Cyrus
Date de création :
Le 02 novembre 2012
Nom Original :
Cyrus
Créateur(s) :
Charlie Bean
Robert Valley
Apparition :
Télévision
Voix Originale(s) :
Aaron Paul

Le portrait

Publié le 08 février 2021

Cyrus, appelé également l’Étranger et le premier Renégat, est un personnage masculin de la série animée Tron La Révolte produite par Disney Television Animation, inspirée de l'univers des films Disney Tron et Tron L'Héritage et diffusée sur la chaîne Disney XD du 18 mai 2012 au 28 janvier 2013. Il apparaît dans trois épisodes particulièrement haletants et aux révélations denses sur la mythologie Tron : l’épisode 10 intitulé L’Ennemi du Passé (Seconde Partie) qui l’introduit dans la série en dévoilant sa rencontre avec Tron, l’épisode 13 intitulé L’Étranger où c'est au tour de Beck de faire sa connaissance et enfin l’avant-dernier épisode, le numéro 18, titré Sans Limite, où son pouvoir de nuisance atteint des sommets.

Cyrus signe donc une très discrète entrée dans la série au cours de l’épisode 10. Il apparait ainsi quelques minutes seulement grâce à la technique du flasback, Tron se remémorant les circonstances de leur rencontre. Cyrus n’est alors qu’un simple soldat de l’armée de Clu, utilisé comme planton qui garde avec un collègue la porte d’une salle où le cruel Dyson a l’habitude de torturer des malheureux programmes. Cyrus s’étonne alors à haute voix de ne pas entendre le supplicié actuel hurler comme le font tous les autres, ce à quoi son collègue lui répond qu’il s’agit de Tron.

Dyson quitte ensuite les lieux non sans donner préalablement l’ordre aux deux gardes d’emmener son prisonnier de marque - toujours en vie - dans le vaisseau-mère. Les soldats s’exécutent aussitôt et le haut-gradé voit leur véhicule Reconnaisseur s’envoler. Il quitte pourtant vite sa mine satisfaite quand il constate qu’une explosion s’est produite sur l’un des pieds formant le U renversé typique de ces engins de transport. Passé l’effet de surprise, il est heureux d’assister à ce qu’il croit être la destruction du convoi tout entier, derrière la montagne. Il pense Tron, qu'il qualifie de « vieux frère » désormais mort et bien mort.

Dyson est, en fait, loin de se douter que l’un de ses soldats est en train de le trahir et organise pas moins que le sauvetage de son ennemi. Cyrus, qui s'est manifestement emparé du vaisseau, a en effet libéré Tron de ses liens et le soutient tant il est trop faible pour tenir debout. Aussi surpris que méfiant, ce dernier interroge alors celui qui est en train de lui sauver la vie. C’est ainsi que Cyrus dévoile son nom et précise qu’il est un ami, ajoutant qu’il ne travaille désormais plus pour Dyson et Clu. Il organise ensuite le saut depuis l’appareil qui, lui, termine sa course en se fracassant contre la montagne provoquant une gigantesque explosion visible à des kilomètres. Ramené sur la terre ferme, Cyrus met Tron à l’abri et tente de le maintenir éveillé. Ce dernier, toujours méfiant, l’interroge à nouveau sur son identité et ses motivations. Cyrus lui répond simplement qu’il n’est pas possible que la « révolution s’arrête avant même qu’elle ait une chance de commencer ». L’épisode n’en dit pas plus. Rien n'est à ce stade dévoilé sur la future relation Maître – Apprenti qui se développera entre les deux par la suite.

