Les Errances de Disney France

L'article

Publié le 01 mai 2008

Quelque soit l’objet de leur passion, les fans sont immanquablement les gardiens du temple. Disney n’échappe bien sûr pas à la règle et se voit suivie et surveillée à travers le monde entier par des communautés nationales de passionnés, collectionneurs attentifs de ses œuvres et produits. La dimension de la Walt Disney Company est d’ailleurs telle qu’elle décline sur tout le globe des filiales, plus ou moins puissantes, entièrement destinées à faire rayonner Mickey et ses amis, et, par la même occasion, tourner le tiroir-caisse.

Dans le monde, l’Europe est, à l’évidence, pour la firme au château enchanté, un marché important et, au sein d’elle, la France domine tous ses voisins. Hôte du seul resort sur le vieux continent, elle sait également réserver aux films de la Walt Disney Company un précieux accueil.

Curieusement, alors même que les débouchés français sont incontournables et que les fans tricolores sont nombreux et correctement fédérés (en témoigne la vigueur des sites et forums consacrés à la plus célèbre des souris), la déclinaison hexagonale de la Walt Disney Company ne cesse de décevoir.

Ses bévues sont légions et, pire, ont récemment fâcheuse tendance à se multiplier.

Sourions d’abord de constater, à l’occasion de la réédition en DVD du Grand Classique Le Livre de la Jungle sur la jaquette retenue par Disney France, un résumé pompé sur celui rédigé par votre serviteur sur Zuzu Disney. Les passionnés que nous sommes y voient certes un hommage déguisé à la qualité de notre travail même si nous ne pouvons nous empêcher de penser au faible niveau d’investissement mis en œuvre dans cette sortie, s’agissant d’un simple copier-coller, pratique somme toute terriblement peu professionnelle.

Lassons-nous ensuite de la satanée liste numérotée des films Disney, une invention franco-française, condamnable en soi car n’obéissant à aucune logique éditoriale. Ainsi, Il Était une Fois en est écarté alors même que rien ne justifie cette décision. Ne serait-il pas temps d’abandonner une bonne fois pour toute cette hérésie, qui, à trop disposer d'un contour mal défini, devient du grand n’importe quoi !

Pinçons-nous alors devant l’incroyable erreur commise par Disney France qui visiblement ne visionne même pas ses propres œuvres. Copains des Neiges se voit, en effet, présenté en DVD affublé d’une jaquette qui propose le résumé d’un autre film, Cinq Toutous Prêts à Tout ! Certes, les plus optimistes d’entre nous verront dans cette édition un fort potentiel de joli collector une fois le lot épuisé. Difficile cependant de ne pas conserver, au final, un goût amer devant ce qui témoigne d’une absence totale de démarche qualité digne de ce nom.

Enervons-nous, sur le même registre, devant l’erreur de titre de l’édition DVD française de Bienvenue chez les Robinson qui affuble, dans les premières images du film, le nom Robinson d’un pluriel aussi impropre qu’insupportable. Non seulement Disney France viole une règle d'orthographe élémentaire mais maltraite, qui plus est, le titre d’une œuvre qu’elle est censée justement défendre.

Désespérons-nous enfin de voir passée sous silence la sortie conjointe de Comment Brancher son Home Cinéma avec Maxi Papa. Disney France, contrairement à sa consœur américaine, a tout simplement omis de communiquer sur le retour, après quarante ans de disette, des studios de Mickey à l’un de leurs fondamentaux, la production de cartoons 2D à destination des salles obscures. La révolution voulue par John Lasseter lui-même n’a tout bonnement pas trouvé grâce aux yeux du staff de la filiale française… Incroyable et incompréhensible !

Que conclure après cette édifiante (et malheureusement non-exhaustive !) collection d’erreurs en tout genre ? Pas grand-chose si ce n’est d’inviter Disney France à consulter ses fans suffisamment en amont pour éviter d’apparaitre sous le plus mauvais jour qui soit pour une entreprise : celui de l’incompétence !