Timmy Failure
Des Erreurs Ont Été Commises

Timmy Failure : Des Erreurs Ont Été Commises
L'affiche
Titre original :
Timmy Failure : Mistakes Were Made
Production :
Disney
Date de mise en ligne USA :
Le 07 février 2020 (Disney+)
Genre :
Comédie dramatique
Réalisation :
Tom McCarthy
Musique :
Rolfe Kent
Durée :
99 minutes
Disponibilité(s) en France :

Le synopsis

Timmy Failure, un enfant de 11 ans vivant à Portland, en Oregon, avec sa mère célibataire Patty, dirige Total Failure Inc., sa propre agence de détective privé et entend résoudre au travers elle des affaires auprès de ses petits camarades. Il est aidé dans sa tâche par Total, un ours polaire...

La critique

rédigée par
Publiée le 22 février 2020

Timmy Failure : Des Erreurs Ont Été Commises est un film sortant des sentiers battus qui traite de questions sérieuses par le prisme du délire. À la fois une ode à l'imagination enfantine tout comme le témoin des difficultés sociales d'une famille américaine en situation de précarité, le long-métrage brasse beaucoup d'idées (peut-être trop), le plus souvent avec un humour pince-sans-rire, tout en parvenant à rendre ses personnages attachants et leurs vies émouvantes.

Le film est en réalité une adaptation du livre jeunesse Timmy Failure : Mistakes Were Made de Stephan Pastis. Né en 1968, il a très tôt des dons pour le dessin, n'arrêtant pas de produire des petites BDs pour se distraire ou tuer l'ennui. Il mène pourtant des études de sciences politiques à Berkeley puis de droit à UCLA et devient avocat pour des litiges de contentieux d'assurances dès 1993, un métier qu'il pratique à contre-cœur jusqu'au début des années 2000. Il décide finalement de devenir auteur de comic strips, se faisant tout de suite connaître avec le titre Pearls Before Swine. La série raconte en effet la vie quotidienne d'un ensemble composé d'animaux anthropomorphes de banlieue (porc, rat, zèbre ou chèvre) et se veut une comédie grinçante avec des illustrations simples, des commentaires sociaux engagés et un humour méta brisant souvent le quatrième mur. Parallèlement à son œuvre phare, il écrit et illustre une série de livres pour enfant, Timmy Failure, inspirés des romans de la série de Jeff Kinney, Journal d'un Dégonflé. Le premier tome, Mistakes Were Made, sort en février 2013. Il est suivi par six autres : Now Look What You've Done (février 2014), We Meet Again (octobre 2014), Sanitized For Your Protection (octobre 2015), The Book You're Not Supposed To Have (septembre 2016), The Cat Stole My Pants (avril 2017) et It's The End When I Say It's The End (septembre 2018). Seuls les deux premiers ont droit à une traduction française chez Hachette Romans et sortent sous les titres Timmy Lalouse et Timmy Lalouse - Tome 2 : C'est Malin ! Regarde ce que Tu as Fait !.

Timmy Failure : Des Erreurs Ont Été Commises est mis en image et scénarisé par un réalisateur de renom, Tom McCarthy. Né le 7 juin 1966 dans le New Jersey, il commence sa carrière en tant que comédien en 1992 dans de petits rôles puis pour des personnages rôles secondaires. Il passe derrière la caméra en 2003 avec son premier film The Station Agent, qu'il scénarise également. Présenté au Festival de Sundance, il gagne alors de nombreux prix. L'artiste obtient la même reconnaissance pour son deuxième long-métrage, The Visitor, en 2008. Si Les Winners en 2011 fait moins parler de lui, Spotlight en 2015, au contraire, s'avère la consécration pour le réalisateur. Le film gagne en effet l'Oscar du Meilleur Film et du Meilleur Scénario, co-écrit justement par McCarthy lui-même, tandis qu'il est également nommé en tant que Meilleur Réalisateur. Il est aussi fait appel à ses qualités de scénariste sur de nombreux films de The Walt Disney Company : en 2009 sur Là-Haut, en 2014 sur Million Dollar Arm et en 2018 sur Jean-Christophe & Winnie et Casse-Noisette et les Quatre Royaumes bien que, pour ce dernier, il ne soit pas crédité puisqu'il n'a travaillé que lors des reshoots.

