Moon Knight
Tome 1 : La Mission de Minuit

Éditeur :
Panini Comics
Date de publication France :
Le 27 avril 2022
Genre :
Comics
Auteur(s) :
Jed MacKay (Texte)
Alessandro Cappuccio (Dessin)
Rachelle Rosenberg (Couleur)
Steve McNiven (Couvertures)
Frank D'Armata (Couvertures)
Carlos Pacheco (Couvertures)
Rafael Fonteriz (Couvertures)
Nombre de pages :
144

Le sommaire

• Introduction
• Moon Knight Vol. 9 #1 (2021)
• Moon Knight Vol. 9 #2 (2021)
• Moon Knight Vol. 9 #3 (2021)
• Moon Knight Vol. 9 #4 (2021)
• Moon Knight Vol. 9 #5 (2021)
• Moon Knight Vol. 9 #6 (2021)
• Couvertures Alternatives
• Les Auteurs

La critique

rédigée par
Publiée le 29 avril 2022

Personnage resté relativement obscur pour le grand public, et ce depuis sa création il y a plus de quarante-cinq ans, Moon Knight revient sur le devant de la scène en 2021 pour de nouvelles aventures en comics, quelques mois seulement avant l'arrivée sur Disney+ de sa propre série produite par Marvel Studios. Sous la coupe d'un trio d'artistes talentueux, le Chevalier de la Lune retourne aux sources après quelques errances éditoriales qui ont causé bien des torts au personnage.

En 2016, Jeff Lemire, soutenu par les excellents Greg Smallwood et Jordie Bellaire, entame un run souvent considéré comme le point d'orgue de la carrière de Moon Knight. Au fil des quatorze numéros qu'il écrit, Lemire plonge en effet comme aucun auteur avant lui dans l'esprit labyrinthique de Marc Spector avant de redéfinir la relation que le personnage entretient avec le Dieu de la Lune, Khonshu. Lorsque Max Bemis reprend les rênes de la série immédiatement après, en 2017, le nouvel auteur régulier peine à marcher dans les pas de son illustre prédécesseur et ne parvient guère à offrir qu'une suite sans âme et dans laquelle les révélations choc se multiplient, sans pour autant convaincre le lectorat qui pleure déjà le départ de Jeff Lemire. C'est toutefois l'utilisation scandaleuse que fait l'auteur Jason Aaron du personnage en 2020 dans les numéros #33 à #37 de son run des Avengers qui manque d'assassiner Moon Knight. Dans l'arc narratif titré L'Ère de Khonshu, Jason Aaron pulvérise littéralement le méticuleux travail opéré quatre ans auparavant par Jeff Lemire pour servir sa propre série, sans se soucier le moins du monde des dégâts occasionnés. Méconnaissance du nouveau statu quo du personnage ou je-m'en-foutisme crasse de la part du scénariste, toujours est-il que Moon Knight ressort de ces cinq malheureux numéros très amoché et en quête d'un nouvel auteur qui pourra lui offrir des aventures décentes.

La salvation de Marc Spector débute donc sous la plume de Jed MacKay, qui a signé avant cela pour Marvel la mini-série Daredevil : L'Homme Sans Peur en 2019, ainsi que les deux volumes de Black Cat (2019 et 2021). Comme pour faire table rase des dérapages scénaristiques précédents, MacKay offre un nouveau départ à Moon Knight en le replaçant dans un contexte très urbain, dans la mouvance des histoires de Doug Moench durant les années 70 et 80 et du court passage de Warren Ellis sur la série Moon Knight en 2014. Installé dans la Mission de Minuit, M. Knight, vêtu de sa cagoule et de son emblématique complet trois pièces, accueille le soir les habitants du quartier qui ont besoin d'un coup de main musclé. Après avoir enfilé le costume de Moon Knight, le héros part donc régler leur compte à toutes les menaces qui rôdent dans les ténèbres, bien décidé à respecter son serment : protéger tous les voyageurs de nuit. Pour accentuer encore davantage le retour aux sources du héros, Jed MacKay fait également un joli clin d'œil aux origines de Marc Spector. Celui qui a débuté en 1975 dans les pages des comics Marvel en affrontant le loup-garou Jack Russell dans Werewolf by Night #32-33 se retrouve donc en 2021 face à d'autres créatures de la nuit : des vampires !

