Iron Fist
Tome 1 : L’Histoire du Dernier Iron Fist

Iron Fist - Tome 1 : L’Histoire du Dernier Iron Fist
La couverture
Éditeur :
Panini Comics
Date de publication France :
Le 02 novembre 2016
Collection :
Marvel Deluxe
Auteur(s) :
Ed Brubaker (scénariste)
Matt Fraction (scénariste)
David Aja (dessinateur)
Travel Foreman (dessinateur)
John Severin (dessinateur)
Russ Heath (dessinateur)
Sal Buscema (dessinateur)
Khari Evans (dessinateur)
Leandro Fernandez (dessinateur)
Gabriel Dell'Otto (couverture alternative)
Nombre de pages :
184

Le sommaire

• Civil War : Choosing Sides (2006)
• The Immortal Iron Fist Vol. 1 #1 (2007)
• The Immortal Iron Fist Vol. 1 #2 (2007)
• The Immortal Iron Fist Vol. 1 #3 (2007)
• The Immortal Iron Fist Vol. 1 #4 (2007)
• The Immortal Iron Fist Vol. 1 #5 (2007)
• The Immortal Iron Fist Vol. 1 #6 (2007)
• The Immortal Iron Fist Vol. 1 #7 (2007)
• Études de personnages : Commentées par David Aja
• Iron Fist : Les Essentiels

La critique

rédigée par
★★★★
Publiée le 12 septembre 2018

Avec l'arrivée des années 2000, Marvel a une ambition : relancer certains de ses héros de seconde zone en les modernisant grâce à des histoires plus complexes et des équipes créatives compétentes. De nombreux personnages sont ainsi remis sous le feu de la rampe. Iron Fist, l'artiste martial le plus doué de l'univers Marvel, est l'un d'eux en 2004 avec une mini-série, Iron Fist Vol. 4. Mais c'est en 2007 que le personnage se hisse en haut des titres de la Maison des Idées grâce à The Immortal Iron Fist Vol. 1
Iron Fist - Tome 1 : L'Histoire du Dernier Iron Fist est ainsi le premier volet du run écrit par Ed Brubaker et Matt Fraction. Et ils peuvent tout simplement se targuer d'avoir livrer la meilleure histoire consacrée à Danny Rand...

Iron Fist est créé par le scénariste Roy Thomas et le dessinateur Gil Kane dans Marvel Premiere #15 en mai 1974. Fils du milliardaire Wendell Rand, Danny Rand est recueilli par des moines dans la cité mystique K’un Lun après la mort de ses parents, complotée par l'un des associés de son père, Harold Meachum.
A K’un Lun, qui n’apparaît que tous les quinze ans dans l’Himalaya, Danny est formé aux arts-martiaux. La fin de son entraînement l’oblige alors à passer une épreuve mortelle : affronter le dragon Shou-Lao l'immortel. Sortant vainqueur du combat, Danny plonge ses mains dans le cœur en fusion du dragon et acquiert de ce fait le « poing d’acier ». Il devient ainsi l’Iron Fist, protecteur de K’un Lun et arme vivante. Danny retourne ensuite à New York quelque temps plus tard dans l’idée d’obtenir vengeance. Mais pris de pitié devant Harold Meachum, il décide de l'épargner. Milliardaire le jour, et héros répondant au nom d’Iron Fist la nuit, Danny Rand mène ainsi une vie de new-yorkais, se servant de son poing d’acier pour régler les conflits.
Le personnage a depuis une réputation un peu kitsch, doté d'un costume ridicule et créé finalement dans le seul but de surfer sur le succès des films de Bruce Lee. Avec l'arrivée d'Ed Brubaker et de Matt Fraction sur le titre, il acquiert peu à peu charisme et classe. Le ton y est plus sérieux, dramatique ; l'ensemble fait penser à une autre série sur laquelle Brubaker travaille : Daredevil Vol. 2. Même ambiance au plus près de la rue, dans un New York d'une beauté assez folle et criant de réalisme. Les scénaristes reprennent tous les éléments liés à Iron Fist et les enrichissent ou les modifient. Le mythe même de l'Iron Fist se voit complètement chamboulé lorsque Brubaker et Fraction introduisent dans la vie de Danny un autre possesseur de ce poing mystique. Tout aussi intéressant, les auteurs ne se privent pas d'interludes visant à dépeindre brièvement un Iron Fist d'un autre temps et d'une autre époque. Des apartés qui permettent de mieux comprendre le destin de ces hommes et femmes détenteurs d'un pouvoir qui est autant un don qu'une malédiction.
Danny est naturellement au centre du récit, mais l'album offre des invités prestigieux. Brubaker et Fraction se révèlent être particulièrement inspirés lorsqu'il s'agit d'écrire les scènes d'actions avec une approche très hollywoodienne. Iron Fist - Tome 1 : L'Histoire du Dernier Iron Fist ressemble à un grand blockbuster, qui n'oublie jamais de prendre le temps de poser ses personnages et de leur offrir une vraie introspection.

