Colonel Hathi's Pizza Outpost
Vue d'ensemble
Date d'ouverture :
1994
Type de restaurant :
Restauration rapide
Crédit Photos :
 

Le synopsis

Non loin d’un pont suspendu au détour d’un arbre mystérieusement habité, se dresse, à l’orée d’une clairière, un bâtiment de style colonial britannique entouré d’un paisible cours d’eau. Le bruit des verres qui s'entrechoquent et les douces odeurs de nourritures ne font aucun doute, il s’agit de l’endroit idéal pour tous voyageurs souhaitant faire une pause dans leurs excursions au beau milieu de la jungle verdoyante et sauvage. Tenu par le Colonel Hathi, célèbre chef de la Patrouille de la Jungle, le Colonel Hathi’s Pizza Outpost est un établissement de renom dont la réputation n’est plus à faire dans le cercle des explorateurs, considéré comme un point de chute incontournable avant d’affronter l’épaisse jungle de cette contrée asiatique...

L'expérience

Au cœur d’une forêt indienne qui recèle trésors et mystères, entre vestiges archéologiques et végétation luxuriante, les explorateurs aguerris connaissent le Colonel Hathi’s Pizza Outpost comme un lieu où se restaurer après leurs aventures qui leur ont bien ouvert l’appétit. Ce restaurant a ainsi pris place dans un bâtiment aux murs blancs, aux fenêtres aux montants verts et à la toiture en tôles rouges qui ne manquent pas de rappeler le style colonial britannique. Sur le toit, une vigie équipée d’une lunette assure que ce lieu fut un jour occupé par des équipes chargées d’explorer les alentours.

Pour accéder au restaurant, il faut traverser une terrasse en pierres, joliment éclairée la nuit par des guirlandes à grosses ampoules diffusant une douce lumière jaune. Afin de pouvoir profiter du soleil et de la chaleur tropicale, des tables, des chaises ainsi que des bancs sont disposés un peu partout. Le soleil pouvant être parfois brûlant, des parasols viendront apporter un peu d’ombre aux tables qui soulagera quiconque souhaite manger à l’extérieur. Au fond de cette terrasse, un pont vient enjamber le cours d’eau qui entoure le bâtiment, sécurisé par un garde-corps blanc et vert surmonté sur les pignons d’une lanterne, à intervalle régulier.

Une fois ces éléments traversés, les aventuriers se retrouvent face à la devanture du restaurant. Trônant sur la toiture de la bâtisse, l'imposante enseigne du lieu annonce le nom de l’établissement sur une grande planche de bois. Entourée de moulures en bois peint en vert, une planche toujours en bois mais blanche a servi à inscrire à la peinture rouge “Pizza Outpost” en lettres capitales. Le tout est surmonté d’un médaillon dans lequel est placé un portrait du pachyderme maître des lieux, le Colonel Hathi tenant dans la trompe une branche de bambou. Sous ce médaillon, afin de renseigner les visiteurs, un ornement en forme de banderole annonce "Colonel Hathi’s", proclamant ainsi le nouveau propriétaire de l’établissement. 

L’entrée du restaurant se fait par une double porte en bois vert présentant sur sa partie supérieure de petits carreaux qui rappellent les fenêtres du bâtiment. Le porche, à la guirlande rappelant celle de la terrasse, est équipé de lampadaires décorés d’un métal travaillé afin de faire ressortir un « E » et un « C » au coeur d’une boussole : il s’agit du logo du Club des Explorateurs affirmant une fois de plus que ce lieu fut par le passé un repaire pour d’illustres aventuriers comme le Docteur David Livingstone ou encore Henry Morton Stanley.

