Para//èles
Saison 1

Titre original :
Para//èles
Production :
Disney+
Date de mise en ligne France :
Le 23 mars 2022 (Disney+)
Genre :
Fantastique
Création :
Quoc Dang Tran
Musique :
François Liétout
Durée :
231 minutes
Disponibilité(s) en France :

Liste et résumés des épisodes

1. Le Monde Dans ta Face
Genre : Épisode
Série : Para//èles
Saison 1 Épisode 1
Date de diffusion France : 23 mars 2022
Réalisé par : Benjamin Rocher
Durée : 38 minutes
Les amis de Samuel ont disparu…
2. Contre Toute Attente
Genre : Épisode
Série : Para//èles
Saison 1 Épisode 2
Date de diffusion France : 23 mars 2022
Réalisé par : Benjamin Rocher
Durée : 38 minutes
Les parents de Victor le croient responsable de la disparition de son frère. La tension monte entre Romane et son beau-père…
3. Le Temps Perdu
Genre : Épisode
Série : Para//èles
Saison 1 Épisode 3
Date de diffusion France : 23 mars 2022
Réalisé par : Jean-Baptiste Saurel
Durée : 38 minutes
Sam et Bilal mènent leur enquête. Victor a une idée pour retrouver Bilal et Samuel…
4. Innocence Révolue
Genre : Épisode
Série : Para//èles
Saison 1 Épisode 4
Date de diffusion France : 23 mars 2022
Réalisé par : Jean-Baptiste Saurel
Durée : 40 minutes
Romane et Victor espionnent leur autre famille…
5. Un Plan Simple
Genre : Épisode
Série : Para//èles
Saison 1 Épisode 5
Date de diffusion France : 23 mars 2022
Réalisé par : Jean-Baptiste Saurel
Durée : 34 minutes
Sofia fait des expériences. Victor et Romane se découvrent de nouvelles facultés...
6. H-4
Genre : Épisode
Série : Para//èles
Saison 1 Épisode 6
Date de diffusion France : 23 mars 2022
Réalisé par : Benjamin Rocher
Durée : 43 minutes
Sofia aide Bilal à retrouver la mémoire avant la réactivation de l'accélérateur de particules…

La critique

rédigée par
Publiée le 26 juin 2022

Le lancement de Disney+ implique évidemment la création de contenus exclusifs à la plateforme. Si les États-Unis fournissent pléthore de programmes d’ambitions et de qualités variables pour différents types de publics (Journal d’une Future Présidente, High School Musical : La Comédie Musicale – La Série ou encore Star Wars : The Mandalorian), d'autres pays remplissement le catalogue de Disney+ d'œuvres originales. L’Italie apporte ainsi et par exemple Les Chevaliers de Castelcorvo, l’Argentine la série Allegra et la Corée du Sud la série tragico-romantique Snowdrop... La France, plus lente à l'allumage, propose pour sa part plusieurs séries en 2022 dont une comédie familiale, Week-end Family, et une autre aux allures fantastiques, un genre rarement abordé dans le paysage français. Composée de 6 épisodes d’une quarantaine de minutes, Para//èles est ainsi mise en ligne sur Disney+ le 23 mars 2022 et se révèle alors être une bonne surprise.

Depuis l'entrée en vigueur du décret SMAD (Service de Médias Audiovisuels à la Demande) le 1er juillet 2021, les plateformes de streaming se doivent en effet de soutenir financièrement chaque année la production audiovisuelle européenne à hauteur d'au moins 20% de leur chiffre d’affaires. En contrepartie de ce financement, l'État français promet une amélioration de la très contraignante chronologie des médias en vigueur dans l'hexagone qui impose alors un délai 36 mois pour les films sortis au cinéma. Après d'âpres négociations, ce délai est raccourci à 17 mois mais avec obligation d'enlever les longs-métrages cinq mois plus tard afin de sauvegarder l'exclusivité de la diffusion sur la télévision gratuite. Se sentant lésé, Disney France refuse de signer la nouvelle chronologie tout en continuant d'investir dans la production française comme la loi l'y oblige. Ainsi, avec la montée en puissance de son service par abonnement en Europe, The Walt Disney Company s'essaie massivement à la production de contenus européens afin de plaire à un public plus large. Les succès du concurrent Netflix comme Lupin, Dark, ou encore La Casa de Papel ont d'ailleurs largement prouvé qu'il y avait un intérêt à les proposer outre-Atlantique.

