Le Medley Musical de Belle
Vue d'ensemble
Date d'ouverture :
Novembre 2003
Date de fermeture :
8 janvier 2006
Type d'attraction :
Spectacle
Crédit Photos :
 

Le synopsis

Dans leur charmant petit village, Belle et les habitants s’apprêtent à célébrer la magie de Noël, mais l’odieux Gaston n’est jamais loin pour gâcher leurs préparatifs…

L'expérience

Au cœur d’une coquette bourgade perdue dans la vaste campagne de France, les villageois se préparent pour les fêtes de fin d’année. Malgré le froid, ils ont ainsi revêtu leurs plus beaux habits en velours ainsi que des écharpes en fourrure, et se lancent dans une danse joyeuse tout en chantant C’est la Fête autour de la fontaine du village.

Apparaît ensuite Belle, parée de sa cape rouge, en pleine promenade matinale pour rendre un livre chez son ami, le libraire… Et bien sûr en emprunter un nouveau ! C’est en réalité sa seule distraction dans cette bourgade perdue au fin fond de la France où les jours se succèdent sans surprise, comme elle l’entonne en chanson. Mais la jeune rêveuse ne passe pas inaperçue parmi les villageois, parmi lesquels le boulanger et sa femme, les compagnons de Gaston ou encore les triplées, qui la saluent et la trouvent tout de même très étrange... C’est le cas en particulier de Gaston, qui est bien déterminé à l'épouser, mais ne comprend pas l’attitude de rejet que Belle renvoie à ses avances, lui, le plus bel homme du village ! Tout le monde s’accorde en effet ici sur le fait que Gaston est un être exceptionnel et entonne même un hymne à sa gloire.

Mais Belle, loin d’être sensible à son charme, a la tête ailleurs ; rêveusement, plongée dans son roman, elle se promène dans le hameau et se consacre toute entière à la préparation de Noël. Elle rappelle à tous que Tant Qu’il y Aura Noël elle gardera l’espoir et l’amour, des valeurs indissociables de cette fête magique. Les villageois se laissent attendrir et reprennent avec elle la chanson, énumérant les différents éléments qui rendent la célébration de Noël si unique et inoubliable chaque année, dansant avec des paquets cadeaux et des branches de gui. C’est sur cette note festive que chacun se retrouve et s’en retourne vers la chaleur de son foyer afin de profiter de Noël avec ses proches.

La critique

rédigée par Victoire Beretton
Publiée le 11 décembre 2020

Entre 2002 et 2012, Disneyland Paris a accueilli une attraction récurrente pendant la saison de Noël : Le Village de Noël de Belle, installé au fond de Fantasyland, près de l’attraction alors disparue Les Pirouettes du Vieux Moulin. Des chalets à l’architecture française, se mariant harmonieusement avec l’univers de Fantasyland, ont ainsi été disposés pour créer une ambiance festive similaire à celle des marchés de Noël qui apparaissent en Europe durant la période des fêtes de fin d’année. Le Vieux Moulin lui-même était décoré de guirlandes rouges et vertes et ses seaux remplis de cadeaux pour parfaire le décor. Un spectacle de marionnettes, Le Petit Théâtre, divertissement typiquement français, était aussi proposé pour égayer petits et grands. Cependant, le rapport entre le film d’animation La Belle et la Bête sorti en 1991 et Le Village de Noël de Belle se bornait au début à quelques références dans les noms des chalets. Il a fallu attendre 2003 pour qu’une véritable animation avec les personnages de ce chef-d'œuvre Disney soit mise en place : Le Medley Musical de Belle, donnant ainsi encore plus de vie au village-marché. Mais il faut bien avouer que ce spectacle est loin d’égaler le film d’animation oscarisé...

L’histoire est, en effet, pour le moins minimaliste, car il s’agissait surtout d’intégrer le plus possible les chansons inspirées de la bande-originale française de La Belle et la Bête, écrites par Howard Ashman et composées par Alan Menken, et qui sont tant aimées des visiteurs. Trois titres du film d’animation ont ainsi pu être utilisés : C’est la Fête, Belle et Gaston, dans un arrangement réorchestré qui n’est pas inédit du (Le) Medley Musical de Belle, s’agissant, il est vrai, des versions enregistrées à l’origine pour le spectacle La Belle et la Bête qui s’est joué sur la scène de Videopolis à Discoveryland entre 1993 et 1996, expliquant par là même les voix différentes et certaines paroles modifiées vis-à-vis du film d’animation original. L’interprétation de la chanson Gaston au milieu de l’intervention du personnage dans la chanson Belle est, de plus, une modification qui provient également du spectacle de 1993.