Lorsque les portes du restaurant sont franchies, les visiteurs se retrouvent dans un sas qui dessert à la fois l’accès aux caisses et l’espace véranda semi-couvert qui permet de se restaurer dans une ambiance ambivalente offrant chaleur et fraîcheur distribuées par le bâtiment ou par l’air extérieur en fonction des saisons. En accédant aux caisses, les yeux ne savent plus où se poser tant la décoration est riche en détails. Sur la gauche, il est possible de passer en revue des éléments de cuisine rangés sur une étagère à l’instar de boîtes à thé et café, d'une spatule, d'une conserve, des brocs à eau, des bouteilles de San Pellegrino, des paniers, des épices en tout genre, d'une cagette à bouteilles ou encore de boîtes de pastilles pour la toux Smith Brothers.

Un peu plus loin, une ancienne cheminée habille le mur de pierres. L’âtre de la cheminée est fermé par des vitres sur lesquelles se dessinent la carte du monde à l’aide d’un jeu de gris et les montants des vitres en fer représentant le logo de l’Explorers Club. L’accès à la cheminée est sécurisé par des chaînes accrochées à des tonneaux de bois surmontés de totems. Sur la poutre au-dessus du foyer, de nombreux artefacts sont exposés et sont autant de trésors d’expéditions ramenés en souvenirs, comme des photographies en noir et blanc, une paire de skis en bois, des bibelots tandis que sur le mur se remarque une paire de raquettes, non loin d’une luge et d'une bouée suspendues au plafond. Chaque objet rapporté s’accompagne de sa propre histoire qu’il serait convenu de conter au coin du feu, entre crépitements de braises et flammes léchant les parois du foyer. Sur la gauche de la cheminée, des étagères ont été installées dans le mur sur lesquelles sont rangés des livres, une longue vue ou encore des minéraux à l’instar d’une améthyste, trésor d’explorateur.

Sur la droite de l’âtre, un renfoncement dans le mur prévoit une place pour le stockage des bûches pour les flambées des soirées froides. Près de l’entrée à droite, un espace bureau a été aménagé avec un secrétaire sur lequel sont disposés en vrac des objets comme un ventilateur, un colis, un téléphone, une machine à écrire, des jumelles et juste à côté une table avec un gramophone Victrola, une édition du (Le) Livre de la Jungle ouverte sur une illustration d’éléphants et une lettre qui correspond au chapitre "Letting In the Jungle" ("La Descente de la Jungle" en version française) qui attend que son lecteur reprenne où il en était. Tout ce matériel témoigne de la présence d’un explorateur dans le coin qui vient ici se détendre et se rafraîchir tout en rédigeant ses mémoires. Près des caisses où les voyageurs affamés viennent commander leurs victuailles, le regard est attiré par les poutres apparentes sur lesquelles sont fixés des cages à oiseaux, des ballots de pailles, une hélice d’avion ou encore un canoë.

Les bras portant leur nourriture, les voyageurs ont alors trois choix possibles de lieux où s’installer pour déguster leur repas : la salle principale, la terrasse et la véranda. Pour son atmosphère chaleureuse tout en ayant gardé son esprit nature sauvage, la salle principale semble être un bon compromis, proposant deux espaces distincts. Le premier se compose de tables disposées autour d’un immense banian. Plante originaire d'Afrique, ce spécimen fut apporté en ce lieu par un explorateur et tout autour duquel le bâtiment a été construit, donnant ainsi l'impression que sa présence est antérieure à la construction de l’édifice, une véritable prouesse technique architecturale en somme. Son feuillage occupant par ailleurs tout le décaissé du plafond semble s’être moulé à l'épaisse frondaison du végétal. Dans un coin, une petite scène permet à des artistes des environs de venir se produire devant des aventuriers attablés. Le deuxième espace se situe sur les extrémités de la salle, le long des murs où sont aménagées des loges équipées de bancs et de tables en bois au-dessus desquels sont fixés des luminaires aux abat-jour flanqués de la carte du monde.