L'ouverture historique le 12 novembre 2019 de Disney+, une plateforme de service de vidéo à la demande par abonnement créée par The Walt Disney Company, est un tournant aussi stratégique qu'historique pour le studio aux grandes oreilles. Actant le nouveau comportement des (télé)spectateurs qui délaissent la télévision linéaire pour un nouveau type de consommation de flux audiovisuel, Disney+ a alors deux objectifs. D'une part, elle remplacera à terme les sorties en vidéo des films cinéma sur support physique dont le grand public s'est détourné, préférant en majorité l'achat en digitalisé. D'autre part, elle permettra à Disney de revenir sur des genres de films qu'il avait déserté en salles faute de succès ou d'appétit suffisant des spectateurs.

Les films à petit budget, qui étaient proposés il y a encore quelques années sur grands écrans, sont donc désormais réorientés pour une sortie directement sur la plateforme. Le choix est compréhensible car le public préfère malheureusement se déplacer en salles de plus en plus pour des franchises qu'il connaît bien. Les studios Disney se contentent alors de lancer au cinéma uniquement des films à gros budgets, certes aux risques plus importants mais aux retours sur investissement conséquents. Le problème de cette politique est que le label Disney s'est concentré sur un seul type de films, délaissant des genres qui faisaient la part belle de son catalogue au cinéma les décennies précédentes : la comédie, les films d'adolescents, les films sportifs ou les aventures humaines. Disney+ permet donc au label de proposer de nouveau des longs-métrages moins ambitieux mais plus variés. Timmy Failure : Des Erreurs Ont Été Commises rentre parfaitement bien dans cette cette définition même s'il a tout de même eu droit à une avant-première au Festival de Sundance le 25 janvier 2020. Il faut dire que son originalité, mélangeant ton décalé et comédie dramatique, aurait constitué clairement un frein pour une sortie rentable au cinéma, surtout sous le label Disney.

Timmy Failure : Des Erreurs Ont Été Commises est, il est vrai, assez étonnant pour ne pas dire déconcertant dans son approche. Pas tout à fait une comédie, pas tout à fait un drame social, il est aussi une ode à l'imagination et un vibrant hommage aux enfants différents qui ont du mal à s'adapter et qui vivent dans leur monde. Le film mérite et exige ainsi que le spectateur fasse l'effort de rentrer dedans et clairement son originalité risque d'en déranger plus d'un. Une chose mettra tout le monde d'accord : il est particulièrement déroutant. Déjà, il commence, et cela se poursuit pendant toute sa durée, par un long monologue où Timmy raconte en voix off sa vie, ses déboires, ses doutes et ses maigres succès. Le côté décalé vient des dialogues très adultes qu'il utilise et qui sont en contradiction totale avec la façon fantasmée et déformée dont il perçoit les choses, notamment avec la présence de son ours polaire imaginaire dont il est persuadé qu'il fait partie du décor alors que l'animal n'existe pas et n'est remarqué par personne de son entourage. Ce déphasage est aussi bizarre qu'amusant. Les répliques du petit Timmy, en particulier, font souvent mouche et leur incongruité dans la bouche d'un enfant les rend plutôt cocasses.

« La normalité, c'est pour les gens normaux. » Cette phrase qui revient souvent dans Timmy Failure : Des Erreurs Ont Été Commises est sûrement le credo du film. Le spectateur a, en effet, la chance de rentrer dans l'univers imaginatif de Timmy tout en ayant les deux visions du prisme : celle déformée du petit garçon, mais aussi celle plus lucide des gens qui l'entourent, que ce soient ses camarades ou les adultes qui tentent de l'aider et le comprendre. Le long-métrage devient alors un joli manifeste pour apprendre à cultiver sa différence. Le petit garçon, en pensant qu'il est à la tête d'une entreprise de détective, avec comme seul et unique associé son ours polaire, est donc toujours à la recherche d'une enquête à résoudre. Le plus drôle c'est qu'en réalité, il passe toujours à côté de vrais indices et fantasme des justifications plus ou moins farfelues à ses mystères. Évidemment, cela finit toujours par le mettre dans des situations plus ou moins délicates et lui vaut l'incompréhension des gens qu'il côtoie. Timmy est au final un garçon qui s'invente un monde pour échapper à la solitude. Il se fiche des convenances et des devoirs sociaux. Les cours et l'école ne l'intéressent pas et il préfère mettre tout son énergie dans son agence (fictive) de détective.

