La Mort de Daredevil
Daredevil Legacy - Tome 3

Daredevil Legacy - Tome 3 : La Mort de Daredevil
La couverture
Éditeur :
Panini Comics
Date de publication France :
Le 27 novembre 2019
Genre :
Comics
Auteur(s) :
Charles Soule (scénariste)
Phil Noto (dessinateur)
Bill Sienkiewicz (couverture alternative)
Nombre de pages :
168

Le sommaire

• Introduction
• Daredevil Vol. 1 #606 (2018)
• Daredevil Vol. 1 #607 (2018)
• Daredevil Vol. 1 #608 (2018)
• Daredevil Vol. 1 #609 (2018)
• Daredevil Vol. 1 #610 (2018)
• Daredevil Vol. 1 #611 (2019)
• Daredevil Vol. 1 #612 (2019)
• Couvertures alternatives
• Les auteurs

La critique

rédigée par
Publiée le 01 mai 2020

Daredevil Legacy – Tome 3 : La Mort de Daredevil marque un tournant dans l’histoire du diable de Hell’s Kitchen. Charles Soule, scénariste de la série depuis 2015, termine en effet son long run avec deux histoires dont une au nom bien symbolique : La Mort de Daredevil. L’album édité par Panini Comics contient ainsi les issues #606 à #612. Si la première partie peut sembler anecdotique, la deuxième offre une conclusion satisfaisante qui vient respecter une belle tradition à chaque fois qu’un scénariste passe la main : faire plonger Matt Murdock au fond du gouffre.

Première partie de l’album, les issues #606#607 et #608 forment une petite histoire quasiment indépendante, qui n’offre guère d’intérêt. Comme pour l’album précédent, elle donne la sensation que Charles Soule temporise avant son grand final. Matt Murdock, persuadé que le Caïd a truqué les élections municipales pour accéder au siège de la mairie, monte ainsi une équipe confidentielle pour enquêter. Alors que les recherches commencent, Matt, dans le costume de Daredevil, tombe un soir nez à nez dans un bar avec un homme prétendant être le jumeau de Matt Murdock, Mike Murdock. Une affirmation impossible aux yeux de l’homme sans peur, Mike Murdock étant une simple invention pratique des années précédentes, lorsque Matt voulait persuader son entourage qu’il n’était pas Daredevil. Depuis, il a orchestré la mort de ce faux frère jumeau, jusqu’à sa rencontre improbable avec. Derrière ce postulat presque comique, il est difficile de vraiment voir où veut en venir Charles Soule. La conclusion de ce récit est d'ailleurs assez légère et il manque un sentiment de résolution pour pleinement saisir les enjeux de l’auteur. Heureusement la partie graphique assurée par Phil Noto est somptueuse, avec des couleurs reposantes et un trait remarquablement fin. Sans doute la partie dispensable de ce Daredevil – Tome 3.

La seconde partie de l’album contient la conclusion attendue de Charles Soules avec les issues #609, #610, #611 et #612. La Mort de Daredevil - puisque cette partie est intitulée de cette façon – débute par un accident tragique : Matt Murdock sauve un enfant sur le point de se faire écraser. Ce faisant, il se fait percuter par le camion et termine en soins intensifs. Rétabli mais dans une situation critique, il ne perd pourtant pas son objectif de vue : prouver que le Caïd a faussé les élections municipales. S’ensuit une succession de retrouvailles et de séquences particulièrement symboliques, qui reprennent toute la mythologie du diable rouge jusqu’à un final, prévisible par moments, mais qui prend tout son sens après les événements vécus, apportant une conclusion satisfaisante au run de Charles Soules. L’auteur retourne en effet à l’essence même de l’Homme sans Peur, son rapport avec, justement, la peur. Pour traiter de ce thème, chaque issue porte d'ailleurs le nom d’une phobie : la thanatophobie (la peur de la mort), la pistanthrophobie (la peur de faire confiance aux autres), la phobophobie (la peur de la peur) et l’apéirophobie (la peur de l’infini). Comme souvent, l'existence tragique de Matt Murdock est évoquée. Lui qui perd la vue en sauvant un vieil homme de se faire écraser, qui perd ses proches un après l'autre en tentant de protéger son quartier, qui se fait persécuter, tabasser et malmener par ses ennemis chaque nuit, mais trouve toujours le courage de se relever. Mais que cache cette abnégation sans faille sinon un homme traumatisé ? Que peut-il faire, sachant que ceux qu'il combat ne cesseront de revenir à la charge, inlassablement. Grâce à ses dialogues, son rythme et le découpage général de l'intrigue, Charles Soules fait ses adieux au personnage en lui conférant une grande symbolique et force... avant la chute finale. Car qui dit passation d'auteurs, dit que Matt Murdock doit subir un peu plus, encore.

Là encore, les dessins et les couleurs sont confiés à Phil Noto, qui adopte un trait encore plus beau à l’œil que la première partie de l’album. Le style ressemble à de l’aquarelle très épurée, particulièrement simple et donnant aux planches un attrait immédiat. Le travail du dessinateur marche complètement sur une histoire de Daredevil, que ce soit lors des scènes d’actions ou des moments les plus intimistes vécus par Matt Murdock. La colorisation des planches, effectuée également par Phil Noto, se veut variée avec une palette de tons apaisantes. Le lecteur est ainsi plongé immédiatement dans l’univers de l’artiste, qui s’apparente à une sorte de songe tragique et romantique. Daredevil est souvent représenté par des dessinateurs d’une façon assez sombre et violente. Phil Noto, malgré le drame dépeint par Charles Soules, prend une direction nouvelle, plus joyeuse et lumineuse, sans jamais tomber dans un style cartoonesque ou enfantin.

Daredevil a toujours été un personnage à part chez Marvel. Sans atteindre la popularité des Avengers, Spider-Man ou autre Deadpool, il demeure une valeur sûre pour la Maison des Idées, qui ne peut se passer de sa série mettant en scène le héros aveugle. Matt Murdock est également un gage de qualité important pour les lecteurs. Les auteurs qui œuvrent sur lui disposent, en effet, d'une belle liberté d'écriture et les mauvais comics Daredevil, s'il y en a, se comptent sur le doigt d'une main ! Ainsi, bien que Charles Soule passe le flambeau, et malgré le titre de l'album, il était impensable de voir le héros disparaître des rayons. Après Daredevil Legacy – Tome 3 : La Mort de Daredevil, le lecteur doit donc se plonger aussitôt dans l'album Daredevil : L'Homme sans Peur, publié par Panini Comics en janvier 2020. Il s'agit d'une mini-série écrite par Jed MacKAY faisant office d'interlude avant le retour de la série phare. Cette dernière débute quant à elle en mai 2020 pour la version française chez Panini Comics avec Chip Zdarsky au scénario et Marco Checchetto aux dessins et promet un renouveau bienvenu pour le Diable de Hell's Kitchen !

Après plusieurs année en charge de la destinée du personnage, Charles Soule conclut son run de façon très symbolique ! Malgré une première partie dispensable et une prévisibilité globale, ce Daredevil Legacy – Tome 3 : La Mort de Daredevil offre aux lecteurs une fin marquante, sublimée par le travail de Phil Noto.
Le Diable est mort, vive le Diable !

Poursuivre la visite

1968 • 2019
1966 • 2020

Les Réseaux Sociaux

www.chroniquedisney.fr
Chronique Disney est un site amateur, non officiel, sans lien avec The Walt Disney Company, ni publicité,
utilisant des visuels appartenant à The Walt Disney Company ou des tiers par simple tolérance éditoriale, jamais commerciale.