Tapis Volants - Flying Carpets Over Agrabah
Vue d'ensemble
Date d'ouverture :
Le 16 mars 2002
Type d'attraction :
Manège
Musique :
Alan Menken
Durée :
2 minutes
(sans tenir compte de la file d’attente)

Le synopsis

Le Génie invite les visiteurs à prendre part au casting de son premier film intitulé Tapis Volants - Flying Carpets Over Agrabah ! Plongés au sein d’un décor de cinéma, rappelant les paysages d’Agrabah, les apprentis-figurants prennent ainsi place sur leur tapis volant et s’envolent pour un tournage inédit. Lumières, caméra… Ça tourne !

L'expérience

Au cœur de Toon Studio, logé entre les Studios 3 et 4, les figurants découvrent un plateau de tournage où un immense décor dépeignant Agrabah s’érige derrière des tapis volants tournoyant autour de la fameuse Lampe merveilleuse d’Aladdin. En s’approchant de l’édifice, ils peuvent alors apercevoir le Génie en personne, installé en haut de son échelle de tournage, coiffé d’un béret, portant un foulard, mégaphone à la main, les invitant à prendre part au casting qu’il organise à l’occasion de son premier film en qualité de réalisateur.

Sous la direction de ce nouveau metteur en scène pour le moins atypique, et sur l’accueil chaleureux et les conseils avisés de ses assistants de production, les figurants pénétrent donc dans l’envers du décor. Ils découvrent alors les coulisses de ce tournage qui promet de ne pas être de tout repos. Mais avant cela, en attendant d’interpréter leur rôle, les apprentis acteurs se doivent d'emprunter le Chemin des Artistes, unique accès au plateau.

Les acteurs passent ainsi tout d’abord sous un portique où est inscrit « now in production: Tapis Volants Flying Carpets Over Agrabah » sur un clap tenu par le Génie en personne. Les comédiens en herbe peuvent, de la sorte, dès le début de cette aventure, observer de nombreux détails comme la présence du Tapis Volant ou encore une horloge à gousset géante sur laquelle se trouve la tête du Génie.

Ils empruntent ensuite le parcours qui les mènera jusqu’au plateau. Après avoir longé une clôture très arborée, les figurants côtoient ainsi de nombreux éléments propres aux tournages de cinéma. Ils y découvrent en effet pêle-mêle des projecteurs, des bobines, des barrières de sécurité, de larges panneaux représentants différents décors, des caisses en bois, des flight cases ou encore des barils sur lesquels sont écrits, non sans humour : « nettoyant pour tapis », « sorts et  incantations », « huile  pour lampe, à manipuler avec soin » ou encore « sable de rechange ».

En s’avançant vers l’entrée du plateau, les figurants sont vite priés de faire le silence, un panonceau lumineux leur indiquant qu’un enregistrement est en cours… Ils entrent enfin sur le plateau. Toutefois, avant de prendre place sur les tapis volants, ils longent un petit chemin abrité par de grandes tentures blanches et or qui sont soutenues par des poteaux en bois parés de dorures ou nombreuses étoiles. Y sont accrochés de petits lampions de différentes couleurs au style très oriental. Deux tentes mauve et verte, situées aux extrémités ressortent d'ailleurs par leurs couleurs plus vives et leur plus grande hauteur. Les figurants retrouvent aussi de nombreux objets typiques d’Agrabah comme des plateaux en or, des jarres ou encore un coffre et des tonneaux. 

Les acteurs les plus attentifs peuvent aussi se rendre compte du manque d’expérience du Génie que sa bonne humeur et son excentricité tentent de compenser allègrement. Il n'empêche. Ils remarqueront le magnifique décor panoramique du plateau occultant le grincement d’un échafaudage bancal, les étincelles provenant d’un fil électrique traînant dans l’eau ou encore le protège-objectif, toujours en place sur la caméra…

C’est donc l’heure pour les comédiens de prendre place sur un des nombreux tapis volants, tous parés de différents couleurs ; l’embarcation permettant de réunir quatre d'entre eux pour survoler Agrabah. Par la manipulation d’un levier et d’un scarabée magique, ceux situés à l’avant ont pour mission de faire décoller le tapis volant pendant que ceux situés à l’arrière ont la responsabilité de l’inclinaison de ce moyen de transport pour le moins atypique !

