Marvel's Avengers

Marvel's Avengers
La jaquette
Titre original :
Marvel's Avengers
Date de sortie USA :
Le 04 septembre 2020
Pegi :
16
Langue :
Français
Type de jeu :
Action
Multijoueur :
En ligne jusqu'à 4 joueurs
Développeur :
Crystal Dynamics
Eidos-Montréal
Éditeur :
Square Enix
Musique :
Bobby Tahouri
Jeux testé sur :
PlayStation 4

Le synopsis

La jeune Kamala Khan est aux anges : la nouvelle qu'elle a écrite, mettant en scène les Avengers, est en lice pour remporter un prix lors du Avengers Day. Le jour des festivités, elle rencontre ainsi ses héros et monte au balcon VIP pour assister à la cérémonie, prête à vivre le plus grand jour de sa vie. Mais rien ne se passe comme prévu. Alors que les Avengers et le S.H.I.E.L.D. s'apprêtent à présenter au public leur nouveau quartier général sur la Côte Ouest et surtout le Chimère, un Héliporteur qui fonctionne au Terrigène, un drame se produit : pendant que la célèbre équipe de super-héros est occupée à empêcher une attaque terroriste, le réacteur du Chimère explose. La baie de San Francisco est détruite, et des milliers de personnes perdent la vie, lors de cette journée désormais funeste du A-Day, qui a conduit ultimement à la séparation des Avengers.
Cinq ans plus tard, de nombreux visiteurs du A-Day, appelés les Inhumains, ont développé des pouvoirs mystérieux après avoir été exposés au Terrigène. Parmi ceux-ci, Kamala Khan, adolescente, a obtenu des capacités polymorphiques. Forcée de se cacher de l'A.I.M., qui fait croire à la population qu'elle veut guérir les Inhumains, la jeune fille tente de découvrir ce qu'il s'est vraiment passé le jour du A-Day. Mais pour ce faire, elle aura besoin de l'aide des plus grands héros de la Terre...

La critique

rédigée par
Publiée le 23 septembre 2020

Des comics aux séries télévisées, en passant par les films du Marvel Cinematic Universe, les jeux vidéo et autres produits dérivés, les super-héros Marvel sont omniprésents au quotidien, pour le plus grand plaisir du public, qui en redemande à cor et à cri. Dès 1982, alors que l'industrie vidéoludique en est encore à ses balbutiements, un premier jeu Marvel, mettant en scène Spider-Man, est ainsi proposé au public sur Atari 2600. Depuis, ce sont plus de 165 jeux qui ont été édités sur tous les supports possibles, mettant en scène aussi bien Ghost Rider que The Punisher, Captain America, Hulk et même Howard le Canard ! Jeux d'action, de puzzles, de Beat 'Em Up sur consoles, PC et mobiles, les héros de la Maison des Idées sont apparus dans tous les genres, avec un objectif commun : sauver l'univers et régaler les gamers.

Quand Crystal Dynamics et Square Enix annoncent, le 26 janvier 2017, qu'ils ont signé un contrat avec Marvel Entertainment pour développer une série de plusieurs jeux vidéo, à commencer par le premier, titré alors The Avengers Project, le public est en extase. Dans la très courte vidéo qui sert de teaser à l'opus, des artefacts emblématiques des héros – les lunettes de Bruce Banner, le bouclier de Captain America, les gants répulseurs d'Iron Man et le marteau de Thor – sont présentés abandonnés parmi des décombres, dans ce qui semble être un univers très sombre. Il n'en faut pas plus pour que spectatrices et spectateurs tombent en émoi et partagent massivement le mot-dièse #Reassemble, qui marque le début d'une grande campagne promotionnelle. Il faut dire que si de nombreux jeux mettant en scène des héros solo, à l'image de l'excellent Spider-Man, sorti en 2018 sur la machine de Sony, des jeux de combat et des Hack and Slash divers étaient légion durant les années 2000 et 2010, les jeux d'action et d'aventure Avengers vraiment ambitieux, eux, manquaient singulièrement à l'appel, en dehors du regretté Marvel Heroes, disparu en 2017.