Jed MacKay doit ainsi composer avec les errances scénaristiques de certains des auteurs l'ayant précédé. Pour ce faire, il choisit de mettre en scène un Marc Spector « puni » pour avoir tenté d'arracher leurs pouvoirs aux Avengers dans l'arc L'Ère de Khonshu écrit par Jason Aaron. Malgré de nobles intentions et les manipulations de Khonshu, le héros est donc forcé de voir une thérapeute, tandis que le Dieu de la Lune est, lui, emprisonné sur Asgard. L'idée est ingénieuse, car elle permet au lectorat de plonger immédiatement dans La Mission de Minuit, et cela sans sans même avoir besoin de connaître l'histoire du héros. MacKay profite en effet des séances durant lesquelles M. Knight se confie au Docteur Andrea Sterman pour présenter à nouveau les origines de Marc Spector, de son affrontement mortel avec le mercenaire Bushman jusqu'à sa résurrection au pied de la statue de Khonshu. C'est également à travers ces échanges que MacKay aborde les questions de la judéité et surtout du trouble dissociatif de l'identité qui affecte le personnage, même s'il faut reconnaître que l'auteur creuse finalement peu ce dernier sujet au cours des six numéros qui composent La Mission de Minuit. La raison en est toutefois très simple : les personnalités alternatives de Marc Spector, à savoir le dandy Steven Grant et le baroudeur bourru Jake Lockley, sont pour l'heure « en sommeil ».

À défaut de faire intervenir Marlene Alraune, Jean-Paul « Frenchie » DuChamp, Gena Landers ou même Bertrand Crawley, les acolytes et amis de Marc Spector qui ont partagé tant de mésaventures avec lui précédemment, Jed MacKay renouvelle complètement l'entourage du héros en lui adjoignant une réceptionniste récemment devenue vampire, Reese, ainsi qu'un allié en la personne du jeune vétéran surnommé Soldier. Ces deux personnages en quête de rédemption résonnent tout particulièrement avec les propres luttes internes de Marc Spector, d'autant que Reese comme Soldier ont une personnalité attachante et savent tenir tête à Moon Knight sans se faire écraser par le charisme du Chevalier de la Lune ; il faut tout de même l'avouer, l'absence du casting classique des séries Moon Knight se fait ressentir à l'occasion. Parmi les nouveaux venus se trouve enfin le Docteur Badr, un personnage qui en sait beaucoup plus qu'il ne le devrait sur le culte de Khonshu et qui va immédiatement avoir maille à partir avec Moon Knight. La Mission de Minuit permet également à certains personnages Marvel de revenir pointer le bout de leur nez dans des rôles plus ou moins importants, notamment un méchant sadique et sans pitié apparu durant la période Dark Reign en 2009. La suite de la série promet donc d'être explosive !

Jed MacKay propose une histoire urbaine classique et très efficace, mais l'auteur semble également vouloir développer la mythologie du culte de Khonshu dans sa nouvelle série. Alors que le Dieu de la Lune a tour à tour été une hallucination, une voix ou un guide pour Marc Spector au cours des différentes séries, c'est la première fois depuis bien longtemps que le héros se retrouve seul. Mais à quoi peut donc bien servir un grand prêtre sans dieu à servir ? Moon Knight a-t-il encore une raison d'être, et auprès de qui pourra-t-il réclamer de l'aide si les choses tournent mal, comme c'est bien trop souvent le cas lorsqu'il passe à l'action ? L'auteur commence à esquisser quelques réponses à ces questions tout en interrogeant les précédents choix de Marc Spector et l'influence qu'a exercé Khonshu sur sa psyché tout au long de sa vie. Dans le même temps, avec l'arrivée du Docteur Badr, Moon Knight va apprendre qu'il n'est pas un disciple comme les autres, lui qui n'a reçu ni les enseignements ni les dons normalement destinés au Poing de Khonshu sur Terre. Il faut dire que les auteurs qui se sont succédé au fil des années n'ont jamais trop su quoi faire des pouvoirs de Moon Knight. Force et vitesse accrues suivant les cycles de la Lune dans le ciel, visions prophétiques, puissance momentanément conférée par Khonshu à son disciple pour venir à bout d'un rude affrontement ou au contraire dépossédé de ses capacités au bon vouloir de son maître : les pouvoirs de Moon Knight n'ont eu de cesse d'évoluer au fil des cinq dernières décennies. Suite aux évènements de Conan : La Guerre du Serpent (2019-2020) d'ailleurs, le héros semble posséder de nouveaux talents encore inexploités, un élément dont Jed MacKay pourrait tirer parti dans les numéros suivants...

