Les Simpson
Extravaganza

Les Simpson : Extravaganza
La couverture
Éditeur :
Dino Entertainment France
Date de publication France :
Le 19 juin 2001
Genre :
Comics
Auteur(s) :
Steve Vance (Scénario et Dessin)
Cindy Vance (Scénario et Dessin)
Bill Morrison (Scénario et Dessin)
Dan Castellaneta (Scénario)
Deb Lacusta (Scénario)
Tim Bavington (Dessin)
Sondra Roy (Dessin)
Phil Ortiz (Dessin)
Nombre de pages :
128

Le sommaire

Les Histoires :
• L'Incroyable Homer Qui Grossit (Simpsons Comics #1) (1993)
• Le Collectionneur (Simpsons Comics #1) (1993)
• Bart la Main Froide (Simpsons Comics #2) (1994)
• Ma Sœur, Ruine de mon Mariage (Simpsons Comics #2) (1994)
• L'Étonnante Énigme du Puma de Springfield (Simpsons Comics #3) (1994)
• Krusty, Agent du C.L.O.U.N.E.S. : Champions de la Loi et l'Ordre, Utilisant de Nouveaux Engins Sophistiqués (Simpsons Comics #3) (1994)
• Le Dessous des Cartes (Simpsons Comics #4) (1994)
• Les Aventures Musclées de Busman (Simpsons Comics #4) (1994)

Les Gags :
• Bart : Mes 40 Trucs les Plus Pires (Simpsons Illustrated #1) (1991)
• Chez Barney Bowl-O-Rama et Salon de Thé (Simpsons Illustrated #2) (1991)
• Alors Comme Ça, Vous Voulez Monter Votre Petite Affaire ? (Simpsons Illustrated #6) (1992)
• Les Toilettes Tentatrices de Patty et Selma (Simpsons Comics #2) (1994)

La critique

rédigée par
Publiée le 14 septembre 2020

En 1991, alors que la chaîne télévisée Fox diffuse la seconde saison de la série animée Les Simpson, Matt Groening a l'idée de lancer un magazine entièrement consacré au programme : Simpsons Illustrated. Le premier numéro, édité par Welsh Publishing Group, sort ainsi dans les kiosques le 4 avril 1991 et rencontre un succès immédiat. Le magazine propose alors dans ses pages des interviews de l'équipe créative de la série, une section « courrier des lecteurs », des jeux ainsi que des gags et comics, pour le plus grand bonheur des fans. Neuf numéros sont édités jusqu'en 1993, ainsi qu'un annual, et surtout un hors-série, composé uniquement de comics : Simpsons Comics and Stories. Face au succès immense de cette publication, Matt Groening, Bill Morrison, Steve Vance et Cindy Vance lancent leur propre maison d'édition, Bongo Comics Group, afin d'éditer eux-mêmes toute une gamme de comics mettant en scène les habitants de Springfield. Rapidement, les single issues, édités d'abord de façon bimestrielle, se retrouvent compilés dans des recueils et distribués par la maison d'édition Harper Collins, en collaboration avec Bongo Comics Group. Le 7 octobre 1994, le premier recueil, composé des numéros #1 à #4 de Simpsons Comics avec, en bonus, des gags publiés dans les pages de Simpsons Illustrated, se voit proposé au public ; l'ouvrage est alors nommé Simpsons Comics : Extravaganza.
Dans l'Hexagone, la publication des comics Les Simpson est elle bien plus tardive ; après deux albums publiés par la maison d'édition Kraken en 1995 et 1996, il faut en effet attendre les années 2000 pour que Dino Entertainment, qui édite déjà les comics en Allemagne, propose enfin les aventures de la joyeuse famille de Springfield au lectorat français. En 2001, Dino Entertainment édite à son tour Les Simpson : Extravaganza, une première compilation de comics, calquée sur celle publiée par Harper Collins près de sept ans auparavant.