Comme autant d’hommages aux expéditions passées des explorateurs les plus aguerris, les fresques peintes en haut des murs de la salle attirent le regard des voyageurs tant elles regorgent d’informations. Au nombre de douze, à raison de trois par murs, elles racontent à coups de pinceaux de multiples explorations dans diverses régions du monde comme en témoigne un ours polaire sur sa banquise, un cortège d’éléphants dans une jungle observé par un tigre, deux autochtones dans une région aride, un paquebot naviguant dans des eaux calmes, un train semblant faire la course avec un troupeau de bisons, un vol d’hydravion, la cité inca du Machu Picchu, un explorateur sous l’eau équipé d’un scaphandre partant observer une épave, une tribu de lions surplombant fièrement la savane, une montgolfière survolant les impressionnantes chutes du Niagara, des voiliers remontant le paisible Nil vers les pyramides de Gizeh et enfin deux alpinistes atteignant le sommet de leur ascension.

Au beau milieu de la jungle indienne, Colonel Hathi’s Pizza Outpost offre calme et animation, fraîcheur et chaleur dans un espace riche en histoires et trésors d’exploration où les voyageurs se reposent et se restaurent avant de repartir vers de nouvelles aventures !

La critique

rédigée par Philippine Trioux
Publiée le 02 avril 2022

Élégant édifice caché dans une forêt richement boisée, le divertissement que propose le Colonel Hathi’s Pizza Outpost est difficile à déterminer au premier coup d'œil s’il est fait abstraction du mot « Pizza ». Attraction, boutique ou restaurant, il est nécessaire de s’en approcher pour l’identifier. Fort d'une thématisation riche et développée, cet établissement n’avait pourtant pas à ses débuts de lien direct avec le fameux Classique d’animation des Walt Disney Animation Studios de 1967, Le Livre de la Jungle. Son histoire tumultueuse commence même par… un changement de pays !

Le bâtiment qui abrite le Colonel Hathi’s Pizza Outpost ouvre ses portes en même temps que le Parc Disneyland, alors appelé Euro Disneyland, le 12 avril 1992. À cette époque, l’établissement est connu sous le nom d’Explorers Club Restaurant et propose, tout en rendant hommage aux explorateurs du XIXe siècle, un service à table de cuisine du monde. Après avoir connu en 1993 un premier changement de service pour une cuisine est-asiatique en restauration rapide, sous le nom simplifié d’Explorer’s Club, le restaurant change une nouvelle fois de thématisation en avril 1994 pour se voir attribuer le thème du film d’animation Le Livre de la Jungle de 1967, soit un an après sa ressortie en France le 31 mars 1993. Cette nouvelle thématisation en fait, à son ouverture, le seul restaurant de tous les Resorts Disney dans le monde consacré à cette œuvre.

Ce changement a pour conséquence directe la relocalisation du restaurant dans la zone dédiée à l’Asie. En effet, à l’origine, l’établissement se situait dans la zone africaine d’Adventureland qui comprenait également Aux Épices Enchantées et le Café de la Brousse (Rafraîchissements). L’ouverture de l’attraction Indiana Jones et le Temple du Péril a instantanément fait voyager le restaurant en Inde, le thème du Livre de la Jungle permettant à l'établissement de mieux s’intégrer dans sa nouvelle région du monde. Mais cette relocalisation pose un problème de taille pour justifier la présence du banian au centre d’une des salles de restauration. Plante endémique d’Afrique, il se retrouve dès lors arraché de son habitat naturel. La solution est alors toute trouvée grâce à un twist scénaristique dont seuls les Imagineers Disney ont le secret : le banian n’est plus antérieur à la construction du bâtiment mais devient un trésor végétal rapporté d’une expédition ! Dernier changement et pas des moindres, une nouvelle cuisine est proposée au comptoir, transitionnant d’une cuisine tropicale vers une sélection de plats et de saveurs italiennes. La carte est d’ailleurs identique à celle de la Pizzeria Bella Notte.