Le début de ce scénario prometteur est mis en image par Alessandro Cappuccio, un jeune artiste qui a fait ses armes sur quelques numéros de Mighty Morphin Power Rangers en 2018 et 2019. Dans La Mission de Minuit, l'Italien illustre les nombreuses scènes d'affrontements en donnant beaucoup de fluidité et de vigueur à ses personnages, rendant ainsi palpable la violence des coups portés. Comme avait si bien su le faire Declan Shalvey en 2014, Cappuccio livre également de nombreuses planches magnifiques où la cape de Moon Knight semble douée de vie tant ses mouvements gracieux accompagnent parfaitement les déplacements de son porteur. L'artiste se montre également très doué lorsqu'il dessine certaines scènes intimistes qui réclament davantage de retenue, comme les séances de M. Knight chez sa thérapeute ; même affublé de sa cagoule, le fringuant héros a rarement été si expressif. Enfin, il faut souligner la beauté de ses planches contenues dans le second numéro, dans lequel le lectorat est plongé au plus profond de l'esprit de Spector, qui prend des airs d'enfer quasi-lovecraftien.

Rachelle Rosenberg, la coloriste déjà à l'œuvre sur pléthore de comics publiés par la Maison des Idées parmi lesquels pusieurs numéros de Immortal Hulk (2018) et de Star Wars : Docteur Aphra (2016 et 2020), vient quant à elle sublimer les dessins de Cappuccio. Ensemble, les deux artistes jouent tout particulièrement avec le clair-obscur pour exagérer les contrastes d'une ville dans laquelle le danger grouille et où les éclairages publics et la clarté de la lune donnent aux voyageurs de nuit un faux sentiment de sécurité. Qu'il revête le costume de M. Knight ou la tenue de Moon Knight, Marc Spector lui-même est d'ailleurs constamment entouré d'un halo lumineux, comme s'il reflétait les rayons de l'astre lunaire. Plus que jamais, il est celui que les criminels comme les voyageurs voient venir dans la nuit, instillant la terreur chez les uns et provoquant le soulagement des autres.

La Mission de Minuit offre à Moon Knight un retour aux sources tout en amorçant une nouvelle étape dans la vie du Chevalier de la Lune. Véritable série de la réconciliation, après quelques faux pas scénaristiques qui auraient pu facilement propulser (encore) le personnage dans une spirale inextricable, ce nouveau volume entamé par Jed MacKay redresse la barre de manière habile en proposant six très bons numéros. En revenant à une histoire beaucoup plus urbaine et en ne négligeant pas de développer le mysticisme qui entoure le Poing de Khonshu, La Mission de Minuit se montre accessible à un nouveau lectorat tout en contentant les fans les plus fidèles du personnage.

Poursuivre la visite

1984 • 2021
1966 • 2022

Le Forum et les Réseaux Sociaux

www.chroniquedisney.fr
Chronique Disney est un site amateur, non officiel, sans lien avec The Walt Disney Company, ni publicité,
utilisant des visuels appartenant à The Walt Disney Company ou des tiers par simple tolérance éditoriale, jamais commerciale.