Dossiers » Parcs à Thème » Évènements Presse
Parcs à Thème » Évènements Presse

Cars Road Trip
Les Nouvelles Attractions 2021 à Disneyland Paris

L'article

rédigé par Romain Chayot
Publié le 17 juin 2021

En ce vendredi 11 juin 2021, alors que Disneyland Paris est en pleine préparation de sa réouverture après des mois de fermeture liée à la crise sanitaire de la Covid-19, Chronique Disney, avec d’autres confrères du réseau InsidEars, est invité à découvrir la nouvelle attraction du Parc Walt Disney Studios Cars Road Trip ainsi que la nouvelle salle de spectacle Studio D.

Sous un soleil estival, la visite, se focalisant donc sur les nouveautés du Lot Production Courtyard, débute par l’intrigante Cars Road Trip. Construite sur les fondations vacillantes de Studio Tram Tour - Behind the Magic, attraction présente dès l’ouverture du deuxième Parc de Disneyland Paris, qui, en plus de servir de dépotoir était d’une vacuité intellectuelle et thématique assumée, Cars Road Trip partait assurément de loin. Studio Tram Tour - Behind the Magic, bien éloignée des standards attendus d’un Parc Disney, proposait en effet aux visiteurs de découvrir les coulisses d’un studio, à l’image d’un Backlot Tour proposé par les studios de cinéma. Or, un détail avait été - certainement volontairement - oublié ici par les équipes créatives de Disneyland Paris : ce genre d’attractions est, il est vrai, réellement intéressant lorsqu’il est adossé à un véritable studio de cinéma, ce qui n’est point le cas du Parc Walt Disney Studios.

Parcours modifié au fil des années, présentant un déséquilibre évident entre ses différentes scènes entrecoupées de zones totalement vides, oscillant entre l’ennui et le désintérêt, voilà ainsi les bases que les équipes créatives ont dû reprendre pour proposer une expérience nouvelle et immersive aux visiteurs du Resort. Et visiblement, elles avaient pleinement conscience des défauts de Studio Tram Tour - Behind the Magic et savaient d’ores et déjà qu’il s’agissait là d’une véritable gageure que de travailler sur ce projet qui s’étira sur quatre années. Le pari a-t-il été tenu ? Assurément oui. L’attraction n’est certes pas exempte de défauts et reste mineure et secondaire dans le Parc mais, malgré les nombreuses contraintes géographiques et budgétaires, elle se révèle divertissante et familiale, le tout rehaussé par un écrin de verdure. La reprise de Catastrophe Canyon, élément phare de Studio Tram Tour - Behind the Magic, est d'ailleurs la vraie bonne idée de cette attraction réinventée. De plus, la proximité des coulisses et de l’extension future n’empêchent en rien l’immersion au sein de Cars Road Trip.

Sur la description dans le détail de cette attraction, il est utile de préciser que la visite de l’attraction s’est faite en deux temps : tout d’abord en parcours à pied de Cars Road Trip puis à bord de l’un des trams permettant ainsi de vivre l’expérience dans les conditions réelles de l’attraction. Caché au fin fond de Toy Story Playland dans le Lot Toon Studio, un chemin mène donc les visiteurs à l’entrée de Cars Road Trip. Bien que la gare soit massive, elle s’intègre parfaitement au paysage sans écraser l'environnement par sa taille, forte d'une empreinte visuelle réduite grâce à un jeu de perspectives mais aussi au bon usage du terrain avec un quai en contrebas, à la différence de celle de feu Studio Tram Tour - Behind the Magic bien malgré elle, weenie visuel. Reprenant les codes de la franchise Cars, la gare plonge ainsi doucement les visiteurs dans l’univers de l’attraction qui sont accueillis par un « Welcome - Drive on in ». Les couleurs pastels rappellent les années 60 tandis que des détails font référence à l'automobile, des pavés en forme de roue devant l’attraction à l’éclairage tout en passant par les différentes réclames des curiosités de la Route 66.

