L.OU.
(Lost and fOUnd)

L.OU. (Lost and fOUnd)
L'affiche
Titre original :
LOU
Production :
Pixar Animation Studios
Date de sortie USA :
Le 12 mars 2017 (SXSW)
Le 16 juin 2017
Série :
Genre :
Animation 3D
3-D
Réalisation :
Dave Mullins
Musique :
Christophe Beck
Durée :
6 minutes

Le synopsis

J.J. confisque des objets à ses camarades de classe...

La critique

rédigée par
★★★
Publiée le 29 août 2017

Pixar a pris l'heureuse habitude d'accompagner la sortie de ses longs-métrages d'un cartoon de « mise en bouche » exclusif et totalement inédit. Cars 3 est ainsi l'occasion de présenter L.OU. (Lost and fOUnd), un court-métrage au visuel réaliste bluffant et à la poésie touchante. Un bijou empli de tendresse !

Après un début de carrière chez MGM Television, Dave Mullins rentre chez Disney où il travaille en tant qu'animateur sur Mon Ami Joe en 1998 et Fantasia 2000 en 2000. Au début des années 2000, il intègre Pixar pour travailler en qualité d'animateur sur Monstres & Cie (2001), Le Monde de Nemo (2003), Les Indestructibles (2004), L'Homme Orchestre (2005), Cars - Quatre Roues (2006), Martin et la Lumière Fantôme (2006) et Ratatouille (2007). Il passe alors directeur de l'animation sur Là-Haut (2009) puis superviseur de l'animation sur Cars 2 (2010). Il travaille aussi sur Rebelle (2012), Vice-Versa (2015) et Le Voyage d'Arlo (2015). L.OU. (Lost and fOUnd) est ainsi sa toute première expérience au poste de réalisateur.

Dave Mullins a voulu raconter dans son cartoon un peu de sa propre histoire, celle d'un petit garçon qui passe d'école en école et se retrouve transparent dans la cours de récréation. Au fur et à mesure du développement du récit, sa représentation se divise toutefois en deux avec d'un coté J.J. le garçon harceleur et de l'autre, L.OU. le monstre fait d'objets trouvés. Tout deux ont la particularité d'être terriblement seuls, le premier à force de maltraiter ses camarades et le second en sa qualité de créature qui ne peut se montrer de peur d'effrayer les enfants. C'est donc la rencontre de ces deux coeurs solitaires qui va faire des merveilles ; L.OU., excédé de voir J.J. emprunter de force les jouets des autres enfants, décide en effet de lui donner une bonne leçon. L'origine de la cleptomanie du jeune garçon donnera ensuite naissance à l'amitié qui les délivrera finalement de leur démon tous les deux.

Si sa thématique principale est celle du harcèlement, le court-métrage a bien plus à offrir. Le réalisateur ne voulait, en effet, surtout pas être moralisateur et a pour cela travaillé sur le script afin de rendre le récit le plus touchant possible. Pas question ainsi que J.J. soit le méchant de service avec la morale téléphonée qui répète que le harcèlement est mal. Paradoxe assumé, le harceleur est ici (presque) le héros de l'histoire et L.OU. sa conscience. Le fait de donner une explication à son mauvais comportement permet, il est vrai, de rendre le personnage de J.J. particulièrement touchant et de croire à sa rédemption. Le spectateur commence ainsi par le sentir insupportable puis éprouve de la compassion à son égard. Pourtant, c'est bien L.OU. qui étonne le plus. Ce monstre fait de bric et de broc est terriblement attachant ; la conclusion de son aventure provoquant même un flot d'émotions.

L.OU. (Lost and fOUnd) est un joli cartoon qui sait aller au delà de sa thématique pour magnifier une amitié hors norme née de la solitude de deux êtres malmenés par l'existence.

L'édition vidéo

A venir...

Poursuivez votre visite

Nos Réseaux Sociaux