Au son de la musique du film d’animation Aladdin réorchestrée pour l’occasion et sous la direction du Génie qui revient sur le devant de la scène en tant que réalisateur, les apprentis-figurants ont alors quelques minutes pour prouver leur talent d’acteur. Ils s’envolent ainsi autour de la lampe du Génie de laquelle s’échappe parfois de la fumée. Elle est placée en haut d’une bouteille géante, ornée de nombreux détails comme des scarabées ou encore des dessins d’Abu et du Génie, le tout dans un style très oriental.

Les projecteurs et caméras braqués sur les figurants et leurs tapis volants, le Génie donne alors le coup d’envoi du tournage. Au cours de leur vol, Tout ce petit monde peut découvrir l’imposant arrière-plan panoramique sur lequel sont peints le Palais du Sultan, des édifices d’Agrabah ainsi que la très remarquable entrée de la Caverne aux Merveilles.

Tout au long de la prise, le Génie encourage les acteurs en herbe et leur donne des conseils pour entrer dans leur rôle. Ils peuvent apercevoir, durant leur vol, les autres studios qui entourent le plateau ainsi que la nature, exotique et luxuriante, située en bordure de la zone de tournage. Après avoir reçu les félicitations du Génie pour cette belle prise, les figurants et leurs tapis volant redescendent lentement vers la terre ferme. Les acteurs sont alors invités à quitter les lieux… ll parait qu’un autre tournage est en préparation. 

En plus du plateau où se déroule le tournage, une plateforme spécialement dédiée permet aux visiteurs d’observer le tournage ou tout simplement d’immortaliser par une photo ou une vidéo, les premiers pas d’acteur des figurants.

La critique

rédigée par
★★★
Publiée le 31 mars 2017

Véritable hommage au film d’animation Aladdin et au personnage singulier du Génie, Tapis Volants - Flying Carpets Over Agrabah propose une expérience divertissante pour toute la famille en se basant sur une mise en scène simple mais efficace.

À travers cette attraction, les visiteurs retrouvent, en effet, avec plaisir la bonne humeur et l’excentricité du Génie. Sa voix reconnaissable entre toutes, interprétée en français par l’inusable Richard Darbois, retentit tout au long de l’attraction, plongeant immédiatement les passagers dans l’ambiance d’Aladdin. Après avoir rendu hommage à cette œuvre cinématographique dans son premier Parc, avec Le Passage Enchanté d’Aladdin et  Le Pays des Contes de Fées, Disneyland Paris propose donc ici une expérience centrée sur le personnage du Génie.

La mise en scène de l'attraction traduit de façon fidèle l’humour présent dans le film d’animation, notamment dans certains éléments de décors ou lors des interventions du Génie qui, se moquant légèrement des clichés sur le monde cinématographique, remercie par exemple les figurants pour leur fabuleux travail, proposant de travailler de nouveau avec eux ou encore félicitant le réalisateur, c’est-à-dire lui-même, pour la merveilleuse prise qui vient d’être effectuée. Les visiteurs profitent aussi de cette expérience immersive grâce aux fameuses mélodies créées en 1992 par Alan Menken pour Aladdin. Tout au long du parcours, ils peuvent ainsi notamment entendre Nuits d’Arabie, Ce Rêve Bleu, Je Suis Ton Meilleur Ami ou encore Prince Ali  dans des versions instrumentales réorchestrées pour l'occasion. 