Après les réactions très positives à cette annonce, Square Enix promet aux joueuses et joueurs du monde entier de révéler plus de détails sur le jeu, ainsi que sur ses autres projets en partenariat avec Marvel, dans le courant de l'année 2018. Il n'en est malheureusement rien, et il faut alors attendre le 10 juin 2019, lors de l'E3, pour enfin découvrir les premières images du jeu ainsi que des informations sur le gameplay et l'expérience multijoueur, et surtout obtenir une date de sortie officielle : le 15 mai 2020. Des nouvelles particulièrement alléchantes sont fournies à cette occasion, comme la possibilité de jouer jusqu'à quatre en ligne, des contenus ajoutés régulièrement, avec de nouveaux méchants, héros et régions, et ce gratuitement, un projet de développement et d'extension de l'opus sur plusieurs années et, enfin, aucun système de lootboxes ou de Pay to Win, les seuls achats en jeux relevant purement du cosmétique. Les réactions sont alors globalement positives concernant les premières images, à deux exceptions près : les futurs gamers déplorent l'absence de Clint Barton/Hawkeye dans le jeu au lancement, et les critiques fusent à propos du design des personnages, et tout particulièrement la modélisation de leurs visages, qui laisse quelque peu à désirer. Depuis, Crystal Dynamics a adroitement rectifié le tir, et les personnages, comme les environnements, sont globalement très réussis.

La grande présentation à l'E3 s'étant concentrée sur les cinq héros connus de toutes et de tous, la surprise n'en a été que plus grande finalement quand, le 4 octobre 2019, lors du New York Comic Con, Square Enix révèle que Kamala Khan alias Miss Marvel sera le sixième personnage jouable du titre, et plus encore, l'héroïne principale de la campagne solo.
Kamala Khan est une héroïne somme toute très récente dans l'univers Marvel. D'abord apparue en tant que caméo et non-nommée dans Captain Marvel #14 en 2013, elle naît officiellement en 2014 dans la série Ms. Marvel, sous la plume de G. Willow Wilson et le pinceau d'Adrian Alphona, sur une idée des éditeurs Sana Amanat et Stephen Wacker. Première héroïne de confession musulmane à obtenir sa propre série de comics chez la Maison des Idées, Kamala est une jeune femme ordinaire, avec ses déboires, une famille un peu trop autoritaire et une vie d'ado bien remplie. Un soir, elle fait le mur pour se rendre à une fête sur les docks, alors que ses parents lui ont interdit de sortir. Là, elle est moquée par ses camarades, ce qui la pousse à quitter précipitamment les lieux. Alors qu'elle marche dans les rues de Jersey City pour rentrer chez elle, Kamala est exposée à la Brume Terrigène et tombe inconsciente, ce qui active ses gènes Inhumains. À son réveil, la jeune femme peut changer sa morphologie et prend sans le vouloir l'apparence de son héroïne de toujours, Captain Marvel, ou plus exactement celle de Miss Marvel, l'ancienne identité super-héroïque de Carol Danvers. Douée de pouvoirs polymorphiques, Kamala peut changer son apparence et grandir ou rapetisser, en plus de posséder des organes capables de changer de forme et de taille, ce qui la rend redoutable dans un combat au corps-à-corps. Passé le choc et une première mission de sauvetage réussie, elle entreprend, habillée d'un burkini et d'un masque, d'opérer sous l'ancien alias de Carol Danvers, Miss Marvel. Depuis, l'héroïne ne finit pas de gagner en popularité auprès du lectorat, si bien que Marvel Studios annonce, lors du dévoilement de la Phase IV du MCU, que Kamala Khan intègrera l'univers avec sa propre série, Ms. Marvel, proposée sur Disney+ à l'horizon 2022.

Prévu donc pour une sortie le 15 mai 2020, Marvel's Avengers sort finalement le 4 septembre 2020, au terme de plusieurs années de développement, la pandémie de COVID-19 et des ajustements de dernière minute ayant repoussé de plusieurs mois l'arrivée du titre dans les consoles et ordinateurs.
Dès le début de Marvel's Avengers, les gamers sont irrémédiablement séduits par les personnages et l'univers du jeu. L'excellente idée du titre est alors de placer directement le joueur dans la peau de Kamala Khan, plutôt que d'offrir la possibilité d'incarner immédiatement un Iron Man surpuissant ou un Thor prêt à tout écraser sous la force de Mjolnir. Sitôt la campagne solo débutée, le capital sympathie de Kamala explose littéralement : elle est cette ado un peu gauche et surexcitée à l'idée de rencontrer ses héros, répondant directement à l'impatience qu'ont les joueuses et les joueurs de se plonger à corps perdu dans cet immense univers. Très drôle et un brin sarcastique, Kamala n'est clairement pas sans rappeler Peter Parker/Spider-Man à ses débuts, deux adolescents écrasés sous le poids des responsabilités, mais qui savent malgré tout conserver une répartie cinglante y compris dans les situations extrêmes. Crystal Dynamics n'aurait véritablement pas pu choisir meilleur personnage pour accompagner les gamers dans la découverte du titre !