Dès son premier numéro, Les Simpson, le comics, parvient à surprendre son lectorat grâce à la richesse de ses histoires et à une certaine liberté de ton. Le médium du comics permet il est vrai aux artistes de s'affranchir des carcans du format télévisé, et notamment des contraintes de durée et de structure d'un épisode. Les artistes ont alors tout le loisir de s'amuser avec des historiettes qui auraient difficilement pu être racontées de façon satisfaisante dans la série animée, en dehors d'un épisode composé de multiples courts-métrages. Le premier numéro, qui contient les histoires L'Incroyable Homer Qui Grossit et Le Collectionneur, n'a alors pas grand chose à envier à un épisode Simpson Horror Show, tant il rend hommage aux genres du fantastique et de la science-fiction, avec des références à foison.
L'Incroyable Homer Qui Grossit emprunte son titre original, The Amazing Colossal Homer, ainsi que son intrigue au film de science-fiction de 1957, Le Fantastique Homme Colosse, réalisé par Bert I. Gordon. Victime d'une expérimentation de Monsieur Burns, qui travaille sur un rayon censé inverser le vieillissement, Homer se met en effet peu à peu à grandir et à semer la terreur sur son passage. La famille Simpson, impuissante, doit alors s'allier à M. Burns et au Docteur Olberman pour rendre à Homer sa taille normale. Particulièrement amusante, cette première histoire ouvre à merveille la (longue) série des comics Les Simpson, tout en promettant au lectorat que tout peut arriver entre les pages habitées par la famille de Springfield. L'histoire de vingt-quatre pages, très efficace, emprunte évidemment largement au genre du film de monstres, le tout sublimé par la couverture du numéro, qui effectue un joli clin d'œil à Marvel Comics en parodiant la couverture des (Les) Quatre Fantastiques #1, sorti en 1961 ! En 1994, la qualité de L'Incroyable Homer Qui Grossit est remarquée par la profession, qui lui décerne d'ailleurs un Eisner Award, l'équivalent des Oscars dans le monde des comics, dans la catégorie Meilleure Histoire Courte.
La seconde histoire, Le Collectionneur, est quant à elle beaucoup plus succincte, à peine cinq pages. Bart y raconte une histoire d'épouvante mettant en scène un collectionneur de comics qui passe un weekend des plus effroyables. L'humour y est très présent, brisant à l'occasion le quatrième mur, dans une narration qui emprunte pour beaucoup les codes des comics et de la série Les Contes de la Crypte.

Les deux histoires suivantes, tirées du second numéro du comics Les Simpson sont, elles, légèrement en dessous des précédentes. L'histoire longue Bart la Main Froide, raconte comment le Principal Skinner, excédé par les mauvais tours joués par Bart, envoie quelques élèves à la prison de Springfield, pour y suivre un programme anti-délinquance. Bart tombe alors nez à nez avec Tahiti Bob et, par un concours de circonstances, se retrouve enchaîné à son ennemi juré. Tandis qu'ils s'échappent d'un camp de travail, Tahiti Bob se délecte de l'instant où il pourra enfin tuer Bart, pendant que le jeune garçon réfléchit lui au meilleur moyen d'échapper à son sort. L'histoire est en réalité de bonne facture, empruntant quelques références bien senties au film de Stuart Rosenberg sorti en 1967, Luke la Main Froide. Malheureusement, elle paraît dans les kiosques américains le 20 janvier 1994, quelques mois seulement après la diffusion de l'épisode Lac Terreur, le second épisode de la cinquième saison des (Les) Simpson, diffusé le 07 octobre 1993. Considéré par nombre de fans comme le meilleur épisode mettant en scène Tahiti Bob, et plus encore, l'un des meilleurs épisodes de la série, Lac Terreur fait indéniablement de l'ombre à Bart la Main Froide, leurs intrigues étant terriblement similaires et l'humour, autrement supérieur dans l'épisode télévisé.
La seconde histoire, Ma Sœur, Ruine de Mon Mariage, est certes divertissante, mais elle ne parvient par à arracher un rire franc à son lectorat. Dans ce court récit de cinq pages, Patty vient trouver Marge pour lui avouer que Selma et Homer entretiennent une relation adultère. Si le quiproquo qui en découle est amusant, la résolution de l'intrigue est si rapidement amenée que les éléments comiques du malentendu n'ont jamais le temps de s'installer véritablement.

Le troisième numéro s'ouvre ensuite sur le long récit L'Étonnante Énigme du Puma de Springfield. La mascotte de l'école, une statue de puma, a disparu alors que le Principal Skinner est absent : Bart est immédiatement accusé du crime ! Lisa doit alors déployer des trésors de déduction pour résoudre le mystère afin de laver l'honneur de son frère et résoudre l'énigme avant le retour du Principal. Sympathique, l'histoire a le mérite de placer Lisa au centre de l'intrigue, un fait suffisamment rare pour être souligné.
L'autre histoire du numéro, Krusty, Agent du C.L.O.U.N.E.S. : Champions de la Loi et l'Ordre, Utilisant de Nouveaux Engins Sophistiqués, est pour sa part l'un des trésors de cette compilation. Singeant allègrement tout à la fois les histoires de James Bond et ses gadgets improbables et la couverture de Nick Fury, Agent of S.H.I.E.L.D. #4, le comics est un concentré d'absurdité et de surenchères loufoques, et il est à n'en point douter la meilleure histoire courte du recueil.

Enfin, le quatrième numéro se compose des histoires Le Dessous des Cartes et Les Aventures Musclées de Busman. La première raconte comment Homer, suite à un énième excès de fainéantise, empoisonne par inadvertance les professeurs de l'école, si bien que Bart et Lisa se retrouvent à devoir composer avec des enseignants remplaçants. En multipliant les intrigues et les situations comiques, le récit donne alors au lectorat le sentiment d'être pour la première fois face à une histoire des (Les) Simpson qui aurait pu sans peine être adaptée dans un épisode de la série télévisée.
Les Aventures Musclées de Busman, qui vient clore le recueil, est quant à lui un clin d'œil appuyé au vingt-et-unième épisode de la seconde saison, Un Pour Tous, Tous Contre Un, diffusé le 9 mai 1991. Dans cet épisode, Otto présente à Bart une idée de bande dessinée dans laquelle un conducteur de bus combat des vampires dans un monde post-apocalyptique. Tous ces éléments sont alors repris dans ce bref récit, certes un brin anecdotique, mais qui démontre finalement à merveille le formidable potentiel des comics (Les) Simpson, qui peuvent se permettre de consacrer quelques pages à des historiettes qui n'auraient probablement jamais pu voir le jour dans la série animée.

