Robert Newton

Robert Newton
Date de naissance :
Le 01 juin 1905
Lieu de Naissance :
Shaftesbury, dans le Dorset, au Royaume-Uni
Date de Décès :
Le 26 mars 1956
Lieu de Décès :
Beverly Hills, en Californie, aux États-Unis
Nationalité :
Britannique
Profession :
Acteur

La biographie

rédigée par Karl Derisson
Publié le 10 octobre 2021

À la fin des années 1940, les studios Disney se diversifient en se lançant dans la production de films en prises de vues réelles. Utilisant pour ce faire leurs bénéfices que le Royaume-Uni, exsangue après six ans de guerre, refuse de rapatrier en Amérique, Walt et son frère Roy ouvrent ainsi un nouveau bureau à Londres. Confié au producteur Perce Pearce, ce dernier lance alors des dizaines de nouveaux projets live tout en recrutant certains des plus grands talents du vieux continent parmi lesquels le comédien Robert Newton, choisi pour incarner avec panache le personnage de Long John Silver dans une toute nouvelle adaptation de L’Île au Trésor d’après Robert Louis Stevenson.

Robert Guy Newton naît le 1er juin 1905 à Shaftesbury, une petite ville située dans le comté du Dorset, dans le sud-ouest de l’Angleterre. Son père, Algernon Newton, membre de la Royal Academy of Arts, est un artiste peintre renommé dont les paysages lui ont valu le surnom de « Canaletto des canaux ». Sa mère, Marjorie Rider, mène quant à elle une carrière d’écrivaine. Élevé avec son frère et sa sœur qui, comme leur paternel, entameront une carrière de peintre, le petit Robert grandit dans la maison familiale de Lamorna, à la pointe ouest des Cornouailles. En 1918, la famille déménage dans une demeure plus petite située à Newlyn avant de s’installer dans le Devon.

Élève de l’Exeter School puis de la St Bartholomew’s School de Newbury, Robert Newton débute sa carrière modestement dès 1921 en tant que machiniste. Il n’a que seize ans. Membre du Birmingham Repertory Theatre, il apparaît bientôt sur scène dans plusieurs pièces classiques, notamment Henry VI de William Shakespeare. En 1923, il participe à une tournée sud-africaine durant laquelle il joue dans Bulldog Drummond d’après l’œuvre d’Herman Cyril McNeile. L’année suivante, il fait ses débuts à Londres dans London Life at Drury Lane.

Dark Journey (1937)
Dead Men are Dangerous (1939)

Après un an passé au Canada où il travaille en qualité de garçon de ferme dans un ranch, Newton revient sur la scène londonienne dans des pièces comme Bitter Sweet de Noël Coward, The Letter et Cardboard Lover. Donnant la réplique à des artistes aussi illustres que Leslie Howard, Gladys Cooper et Tallulah Bankhead, il remplace par ailleurs Laurence Olivier dans la pièce Les Amants Terribles, un autre succès de Coward joué à Broadway. De retour au pays en 1932, Robert Newton prend bientôt la direction de Shilling Theatre de Fulham, à l’ouest de Londres. À la tête de l’institution durant deux ans, il poursuit en parallèle sa carrière de comédien dans The Greek Had a Word For It. À la même époque, son nom apparaît tout en bas du générique de Reunion, l’un de ses premiers films réalisés par Ivar Campbell (1932).

La Taverne de la Jamaïque (1939)
Hell's Cargo (1939)

Au milieu des années 1930, Robert Newton signe avec le réalisateur et producteur Alexander Korda qui lui offre plusieurs petits rôles au cinéma. Dans L’Invincible Armada de William K. Howard (1937), il donne ainsi la réplique à son ami Laurence Olivier et à Vivien Leigh. Robert Newton apparaît ensuite dans Le Mystère de la Section 8, un film d’espionnage de Victor Saville (1937), Farewell Again de Tim Whelan (1937), The Squeaker (1937) et I, Claudius, un film inachevé de Robert Graves avec Charles Laughton et Flora Robson dans lequel il interprète le personnage de Cassius (1937).