Marvel's Avengers commence donc bien, très bien même, avec un scénario terriblement accrocheur pour les fans de la Maison des Idées. Toutefois, il est clair qu'en dehors de Kamala, la plus jeune recrue du casting, Marvel's Avengers prend pour acquis que les gamers connaissent déjà parfaitement les personnages, leur présentation étant réduite pour la majorité d'entre eux au minimum syndical, ce qui pourrait peut-être rendre les plus néophytes un brin perplexes. Il faut toutefois souligner le joli développement de Bruce Banner/Hulk, pétri de conflits internes. Il est, avec Kamala, celui dont l'histoire est la plus réussie.
Cinq ans après les événements du A-Day, les Avengers ont tous disparu, accusés de la catastrophe qui a ravagé San Francisco et transformé des milliers de gens en Inhumains. Pendant ce temps, l'A.I.M., dirigée par les scientifiques George Tarleton et Monica Rappaccini, n'en finit pas de multiplier les campagnes de propagande, assurant au grand public qu'ils peuvent réparer les dégâts causés par les Avengers et soigner les Inhumains. Tandis que Kamala fouille dans les serveurs de l'A.I.M. pour tenter de comprendre ce qu'il s'est véritablement passé le jour du A-Day, elle attire l'attention de l'organisation scientifique, qui la prend immédiatement en chasse. Les premières missions, dans lesquelles elle se promène de toit en toit, avant de se rendre la nuit dans un parc où elle doit rester discrète sous peine d'attirer l'attention des soldats et robots à sa poursuite, sont véritablement excellentes, et elles laissaient présager d'une campagne solo donnant la priorité à l'exploration, avec des styles de jeu variés, de la plateforme en passant par l'infiltration, entrecoupés de phases de combats nerveux. Malheureusement, le jeu s'essouffle quelque peu dès lors que Kamala rencontre le deuxième des Avengers, et les missions répétitives commencent à pointer le bout de leur nez, malgré quelques fulgurances çà et là. C'est bien simple, si le début de Marvel's Avengers est superbement accrocheur, avec de la variété à foison et des environnements divers qui accrochent immédiatement les gamers, la suite de la mission est un peu plus décevante dans son gameplay. Le scénario et les cinématiques, en revanche, sont de qualité égale tout au long de la campagne et prodiguent un plaisir infini aux gamers.

Du reste, les combats ont le mérite d'être particulièrement jouissifs, même s'il est indéniable qu'ils peuvent s'avérer brouillons, tant les signaux colorés, les effets de terrain et les multiples flashs de lumière apparaissant à chaque coup porté peuvent distraire. Aucun des six personnages jouables ne se ressemble, et les gamers trouveront dès les premières minutes leur héros favori à incarner, avant de se lancer dans les phases de jeu en ligne. Chaque personnage dispose d'une capacité intrinsèque et de trois compétences héroïques uniques qui se rechargent avec le temps ou avec des orbes que les ennemis laissent parfois tomber, qu'il convient donc d'utiliser avec parcimonie. Les six héros débutent avec des rôles bien précis mais peuvent, suivant les choix effectués, adopter un tout nouveau mode de jeu pour s'adapter à toutes les situations. Miss Marvel peut ainsi accumuler les dégâts rapidement ou être davantage envisagée comme un personnage de soutien, grâce à ses capacités de soin, Captain America est aussi efficace au combat rapproché qu'à distance, en lançant son bouclier pour cibler plusieurs ennemis à la fois, quant à Black Widow, elle est la véritable surprise du jeu. L'espionne est certes dénuée de pouvoirs polymorphiques, de rayons de plasma ou encore de capacité à invoquer la foudre, mais sa versatilité, couplée à son agilité extrême, en font une ennemie mortelle.
Dotés chacun de trois arbres de compétences qui permettent de sélectionner des options diverses et d'en changer à la volée en plein affrontement (en passant par le menu toutefois), il semble n'y avoir aucune limite au style de combat des personnages. Bien entendu, chacun des héros a ses forces et ses faiblesses ; Hulk est ainsi un personnage lent mais aussi difficile à éliminer tout en tapant très fort, Black Widow dispose d'un grappin pour se déplacer très rapidement et attaquer à distance, mais elle est en contrepartie un peu plus fragile au corps-à-corps, quant à Iron Man, il est sans doute ce qui se rapproche le plus d'un Glass Cannon à distance. En fonction des compétences sélectionnées et des équipements, ces handicaps inhérents à chacun peuvent toutefois aisément être contournés.