La toute première rencontre de Beck et Cyrus se fait, elle aussi par hasard, même si les deux personnages n’ont pas la même définition de cette notion. Attendant une importante livraison, Abel demande donc à Beck de quitter Argon pour se rendre à Gallium, une ville située encore plus loin que les autres terres. Histoire de sécuriser son trajet, il lui conseille de ne pas quitter la route principale pour ne pas avoir de problèmes. Mais voilà, la route justement est fermée pour cause de tempête : elle est ainsi totalement saturée par un flot de véhicules à l’arrêt si bien que l’espoir d’arriver à Gallium dans les temps s’amenuise. Mais il en faut plus pour décourager Beck. Il décide ainsi de contourner la tempête en prenant des chemins de traverse : il déchante pourtant vite, se retrouvant coincé devant un immense cratère rempli d’eau glacée. S’approchant de son bord, il est alors soudainement déstabilisé par un éclair de foudre et chute dedans. S’il essaie dans un premier temps de nager pour garder la tête hors de l’eau, il s’épuise vite et se voit entraîné par le courant dans les profondeurs. Il ressort du lac par son fond et vient s’écraser sur une nouvelle terre, l’étendue d’eau qu’il vient de traverser d’une extrémité à l’autre devenant son ciel.

Découvrant son nouvel environ, Beck s’approche d’un immense monolithe, posé au milieu de nulle part et qui lui renvoie son image comme le ferait un miroir : s’il est impressionnant par son envergure, l’objet est pour autant remarquablement fin. Trop occupé à chercher à comprendre ce qu’il fait là, Beck ne remarque pas une silhouette qui passe non loin de lui, telle un flash. Le Rénegat reprend son inspection du monolithe et s’en approche pour découvrir ce qu’il cache en son for intérieur, réunissant pour ce faire ses mains sur la paroi, en forme de jumelles, pour faciliter sa vue. Mal lui en a pris, il bascule à travers la paroi qui s’ouvre subitement comme une porte le ferait vers un monde parallèle. Il essaie de rebrousser chemin mais l’accès de retour est impossible : Beck est alors ceinturé et emporté dans les ténèbres par la silhouette qu’il n’avait pas remarquée jusque-là.
Sonné, le jeune justicier se réveille dans une sorte de hangar, une voix masculine s’excusant aussitôt de l’accueil un peu rude qu’il a subi. Il demande alors où il se trouve exactement et l’individu, qui est en réalité Cyrus, lui explique qu’il est dans un espace compressé, pas tout à fait en dehors de la Grille mais pas tout à fait dedans non plus, précisant qu’il est en fait un peu chez lui. Beck fait mine de le complimenter sur la qualité de son intérieur mais s’empresse de lui annoncer qu’il ne peut pas rester et qu’il va donc devoir, sans animosité aucune, contourner son système de sécurité. Son hôte s’étonne alors de le voir si pressé de repartir, estimant que ce n’est pas une bonne idée, compte tenu de la tempête qui fait rage à l’extérieur et dont des éclairs se manifestent jusqu’à eux. Beck maintient pourtant qu’il veut repartir mais l’individu qui révèle enfin sa véritable apparence explique qu’il ne l’invite pas poliment à rester mais qu’il insiste au contraire lourdement, appelant Beck par son nom.

La surprise est grande pour ce dernier qui lui demande comment il connait son identité : son hôte lui répond alors qu’il sait beaucoup de choses sur lui et peut, s’il le souhaite, l’appeler aussi « le Renégat » !
Déstabilisé par les révélations, Beck flaire immédiatement le danger et cherche à se munir de son disque dont il constate la disparation. C’est une fois encore Cyrus qui lui apprend qu’il le détient bien à l’abri « avec (ses) autres petits secrets inavouables ». Beck est désormais piqué au vif devant un tel programme qui semble tout savoir de lui : il n’est pourtant pas encore au bout de ses surprises puisqu’il lui apprend qu’ils sont dans la même équipe. Il ne prend toutefois pas pour argent comptant ce qui lui est annoncé et met ouvertement sa parole en doute. Son hôte affirme comprendre évidemment ses réticences, lui rend son disque et lui demande de le suivre, comme le ferait un allié, lui précisant qu’il a quelque chose à lui montrer.
Beck découvre ainsi la tanière de son hôte qui défie, contrairement à lui, les lois de la gravité quand il s’agit d’y progresser. Il explique ainsi qu’il ne l’a pas construite mais qu’il l’a redéfinie, étant parti de ce qu’il avait pour obtenir ce qu’il voulait. Beck comprend par là qu’il pourrait être un Iso et le questionne donc sur la nature exacte de son identité. Cyrus rit à cette évocation et réfute ce statut, précisant juste qu’il ne correspond pas à l’idée de la perfection d’un programme que se fait Clu. Il explique aussitôt à Beck qu’il ne l’envie pas du tout d’être le Renégat, un argument qui fait mouche chez le jeune programme qui reconnait que ce rôle est prenant. Mais son hôte va plus loin encore, lui expliquant que les coups qu’il porte à Clu sont vains et qu’il est temps de passer à la vitesse supérieure. Il entend ainsi présenter à Beck son projet de combat commun.

