Muncey et Compagnie
L'écran titre
Titre original :
Meet the Munceys
Production :
Walt Disney Television
Date de diffusion USA :
Le 22 mai 1988
Genre :
Comédie
Réalisation :
Noel Black
Musique :
Stephen Lawrence
Durée :
45 minutes

Le synopsis

Billie Muncey travaille comme femme de ménage à Palm Beach en Floride pour Esther Lovell-Mingott, une riche héritière. À son décès, l'ouverture de son testament lui réserve une surprise de taille : la vieille dame confie, en effet, sa fortune estimée à 140 millions de dollars à sa fondation et fait nommer à sa tête Billie...

La critique

rédigée par
Publiée le 22 février 2021

Muncey et Compagnie est un téléfilm diffusé, en 1988, sur ABC, dans l'émission hebdomadaire nouvellement intitulée The Disney Sunday Movie et héritière du show créé sur la même chaîne en 1954 par Walt Disney lui même, sous le titre de Disneyland.

L'un des buts avoués de Michael Eisner quand il fait revivre l'émission d'anthologie dans les années 80 est de proposer des pilotes dans le but de jauger les réactions du public avant de lancer une série. Mais voilà, au final, sur les trois ans de diffusion de The Disney Sunday Movie, les ambitions n'auront pas vraiment porté leurs fruits. Le seul pilote qui donnera naissance à une série est en effet Le Chevalier Lumière. Muncey et Compagnie était donc lui le pilote d'une éventuelle série morte-née...

Il faut dire que Muncey et Compagnie ne brille pas par son originalité. Il s'agit, en effet, d'un téléfilm typique des années 80 avec le mythe des grandes fortunes et l'envie des téléspectateurs de vivre cette vie faite de strass, d'insouciance financière, de fêtes dispendieuses et de demeures immenses. Le scénario est ainsi cousu de fil blanc mais fonctionne tout de même grâce au personnage de cette jolie jeune femme de ménage, gentille mais un peu nunuche, qui obtient par miracle une belle fortune. Sa famille (son père, sa mère et son frère) vient alors la rejoindre et ils semblent aussi à leur place qu'un éléphant dans un magasin de porcelaine. Ils ressemblent ici vraiment aux Bidochon à Beverly Hills. Et à eux s'ajoute évidemment une riche famille concurrente dont la mère est jalouse de la situation obtenue par la roturière Billie. Le fils de cette même famille tombe, quant à lui, lui sous le charme de la belle jeune fille au point d'en oublier ses réflexes de fils à papa. La morale de l'histoire veut pour sa part démontrer que le manque de manière et l'absence d'instruction n'empêchent pas d'avoir un grand cœur.

Côté personnages, le téléfilm propose une panoplie d'iconoclastes plutôt sympathiques.
Billie Muncey est ainsi jouée par la pétillante Nana Visitor (Star Trek : Deep Space Nine) qui s'amuse ici à camper la blonde de service, adorable et naïve malgré son manque de manières. Ayant le cœur sur la main, elle veut bien faire tout en n'ayant pas la moindre once de méchanceté. Mais sa candeur lui joue des tours, lui faisant avaler des couleuvres improbables...
Sa famille est composée du père Bud (Carmine Caridi), de sa mère Bernice (Peggy Pope) et de son frère Bruce (Dan Gauthier), tous extravagants. La maman adore faire des petits plats ultra caloriques, le père et le frère aimant, quant à eux, bricoler le camping-car familial. Le jeune homme se sait, en outre, beau au point d'en devenir un dragueur plutôt lourd qui n'arrive pas du tout à rentrer dans le moule guindé de la haute bourgeoisie. Il se fait alors renvoyer dans ses cordes de façon amusante, et souvent sans même s'en rendre compte.
Le rôle du petit ami de Billie, Freddie Vanderplas, est tenu par Mark Neely. Il est envoyé, dans un premier temps, par sa mère pour surveiller Billie, devenue la nouvelle responsable de la fondation de bienfaisance. Mais le garçon à papa découvre auprès de la jeune fille une liberté, aussi bien de ton et d'action, qui le fait tomber amoureux d'elle.

Muncey et Compagnie est un téléfilm sans prétention qui sent bon la nostalgie des années 80, avec tous les poncifs du genre mais aussi avec la bonne humeur et l'insouciance typiques de l'époque.

Poursuivre la visite

Le Forum et les Réseaux Sociaux

www.chroniquedisney.fr
Chronique Disney est un site amateur, non officiel, sans lien avec The Walt Disney Company, ni publicité,
utilisant des visuels appartenant à The Walt Disney Company ou des tiers par simple tolérance éditoriale, jamais commerciale.