Bienvenue Chez les Robinson
L'affiche du film
Titre original :
Meet the Robinsons
Production :
Walt Disney Animation Studios
Date de sortie USA :
Le 30 mars 2007
Genre :
Animation 3D
Disney Digital 3-D
Réalisation :
Stephen J. Anderson
Musique :
Danny Elfman
Rufus Wainwright
Durée :
102 minutes

Le synopsis

Lewis, un jeune adolescent de 12 ans, est, à ses heures, un brillant inventeur amateur dont les créations, toutes aussi ingénieuses que loufoques, lui apportent souvent pas mal d'ennuis. Il place aujourd'hui beaucoup d'espoirs dans son tout dernier "joujou", le Scanner de Mémoire, dont le but premier est de lui permettre de se reconstituer une mémoire sur sa maman. Malheureusement, l'infâme Homme au Chapeau Melon lui dérobe la précieuse invention. Le jeune garçon est sur le point d'abandonner ses recherches pour la récupérer quand un mystérieux ado, appelé Wilbur Robinson, l'entraîne, avec sa machine à explorer le temps, dans le futur. Avec lui, Lewis va vite découvrir que l'avenir tient toutes ses promesses. Mais le temps presse, le complot orchestré par l'Homme au Chapeau Melon fait, en effet, peser un grave danger sur l'humanité tout entière...

La critique

rédigée par
★★★

Bienvenue chez les Robinson est le nouveau long-métrage entièrement animé en 3D par les studios Walt Disney Feature Animation après Chicken Little. Les studios historiques de Mickey, basés à Burbank en Californie, auteurs de tant de chefs-d'œuvre en animation 2D, n'ont, il est vrai, signé que deux films dans le domaine de l'animation entièrement réalisée par ordinateur là où des studios concurrents, comme Dreamworks, ou désormais frères, comme Pixar, en comptabilisent, eux, de nombreux à leurs actifs. Mis en production en pleine guerre avec l'allié Pixar et terminé sous l'ère Disney de John Lasseter (devenu entre temps le patron du studio au château enchanté, ayant lui même croqué celui à la lampe de bureau...) Bienvenue chez les Robinson marque à l'évidence des points quant à sa qualité technique. Il perd en revanche la bataille du récit, délaissant sans doute trop l'humour au profit d'une volonté d'émouvoir et de surprendre mal amenée.

Bienvenue chez les Robinson est basé sur un livre de William Joyce, Une journée avec Martin Robinson. Né en 1957 en Louisiane, l'artiste affiche de multiples facettes. A la fois acteur, producteur, écrivain, chef décorateur, illustrateur, il assume, en effet, un parcours de génial touche-à-touche. Il a ainsi déjà travaillé pour Pixar en qualité de concepteur visuel de 1001 pattes. Sans attache, il a également produit, pour la Fox, Robots sorti en 2005 dont le visuel n'est d'ailleurs pas sans rappeler l'univers si particulier de Bienvenue chez les Robinson. Farouchement indépendant, William Joyce est aussi à l'origine de la série télé diffusée sur Playhouse Disney, Rolie Polie Olie. Bien avant ses aventures enchanteresses dans l'animation,  il signe, en 1990, le livre pour enfant, A day with Wilbur Robinson qu'il illustre lui-même. Disney s'empresse de lui en acheter les droits d'adaptation.

A l'origine, le label historique de Mickey envisage une transposition en prises de vues réelles, William Joyce rédigeant à cette fin plusieurs versions de scénarios tirés de son livre. Un temps est ainsi envisagée une collaboration avec le réalisateur Peter Jackson qui, après Fantômes contre fantômes, se montre fort intéressé par le projet. Malheureusement pour Disney, ce dernier jette l'éponge pour se consacrer, avec bonheur, mais pour Warner, à la trilogie du Seigneur des anneaux. L'adaptation de A day with Wilbur Robinson a indéniablement du plomb dans l'aile. Elle ne cesse, il est vrai, de faire des allers-retours entre la division Animation et le département des films "live" du studio de Mickey. L'auteur, lui, se concentre, entre temps, sur d'autres sujets. La mise au rebus du projet semble acquise quand Michael Eisner, alors PDG de la Walt Disney Company, décide, en personne, que, non seulement le film se fera, mais qu'il sera, en outre,  le premier disneyen à être conçu dès l'origine pour la 3D (Peu de gens se rappellent aujourd'hui que Chicken Little était prévu, à ses tout débuts, en animation 2D !). William Joyce se voit confier la supervision du long-métrage en qualité de producteur exécutif.