Projet de dernière minute à l’échelle de la conception d’un Parc Disney, Tapis Volants - Flying Carpets Over Agrabah a ouvert en même temps que le reste du Parc Walt Disney Studios en mars 2002. Bien que l’attraction n’ait pas été présente sur la maquette de 1999 dévoilant le projet du second Parc, Tapis Volants - Flying Carpets Over Agrabah trouve néanmoins sa place dans le Lot Animation Courtyard, dédié aux coulisses des productions cinématographiques. Cette zone, renommée Toon Studio en 2007, s’est depuis largement agrandie.

Reprenant le concept de Dumbo the Flying Elephant ou bien Orbitron, Machines Volantes ouvertes en 1992 avec le Parc Disneyland, Tapis Volants - Flying Carpets Over Agrabah ne prend pas beaucoup de risques et s’appuie sur un type de manège déjà bien éprouvé. Dumbo the Flying Elephant est ainsi, dans le genre, une attraction datant de l’ouverture de Disneyland Resort en 1955 et existe dorénavant dans tous les Parcs Disney de type « Royaume Magique » caractérisés par des Lands autour d’une place centrale avec un château. Depuis les années ‘50, les Tomorrowland de Californie, de Floride et de Tokyo ont accueilli différentes versions de Astro Jets (ou Star Jets), toutes fermées aujourd’hui ; la Californie, la Floride et Hong Kong proposant dorénavant des copies d’Orbitron, Machines Volantes (Astro Orbiter en 1994 en Floride, Astro Orbitor en 1998 en Californie et Orbitron en 2005 à Hong Kong) tandis que Shanghai Disneyland réimagine le concept qui devient Jet Packs en 2016. En 2001, trois nouveaux manèges de même type sont proposés aux États-Unis : Golden Zephyr en février à Disney California Adventure, The Magic Carpets of Aladdin en mai au Magic Kingdom et TriceraTop Spin en novembre à Disney’s Animal Kingdom.  C’est donc dans ce contexte que, quelques mois plus tard, en mars 2002, est inauguré le Parc Walt Disney Studios.

Construite sur la base de The Magic Carpets of Aladdin, inauguré donc le 24 mai 2001 au sein d’Adventureland au Magic Kingdom, la version parisienne diffère néanmoins dans sa mise en scène. De nombreuses différences apparaissent, en effet, dès l’entrée de l’attraction, car là où la version parisienne immerge ses visiteurs dans l’ambiance du tournage, celle de Walt Disney World Resort se recentre sur le personnage d’Aladdin et l’atmosphère d’Agrabah.

Même si la structure est identique sur les deux versions de l’attraction, de nombreux détails permettent aux visiteurs floridiens de vivre une expérience bien plus dépaysante, venus des fontaines présentes sur le manège, des nombreux palmiers, des multiples statues représentants des chameaux ou encore de l’exotique architecture des bâtiments voisins.
En 2011, c’est au tour de Tokyo DisneySea d’accueillir une nouvelle version de l’attraction : Jasmine’s Flying Carpets. Cette très belle réalisation, qui met à l’honneur la princesse Jasmine, emprunte son décor aux luxuriants jardins du palais du Sultan. Les visiteurs peuvent y apercevoir une magnifique statue de Rajah près de l’entrée. La thématisation de cette version est particulièrement réussie, notamment grâce à l’imposante fontaine de marbre, ornée de statues de paons et autour de laquelle tournent les tapis. A la nuit tombée, des jeux de lumières permettent, en outre, d’embellir la fontaine et rendent l’esthétique de l’expérience encore plus travaillée. La nature très présente et entretenue ainsi que les nombreux détails qui ont été apportés à l’exotique décor blanc, or, rouge et turquoise rendent ainsi l’expérience à la fois épurée et grandiose. À l’instar des autres versions de l’attraction, un point photo a été installé sur les hauteurs de la muraille du Palais.