Le système d'équipement, justement, est un peu moins réussi dans Marvel's Avengers. Certes, il est aisément trouvable en abondance dans les différentes missions, qu'il soit lâché par les ennemis vaincus ou déniché dans des coffres, mais il est peut-être un peu trop soumis à l'aléatoire pour de nombreux items qui n'ont pourtant rien de particulier. Les équipements sont proposés en plusieurs couleurs représentant leur rareté, dotés de une à cinq étoiles de puissance, arborant des caractéristiques diverses et ayant des effets particuliers. Ils peuvent notamment protéger du givre ou de l'électricité lorsqu'ils sont défensifs, ou au contraire conférer des bonus de puissance et infliger des altérations d'état pour les pièces d'offense : les particules de Pym rétrécissent ainsi les ennemis, les dégâts de plasma les brûlent, quant aux attaques Gamma, elles infligent des dommages de poison. Ces modifications d'équipement s'avèrent rapidement essentielles pour s'assurer de rester compétitif face à des ennemis de plus en plus coriaces, d'autant que le niveau des missions se calque systématiquement sur celui des héros. Tous ces éléments aléatoires concernant l'équipement, mis bout à bout, rendent la quête de l'armement idéal assez longue, comme il est de coutume dans un tel jeu, d'autant qu'il est possible d'effectuer une mission particulièrement difficile avec un score parfait et d'obtenir en récompense des équipements rare ou épiques médiocres. Certains équipements légendaires, eux, sont moins puissants que des morceaux d'armure rares ou épiques... Une idée aurait été de permettre au héros de dépenser une certaine quantité de ressources pour obtenir un bonus de puissance, comme une étoile supplémentaire sur un équipement un peu trop faible mais dont les modificateurs de combat sont intéressants. De plus, certaines options d'équipement demeurent absentes, alors qu'elles sont pourtant indispensables dans un jeu se basant largement sur l'attirail des personnages. Parmi celles-ci, il faut noter l'absence d'un système permettant de créer et sauvegarder un ensemble d'équipements pour l'enfiler en un claquement de doigts, l'impossibilité de « protéger » son équipement fétiche d'un démontage malencontreux, ou encore la trop grande limitation des emplacements d'équipements, réduits à dix maximum par pièce d'armure. Un casier est bien mis à disposition des héros pour entreposer le surplus, mais il n'est accessible qu'en dehors des missions. Pour peu que Crystal Dynamics revampe légèrement le système de butin et offre des options supplémentaires quelques mois après la sortie de Marvel's Avengers, le jeu gagnera sensiblement en profondeur.

Après une campagne solo d'une dizaine d'heures, les gamers de tout poil sont enfin prêts à se plonger à corps perdu dans le mode multijoueur. Pouvoir incarner son personnage préféré en compagnie de trois autres personnes dans des missions de plus en plus difficiles, cela semble être un rêve de fan enfin devenu réalité. Le mode multijoueur, nommé Initiative Avengers, rassemble en effet une quantité non négligeable de missions, en plus des tâches de factions, qui se réactualisent tous les jours, mais là encore, le jeu ne se résume rapidement qu'à une seule chose : taper des robots ou des soldats et trouver occasionnellement des coffres. Les missions sont globalement toutes les mêmes, avec quelques variations minimes, consistant à capturer une base ennemie en restant immobile devant un terminal tout en se défendant des attaques ennemies, détruire des hordes de robots ou bien défendre des soldats de la Résistance. Deux nouveaux types de mission sont débloquables dans le mode multijoueur : les ruches et les abris. La première, sympathique dans le défi qu'elle propose, est en réalité une successions de diverses missions à enchaîner sans temps mort, tout en gravissant un building de l'A.I.M., la seconde se rapproche de la capture de base mêlée à de la survie, avec un potentiel gain d'équipement intéressant à la clé. Aucune mission d'infiltration n'est malheureusement proposée, dans la veine de l'une des premières missions du jeu où Kamala doit échapper à ses assaillants, pas plus que des missions de collecte ou d'escorte, ce qui aurait pourtant proposé une variété bienvenue. Les missions emblématiques, qui mettent en vedette l'un des six héros, proposent enfin un petit scénario qui rompt avec la monotonie de l'ensemble. Bien que courtes, les séries de quêtes de Thor et celles de Hulk sont alors très plaisantes.

