Moulin Rouge !
L'affiche du film
Titre original :
Moulin Rouge!
Production :
20th Century Fox
Date de sortie USA :
Le 1 er juin 2001
Le 9 mai 2001 (Festival de Cannes)
Le 24 mai 2001 (Australie)
Genre :
Comédie musicale
Réalisation :
Baz Luhrmann
Musique :
Craig Armstrong
Durée :
128 minutes

Le synopsis

Christian, un jeune poète désargenté, débarque à Paris pour écrire sur l’Amour. Rejoignant le mouvement bohème qui lui ouvre les portes du Moulin Rouge, il rencontre Satine, une courtisane dont il tombe éperdument amoureux…

La critique

rédigée par
★★★★
Publiée le 11 février 2018

Parmi les standards du genre de la comédie musicale au cinéma, Chantons Sous la Pluie, My Fair Lady ou encore La Mélodie du Bonheur sont les plus souvent mentionnés. Toutefois, dans cette liste, il n’est pas surprenant d’y trouver également Moulin Rouge !. Véritable révolution à une époque où les films musicaux étaient considérés comme ringards, le film de Baz Luhrmann se révèle, en effet, être un diamant à l’état brut, notamment pour sa réalisation de haute volée, son casting de rêve et ses numéros musicaux étourdissants.

Mark Anthony Luhrmann, surnommé Baz, naît le 17 septembre 1962 à Sydney en Australie. Fils d’une ballerine et d’un directeur de cinéma, le jeune homme s’intéresse de très près à ces deux arts majeurs et commence à suivre des cours de théâtre à l’Institut National des Arts Dramatiques australien en 1983. Il y commence l'écriture de Ballroom Dancing, une pièce de théâtre montée dans la foulée un an plus tard. Elle rencontre un grand succès qui lui permet d’être jouée lors d’un festival de théâtre organisé à Bratislava avant de revenir en Australie. Le producteur Ted Albert la remarque alors et propose à Luhrmann de l'adapter pour le grand écran. Le jeune homme accepte l’offre à l’unique condition d'en signer lui-même la réalisation : la carrière cinématographique du jeune australien est officiellement lancée !
Ballroom Dancing sort finalement en 1992 et lance ce que le réalisateur nommera la Trilogie du Rideau Rouge, composée de Ballroom Dancing mais également  Roméo + Juliette et Moulin Rouge !, ces derniers débarquant en salles respectivement en 1996 et 2001. Suite à cette trilogie, le réalisateur marque une pause avant de revenir en 2008 avec le film Australia, véritable hommage à son pays d’origine, et Gatsby le Magnifique, une énième adaptation du roman de Francis Scott Fitzgeraldqu'il signe en 2013.

Fait amusant, ce n'est pas la première fois que le studio produit une comédie musicale sur le thème du Moulin Rouge : en 1934, 20th Century Pictures proposait déjà L'Étoile du Moulin Rouge (d'où provient la chanson Boulevard of Broken Dreams qui sera ajouté à la comédie musicale sur scène 42nd Street en 2017) ; plus anecdotique, une partie non négligeable de la chanson Paris, Tu Nous Ouvres Ton Cœur du film d'animation 20th Century FoxAnastasia, se déroule dans le célèbre cabaret.
Moulin Rouge ! est donc l’ultime segment de la Trilogie du Rideau Rouge. L’idée de l'opus commence à germer dans l’esprit du réalisateur après un voyage en Inde où il assiste à la projection d’un film de Bollywood duquel il ressort enthousiasmé. Surpris par l’engouement du public à l’égard de ce type de productions, Luhrmann se demande alors si la formule pourrait fonctionner avec un public occidental.
La production est ensuite lancée, de nombreux acteurs auditionnant afin de décrocher les rôles tant convoités de Christian et Satine. Leonardo DiCaprio (avec qui Luhrmann avait déjà travaillé sur le film Roméo + Juliette), Heath Ledger ou encore Jake Gyllenhaal tentent leur chance afin d’obtenir le personnage du jeune poète bohème, mais c’est finalement l’acteur écossais Ewan McGregor qui a les faveurs du réalisateur. L’australienne Nicole Kidman obtient, quant à elle, le rôle de Satine face à la chanteuse Courtney Love, tout d'abord pressentie.

