Fulton Burley

Fulton Burley
Date de naissance :
Le 12 juin 1922
Lieu de Naissance :
Tipperary, en Irlande
Date de Décès :
Le 07 mai 2007
Lieu de Décès :
Carlsbad, en Californie, aux États-Unis
Profession :
Acteur
Chanteur

La biographie

rédigée par Karl Derisson
Publié le 18 juillet 2022

Du 17 juillet 1955 au 12 octobre 1986, la Golden Horseshoe Revue a fait les belles heures de Disneyland. Lancée le jour même de l’inauguration du Parc, le spectacle a en effet rassemblé quotidiennement des milliers de visiteurs venus pour s’amuser et chanter en compagnie des vedettes maison, Wally Boag, Betty Taylor et, à partir de 1962, Fulton Burley.

Né le 12 juin 1922 à Tipperary, dans le sud de l’Irlande, Frank Fulton Burley grandit avec sa famille venue s’installer à Windsor, en Ontario, dans le centre-est du Canada. Remarqué pour ses talents de chanteur, il monte sur scène dès l’âge de sept ans à l’occasion de mariages. À quatorze ans, c’est cette fois sur la station de radio locale CKNW que l’adolescent se produit trois matins par semaine avant de se rendre à l’école. Devenu un brillant ténor, il rejoint rapidement l’Orchestre Symphonique de Windsor.


Wally Boag, Betty Taylor et Fulton Burley

Élève du Patterson Collegiate Institute de Windsor, Fulton Burley poursuit ses études à l’Université Wayne State de Détroit où il étudie le droit ainsi que la musique. Abandonnant la première discipline pour privilégier la seconde, il se destine bientôt à une carrière dans le monde du divertissement. Durant les premières années de la Seconde Guerre mondiale, il rejoint la quarantième Division des Special Services, le corps des armées chargé des spectacles pour les troupes. Placé sous le commandement de l’acteur Melvyn Douglas, il voyage ainsi sur le front en Chine, en Birmanie et en Inde. Obtenant en 1943 le premier rôle de la Diamond Horseshoe Revue, la spectaculaire revue du Paramount Hotel de New York fondée en 1938 par l’imprésario Billy Rose, Fulton Burley part en tournée dès la fin du conflit. Multipliant les apparitions aux quatre coins des États-Unis, il nourrit alors son répertoire de chansons et de blagues très appréciées par le public. Sa prestation lui permet bientôt de décrocher un contrat avec MGM qui lui offre quelques petits rôles au cinéma dans des films comme Sans Amour d’Harold S. Buckett avec Spencer Tracy et Katharine Hepburn, Frisson d’Amour de Richard Thorpe avec Esther Williams et Var Johnson, et Le Retour de Mervyn LeRoy avec Clark Gable et Lana Turner.

En 1962, alors qu’il joue sur la scène de l’Hacienda Hotel de Las Vegas, Fulton Burley reçoit un coup de téléphone de Wally Boag, l’un de ses meilleurs amis rencontrés chez MGM. Interprète depuis 1955 de Pecos Bill à Disneyland, ce dernier est à la recherche d’une nouvelle voix pour la Golden Horseshoe Revue. Son partenaire, Donald Novis, est en effet tombé gravement malade. Boag cherche donc quelqu’un pour le remplacer au pied levé. N’hésitant pas bien longtemps, Burley accepte l’offre et s’envole avec sa femme Terri pour la Californie. Revêtant son chapeau de cow-boy, sa veste à franges et son ceinturon, il parvient immédiatement à charmer le public. « Est-ce que tout le monde est heureux ? » devient sa réplique emblématique avec laquelle il introduit chacune des représentations. Walt Disney est lui-même séduit par la jovialité du personnage qu’il adore regarder et écouter avec ses autres partenaires dès que l’occasion se présente.


Fulton Burley et Wally Boag

Illuminant la revue grâce à ses ritournelles et ses plaisanteries, Fulton Burley est rapidement recruté par Walt Disney pour réciter la narration proposée aux passagers du Columbia Sailing Ship ; le chanteur est également choisi pour prêter sa voix à Michael, le perroquet irlandais de l’Enchanted Tiki Room, le tout nouveau spectacle d’Adventureland inauguré en juin 1963. Burley partage alors la vedette avec Ernie Newton et Thurl Ravenscroft qui doublent respectivement le perroquet français Pierre et l’ara allemand Fritz. Chargé d’écrire quelques blagues ajoutées dans le script, il s’amuse aussi avec son copain Wally Boag qui campe pour sa part le perroquet mexicain José.


The Enchanted Tiki Room

Devenu une figure incontournable de Disneyland, Fulton Burley participe à des dizaines de tournées à travers les États-Unis, l’occasion pour lui de chanter les airs entraînants de la Golden Horseshoe Revue et de divertir le public. L’occasion pour lui également de participer à la promotion des ressorties des classiques animés du passé à l’image de Cendrillon, qui revient dans les salles en 1981, ou du (Le) Livre de la Jungle reprogrammé en 1984. Très ému au moment de jouer pour la dernière fois la célèbre revue de Frontierland qui tire sa révérence le 12 octobre 1986, il se retire finalement en 1987 après vingt-cinq ans de carrière au service de Disney. Se retraite est néanmoins brièvement interrompue dix ans plus tard, en 1997, au moment d’enregistrer la nouvelle narration de l’Enchanted Tiki Room (Under New Management) à Walt Disney World Resort. Le moment est amusant et émouvant. Burley retrouve derrière le micro ses amis Wally Boag et Thurl Ravenscroft qui reprennent eux aussi leur rôle.

Récompensé le 30 novembre 1995 par un Disney Legends Award, Fulton Burley s’installe au début des années 2000 au sein de la maison de repos Sunrise Assisted Living de La Costa, à Carlbad, où il s’éteint le lundi 7 mai 2007 des suites d’une crise cardiaque, quelques semaines seulement après sa femme Terri, morte le 3 janvier 2007. Incinéré et enterré au cimetière de Forest Lawn Hollywood Hills, il avait quatre-vingt-quatre ans. « Quelle chance j’ai eue », s’amusait-il à dire, « Et quel hasard, surtout ! Rendez-vous compte, j’ai joué pendant vingt-ans la Golden Horseshoe Revue après avoir commencé ma carrière professionnelle sur la scène de la Diamond Horseshoe Revue ! ».

Poursuivre la visite

1886 • 2022
1989 • 2019

Le Forum et les Réseaux Sociaux

www.chroniquedisney.fr
Chronique Disney est un site amateur, non officiel, sans lien avec The Walt Disney Company, ni publicité,
utilisant des visuels appartenant à The Walt Disney Company ou des tiers par simple tolérance éditoriale, jamais commerciale.