Les décors, très réussis au demeurant, se ressemblent tous eux aussi et lassent rapidement joueuses et joueurs qui devront pourtant effectuer les mêmes missions des dizaines de fois, et cela avec chacun des héros, pour avoir la chance d'obtenir un meilleur équipement, effectuer des quêtes journalières ou jouer en ligne. Cela signifie arpenter le même laboratoire de l'A.I.M., détruire les mêmes réacteurs de la même usine et courir dans les mêmes rues, en boucle. Les environnements extérieurs, eux, sont bien plus agréables à parcourir que les infrastructures de l'organisation scientifique, mais aussi moins nombreux. La répétitivité fait certes partie de n'importe quel Jeu Service digne de ce nom, mais Marvel's Avengers n'arrive pas à proposer du contenu suffisamment varié à son lancement pour limiter au maximum la redondance. Des quelques régions présentes, certaines sont également peu exploitées. Sur les six régions du monde, trois sont quasiment inexplorées, alors qu'elles proposent de superbes décors enneigés (l'Arctique Septentrional et la Toundra Enneigée) ou des récifs montagneux (Les Alpes Scandinaves). Il est à espérer que Crystal Dynamics propose rapidement de nouvelles régions (et exploite celles qui sont déjà implantées !), des environnements différents et des objectifs de missions variés, sous peine de lasser trop rapidement son public. La bonne idée du titre, en revanche, est de donner aux joueurs la possibilité d'effectuer une large partie du contenu multijoueur en solo, l'équipe d'assaut étant alors complétée par des personnages gérés par l'ordinateur. C'est d'ailleurs d'autant plus crucial pour une bonne progression que le matchmaking du titre laisse à désirer à son lancement, et qu'il n'y a, de plus, pas de système de cross-plateform annoncé. Autrement dit, les joueurs de Sony sont condamnés à jouer entre eux, alors qu'ils trouveraient plus rapidement des compagnons d'armes en ayant accès au pool de joueurs de Microsoft, et inversement ; il est véritablement à espérer que cette fonctionnalité essentielle arrive tôt ou tard.

Le jeu semble enfin un peu mal équilibré du point de vue de la difficulté, ou plutôt, Crystal Dynamics a opté pour une difficulté quelque peu artificielle. Le Défi I, qui correspond à la difficulté la plus faible, est du coup un peu trop difficile et comporte des ennemis très agressifs et mortels pour les joueuses et joueurs plus casual, alors que les difficultés sont déjà mieux réparties dans les Défis II à IV. L'avantage semble de plus vraiment être donné aux personnages à l'aise avec le combat à distance, tant les tourelles de défense et les drones sont présents dans nombre de niveaux et les attaques à longue portée, redoutables. Black Widow ne fait ainsi qu'une bouchée des différents systèmes de sécurité grâce à son arsenal d'armes à feu très rapides à utiliser, de même qu'Iron Man, quand Hulk, qui arrache lentement des morceaux du sol pour les lancer ou Kamala, avec son allonge limitée, peinent davantage à être aussi efficaces. Si cela ne pose guère de soucis en mode multijoueur avec une équipe qui se répartit les tâches, les gamers solo pesteront plus d'une fois contre l'intelligence artificielle des compagnons, qui privilégient très souvent les ennemis au sol avant de s'occuper des menaces volantes. La plupart des ennemis sont également de véritables éponges, capables d'encaisser des coups durant longtemps avant d'être sonnés ; cela ne rend jamais le combat plus complexe, juste plus long, sans réelle justification scénaristique. C'est particulièrement vrai pour les ennemis d'élite, qui disposent d'un bouclier d'énergie à briser avant de pouvoir ne serait-ce qu'entamer leur barre de vie. Le jeu n'est ainsi jamais véritablement difficile, puisque Marvel's Avengers encourage les héros à maîtriser à la perfection les systèmes d'esquive et de parade, mais il est parfois plus frustrant qu'il ne devrait l'être et peu imaginatif pour ses ennemis les plus coriaces et les stratégies pour les vaincre. Il convient de voir si, sur la durée, des ennemis aux mécaniques de combat uniques finissent par débarquer, et avec eux, la nécessité d'élaborer une stratégie poussée pour les abattre.

