logique : Matt Murdock, désormais vu comme un hypocrite et un menteur par le monde entier, défend rien moins qu'un super-héros ! Le déroulé est surprenant, bénéficiant en outre de la participation de Luke Cage et d’Iron Fist à l’histoire comme une belle combinaison de héros. Brian Bendis s'en donne donc à coeur joie pour briser les conventions générales du comics de super-héros. Une histoire Marvel n’a, en fait, pas besoin d’avoir un héros costumé et un vilain à chaque numéro pour convaincre. Bien au contraire, l'auteur, ayant le temps de construire son histoire, offre une aparté bienvenue qui dépeint, encore une fois, Matt Murdock plus que Daredevil. 
Niveau dessin, Alex Maleev cède la place à Manuel Gutierrez, le temps du procès. L’artiste s’en sort avec les honneurs, bien que son style soit moins subtil que celui de Maleev. Ce dernier régale tout de même avec les couvertures qu’il signe, toujours aussi sublimes.

La seconde partie du Procès du Siècle, de Daredevil Vol. 2 #41 à Daredevil Vol. 2 #50 traite directement des conséquences du premier tome. La criminalité se cherche. La tentative d’assassinat du Caïd a ouvert la porte aux petites frappes qui veulent prendre le contrôle des rues avec différents trafics. Daredevil ne peut donc rester sans rien faire et tente de désorganiser ces réseaux avant qu’ils ne prennent trop d’importances. Dans sa ligne de mire, le Hibou, Leland Owlsley, un criminel mutant un peu ridicule créé par Stan Lee en 1964 et qui envahit Hell's Kitchen avec une nouvelle drogue mutante.
S’en suit un déchaînement de violence dans les rues du quartier. Daredevil est poussé à bout par les criminels qui utilisent les soupçons pesant sur son identité secrète pour l’affaiblir. Pour couronner le tout, le Caïd revient en ville, bien désireux de récupérer son empire. Daredevil - Tome 2 : Le Procès du Siècle propose alors une conclusion intéressante à ce premier arc développé par Bendis. Véritable maître dans l’art de conter une histoire, l’auteur va au bout de ses idées, pose des pistes pour la suite et fait considérablement évoluer le personnage de Daredevil. Alex Maleev est de retour aux dessins pour le plaisir des yeux. Sous son trait, le diable rouge n’a jamais paru aussi tourmenté et romantique. Les jeux de lumière et d’ombre offrent, il est vrai, des planches somptueuses, sublimées par la colorisation d'un Matt Hollingsworth décidément très en forme.

En douze numéros, Bendis livre donc déjà un album riche, complet et développé. Et pourtant, il ne s’arrête pas là, puisqu’il ajoute un nouvel élément dans la vie de Matt Murdock : une relation sentimentale ! Il faut dire que Matt et les femmes, c’est une grande histoire. L’avocat aveugle, sous son air tourmenté et dépressif, est un véritable tombeur. D’Elektra Natchios, son amour de jeunesse à Karen Page, en passant par l’espionne Natasha Romanoff, la Veuve Noire, Matt a connu plusieurs amours dans sa vie, accompagnés de nombreuses tragédies. Elektra et Karen sont toutes deux assassinées sous ses yeux, provoquant chez lui un (nouveau) traumatisme durable. Brian Bendis introduit ici un personnage inédit, Milla, une jeune aveugle sauvée par Daredevil et que Matt commence à fréquenter. La jeune femme, loin d’être dupe, fait facilement le rapprochement entre les deux. Avec cette relation, Bendis révèle une nouvelle facette de Matt. Après l’avocat compétent et le justicier violent, le personnage se révèle touchant et sensible. Les scènes que partagent le couple sont simples, belles, contrastant avec la crasse et la violence des rues. Brian M. Bendis est à son sommet, Alex Maleev l'est tout autant.

Daredevil - Tome 2 : Le Procès du Siècle est épatant de bout en bout. Le scénariste conclut ses premières pistes, en apporte de nouvelles, et développe d’une merveilleuse façon ses personnages. Dans la continuité du premier tome, en plus grand, plus beau et plus riche. Daredevil est sans aucun doute à ce moment là ce qui se fait de plus fort chez Marvel Comics. À lire absolument !

Poursuivre la visite

1968 • 2015
1966 • 2018

Les Réseaux Sociaux

www.chroniquedisney.fr
Chronique Disney est un site amateur, non officiel, sans lien avec The Walt Disney Company, ni publicité,
utilisant des visuels appartenant à The Walt Disney Company ou des tiers par simple tolérance éditoriale, jamais commerciale.