En plus de ces huit histoires, dont la plupart sont d'honorable qualité, Les Simpson : Extravaganza brille également par l'inclusion de quatre pages « gags », pour la plupart issues du magazine Simpsons Illustated. La publicité d'Apu, qui promet au lectorat d'apprendre, grâce à un livre en dix-sept chapitres, comment monter une petite affaire à l'aide de méthodes franchement douteuses, est proprement hilarante et mériterait certainement de donner naissance à un produit dérivé officiel. La palme du gag le plus drôle revient cependant aux (Les) Toilettes Tentatrices de Patty et Selma, publié dans Simpsons Comics #2. Représentées sous la forme de poupées de papier, les deux sœurs peuvent être habillées et coiffées avec les quelques accessoires à découper fournis !

Du côté des dessins, les comics Les Simpson s'attachent à respecter le style graphique développé dans la série animée, malgré quelques divergences. Le T-shirt de Bart est ainsi parfois orangé, parfois bleu, comme c'était d'ailleurs le cas pour plusieurs produits dérivés mettant en scène le garnement à la fin des années 80 et au début des années 90. Les autres habitants de Springfield, et particulièrement les membres de la famille Simpson, voient eux aussi les teintes de leurs vêtements être légèrement modifiées entre deux comics. D'un point de vue purement graphique, Bill Morrison effectue un travail remarquable, mais il ne peut malheureusement pas en être dit autant de Steve Vance, dont certains crayonnés laissent parfois à désirer. Dans Bart la Main Froide par exemple, de nombreux dessins du Principal Skinner frisent l'amateurisme, alors que ceux de Tahiti Bob sont pourtant superbement fidèles à la série animée ; Martin Prince subit d'ailleurs une punition à peu près identique dans L'Étonnante Énigme du Puma de Springfield.

La traduction française, enfin, est somme toute de bonne facture s'agissant de l'adaptation dans la langue de Molière des dialogues. Les traducteurs ont également fait le choix de proposer un véritable travail d'adaptation en français, et notamment au niveau des quelques références faites à des célébrités connues Outre-Atlantique, avec des choix parfois... étranges. La pin-up Betty Page, méconnue dans l'Hexagone, devient ainsi Brigitte Lahaie en français, quand Oprah Winfrey, elle, pourtant plus identifiable, est remplacée par Jean-Luc Delarue. En outre, le mythique « D'oh » de Homer en version originale est conservé tel quel, en lieu et place du « T'oh » prononcé par l'inégalable Philippe Peythieu.
Entre 2000 et 2007, Dino Entertainment France et Panini Comics – la maison d'édition italienne a racheté Dino Entertainment en 2003 – publient 78 numéros de la série de comics Les Simpson dans les kiosques français. Depuis 2008, c'est la maison d'édition Jungle qui s'occupe de publier non seulement des comics encore inédits dans l'Hexagone, mais également de rééditer de nombreuses histoires plus anciennes qui ont fait le bonheur des fans dans les années 2000. L'Incroyable Homer Qui Grossit (renommée Homer le Colossal) et L'Étonnante Énigme du Puma de Springfield (retitrée La Mystérieuse Énigme du Puma de Springfield) ont été republiées en 2010 dans Les Simpson : Extra Colossal !, le neuvième tome de la collection. Le tome suivant, sorti la même année et titré lui aussi Les Simpson : Extravaganza, contient les histoires Bart la Main Froide et Le Dessous des Cartes (retitrée C'est Écrit Dans les Cartes).

Les Simpson : Extravaganza est un très bon recueil de comics. Les scénaristes tâtonnent certes parfois, mais il est indéniable que la forme du comics leur offre la possibilité d'expérimenter et de jouer avec des idées et des formes de narration inédites, offrant ainsi un très sympathique complément à la série animée. Compilant les quatre premiers numéros de la série principale, ainsi que quelques gags en bonus plus qu'appréciables, cette collection d'histoires vaut assurément le coup d'œil pour quiconque est fan de la joyeuse famille de Springfield et désireux de la voir investir un nouveau médium, qui plus est avec tant de succès.

Poursuivre la visite

Les Réseaux Sociaux

www.chroniquedisney.fr
Chronique Disney est un site amateur, non officiel, sans lien avec The Walt Disney Company, ni publicité,
utilisant des visuels appartenant à The Walt Disney Company ou des tiers par simple tolérance éditoriale, jamais commerciale.