Gaslight (1940)
La Commandante Barbara (1941)

Prêté à 20th Century Fox pour le long-métrage The Green Cokatoo de William Cameron Menzies avec John Mills et René Ray (1937), Newton retrouve Laughton dans Vessel of Wrath d’Erich Pommer (1938) puis dans La Taverne de la Jamaïque d’Alfred Hitchcock (1939). Sa filmographie est enfin complétée avec Yellow Sands (1939), Dead Men are Dangerous (1939), Poison Pen (1939) et Hell’s Cargo (1939). Alternant entre les plateaux de cinéma et les planches de théâtre, il joue Horatio dans Hamlet, l’adaptation du classique de William Shakespeare mise en scène par Laurence Olivier en 1939 avec Alec Guinness dans le rôle-titre.

En 1940, Robert Newton apparaît dans 21 Days Together, un film dramatique de Basil Dean tourné en 1937. La même année, Thorold Dickinson lui offre le rôle de Vincent Ullswater dans Gaslight. Il partage l’écran avec Robert Montgomery et Constance Cummings dans Busman’s Honeymoon (1940), à Jack Buchanan et Greta Gynt dans Bulldog Sees It Throught (1940), à Peggy Ashcroft dans le court-métrage Channel Incident (1940). Premier rôle du (Le) Chapelier et son Château de Lance Comfort avec James Mason et Deborah Kerr, Newton joue Bill Walker dans La Commandante Barbara, l’adaptation de la pièce de George Bernard Shaw réalisée par Gabriel Pascal avec Wendy Hiller et Rex Harrison. Réputé pour ses rôles d’antagoniste, il apparaît dans They Flew Alone, un biopic de l’aviatrice Amy Johnson dirigé par Herbert Wilcox avec Anna Neagle (1942).

They Flew Alone (1942)
Henry V (1944)

Durant la Seconde Guerre mondiale, Robert Newton s’engage dans la Royal Navy. Il combat alors comme matelot certifié à bord du HMS Britomart. Participant à l’escorte de plusieurs navires de guerre russes, le comédien est toutefois réformé en 1943 pour raisons médicales. Il reprend alors sa carrière cinématographique et apparaît dans Heureux Mortels de David Lean (1944). Son ami Laurence Olivier lui propose ensuite le rôle d'Ancient Pistol dans Henry V (1944). Élevé au rang de dixième star préférée des Anglais, Robert Newton tient le haut de l’affiche de Service Secret Contre Bombe Atomique, un thriller de Lawrence Huntington (1946). Au théâtre, il remporte un énorme succès grâce à la pièce Pas d’Orchidée pour Miss Blandish. À la fin de la décennie, Newton inscrit son nom au générique de Huit Heures de Sursis de Carroll Reed avec James Mason (1947) et Le Port de la Tentation (1947). Il joue Bill Sikes dans Oliver Twist, l’un de ses plus grands succès réalisé par David Lean (1948).

Les Amants Traqués (1948)
L'Île au Trésor (1950)

Parmi les acteurs les plus populaires du moment aux côtés d’Errol Flynn, Robert Newton s’envole bientôt pour Hollywood qui lui déroule le tapis rouge. Norman Foster le dirige dans le film noir Les Amants Traqués avec Joan Fontaine et Burt Lancaster (1948). Edward Dmytryk lui donne le premier rôle de L’Obsédé (1949). Les studios Disney lui offrent le rôle de Long John Silver dans L’Île au Trésor avec la jeune vedette maison Bobby Driscoll (1950). Il partage l’écran avec Kathleen Harrison et le jeune premier Richard Burton dans Waterfront de Michael Anderson (1950).


Walt Disney et Robert Newton lors du tournage de L'Île au Trésor

En 1950, Robert Newton fait ses adieux au théâtre en apparaissant une ultime fois aux côtés de Rosamund John dans Gaslight produit dans le West End londonien au Vaudeville Theatre. Grâce au succès de L’Île au Trésor, Robert Newton est de plus en plus courtisé à Hollywood. Pour MGM, il joue le soldat Bill Sykes dans Trois Troupiers de Tay Garnett avec Stewart Granger, Walter Pidgeon et David Niven. De retour en Angleterre, il tourne dans Tom Brown’s Schooldays. 20th Century Fox l’engage pour jouer Javert dans La Vie de Jean Valjean de Lewis Milestone avec Michael Rennie et Sylvia Sydney. Modèle pour toute une génération de comédiens parmi lesquels Oliver Reed, Newton devient tantôt le cinquième, tantôt le sixième acteur préféré des Anglais.