Un quatrième titre a également été intégré au Medley Musical de Belle, Tant Qu’il y Aura Noël, originaire quant à lui de la suite sortie directement en vidéo La Belle et la Bête 2 : Le Noël Enchanté. Si ce long-métrage est moins qualitatif que La Belle et la Bête, il faut reconnaître que la chanson Tant Qu’il y Aura Noël est plutôt réussie et s’affirme sans conteste en hymne de fête. Il semble dès lors logique que Disneyland Paris l’ait intégrée pour la première fois dans ce spectacle dédié à la thématique de Noël. Son interprétation y a d’ailleurs plus de sens que C’est la Fête, dont les paroles font parfois référence à la vie des domestiques de La Bête (« la vie est un supplice pour un domestique sans office ») et qui sont donc bien moins en adéquation dans la bouche des villageois. Mais, en vérité, les deux chansons soutiennent le manque de cohérence entre le spectacle et les films, puisque C’est la Fête et Tant Qu’il y Aura Noël impliquent que l’action se passe au moment où Belle est retenue prisonnière dans le Château de la Bête. Or, dans Le Medley Musical de Belle, elle est présentée comme vivant toujours paisiblement au village, faisant du spectacle un moment hors du temps et, par la même occasion, de la chronologie des films d’animation.

Quant aux costumes des danseurs du (Le) Medley Musical de Belle, ils respectent bien le style du film d’animation tout en étant plus colorés afin, notamment, de paraître plus festifs et de mieux se détacher sur le ciel souvent gris de Marne-la-Vallée. Il est agréable également de retrouver Belle dans sa robe de paysanne et son manteau rouge, qui apportent un changement par rapport à sa traditionnelle robe de bal jaune, plus souvent portée lors des spectacles et apparitions à Disneyland Paris. Quant à Gaston, il revêt dans ce spectacle son ancien costume, plus terne que son habit rouge du film d’animation La Belle et la Bête et qu’il arbore de coutume dans le Parc Disneyland, enrichi de prothèses de biceps. L’un des points faibles de cette animation reste de ne pas avoir intégré plus de personnages du long-métrage à l’instar de Maurice, le père de Belle, une présence qui aurait été cohérente puisque l’histoire se passe dans le village où il vit, et que les fêtes de fin d’année sont propices aux rapprochements familiaux. L’absence de la Bête peut aussi être regrettée mais reste un choix cohérent, l’action étant supposée se passer avant la rencontre de Belle avec le prince maudit. L’autre bémol de ce spectacle est l’espace très restreint donné aux Personnages ainsi qu’aux danseurs, dont les déplacements peuvent aussi être entravés par la fontaine spécialement installée pour l’occasion en plein milieu de la scène, en référence à celle de la place du village dans le film d’animation La Belle et la Bête. De plus, les visiteurs disposent de peu de points de vue sur Le Medley Musical de Belle, il leur est donc nécessaire de trouver une place devant les barrières pour bien voir et apprécier la représentation.

Outre ces menus détails, Le Medley Musical de Belle est un spectacle qui fonctionne plutôt bien auprès des visiteurs : il se déroule à intervalles réguliers tout au long de la journée dans Le Village de Noël de Belle pendant les saisons de Noël entre 2003 et 2006. Il est à noter qu’il est présenté intégralement en français, un choix somme toute logique puisque l’histoire de La Belle et la Bête se passe en France. C’est une animation musicale simple mais globalement cohérente dans son environnement, et qui permet aux visiteurs francophones d’être enchantés pendant une dizaine de minutes par les superbes chansons de La Belle et la Bête et de voir de près l’une de leurs Princesses favorites. Le personnage de Belle a d’ailleurs été plusieurs fois mis en avant dans les saisons de Noël dans les Parcs Disney autour du monde. Au Parc Disneyland, elle était en effet présente dans Les Vœux Royaux de Noël entre 2015 et 2017, et apparaît depuis novembre 2019 dans le spectacle Mickey et la Magie des Lumières de Noël. À Walt Disney World Resort, lors de l’Epcot Festival of the Holidays, un point rencontre a également été mis en place avec cette Princesse dans la jolie robe bordeaux qu’elle porte dans La Belle et la Bête 2 : Le Noël Enchanté

Si Le Medley Musical de Belle n’avait rien de spectaculaire, il a su apporter une animation bienvenue pendant la Saison de Noël, agrémentant Le Village de Noël de Belle de la plus vivante des façons. Utilisant les chansons populaires et appréciées du long-métrage La Belle et la Bête, le spectacle a créé la surprise en utilisant même la chanson Tant Qu’il y Aura Noël, sans doute moins connue du grand public, mais magique et très à-propos.

Poursuivre la visite

Le Forum et les Réseaux Sociaux

www.chroniquedisney.fr
Chronique Disney est un site amateur, non officiel, sans lien avec The Walt Disney Company, ni publicité,
utilisant des visuels appartenant à The Walt Disney Company ou des tiers par simple tolérance éditoriale, jamais commerciale.