Si les comédies musicales au cinéma sont un genre très codifié, Moulin Rouge ! est considéré comme un véritable OVNI. En cherchant à s’affranchir des codes, Luhrmann livre en effet une oeuvre originale qui frôle par moments le génie !
Ainsi, pour démarquer son film, le réalisateur australien opte pour une réalisation clipesque, quasi épileptique, où quasiment aucun plan ne dépasse les 10 secondes. Cela donne à l'ensemble un rythme rapide et sans temps mort, notamment dans les nombreux numéros musicaux qui parsèment l'histoire. Pourtant, si le rythme se veut rapide durant ces séquences, il sait également prendre son temps pour d'autres afin de mieux apprécier la romance entre Satine et Christian et de renforcer le lien affectif entre les spectateurs et les protagonistes.
L’esthétique du film constitue également un bel atout. Véritablement kitsch, voire totalement démesurée, elle confère à l'opus une aura particulière tout en lui assurant un parti pris visuel unique, à grand renfort de décors en carton pâte tous plus impressionnants les uns que les autres ou d’idées de mise en scène totalement abracadabrantesques comme en témoigne le numéro final, véritable explosion de couleurs et de costumes d’inspiration indienne.

Du côté du casting, c’est également un sans-faute !
Ewan McGregor, bien connu des fans de Star Wars pour son rôle d’Obi-Wan Kenobi, incarne ici le rôle du jeune poète Christian. Éternel optimiste et croyant fermement à l’Amour, sa rencontre avec Satine va littéralement changer sa vie et lui donner l'occasion de connaître une grande aventure. L’acteur écossais apporte ainsi toute la douceur et l’innocence nécessaire au personnage et rend crédible le couple qu'il forme avec Nicole Kidman.
Le personnage de la courtisane est ainsi interprété par l’actrice australienne Nicole Kidman. Prostituée souhaitant échapper à sa condition pour devenir une grande actrice, elle finit par tomber dans les bras de Christian avec laquelle elle vit malgré elle une grande histoire d’amour. Kidman apporte ici une dimension dramatique au personnage tiraillé entre ses rêves et son statut de créature des bas-fonds. Elle livre à n'en pas douter l'une des meilleures interprétations de sa riche carrière. L’actrice s'investit tellement dans son rôle qu’elle se casse même quelques cotes en tournant l'une des séquences musicales du long-métrage, forçant le réalisateur à retarder complètement le tournage, le temps qu'elle soit totalement remise...

Les personnages secondaires ne sont pas en reste et participent à l’ambiance totalement décalée du long-métrage. Ils apportent une véritable bouffée d’air frais grâce notamment à de nombreuses séquences humoristiques.
Parmi eux, se trouve Henri de Toulouse-Lautrec incarné par John Leguizamo, un habitué des films de Baz Lhurman. Le personnage est ainsi inspiré du peintre français, réputé pour ses nombreux portraits et affiches réalisés durant la période post-impressionisme et connu pour être de petite taille. Et c'est justement cette petite taille qui le place dans le film dans des situations plus improbables les unes que les autres tandis que ses idées farfelues provoquent l’hilarité à chaque coup.

Jim Broadbent, célèbre pour son rôle du Professeur Horace Slughorn dans la saga Harry Potter, endosse, pour sa part, le rôle d’Harold Zidler, le propriétaire du Moulin Rouge. Véritable boute-en-train, souhaitant avant tout satisfaire ses clients, il sait également se montrer très protecteur envers Satine qu’il considère comme sa propre fille. Ses nombreuses interventions loufoques contribuent à alléger la dramaturgie du film. Le spectateur retiendra notamment la scène où Zidler n’hésite pas à reprendre Like A Virgin, chanson de Madonna, qui lui donne ainsi l'occasion de jouer une séquence mémorable de drôlerie.
L’antagoniste principal du film, le Duc de Monroth, est, quant à lui, incarné par Richard Roxburgh. Personnage de pantomime, tombé lui aussi sous le charme de Satine, il use de tous les stratagèmes pour gagner le coeur de la jeune courtisane, quitte à écraser tous les prétendants qui se dresseront sur son chemin. S'il peut paraître ridicule et excentrique, il n’en demeure pas moins extrêmement dangereux lorsqu’il souhaite obtenir ce qu’il veut. Roxbrugh parvient à merveille à apporter toute la nuance psychologique à un personnage plus complexe qu’il n’y paraît.
Enfin, la chanteuse australienne Kylie Minogue fait une jolie apparition dans le rôle de la Fée Verte pour une séquence aussi psychédélique que mémorable.