Avec Androcles and the Lion, Robert Newton retrouve la caméra de Gabriel Pascal. Sa prestation dans L’Île au Trésor lui permet de décrocher le rôle titre de Barbe-Noire le Pirate, une production RKO supervisée par Raoul Walsh (1952). La voix, le style et l’apparence de Newton influenceront alors les rôles de pirates au cinéma pour des décennies. Robert Wise le dirige dans Les Rats du Désert, un film de guerre avec, une nouvelle fois, James Mason et Richard Burton (1953). Robert Newton marque le public dans son rôle d’instituteur alcoolique dépassant sa peur durant la Seconde Guerre mondiale. Il fait partie du casting quatre étoiles d’Écrit dans le Ciel, le drame de William Wellman avec John Wayne (1954).

La Vie de Jean Valjean (1952)
Barbe-Noire le Pirate (1954)

De retour en Angleterre, Robert Newton apparaît dans Le Vagabond des Îles, le remake de Vessels of Wrath signé par Muriel Box dans lequel il reprend le rôle d’Edward Wilson initialement tenu par Charles Laughton (1954). Quittant le tournage de Svengali pour des raisons personnelles, il endosse de nouveau le costume de Long John Silver dans Le Pirate des Mers du Sud, la suite de L’Île au Trésor réalisée indépendamment de Disney en Australie par le réalisateur du premier film, Byron Haskin (1954). Le long-métrage introduit alors une série télévisée inédite de vingt-six épisodes diffusée à la télévision australienne en 1955 sous le titre The Adventures of Long John Silver.

Le Pirate des Mers du Sud (1954)
Le Tour du Monde en 80 Jours (1955)

Sombrant depuis quelques années dans l’alcoolisme, Robert Newton fait une ultime apparition au cinéma en 1955 dans Le Tour du Monde en 80 Jours. Adapté du roman de Jules Verne, le film couronné aux Oscars est réalisé par Michael Anderson qui offre au comédien le rôle de l’inspecteur Fix face à David Niven dans celui de Phileas Fogg, Cantinflas qui campe Passepartout, Shirley MacLaine dans le costume de la princesse Aouda et Charles Boyer qui joue Monsieur Gasse.

Marié quatre fois et père de trois enfants, Sally, Nicholas et Kim né de sa dernière union avec Vera Budnik, Robert Newton disparaît le 25 mars 1956 des suite d’une crise cardiaque. Il n’avait que cinquante ans. Ses cendres, inhumées au Westwood Village Memorial Park Cemetery de Los Angeles seront, quelques années plus tard, dispersées par son fils Nicholas dans les eaux de Mont’s Bay, dans la Manche, au large de la Cornouaille de son enfance. Qualifié par le Los Angeles Times « d’acteur anglais le plus polyvalent », Newton reste aujourd’hui dans les mémoires comme le pirate de cinéma par excellence grâce à son interprétation sans faute note de Long John Silver dans L’Île au Trésor de Disney.

La filmographie

001
L'Île au Trésor
Acteur : Long John Silver • Aventure
1950
Cinéma
1950
Cinéma
002
Acteur : Etienne Javert • Drame
1952
Cinéma
1952
Cinéma
003
Acteur : Tom Bartlett • Aventure
1953
Cinéma
1953
Cinéma
004
Acteur : Long John Silver • Aventure
1954
Cinéma
1954
Cinéma

Poursuivre la visite

1886 • 2021
1989 • 2019

Le Forum et les Réseaux Sociaux

www.chroniquedisney.fr
Chronique Disney est un site amateur, non officiel, sans lien avec The Walt Disney Company, ni publicité,
utilisant des visuels appartenant à The Walt Disney Company ou des tiers par simple tolérance éditoriale, jamais commerciale.