Il est temps ensuite d’embarquer dans les trams qui n’ont que très peu changé depuis l’époque de Studio Tram Tour - Behind the Magic, quelques autocollants disposés ici et là faisant l’affaire. Une fois à bord, le véhicule démarre et les visiteurs sont accueillis par deux héros de la saga à succès Cars : Sally, qui parlera en français durant toute l’aventure, et Cruz Ramirez qui sera son pendant anglophone. Les deux personnages accompagnent ainsi les visiteurs du jour, détaillant les différentes attractions le long du parcours. Premier arrêt, le plus grand écrou du monde devant lequel Flash McQueen pose, accompagné de Luigi et Guido qui interpellent les passagers et discutent également avec Sally et Ramirez. Cet élément était annoncé bien en amont puisqu’une clé géante, avec l’inscription « So big it’s nuts! » (« Tellement grand, c'est fou ! ») est visible avant d'accéder à cette séquence de l’attraction.

Une fois cette première curiosité passée, le tram passe devant la plus grande carte murale représentant la Mother Road. Surnommée la World Largest Map Wall, cet ajout est en fait un usage intelligent de l’ancienne scène de Dinotopia puisqu’il s’agit d’une fresque murale peinte à l’arrière de celle-ci : le but principal étant ici de bloquer toute intrusion visuelle (ce qui faisait défaut à Studio Tram Tour - Behind the Magic), le challenge a été relevé avec cet « heureux accident ».

Les passagers ont maintenant l'œil attiré par des panneaux publicitaires longeant la route. La première représente un garage hanté (« Can you spend one night within the ghost garage » - « Oserez-vous passer la nuit dans le garage hanté ») qui n'est pas sans rappeler un certain manoir hanté, Haunted Mansion de Disneyland Park, avec ses trois Hitchhiking Ghosts, le trio de fantômes iconiques qui font du stop afin de rejoindre le monde des vivants tandis que la seconde annonce un labyrinthe géant. D’autres réclames sont faites sur écran comme la Cooper Mine.

Sally et Cruz proposent ensuite d’aller voir l'une des attractions les plus impressionnantes de la Route 66 : Cars-tastrophe Canyon, un canyon dans lequel des micro-séismes ont lieu toutes les cinq minutes. Le chemin vers l’attraction est alors balisé de façon très claire. Encore une fois ici, les équipes créatives ont fait face à un défi de taille : conserver cette séquence tout en enlevant la thématique de démonstration d’effets physiques sur un plateau de tournage. Ainsi, tout l’arrière de Cars-tastrophe Canyon qui ne fait d’ailleurs plus partie du parcours du tram, avec sa machinerie permettant de déverser près de 265 000 litres d’eau, a été dissimulé, avec certes moins de succès que la World Largest Map Wall : les équipes créatives atteignant ici les limites de l’exercice de réutilisation de l’existant. À l’intérieur du Canyon, les visiteurs sont donc accueillis par un camion-citerne de l’entreprise Dinoco, personnage exclusif à l’attraction, qui profite des séismes pour un lavage naturel, le feu permettant tout simplement de chauffer l’eau.

Une fois le camion lavé et les passagers rafraîchis, direction une exposition d’art. L’ami Martin expose en effet des œuvres réalisées par ses soins et utilisant des pièces de récupération venant de sa décharge. En ayant déjà par exemple réalisé une muraille de Chine ou une statue de la Liberté (qui a son attraction dédiée dans le Parc Disneyland avec Liberty Arcade), sa prochaine œuvre risque assurément d’être grandiose ! Après cette découverte, il est déjà temps de retourner en gare et de vivre une nouvelle aventure.

Ainsi, avec ses quatre séquences dont le clou du spectacle reste Cars-tastrophe Canyon, Cars Road Trip corrige les défauts de Studio Tram Tour - Behind the Magic en proposant une belle expérience dans l’univers de la saga Cars certes non exempte de défaut. À faire de jour comme de nuit pour découvrir le gros travail réalisé sur l’éclairage, Cars Road Trip reste une attraction qui ravira les fans de Flash et qui remplit son cahier des charges : une réutilisation intelligente de Studio Tram Tour - Behind the Magic dans un univers cohérent.

Poursuivre la visite

Le Forum et les Réseaux Sociaux

www.chroniquedisney.fr
Chronique Disney est un site amateur, non officiel, sans lien avec The Walt Disney Company, ni publicité,
utilisant des visuels appartenant à The Walt Disney Company ou des tiers par simple tolérance éditoriale, jamais commerciale.