S'agissant de Para//èles, son créateur, Quoc Dang Tran, est bien connu du Paysage Audiovisuel Français. Scénariste et producteur, il a en effet travaillé sur de nombreuses séries et long-métrages aux genres et aux styles très variés, que ce soit de l’horreur pour Canal+ ou Netflix (Nox, Marianne), en passant par le drame et la comédie (Goal of the Dead, Tout le Monde Descend, Dix Pour Cent, Le Bureau des Légendes). L’idée de la série lui vient alors qu’il venait d’emménager à la frontière franco-suisse. Là, le scénariste se rend compte que les habitants parlent plusieurs langues et sont de nationalités diverses ; et pour cause : ses résidents sont essentiellement des chercheurs et des ingénieurs qui travaillaient sur le Grand Collisionneur de Hadrons (ou LHC), le plus grand et le plus puissant accélérateur de particules au monde. C’est donc sur une base de physique quantique et de théorie des cordes que la série Para//èles est choisie pour devenir l’une des premières créations originales françaises proposées par Disney+.

Bilal (Timoté Rigault), Romane (Victoria Eber), Victor (Maxime Bergeron) et Samuel (Thomas Chomel) sont des amis très proches que la vie, les études, sont sur le point de séparer. Un soir, alors qu’ils fêtent l’anniversaire du premier dans un bunker, avec le sentiment confus qu'ils passent là un dernier vrai moment de communion tous les quatre, ils se voient scindés en deux groupes. Samuel se retrouve d'abord seul au bunker en compagnie d’un adulte qui lui est complètement inconnu (Omar Mebrouk) : il doit alors trouver une explication sur l’étrange disparition de Romane et de son frère Victor. Ces derniers, plongés dans une autre dimension, doivent eux aussi reconstruire leur vie après la disparition de Bilal et Samuel.

Comme le titre l’indique, la mini-série explore en 6 épisodes le thème des univers parallèles. Ce sujet est fondateur dans les œuvres fantastiques ou de science-fiction où voir les protagonistes contraints de voyager dans un autre monde est monnaie courante. Pour autant, malgré son assise classique, Para//èles se démarque en rendant son récit parfaitement adapté au public contemporain : les personnages principaux sont jeunes et font face à des situations délicates et postures dans lesquelles le public cible peut se retrouver. Le suspense étant maîtrisé du début à la fin, tout est fait pour attiser de plus en plus la curiosité des spectateurs tandis que les décors enneigés dans un petit village montagnard ajoutent un charme bienvenu. Il faut dire que certaines mises en scène sont très intéressantes, notamment lorsque les spectateurs passent d’un monde à l’autre ou à l'occasion de la fameuse disparition. Les effets spéciaux sont bien maîtrisés et il en est de même du travail sur le maquillage, de très bonne qualité. L'intrigue, quant à elle, se tient et demeure très accessible : des amis se sont perdus, leur but est de se retrouver ! Certes, quelques éléments rendent çà et là ces péripéties par trop alambiquées, notamment lorsque le voyage dans le temps est abordé ou que les personnages se découvrent des facultés sortant de l'ordinaire. Ces facilités vite pardonnées, Para//èles apparaît indéniablement comme une série plaisante à suivre ; voire addictive au point de regretter finalement un dénouement trop rapide dans son exécution et d'éprouver un goût de potentiel pas totalement exploité.

L'une des forces de Para//èles, au-delà de son intrigue fantastique, est de soigner l'introduction d'éléments « tranche de vie » de ses personnages. Bilal est ainsi un élève modèle, fils unique, quasi fusionnel avec sa mère (Naidra Ayadi) veuve. Romane, elle, doit vivre avec son beau-père Hervé (Dimitri Storoge) accro aux jeux d'argent tout en s’occupant de sa petite sœur et de sa mère malade. Samuel et Victor sont, pour leur part, deux frères plutôt proches mais vivent tous les deux une relation bien différente avec leurs parents (Gil Alma et Elise Diamant) ; le premier est adulé tandis que le second est vu comme le vilain petit canard. L'éducation que reçoit ce petit monde se révèle intéressante à découvrir et influence grandement les réactions de chacun des personnages lors des différentes péripéties : la violence psychologique des parents de Victor va notamment faire de lui un être plutôt sombre et inquiétant là où son frère est lui clairement solaire. L’interaction des personnages, bien sentie, agrémente assurément les intrigues développées autour d'eux.

Le casting de Para//èles est globalement composé de jeunes acteurs qui n'en sont pas à leur premier rôle. Avant de camper le rôle de Samuel, Thomas Chomel a en effet d'abord joué le rôle de Valentin dans la série Clem. Jules Houplain a, lui, participé à un bon nombre de téléfilms français comme Baisers Cachés, Itinéraire d'Une Maman Braqueuse, ou encore D'un Monde à L'Autre pour lequel il a reçu le prix du meilleur espoir masculin au Festival des Créations Télévisuelles de Luchon en 2019. Il est également vu dans des longs-métrages - On Voulait Tout Casser, Celle Que Vous Croyez - et des séries françaises comme Cassandre, Capitaine Marleau, Les Innocents ou encore HPI. Jade Pedri a quant à elle décroché des rôles dans des productions françaises comme celui de Sasha dans la série SKAM FRANCE ou encore le film Arthur, Malédiction tandis que Victoria Eber a joué dans Walkyries, Carpe Diem et le long-métrage L'Homme de La Cave. Enfin, Timoté Rigault a participé à la troisième saison de la série Sam et Maxime Bergeron a participé à des productions francophones comme M'Abandonne Pas, ASKIP, le Collège se la Raconte, L'Art du Crime.