A Paris, si la réalisation des décors et la profusion des détails permettent aux figurants de se plonger dans l’univers du film d’animation, l'attraction ne propose pas une véritablement une expérience originale. Sur la conception même des tapis volants, il est tout de même intéressant d’observer qu’ils sont de couleurs différentes afin de respecter le principe d’unicité du personnage des films. De même, Tapis Volants - Flying Carpets Over Agrabah est le premier manège du genre de Disneyland Paris à disposer d’une manette permettant aux visiteurs d’incliner la nacelle vers l’avant ou l’arrière. 
Enfin, l’immersion des visiteurs dans les coulisses du cinéma est plutôt bien rendue à travers les nombreux éléments de décors et la mise en scène de l’attraction, les passagers pouvant rapidement entrer dans leur rôle de figurant grâce au Génie et à ses assistants de production, présents tout au long du parcours.

L’attraction trouve donc un certain écho à Toon Studio bien que sa place au sein d’un Lot dédié à l’envers du décor des productions cinématographiques est discutable. Fait notable : à en croire la première maquette, Tapis Volants - Flying Carpets Over Agrabah n’avait pas été intégrée à Animation Courtyard de prime abord et force est de constater que cela se voit ! Même si les très nombreux éléments relatifs aux tournages et décors de cinéma ont été rajoutés plutôt que conserver l’attraction originale de Floride telle quelle, la cohérence du parcours avec le Lot reste, il est vrai, fragile. Cette démarche aurait par ailleurs pu - voir dù - être intégrée à d’autres attractions comme par exemple celles de Toy Story Playland, zone inspirée des films d’animation dont les bêtisiers finaux dévoilent les prétendues coulisses du tournage de Woody, Buzz l’Éclair et leurs amis. Enfin, il est intéressant de souligner, toujours sur la légitimité de l'attraction en ces lieux, que, suite aux nombreuses extensions de Toon Studio (avec Toon Backlot en 2007, Toy Story Playland en 2010 et La Place de Rémy en 2014), Tapis Volants - Flying Carpets Over Agrabah se retrouve de plus en plus isolé au sein d’un Lot qui fait désormais la part belle aux films de Pixar Animation Studios au détriment du thème initial du Lot centré sur les coulisses du cinéma.
Pour être tout à fait complet, il est nécessaire de savoir que le débat sur la localisation de cette attraction au sein des Parcs a souvent été posé et pas seulement à Paris. En Floride par exemple, l’imposant et très coloré The Magic Carpets of Aladdin, dénote légèrement avec Adventureland, zone au décor réaliste et à la nature luxuriante. En revanche, la thématisation très réussie de Jasmine’s Flying Carpets et sa localisation excentrée dans le Port Arabian Coast ne souffrent, elles, d’aucune critique.


Dernière prétention, Tapis Volants - Flying Carpets Over Agrabah dispose d’un système de FASTPASS dont la nécessité est plus que discutable au vue de sa popularité somme toute relative et de l’affluence raisonnable qu’elle connaît tout au long de la journée. Ses bornes FASTPASS serviront d'ailleurs également à l'attraction voisine Crush's Coaster : ce ne sera néanmoins le cas que le temps d'une semaine de tests à compter du 15 juillet 2008. L'essai s'avérant non concluant, elles demeurent depuis le plus souvent bachées et à l'arrêt...

Tapis Volants - Flying Carpets Over Agrabah propose aux visiteurs une expérience amusante. Sa réalisation a été bien plus soignée que sa réputation ne le laisser penser : elle parvient ainsi à immerger, à travers la magie d’un tournage de cinéma, les petits et les grands dans l’univers musical et jovial d’Aladdin.

La disponibilité

Cette attraction est toujours ouverte à Toon Studio, au Parc Walt Disney Studios de Disneyland Paris. D'autres versions existent au sein du Magic Kingdom (Walt Disney World Resort) et de Tokyo DisneySea (Tokyo Disney Resort).

Poursuivez votre visite

Nos Réseaux Sociaux