Il lui montre alors ce qu’il convient d’utiliser d’après lui pour libérer la Grille. Une solution informatique mettant en place une symétrie parfaite, l’alpha et l’omega, destinée à changer les règles. Beck comprend ainsi qu’il ne s’agit en fait pas de libérer la Grille mais de la détruire, ce que lui confirme son hôte, précisant que la meilleure solution est de repartir de zéro. Mieux encore, la tempête qui fait rage à l’extérieur est ce qu’il attendait pour enclencher le processus, argumentant que l’annihilation de quelques programmes était d’abord une libération. Convaincu de la dangerosité du projet qui lui est présenté, Beck s’interpose pour le stopper. Le combat commence mais aucun de ses coups ne porte, son hôte les esquivant tous. Il lui explique en fait qu’ils ont tous les deux de nombreux points en commun, si bien qu’ils partagent les mêmes astuces d’attaques. Beck repousse cet argument mais, bien vite ceinturé, constate pourtant qu’effectivement son adversaire prédit et connaît le moindre de ses mouvements, comme s’il avait eu le même professeur. Une sensation confirmée quand il apprend que Tron n’a pas entraîné que lui. La révélation ultime tombe : son hôte était le premier apprenti de Tron, le premier Renégat !
Le processus d’annihilation de la Grille est sur le point d’être enclenché et rien ne semble devoir désormais le stopper : Beck et son alter-ego devant d’ailleurs en être les premières victimes. Mais avant, le premier Renégat prend le temps d’expliquer au second que tout cela est écrit et que leur rencontre n’est pas le fruit du hasard mais le résultat de leur programmation, tous deux ayant été construits pour libérer le système, ensemble. Beck comprend ainsi que son adversaire a besoin de lui, comme force supplémentaire, pour servir de détonateur à sa solution finale, ne pouvant seul la mener à terme. Il apprend également que Tron a, en réalité, enfermé son premier apprenti dans cet espace pour l’empêcher de nuire. C’est sa prison et Beck en est la clé !

Le processus de destruction peut commencer, il est douloureux. Beck puise alors dans ses dernières forces et parvient à se libérer. Tandis que la solution s’interrompt, il hurle que c’est bien le destin qui l’a mis sur le chemin du premier Renégat non pour les allier mais au contraire, pour l’arrêter. Le duel reprend de plus belle mais cette fois-ci, l’environnement est hostile et chacun connait la nature de l’autre. Sûr de sa toute-puissance, le premier Renégat ne prend pourtant pas conscience de la situation explosive dans laquelle il se trouve. Beck, lui, a tout sa tête et s’empresse de s’éloigner, se précipitant à l’extérieur, brisant le monolithe qui l’avait conduit jusqu’ici. La porte vers la « prison » du premier Tron est détruite ; Back libéré et sauf. Il retourne alors au QG de Tron mais garde pourtant pour lui la rencontre qu’il a faite sur la route de Galium. À quoi bon, il croit en effet le premier Renégat mort… et se trompe.