Parmi les adultes, Omar Mebrouk profite d'une formation dans le théâtre et se retrouve dans quelques séries et à l'affiche de films comme Notre Dame, Joyeuse Retraite et Maison de Retraite. Naidra Ayadi a, pour sa part, joué dans de nombreux longs-métrages notamment Polisse, Il A Déjà Tes Yeux ainsi que dans des séries comme Oussekine, Le Code ou Paris, etc. Les spectateurs retrouvent égalenement Gil Alma (Vilaine, Nos Chers Voisins) ainsi qu'Élise Diamant (Hostiles, L'Embarras du Choix) dans le rôle des parents de Samuel et Victor.

Les personnages sont dans l’ensemble plutôt bien interprétés. Thomas Chomel se débrouille particulièrement bien dans le rôle de Samuel et campe un personnage équilibré qui se retrouve chamboulé par la disparition de ses amis et des événements qui en découlent. Jules Houplain joue quant à lui un Victor un peu plus âgé et qui dégage une rage et une agressivité tout à fait prenantes et inquiétantes ; il en est de même pour Maxime Bergeron, qui conserve encore un côté puéril qui se révèle bien plus destructeur qu’il n’y paraît au premier abord. Victoria Eber et Jade Pedri assument quant à elles tout juste correctement les rôles de Romane à 14 et 17 ans respectivement, dans une composition malheureusement trop scolaire pour convaincre réellement au contraire de Timoté Rigault qui, malgré le peu de temps d’écran dont il dispose, livre une bonne base pour le personnage de Bilal, porté majoritairement par Omar Mebrouk jouant avec dextérité l'adolescent coincé à l’intérieur d’un corps d’adulte sans jamais être lourdingue. Il faut dire que l'écriture plutôt fine de la relation qu’il noue avec ses amis dans cette aventure, mais surtout de la relation avec sa mère, aide grandement son jeu. Interprétée avec brio par Naidra Ayadi, Sofia, justement, est une scientifique qui va se révéler d’une grande aide dans cette affaire de disparition. Ce personnage est l’une des surprises de la série tant son attitude et sa ténacité divertissent et réjouissent les spectateurs, que ce soit lors de la disparition de son fils ou lorsqu’elle doit expliquer une théorie scientifique. Et son début de flirt avec Guillaume Labbé (Plan Cœur, Validé, Les Hommes du Feu, Je Te Promets), jouant le lieutenant de gendarmerie en charge des disparitions, contribue à ajouter de jolis et subtils moments de respiration dans l'intrigue. Le personnage, dont il est permis de douter des compétences au début, s’avère bien plus finaud qu’il n’y paraît au premier abord. Le chemin inverse totale de Dimitri Storoge (Loin du Périph, Notre-Dame Brûle, Belle et Sébastien) qui interprète un beau-père motivé à reconstruire sa famille mais poursuivi par de bien vilains vieux démons.

Les critiques sur Para//èles sont plus ou moins élogieuses, certains médias le comparant à un Stranger Things ou à un Dark à la française et complimentant le fait que ce soit une production "made in France". Il est vrai que les films et séries français s’attaquant au fantastique ou à la science-fiction demeurent rares tant cela demande des moyens souvent conséquents pour des réponses du public et des critiques parfois timides. Néanmoins, Para//èles prouve bel et bien que le genre a toute sa place dans le paysage audiovisuel francophone.

En six petits épisodes, Para//èles offre aux spectateurs un divertissement de bonne qualité. Les ressorts sont certes convenus mais bien exécutés, les personnages savent se rendre attachants et dégagent une fraîcheur remarquable. Para//èles est au final une belle réussite qui démontre, s'il en était besoin, un réel savoir-faire tricolore dans l'écriture et la réalisation de productions liées à l'imaginaire et au fantastique.

Poursuivre la visite

2019 • 2022

Le Forum et les Réseaux Sociaux

www.chroniquedisney.fr
Chronique Disney est un site amateur, non officiel, sans lien avec The Walt Disney Company, ni publicité,
utilisant des visuels appartenant à The Walt Disney Company ou des tiers par simple tolérance éditoriale, jamais commerciale.