Marvel's Avengers n'en est qu'à ses balbutiements, aussi, le condamner entièrement trop rapidement sur ses défauts dès son lancement serait une grossière erreur. Le jeu évoluera pendant de nombreuses années, et quatre nouveaux personnages sont annoncés dès le lancement, avec l'arrivée de Kate Bishop et Clint Barton, deux itérations de Hawkeye, en octobre et novembre 2020 respectivement. Black Panther a également été confirmé rapidement par Square Enix, ainsi que Peter Parker/Spider-Man, qui tisse sa toile début 2021 pour les utilisateurs de consoles Sony en exclusivité. Pour ne rien gâcher, ces innombrables ajouts sont proposés gratuitement aux joueurs, et seules les cartes de défis des héros, permettant d'obtenir des objets cosmétiques grâce à des missions journalières et hebdomadaires, sont à échanger contre monnaie sonnante et trébuchante. Il est alors très facile d'imaginer tester durant des jours chaque nouveau personnage, avec pour seule envie de le monter rapidement au niveau maximum pour profiter de toutes ses options. Pour peu que Crystal Dynamics parvienne à proposer des héros qui se complimentent parfaitement et qui sont équilibrés dans le mode multijoueur, les possibilités de composition d'équipes et les aventures à vivre s'annoncent illimitées.

Marvel's Avengers n'est pas un mauvais jeu, mais il manque encore de finesse pour séduire pleinement son public. Il accumule ainsi les défauts au lancement, et malgré de nombreuses qualités scénaristiques, ainsi que dans son système de combat, il n'est pas assez diversifié pour donner envie aux gamers de s'accrocher durablement. Sans doute l'avenir s'annonce-t-il brillant pour Marvel's Avengers, s'il parvient à proposer des missions plus variées, des environnements plus immersifs et qu'il règle les quelques problèmes d'interface et de gameplay qui plombent un peu l'ensemble. Crystal Dynamics tient entre ses mains un diamant qui ne demande qu'à être poli pour briller de mille feux et accompagner joueuses et joueurs durant de nombreuses années ; au studio de jouer, maintenant.

À noter

Chronique Disney n'a pas tenu compte, dans son appréciation globale du jeu, des (très nombreux) bogues qui ont gangrené le titre à son lancement. Crystal Dynamics a en effet communiqué sur de nombreux patchs et mises à jour à venir visant à régler ces problèmes, aussi ces critiques deviendraient-elles rapidement obsolètes. Pour référence, voici quelques bogues rencontrés lors du test de Marvel's Avengers : bogues d'affichage, de chargement de textures, de sous-titres mal ou non-affichés et dialogues coupés en plein milieu d'une phrase. Bogue empêchant le chargement de la partie solo, forçant le joueur à accéder à l'aventure depuis le mode multijoueur. Ennemis traversant les textures, rendant l'achèvement de la mission impossible. Héros contrôlés ou alliés prisonniers des décors, rendant le jeu injouable. Disparition d'objets, aussi bien cosmétiques que d'équipement. Chute de frames drastique quand de trop nombreux éléments sont affichés en même temps. Bogue empêchant d'accepter des missions journalières de faction. Bogue empêchant Black Widow d'obtenir parfois le butin pourtant garanti suite à une mission.

Les Plus
• Un bon scénario durant la campagne solo
• Un système de combat plaisant
• Des personnages aux pouvoirs uniques
• Kamala Khan est un superbe personnage
• Des extensions régulières gratuites
Les Moins
• Des missions rapidement lassantes
• Des options pourtant essentielles absentes
• Manque de visibilité dans certains affrontements
• Une difficulté artificielle peu inspirée
• Un système de butin perfectible

Poursuivre la visite

Les Réseaux Sociaux

www.chroniquedisney.fr
Chronique Disney est un site amateur, non officiel, sans lien avec The Walt Disney Company, ni publicité,
utilisant des visuels appartenant à The Walt Disney Company ou des tiers par simple tolérance éditoriale, jamais commerciale.