Le ressenti très positif de l'album ne serait pas le même sans la participation, aux dessins, de l'artiste espagnol David Aja. La composition de ses planches fait, il est vrai, réellement ressortir l'aspect martial. Danny est un pratiquant émérite de kung-fu, forgé par des années d'entraînement. Cet aspect primordial d'Iron Fist, malheureusement oublié dans la saison 1 de l'adaptation en série sur Netflix, est au coeur de l'album et Danny a autant l'occasion de s'entraîner seul que de montrer l'étendue de ses talents. David Aja utilise cet élément pour offrir des planches inventives changeant de perspective selon les coups portés. Autre point essentiel dans ces épisodes, Danny ne fait pas qu'en donner, des coups. Il sait en encaisser et perdre. L'immortel Iron Fist est toujours mieux écrit quand il n'est pas invulnérable ! David Aja a également l'occasion de signer la plupart des couvertures des numéros, toutes plus splendides les unes que les autres !
Il n'est néanmoins pas seul, et d'autres dessinateurs l'entourent selon ce qui est raconté, comme Travel Foremane ou Sal Buscema. L'album sait de la sorte intelligemment offrir différents styles. Ainsi, lorsque l'histoire d'un Iron Fist du passé est contée, les dessins changent. Ce parti pris créatif, qui peut rebuter certains lecteurs, est parfaitement cohérent tout du long de l'opus et permet même d'offrir aux interludes du passé une différenciation visuelle forte. David Aja reste le dessinateur principal d'Iron Fist - Tome 1 : L'Histoire du Dernier Iron Fist et son trait a autant permis à Iron Fist de gagner ses lettres de noblesse que le scénario de Brubaker et Fraction. L'artiste y réinvente en effet même le costume du personnage en lui faisant perdre son aspect vieillot pour lui conférer un style urbain tout à fait adéquat. Une franche réussite !

L'album édité par Panini Comics dans la collection Marvel Deluxe contient les épisodes #1 à #7 de The Immortal Iron Fist VoL. 1. Il propose également en guise d'introduction un épisode intitulé Civil War : Choosing Sides, qui voit Iron Fist et Daredevil oeuvrer ensemble. Ce dernier demande ainsi à Danny d'endosser le costume du diable rouge pour un temps. Si l'épisode est déconnecté de l'intrigue principale, il en constitue une mise en bouche sympathique. L'ensemble est donc tout à fait accessible aux néophytes désireux de découvrir Danny Rand. Panini Comcis propose en plus une brève introduction permettant de cerner le personnage. Une démarche intéressante mais pas forcément utile puisque les auteurs ont eux-mêmes resituer le contexte de leur histoire, ce qui permet de facilement s'y retrouver derrière tous les aspects mythologiques, magiques et mystiques. En somme, s'il n'y a qu'une seule aventure d'Iron Fist à lire, c'est celle-ci !
Enfin, la suite, Iron Fist - Tome 2 : Les Sept Capitales Célestes vient terminer le run de Brubaker et Fraction avec les épisodes #8 à #16 de The Immortal Iron Fist Vol. 1 (et quelques numéros annexes complémentaires).

Dès ce premier tome, Ed Brubaker et Matt Fraction réinventent totalement le personnage et l'univers d'Iron Fist. Ancrée dans une ambiance noire, cette histoire de grande envergure bénéficie en outre du talent de ses dessinateurs, à commencer par David Aja qui s'approprie Danny Rand comme rarement, lui offrant la crédibilité qui lui manquait. 

Iron Fist - Tome 1 : l'Histoire du Dernier Iron Fist est LE comics culte dédié à l'arme vivante.

Poursuivre la visite

1968 • 2015
1966 • 2018

Les Réseaux Sociaux

www.chroniquedisney.fr
Chronique Disney est un site amateur, non officiel, sans lien avec The Walt Disney Company, ni publicité,
utilisant des visuels appartenant à The Walt Disney Company ou des tiers par simple tolérance éditoriale, jamais commerciale.