Star Wars - 7 : Les Cendres de Jedha
La couverture
Éditeur :
Panini Comics
Date de publication France :
Le 16 mars 2019
Genre :
Comics
Auteur(s) :
Kieron Gillen (Scénariste)
Salvador Larroca (Dessinateur)
Nombre de pages :
136

Le sommaire

• Star Wars #38 - The Ashes of Jedha - Part I (08/11/2017)
• Star Wars #39 - The Ashes of Jedha - Part II (22/11/2017)
• Star Wars #40 - The Ashes of Jedha - Part III (13/12/2017)
• Star Wars #41 - The Ashes of Jedha - Part IV (03/01/2018)
• Star Wars #42 - The Ashes of Jedha - Part V (17/01/2018)
• Star Wars #43 - The Ashes of Jedha - Part VI (07/02/2018)

La critique

rédigée par
Publiée le 07 juin 2019

Star Wars - 7 : Les Cendres de Jedha est une histoire prenante mais plombée par des dessins calamiteux.

Le précédent scénariste de la série principale Star wars, Jason Aaron, cède ici sa place à un collègue bien connu dans l'univers comics de la saga : Kieron Gillen.
Né le 30 septembre 1975 en Angleterre, ce dernier commence, en effet, sa carrière en tant que journaliste traitant de jeux vidéo écrivant des articles pour de nombreux magazines. Son entrée dans le monde des comics se fait ensuite en 2006 avec le scénario de la série Phonogram dessinée par Jamie McKelvie sortie chez le petit éditeur Image Comics. En 2009, Kieron Gillen travaille pour la première fois pour Marvel Comics chez qui il écrit sur Thor (Volume 3), Uncanny X-Men (Volume 1), Uncanny X-Men (Volume 2) ou encore Iron Man (Volume 5). Ses scénarios les plus populaires sont assurément ceux de la série Journey into Mystery se focalisant sur le jeune Loki ou encore Young Avengers (Volume 2). Il est aussi impliqué dans l'univers Star Wars dès la reprise de la licence par Marvel. Ainsi, il va proposer le scénario de la très réussie série Dark Vador sur 25 issues mais aussi les crossovers Vador : Abattu et La Citadelle Hurlante ainsi que Les Cendres de Jedha, autrement dit les issues 38 à 43 de la série mère Star Wars. Avec Docteur Aphra, il propose la série la plus originale de Star Wars depuis la reprise des comics par Marvel.

L'histoire proposée ici est particulièrement intéressante en ayant la bonne idée de situer le récit sur la lune sainte de Jedha. Cette dernière était, en effet, le repaire du rebelle Saw Gerrera avant qu'elle ne soit ravagée par l'Étoile de la Mort dans Rogue One : A Star Wars Story. Revenir sur cette planète en comics permet donc de voir ce qu'elle est devenue après que le rayon mortel de la station orbitale de l'Empire ait détruit la ville sainte et une bonne partie de la lune. Jedha était, il est vrai, un haut lieu de pèlerinage pour les adeptes de la Force mais également une ressource en quantité de cristaux kyber utiles à la fabrication des sabres lasers des Jedi. Ces cristaux ont d'ailleurs été dévoyés pour construire la super arme de l'Étoile de la Mort puis les Impériaux ont choisi de la tester directement sur la lune qu'ils avaient pillée. Quelques temps plus tard, quand commence le comics, l'endroit est donc à l'agonie et en partie détruit. La population non exterminée par la catastrophe n'a, pour autant, pas les moyens de l'évacuer et essaye dès lors de survivre comme elle le peut.

Le scénariste en profite également pour faire revenir un personnage supposé mort dans le film, Benthic, l'un des bras droits de Saw Gerrera, qui a pris la tête de l'organisation de son ancien chef. S'il est en opposition avec les membres de la rébellion, Leia en tête, et leurs méthodes, il décide de s'y unir quand l'Empire revient pour piller ce qu'il reste de la planète.
Le récit tout entier est dès lors plutôt plaisant  à lire même si le véritable intérêt est la balade qu'il permet sur la lune de Jedha. Se suit également une intrigue secondaire autour de Luke qui essaye de trouver des indices ou des informations sur les Jedi dans ce qui constitue sans doute la partie la plus mal écrite de l'ensemble. L'auteur n'arrive, il est vrai, pas à rendre les errances et les interrogations sur la Force du jeune Skywalker très passionnantes. Par contre, tout ce qui tourne autour de la Reine Trios, déjà vue dans le comic Dark Vador : La Guerre Shu-torun, est passionnant. Le personnage est vraiment énigmatique et très charismatique. Elle semble ainsi vouloir aider l'Empire suite à sa défaite face à Vador afin d'extraire les cristaux enfouis dans la lune mais le lecteur ne sait pas si elle obéit par opportunisme, peur ou tromperie.

Les dessins de ces six issues sont, pour leur part, signés par Salvador Larroca.
Né à Valence, en Espagne, il commence comme artiste de bandes dessinées chez Marvel Comics au Royaume-Uni en 1993 avant d'intégrer Marvel aux États-Unis sur les séries Fantastic Four et Uncanny X-Men. Il travaille par la suite beaucoup sur les mutants avant de se consacrer à l'aventure Star Wars chez Marvel dès le début comme dessinateur de la série plébiscitée Dark Vador puis en reprenant le dessin sur la série mère Star Wars. C'est notamment lui qui a créé graphiquement le personnage du Docteur Aphra.
Le constat est vite fait : son travail sur Star Wars - 7 : Les Cendres de Jedha est tout simplement affreux. Son gros problème déjà remarqué sur les visages des héros connus devient de plus en plus criant. Il se contente en effet d'un décalquage très visible et souvent très laid. Certaines expressions sont ainsi vraiment grotesques surtout qu'ici, le côté découpage et collage est très visible. Il donne donc l'impression de dessiner sa planche en laissant un trou pour les visages puis travaille ses derniers à l'ordinateur en les collant par dessous. Or, comme les expressions sont figées, l'ensemble fait tout sauf naturel et pénalise clairement la lecture du comics. Le résultat est dommageable pour l'ensemble desservant même les décors, pourtant pour la plupart tous réussis et notamment la lune de Jedha.

Star Wars - 7 : Les Cendres de Jedha est au final décevant : si son histoire est plutôt réussie, les dessins des personnages sont véritablement affreux.

Poursuivre la visite

1985 • 2019

Les Réseaux Sociaux

www.chroniquedisney.fr
Chronique Disney est un site amateur, non officiel, sans lien avec The Walt Disney Company, ni publicité,
utilisant des visuels appartenant à The Walt Disney Company ou des tiers par simple tolérance éditoriale, jamais commerciale.