Film musical oblige, les chansons prennent une place importante dans Moulin Rouge !. Pourtant ici, il n’est point question de titres originaux mais bien de reprises de différents standards de la musique pop tels que Like A Virgin, Material Girl ou encore Your Song et Roxane qui viennent ponctuer le récit.
Si certaines chansons telles Nature Boy, One Day I’ll Fly Away ou Your Song sont choisies pour leur douceur et leur lyrisme, le reste de la bande originale regorge lui de titres plus énergiques mis en scène avec panache comme Sparkling Diamonds ou évidemment le final grandiloquent et épique à souhait à grand renfort de sonorités indiennes et de réutilisation de tous les thèmes du film.

Pourtant, deux compositions ressortent réellement du lot. La première El Tango de Roxane, reprend la chanson phare du groupe Police sur le thème d’une prostituée. Ici, elle est utilisée dans une scène anxiogène où différentes émotions se mêlent et sur laquelle le montage rapide permet de sublimer le numéro dont beaucoup risquent de ne pas ressortir émotionnellement indemnes tant les frissons délivrés sont nombreux.
Enfin, l’unique chanson originale du film Come What May, est une véritable ballade amoureuse auquel il est difficile de résister. Présente à plusieurs moments du long-métrage, elle est une sorte de rituel utilisé par les deux amants pour se rappeler leur amour lors des moments de doutes. Sublimée par ses paroles et son instrumentalisation, elle se révèle être la meilleure chanson du long-métrage tant elle sied parfaitement au couple qui l’interprète.
Chose amusante, elle n’était au départ pas prévue pour être utilisée sur Moulin Rouge ! mais sur le précédent projet de Luhrmann : Roméo + Juliette.

Moulin Rouge ! est présenté en avant-première le 9 mai 2001 en tant que film d’ouverture du prestigieux Festival de Cannes avant de sortir le 1er juin 2001 aux États-Unis où son succès critique est immédiat. Beaucoup encensent l'opus pour son parti pris visuel et artistique tout comme son originalité. Le long-métrage se retrouve d’ailleurs considéré comme le meilleur de l’année 2001 par de nombreux magazines spécialisés ; Entertainment Weekly allant même jusqu’à le placer dans sa liste des « meilleures choses survenues dans les années 2000 » !
Succès aidant, Moulin Rouge ! est également nommé dans de nombreuses cérémonies prestigieuses telles que les Oscars et les Golden Globes où il remporte plusieurs prix, techniques pour la plupart : les Oscars des Meilleurs Costumes et de la Meilleure Direction Artistique ainsi que les Golden Globes du Meilleur Film Comique ou Musical et de la Meilleure Bande Originale, tandis que Nicole Kidman remporte celui de la Meilleure Actrice dans un Film Comique ou Musical.

Le film engendre ensuite un engouement qui traverse les âges, si bien que l'intérêt qu'il suscite demeure intact longuement après sa sortie. Ce véritable culte pousse d’ailleurs les fans à en réclamer des années durant une version scénique. Si leur souhait est partiellement exaucé en 2008 lorsqu’une comédie musicale non officielle intitulée La Belle Bizarre du Moulin Rouge est montée en Allemagne, l’arrivée d’une comédie musicale basée sur le film est officialisée en 2016. Réalisé par Alex Timbers (connu pour avoir monté la comédie musicale Peter and the Starcatcher), le spectacle musical est prévu, dans un premier temps, au Colonial Theatre de Boston durant l’été 2018 avant d’être transféré à Broadway l'année suivante.

Moulin Rouge ! est un véritable diamant brut. Généreux, touchant et original, le film est une montagne russe d’émotions qui entraîne ses spectateurs dans un tourbillon de musique et de magie grâce à des numéros musicaux de haute volée, une réalisation vertigineuse et un casting quatre étoiles. À voir et à revoir, toujours et partout.

L'édition vidéo

Jaquette Moulin Rouge !
Jaquette Moulin Rouge !
Editions DVD Video
Zone 1 Simple 2001
Zone 1 Collector 2001
Zone 2 Simple 2002
Zone 2 Collector 2002
Editions Blu-ray Disc
Zone A Simple 2010
Zone B Simple 2010

Poursuivez votre visite

Nos Réseaux Sociaux