Stephen Anderson est, lui en charge de sa réalisation. Il n'est pas un inconnu chez Disney puisqu'il a déjà travaillé, en tant que "simple" artiste, sur des films comme Tarzan, Kuzco, un empereur mégalo et Frère des ours. Le projet se déroule alors, dans l'ensemble, correctement, sauf à devoir constater une incertitude sur le titre qui, de A day with Wilbur Robinson, se mue en Meet the Robinsons. La même hésitation se retrouve d'ailleurs dans sa traduction française qui passe de La famille Robinson à Bienvenue chez les Robinsons. Des tensions voient, en revanche, le jour avec l'arrivée de John Lasseter à la tête du département animation des studios Disney en 2006, qui, fort de son expérience de l'animation 3D, exige de profonds et nombreux remaniements. Il demande ainsi au réalisateur de revoir sa copie et d'en améliorer notamment le côté émotionnel. Des bruits circuleront même sur le fait qu'il aurait, au final, fait changer près d'un tiers du film. Il est trop tôt aujourd'hui pour tirer le vrai du faux de ces rumeurs !

L'histoire de Bienvenue chez les Robinson est assurément originale, qui plus est, pour un film d'animation estampillé Disney. Son déroulement est, en effet, moins linéaire qu'il n'y parait au début et, somme toute, peu prévisible. Le scénario réserve ainsi son lot de surprises et rebondissements, dont la teneur et le nombre font sans doute perdre à l'ensemble beaucoup de sa lisibilité. Le récit est, à l'évidence, mal accessible aux tout petits qui se perdront à coups sûrs dans les méandres et détours du temps et de l'espace. Les allées-retours dignes de Retour vers le futur 2 sont, il est vrai, légion et susceptibles de dérouter bon nombre de jeunes spectateurs. Au contraire du film de Robert Zemeckis, ils ne bénéficient pas ici d'un "Doc Brown" apte à leur faire appréhender de manière ludique la théorie du "continuum espace-temps".
Bienvenue chez les Robinson ne surprend pas, en revanche, sur sa morale. Disneyenne à souhait, elle se paye même le luxe de reprendre une citation célèbre de - excusez du peu ! - Walt Disney en personne : "Nous ne regardons jamais en arrière très longtemps. Nous continuons à aller de l'avant, à ouvrir de nouvelles voies et à tenter de nouvelles expériences... La curiosité nous entraine toujours vers de nouveaux chemins." Il faut dire que l'orphelin Lewis pouvait difficilement trouver mieux pour exprimer son sentiment et faire chavirer, par la même, le cœur des fans du Maitre de l'Animation, trop content de le voir ainsi fêté.
S'il ne devait ressortir qu'une sensation du film, c'est visiblement l'émotion qui emporterait la palme. Le début du récit et sa conclusion sont, en effet, particulièrement touchants et marquent le long-métrage tout entier de leurs empreintes L'humour passe ainsi au second plan, sans jamais susciter le rire. S'il retient quelques larmes, le spectateur ne s'esclaffe, il est vrai, jamais. Tout juste sourit-il, ici à l'évocation de Tom Selleck, là, à la présence du dinosaure ou encore, avec la prestation des grenouilles... Ce sentiment de carence en humour est d'ailleurs conforté par le choix contestable de concentrer tous les (petits) gags dans la seule deuxième partie du film. Lorsque Lewis débarque dans le futur chez la famille Robinson, le long-métrage semble, en effet, changer de registre et finit par se perdre tant le récit est faible. A l'évidence, le film s'effondre sous le poids d'un casting trop dense. Les membres de la famille sont trop nombreux, si bien qu'il est impossible de s'attacher à qui que se soit. Ajoutez à cela une scène d'actions appuyée, en durée et effets, et le spectateur perd pied, malgré lui, tant il se demande où il va bien pouvoir être amené. La sensation est alors particulièrement gênante tant elle est ennuyeuse. Il est incroyable de constater que la partie du film située dans le futur est celle qui plombe l'ensemble. A mille lieux d'émerveiller l'auditoire, elle laisse tout le monde sur sa faim et provoque un fort sentiment d'inachevé. Dès lors, la déception est au rendez-vous : le réalisateur est visiblement passé à côté de ce qui aurait dû constituer la force de son œuvre. Plantée, elle apparait irrécupérable. Et là, l'incroyable se produit. Alors que l'ennui semble avoir gagné le combat, le film repart dans sa dernière demi-heure. Les rebondissements sont correctement amenés, solides et chargés d'émotions. Bienvenue chez les Robinson reprend alors des couleurs et reconquiert l'adhésion de ses spectateurs.

