Dark Vador : Le Seigneur Noir des Sith
Tome - 2 : Les Ténèbres Étouffent la Lumière

Dark Vador : Le Seigneur Noir des Sith - 2 : Les Ténèbres Étouffent la Lumière
La couverture
Éditeur :
Panini Comics
Date de publication France :
Le 12 décembre 2018
Genre :
Comics
Auteur(s) :
Charles Soule (Scénariste)
Giuseppe Camuncoli (Dessinateur)
Nombre de pages :
128

Le sommaire

• Les Ténèbres Étouffent la Lumière (I) :
Darth Vader : Dark Lord of the Sith #07 (01/11/2017)
• Les Ténèbres Étouffent la Lumière (II) :
Darth Vader : Dark Lord of the Sith #08 (15/11/2017)
• Les Ténèbres Étouffent la Lumière (III) :
Darth Vader : Dark Lord of the Sith #09 (06/12/2017)
• Les Ténèbres Étouffent la Lumière (IV) :
Darth Vader : Dark Lord of the Sith #10 (10/01/2018)
• La Règle des Cinq (I) :
Darth Vader : Dark Lord of the Sith #11 (14/02/2018)
• La Règle des Cinq (II) :
Darth Vader : Dark Lord of the Sith #12 (28/02/2018)

La critique

rédigée par
Publiée le 10 mai 2019

Dark Vador : Le Seigneur Noir des Sith - 2 : Les Ténèbres Étouffent la Lumière est le deuxième volet de l'excellente série scénarisée par Charles Soule et dessinée par Giuseppe Camuncoli.

Le scénariste Charles Soule, qui signe le récit, a commencé sa carrière en tant qu'avocat avant de rajouter le métier de scénariste de comics à son arc. Il débute ainsi en 2013 sur une série parue chez DC Comics, Swamp Thing, mais aussi la même année chez Marvel avec Thunderbolts. Il obtient bien vite un contrat d'exclusivité avec la Maison des Idées pour travailler sur des séries comme Death of Wolverine, Inhuman, She-Hulk ou Civil War. Pour Star Wars, il signe les scénarios des mini-séries Lando : Le Casse du Siècle et Obi-Wan & Anakin : Réceptifs et Hermétiques mais aussi des séries régulières Poe Dameron et Dark Vador : Le Seigneur Noir des Sith.

Giuseppe Camuncoli est, quant à lui, un dessinateur italien né le 2 mars 1975. Il fait ses débuts en 1997 avec la série Bonerest qui, grâce à son succès en Europe, va lui ouvrir les portes du marché du comics américain. Au début des années 2000, il fait ainsi ses premières armes chez DC Comics sur des séries comme Swamp Thing, Bangkok, The Intimates ou Hellbrazer. Par la suite, il se fait touche-à-tout en alternant les bandes dessinées européennes, comme la reprise du (Le) Scorpions du Désert d'Hugo Pratt en France ou Diabolik en Italie, avec les comics américains notamment pour Marvel Comics sur des séries comme The Amazing Spider-Man ou The Superior Spider-Man. En 2017, il est choisi pour illustrer Dark Vador : Le Seigneur Noir des Sith sa première oeuvre dans l'univers Star Wars.

Le recueil propose au lecteur deux arcs.
Le premier s'étale sur quatre numéros et s'avère passionnant. L'Empereur charge Dark Vador de partir à la chasse des derniers Jedi qui auraient survécu à l'Ordre 66, ceci avec avec l'aide des Inquisiteurs (une idée introduite dans la série Star Wars : Rebels). Dark Vador, par sa cruauté, tente de former ces nouveaux serviteurs du mal qui sont des anciens Jedi s'étant laissés envahir par le Côté Obscur sans forcément être des Sith. Mais Palpatine le charge de retrouver avant tout le monde, y compris les Inquisiteurs, une Jedi en particulier, Jocasta Nu. Il ne s'agit pas forcément d'une guerrière très puissante mais elle peut s'avérer particulièrement dangereuse pour l'Empire naissant. Elle est la grande gardienne des archives du Temple Jedi qui contient tous les secrets des Jedi mais aussi des Sith et de tout ce qui a attrait à la Force. Qui mettra la main sur ses connaissances sera ainsi en capacité de soit faire tomber l'Empire, soit lui permettre de prospérer comme jamais.

Jocasta Nu est bien consciente du secret qu'elle possède et essaye dans la mesure du possible de cacher ses connaissances dans le cas où un jour, une nouvelle génération de Jedi viendrait à faire renaître l'Ordre. Mais dans sa volonté de retrouver la Jedi, l'Empereur exploite une faille : son incroyable arrogance. La vieille Jedi retourne ainsi sur Coruscant, la planète capitale, pour retrouver une information capitale dont elle veut priver l'Empire. Mais elle est incapable de rester insensible aux connaissances qui sont bafouées par les nouveaux résidents des lieux, notamment les Inquisiteurs. Elle ne va donc pas rester cachée bien longtemps quitte à mettre à mal sa mission. Durant tout cet arc, l'auteur propose d'approfondir les émotions ambivalentes de Dark Vador ainsi que des anciens Jedi. Mais il distille aussi quelques informations bienvenues comme la façon de penser des troupes clones, toujours utilisées par l'Empire. Enfin, la résolution du récit fonctionne bien, en particulier via une dernière case qui résonne parfaitement avec le film Star Wars : Les Derniers Jedi.

Le deuxième arc présent dans le recueil est, lui, bien plus court puisqu'il ne dure que deux numéros. Il n'en reste pas moins très intéressant. Le jeune Sith essaye, en effet, d'installer son autorité dans cet Empire naissant où beaucoup ne comprennent pas ce que vient faire ce chevalier noir qui se dit le bras droit de Palpatine. Cette ambiance hostile lui fait vite prendre conscience que quelqu'un agit dans l'ombre pour se débarrasser de lui et part donc en chasse de ce commanditaire devenu un ennemi personnel. Sur le chemin de la vérité, il va en profiter pour asseoir son autorité auprès des troupes impériales et des inquisiteurs mais aussi de construire son sabre laser de façon définitive après que son précédent ait été détruit dans la tentative d'attentat qui l'a visé.

Comme pour le précédent volume, il faut particulièrement saluer les superbes dessins de Giuseppe Camuncoli qui arrive non seulement à sublimer le personnage de Dark Vador mais aussi celui des Inquisiteurs ou de Jocasta Nu. Il sera peut-être regretté certains dessins de l'Empereur perfectibles. Les décors, quant à eux, sont renversants surtout ceux se passant sur Coruscant que ce soit dans la ville cosmopolite ou dans les archives du Temple Jedi. Le plaisir de lecture du comics est clairement décuplé par le graphisme léché qui fait plonger comme rarement le lecteur dans l'univers Star Wars.

Dark Vador : Le Seigneur Noir des Sith - 2 : Les Ténèbres Étouffent la Lumière est décidément une franche réussite aussi bien du point de vue de l'histoire que des dessins. À savourer sans modération.

Poursuivre la visite

1985 • 2019

Les Réseaux Sociaux

www.chroniquedisney.fr
Chronique Disney est un site amateur, non officiel, sans lien avec The Walt Disney Company, ni publicité,
utilisant des visuels appartenant à The Walt Disney Company ou des tiers par simple tolérance éditoriale, jamais commerciale.