Timmy Failure : Des Erreurs Ont Été Commises est plutôt léger ou/et bizarre quand le propos se place du côté du garçon. Mais le film sait aussi changer de temps en temps de point de vue grâce aux adultes qui essayent de comprendre Timmy : sa mère bien sûr, le petit ami de celle-ci, son conseiller d'orientation et dans une certaine mesure son professeur. Tous tentent de trouver un délicat équilibre entre le fait de rentrer dans l'univers si particulier de l'enfant tout en essayant de l'emmener petit à petit dans la réalité. Dans ces moments-là, l'opus effleure le drame car les conditions sociales et les raisons du comportement de Timmy sont abordées : un père qui a quitté le foyer très tôt et dont la conséquence est la création de l'ours imaginaire pour compenser l'absence ; une mère qui accumule les heures de travail dans des emplois précaires afin de subvenir aux besoins de son fils ; des camarades qui rejettent plus ou moins ce garçon pauvre très étrange ; des professeurs qui ne savent plus comment gérer cet élève hors norme. L'émotion pointe alors le bout de son nez et Timmy Failure : Des Erreurs Ont Été Commises parvient à attendrir aussi bien qu'il fait sourire. Le dosage est subtil mais fonctionne relativement bien.

Côté casting, Timmy Failure : Des Erreurs Ont Été Commises est plutôt convaincant.
Malgré un rôle si difficile, le jeune acteur Winslow Fegley parvient à porter le film sur ses frêles épaules. Le jeune garçon, déjà vu dans la série Disney Channel Fast Layne, s'en sort ainsi de façon remarquable. Il arrive à se montrer pince-sans-rire avec ses réflexions d'adultes tout en étant touchant quand il ose se confier sans artifice. Dans ces instants, l'acteur arrive à faire poindre une certaine mélancolie au jeune Timmy qui touchera au cœur les spectateurs. Le personnage devient alors, au-delà de sa bizarrerie, aussi vulnérable que seul et dépassé.
Ophelia Lovibond (Les Gardiens de la Galaxie) joue Patty Failure, une mère particulièrement convaincante. Elle essaye de protéger son enfant tout en rentrant dans son jeu et ne freinant d'aucune manière son imagination. Mais parfois, la pression est trop forte entre son travail harassant, le regard des autres et les appels incessants de l'assistant social de l'école. Comment trouver des solutions à son garçon ? Faut-il aller dans son sens ou, au contraire, le ramener à la réalité ? Elle navigue un peu à vue, ce qui la rend humaine ; son parcours et son ressenti étant aussi vrais que poignants.

Kyle Bornheimer (Agent Carter) interprète, pour sa part, Crispin, le petit ami de Patty qui essaye de reconstruire sa vie sentimentale suite au départ du père de Timmy. Agent de stationnement, ce policier au cœur tendre tente maladroitement mais avec bonne volonté de se faire aimer du petit garçon. Ce dernier est d'abord méfiant à son égard avant de finalement lui demander régulièrement son aide : après tout, il possède une voiture et sa place dans la police peut l'aider dans ses enquêtes.
Mr. Jenkins (Craig Robinson), le conseiller d'éducation de l'école de Timmy, essaye quant à lui d'accompagner le garçon dans son évolution. Il ne l'accable pas, ni ne s'énerve contre lui mais tente plutôt de briser la carapace de son élève afin qu'il se livre à lui de manière à avoir les clés nécessaires pour l'aider.
Inversement, le professeur Frederick Crocus dont le rôle est tenu par Wallace Shawn, principalement connu pour être la voix de Rex dans la saga Toy Story, n'a lui aucune patience. Il ne supporte pas Timmy qu'il prend pour un fainéant qui ne comprend rien, qui ne veut rien faire et n'apporte que des ennuis. Le personnage, caricatural à souhait, amène une petit touche de comédie grâce à sa gestuelle et ses mimiques exagérées.

Timmy Failure : Des Erreurs Ont Été Commises est un film très original dans son approche. En décidant de se placer du point de vue de l'imagination de l'enfant, mais sans occulter la vision qu'ont de lui les adultes qui l'entourent, son propos s'avère plus riche qu'il n'y parait de prime abord. Le revers de la médaille est que l'ensemble est plus difficile d'accès pour le public car il nécessite d'apprivoiser son mélange terriblement iconoclaste.
Tout ou rien : certains spectateurs risquent de s'ennuyer ferme devant Timmy Failure : Des Erreurs Ont Été Commises tandis que les autres s'émerveilleront - et riront - devant une décidément belle ode à la différence et à l'imagination.

Poursuivre la visite

Les Réseaux Sociaux

www.chroniquedisney.fr
Chronique Disney est un site amateur, non officiel, sans lien avec The Walt Disney Company, ni publicité,
utilisant des visuels appartenant à The Walt Disney Company ou des tiers par simple tolérance éditoriale, jamais commerciale.