S'il est une chose certaine, c'est que le casting est excessif. Trop de personnages finissent, en effet, par plomber le récit. Les quelques rôles attachants et réussis se débattent ainsi au milieu d'une ribambelle d'intervenants, qui, survolée vitesse grand V, lasse par sa capacité à n'être qu'un simple diaporama tout juste digne d'un album, recueil d'images, Pannini.
Le rôle principal, Lewis, ne souffre, à l'évidence, d'aucune critique. Son personnage de jeune orphelin a parfaitement été saisi et contribue à rendre le film cohérent et touchant. Son envie irrésistible de connaître ses origines, à commencer par la raison de son abandon, son désir d'avoir une famille, son goût pour l'invention et l'imaginaire sont autant d'atouts pour lui et le long-métrage tout entier. Et que dire de son design, si ce n'est qu'il colle à merveille à son dessein ? Lewis est assurément une complète réussite.
Wilbur Robinson, jeune homme plein d'entrain, un peu étourdi et toujours prompt à faire des sottises, sert de faire-valoir à Lewis. Sa personnalité est plus complexe qu'elle n'y parait au premier abord. Loin de n'être qu'un ado écervelé, il est, en réalité, à la croisée de son existence : de ses choix dépendra ou non sa valeur morale.
Les autres membres de la famille Robinson sont plus ou moins réussis. Il partagent, en revanche, le fait de ne jamais parvenir à sortir du lot. Dès lors, ils doivent être envisagés dans leur ensemble. Sans être ratés, ils pêchent tous par une approximation dans leur définition qui provient essentiellement d'un manque de temps. Trop nombreux, leurs prestations sont trop courtes pour marquer les esprits.
Le méchant de l'histoire, incontournable chez Disney, n'a lui aucun problème pour exister. L'Homme au Chapeau Melon a d'abord une apparence extraordinaire. Ses membres fins et sa démarche bizarre, limite désarticulée, en font un personnage à la fois grotesque et inquiétant. Sa maladresse chronique le rend en plus pathétique. Sa personnalité machiavélique n'a pas à rougir de la comparaison à celle des membres historiques de la galerie des Disney's Vilains dont il partage aussi la caractéristique de disposer d'un acolyte démoniaque. Après Lewis, l'Homme au Chapeau Melon est assurément le meilleur atout du casting.

Bienvenue chez les Robinson offre à ses personnages une ambiance et des décors d'un soin incontestable. Le film fourmille, en effet, sur ce point, d'idées enthousiasmantes.
Le présent a ainsi un côté retro qui, rendant l'action difficilement datable, offre bien des opportunités. Les inventions de Lewis sont des exemples parfaits de l'atmosphère recherchée. Leurs aspects, totalement désuets, fait de bric et de broc, sont, il est vrai, particulièrement déstabilisants tout comme les bâtiments, eux mêmes, qui, prenant des formes rectangulaires, mettent en avant l'austérité du architecture mal inspirée, s'approchant de celle de la période 1960-1980.
La représentation du futur oublie, elle, les lignes dures pour se tourner vers les cercles et formes arrondies. Tout semble plus doux. L'invitation à l'optimisme est ainsi permanente. Totalement imaginaire, cette vision de l'avenir est très proche de celle que Walt Disney affectionnait lui-même dans les années 30 à 40. Le film lui fait d'ailleurs un gros clin d'œil en reprenant l'aspect du bâtiment blanc de la version de Space Moutain de Disneyland Anaheim en Californie sans oublier le fait que Lewis visite un pays dénommé Todayland en parfait écho au land "Tomorrowland" des parcs à thème Disney du monde entier, le parisien Disneyland Park excepté.