Malgré toutes ces modifications, la grande majorité de la décoration de l’ancienne version du restaurant reste présente sans ajout notable d’éléments faisant référence à sa nouvelle thématisation, si ce n’est la signalétique d’annonce d’entrée sur laquelle figure le Colonel Hathi, une édition du (Le) Livre de la Jungle de Rudyard Kipling posée sur une table et la sonorisation qui reprend des œuvres interprétées par Walter Sheets et son Orchestre (Jungle Book Overture, La Patrouille des Éléphants, Il en Faut Peu Pour Être Heureux, Jungle Beat, Aie Confiance, Être un Homme Comme Vous), Parforcehorn Corps Norderstedt (The Hunter’s Joy : Theresien - Fanfare), John Foster & Black Dyke Mills Band (Colonel Bogey March, Onward Christian Soldiers), l’Orchestre Philharmonique Royal de Liverpool (Royal Air Force March Past) et The Band of the H.M. Royal Marines (Cossack Patrol - Calvary of The Steppes).

La présence de l’édition du (Le) Livre de la Jungle est un élément de décor intéressant à étudier surtout au regard de la page sur laquelle il est ouvert. Il s’agit en effet du chapitre « Letting In the Jungle » (ou « La Descente de la Jungle » en français), relatant la mésaventure de Hathi qui s’est blessé en tombant dans un piège tendu par les humains. C’est pourquoi, pour se venger, il détruit plusieurs villages avec l’aide de ses trois fils, chassant leurs habitants et laissant la jungle reprendre ses droits. Ce choix de page mise en évidence dans le cadre du restaurant sonne donc comme un avertissement et rappelle la suprématie de l’éléphant, maître des lieux. De plus, une anecdote sur l’auteur du (Le) Livre de la Jungle, Rudyard Kipling, raconte qu’il aurait trouvé l’inspiration dans le restaurant ; dès lors en positionnant le roman dans les éléments du décor, la boucle est bouclée.

Les inspirations du bâtiment et de la décoration trouvent leurs origines dans les Parcs Disney américains notamment dans les attractions Jungle Cruise ou Walt Disney's Enchanted Tiki Room mais aussi le restaurant Adventureland Veranda du Magic Kingdom en Floride. Comme l’attraction Jungle Cruise à Walt Disney World Resort ou à Disneyland Resort, qui, en l’espace d’une dizaine de minutes, fait voyager le visiteur sur pas moins de quatres continents, Colonel Hathi’s Pizza Outpost propose à sa manière un rapide tour d’horizon du monde comme en témoigne la pièce principale du restaurant qui, en un coup d'œil circulaire, fait le tour du globe. Autre point commun entre l’attraction américaine et le restaurant français, au-delà de leur architecture coloniale similaire, leurs versions originales respectives s’inspirent directement de la série True-Life Adventures de Walt Disney Productions, une production de documentaires animaliers des années 40 - 50, véritable puits d’inspiration des Imagineers pour construire les environnements qui constituent Adventureland. La série se retrouve ainsi dans les fresques du plafond de la pièce principale du restaurant représentant douze scènes d’exploration. Un autre détail est également à relever : à ces fresques, se mêle une référence directe à l’Explorers Club Restaurant par le logo « EC » entouré de la devise de l’établissement « Audentes Fortuna Juvat », proverbe latin provenant de l’Enéide, X, 284 de Virgile se traduisant par « La fortune sourit aux audacieux ».

Élément principal du restaurant, l’arbre placé au cœur de l’établissement, servant de lieu de villégiature à une multitude d’individus ailés, s’inspire directement de Walt Disney’s Enchanted Tiki Room, attraction phare du Disneyland Park ouverte en 1963. Originellement pensée comme un restaurant proposant un spectacle d’oiseaux en Audio-Animatronics, elle est finalement conçue par les Imagineers en tant que véritable attraction offrant aux visiteurs un show musical autour d’une fontaine magique donnant vie à une myriade d’oiseaux tous à la personnalité distincte. Utilisant les dernières technologies en termes d’Audio-Animatronics et plongeant ses visiteurs dans une ambiance polynésienne invitant au voyage, Walt Disney’s Enchanted Tiki Room remporte un franc succès auprès du public, tant bien qu’elle se retrouve répliquée au Magic Kingdom et à Tokyo Disneyland dès l’ouverture des Parcs en 1971 et 1983 respectivement. Pour être tout à fait complet, Adventureland Veranda, un restaurant de type restauration rapide, se trouvait localisé au Magic Kingdom de Walt Disney World Resort en Floride avant de fermer ses portes en 1994 puis d'être renommé en Jungle Navigation Co., Ltd. Skipper Canteen lors de sa réouverture en 2015. Ce nouveau restaurant est directement en lien avec l’attraction Jungle Cruise située juste en face. Contrairement au restaurant français, il propose de la cuisine tropicale d’Asie, d’Afrique et d’Amérique du Sud, ce qui ne dénote pas de la cuisine de son ancêtre qui, malgré la restauration rapide, présentait des mets aux saveurs exotiques. Le point commun majeur entre ces deux restaurants est leur architecture très semblable avec des vérandas montées sur pilotis, le tout harmonisé dans un style colonial.