La musique s'inscrit à merveille dans l'atmosphère du film. Signée du talentueux Danny Elfman, connu pour ses magnifiques composition pour Tim Burton à commencer par les fabuleuses chansons de L'Etrange Noël de Monsieur Jack, elle envoute le spectateur dans un cocon dont il ressort enchanté.
Les chansons sont, elles, au  contraire, dues à divers artistes parmi lesquels se trouve Rufus Wainwright  (Moulin Rouge, Le secret de Brokeback Moutain) Elles ne sont pas chantées par les personnages et servent juste à souligner le récit.

Bienvenue chez les Robinson bénéficie en France d'un traitement particulièrement injuste. Il sort, non seulement, six mois après les Etats-Unis et la majorité du monde, mais aussi, à une période peu propice aux films d'animation. Alors qu'aucun Grand Classique Disney n'avait eu jusqu'à présent l'honneur d'être proposé à la Toussaint, période réservée aux petits films (Les aventures de Tigrou, Les aventures de Porcinet) celui qui est le 46ème long-métrage officiel des studios Disney est visiblement envoyé au casse-pipe. Pourquoi un tel affront ? La division française de la Walt Disney Company ne fait là que reprendre l'attitude de sa maison mère qui, elle même, avait sacrifiée le film en le proposant au mois de mars au public américain, alors même que Disney déserte historiquement les salles obscures à cette période de l'année aux USA. Tout laisse à penser que le staff de la firme de Mickey ne croit pas au potentiel du film et le condamne à "faire un petit tour et puis s'en va". Les critiques américaines sont, elle, plus nuancées dans leurs approches. Elles jugent, il est vrai, le long-métrage majoritairement honorable. Le public enfin se laisse convaincre par le bouche à oreilles, plutôt favorable et accorde à Bienvenue chez les Robinson une recette inférieure à Chicken Little, déjà modeste à l'époque. Seuls 100 millions de dollars tombent en effet dans l'escarcelle de l'oncle Picsou outre atlantique.

Bienvenue chez les Robinson dispose de la capacité à être présenté en trois dimensions. Il partage cet atout  avec Chicken Little, qui a sonné, en 2005, le retour de cette technologie chez Disney, cinquante ans après les cartoons Working for Peanuts et Adventures in Music : Melody sortis en 1953, avec la technique du Disney Digital 3D étant précisé que L'Etrange Noël de Monsieur Jack a eu, entre temps, accès au même traitement.
Bienvenue chez les Robinson est donc un film entièrement conçu pour exploiter les possibilités du nouveau système mis au point chez Disney. La technique habituelle du film en trois dimensions consistait, en effet, à envoyer deux images sur l'écran avec deux projecteurs différents : une pour chaque œil, créant ainsi une impression de profondeur grâce à des lunettes spéciales. Le nouveau procédé profite, lui, des progrès réalisés dans la technologie du film numérique et n'emploie plus qu'un seul projecteur. Sur l'écran, les images pour l'œil droit et l'œil gauche se succèdent cent quarante quatre fois par seconde. Grâce à une lumière polarisée, l'image parait plus vive, plus claire et immerge davantage le spectateur. L'effet est saisissant même si la vue doit prendre environ vingt minutes pour s'habituer. Si la France a droit pour la première fois à ce système, elle devra, en revanche, se contenter de seulement cinq salles sur l'ensemble de son territoire !

Bienvenue chez les Robinson est un film sympathique qui fait la part belle à l'émotion et délaisse l'humour. Il doit toutefois être envisagé comme un "petit" film à mille lieux de la magnificence du (Le) Roi Lion et de La belle et la bête, ou de l'excellence de Pixar atteinte dans Ratatouille.

A noter :
Après la bévue commise sur le DVD Les Copains des Neiges, Disney France continue dans les erreurs incompréhensibles et indignes sur l'édition française 2008 de Bienvenue chez les Robinson dans lequel la filiale tricolore du label de Mickey insère un écran avec un titre français comportant une faute d'orthographe ! "Robinson" se voit en effet affublé d'un "s" marquant un pluriel impropre puisque s'agissant d'un nom de famille...

Les personnages

L'édition vidéo

Jaquette Bienvenue Chez les Robinson
Jaquette Bienvenue Chez les Robinson
Editions DVD Video
Zone 1 Simple 2007
Zone 2 Simple 2008
Editions Blu-ray Disc
Zone A Simple 2007
Zone B Simple 2008
Edition Blu-ray Disc 3D
Zone A Simple 2011