Le sponsor San Pellegrino, société italienne mondialement connue pour sa fameuse boisson pétillante, est très présent dans le restaurant sous diverses formes, allant de simples affiches à des bouteilles disposées un peu partout, jusque dans les menus où l’eau gazeuse est proposée à la dégustation. Son omniprésence est telle que c’est l’un des premiers éléments remarqués par le visiteur dès son entrée, posant ses yeux sur la grande affiche placée au-dessus des files d’attente pour se rendre au comptoir. L’arrivée de ces éléments de thématisation flanqués du sponsor dans l’enceinte du restaurant date de 2016, une anecdote sur le sujet racontant même qu’elle aurait été supervisée par l’Imagineer David Goebel qui se serait donné le rôle d’un explorateur retrouvé dans plusieurs éléments de la décoration du Colonel Hathi’s Pizza Outpost. Ce dernier figure par exemple sur une photo en noir et blanc posée au-dessus de la cheminée aux côtés d’autres explorateurs établis dans leur campement, cliché en réalité pris dans les décors de l’attraction Indiana Jones et le Temple du Péril non loin. Son rôle d'explorateur est également cité dans la lettre rédigée en italien, posée sur la table à côté de l’édition du (Le) Livre de la Jungle. Des plus intéressants à étudier et décortiquer, cet écrit disserte sur la décoration hétéroclite dont les éléments ne semblent avoir aucun lien entre eux, mais uniquement à première vue. Elle tente ainsi de découvrir et d’expliquer les liens entre les explorateurs, Le Livre de la Jungle, les pizzas et la boisson pétillante San Pellegrino.

Lors d’une conférence du réseau d’influenceurs Disney InsidEars le 18 mai 2018, Daniel Delcourt annonce la fermeture définitive du Colonel Hathi’s Pizza Outpost pour début 2019. Pour autant en 2019, la brochure 2019 - 2020 de Disneyland Paris maintient le restaurant, rappelant même qu'il est un lieu accueillant des Personnages en lien avec la saison Le Festival du Roi Lion et de la Jungle débutant cette même année dans une tentative de relancer la popularité des lieux. Malgré le succès mitigé de ce concept, le restaurant a finalement gardé ses portes ouvertes. La saison Le Festival du Roi Lion et de la Jungle a, elle, rencontré un franc succès au point de se voir reconduite l’année qui a suivi, sauvant par la même occasion le restaurant au potentiel pleinement en lien avec le thème de cet évènement accompli.

Malgré le manque de références claires au (Le) Livre de la Jungle et notamment de son supposé propriétaire marquant le fronton de l’établissement, le Colonel Hathi’s Pizza Outpost propose une décoration riche en détails pouvant ravir les fans les plus curieux. Il s'accompagne en outre de menus accessibles à toutes les bourses qui, bien que pouvant être améliorés et diversifiés, pour y rajouter la touche d’exotisme que le lieu dégage, permettent de se restaurer dans un cadre idyllique avant de repartir en exploration le ventre bien rempli.

Poursuivre la visite

Le Forum et les Réseaux Sociaux

www.chroniquedisney.fr
Chronique Disney est un site amateur, non officiel, sans lien avec The Walt Disney Company, ni publicité,
utilisant des visuels appartenant à The Walt Disney Company ou des tiers par simple tolérance éditoriale, jamais commerciale.