Du temps a passé depuis la première rencontre de Beck avec Cyrus, qu’il croit toujours mort. Il se rappelle pourtant à son bon souvenir quand un jour, alors qu’il a revêtu une armure blanche strictement identique à celle de Tron, il intervient pour sauver un couple de programmes arrêtés par des soldats de Tesler et soupçonnés de cacher de l’énergie. Après avoir annihilé la menace et tué tous les militaires, il les convainc de lui révéler où ils cachent l’énergie. Mis en confiance, et pensant travailler contre l’occupation, le programme masculin dévoile leur cachette. Contre toute attente, Cyrus, déguisé en Tron, le tue et part à la chasse de la programme qui, horrifiée et ne comprenant pas pourquoi leur sauveteur agissait de la sorte, prend la fuite. Il la rattrape sans mal mais au lieu de la tuer, lui demande de raconter partout ce qu’elle a vécu. Il quitte toutefois les lieux en faisant exploser une bombe, histoire de rajouter à la panique ambiante. Son plan est en fait simple : détruire, auprès de la population, la réputation du vrai Tron pour retourner l’opinion contre lui.

Arrivé sur les lieux de ce qui ressemble à un attentat, Beck apprend que Mara en est une victime collatérale, heureusement sans gravité. Il découvre alors qu’elle incrimine Tron ; Zed, présent lui aussi, imaginant que la pression a monté à la tête du Renégat et qu’il est devenu fou.
Alors qu’il inspecte la foule de badauds venus aux nouvelles, Beck n’en croit pas ses yeux et remarque le visage du premier Renégat dedans. Il se lance alors immédiatement à sa poursuite.

Parvenu à sa hauteur sur les toits d’Argon, il lui fait désormais face. Mais l’heure du combat n’est pas encore venue. Le premier Renegat dévoile juste le disque de Tron, faisant croire à Beck qu’il l’a perdu, puis disparait. Beck, lui, retourne à son casier s’assurer que son disque est toujours là, ce qu’il constate. Tandis qu’il quitte le garage pour rejoindre le QG de Tron, il entreprend de remettre son disque : une réaction inhabituelle se produit alors. Le disque déclenche en effet contre lui des décharges électriques. Rentré chez Tron, il apprend qu’il est victime d’un virus et reproche tout de go à son mentor de lui avoir caché l’existence du premier apprenti. Tron ne s’en laisse pas conter et place Beck devant ses responsabilités, lui faisant reconnaître qu’il était déjà au courant alors que lui le croyait toujours emprisonné. Cela ne suffit pourtant pas à calmer la colère de Beck qui exige de tout apprendre sur cette nouvelle menace. Tron explique alors que son premier apprenti s’appele Cyrus et qu’il était une erreur de recrutement, qui n’a jamais été digne de porter le nom et l’armure de Tron mais que sa seule volonté était de réduire à néant la Grille de façon définitive. Beck est furieux de cette révélation et du manque de confiance placée en lui. Il estime dès lors qu’il ne peut plus poursuivre son combat dans ces conditions et que, dorénavant, il veut juste protéger ses amis. Tron a beau lui expliquer que c’est exactement ce que cherche à obtenir Cyrus, le second Renégat n’en a cure.
Il prend pourtant enfin conscience de la manœuvre quand, le soir, il rejoint Mara et Zed en discothèque et les retrouve aux côtés de Cyrus qui s’est présenté à eux comme un ami, « vieux frère » de Beck.

Attablés autour d’un verre, les quatre débutent une conversation emplie de sous-entendus. Au passage, Cyrus montre qu’il n’apprécie guère de se faire appeler par le diminutif de Cyr, ce que Beck ne se gêne pas de faire. À la faveur d’un moment où les deux renégats se retrouvent seuls à discuter, Beck exige de Cyrus qu’il lui rende son disque. Ce dernier s’exécute bon gré mal gré et en profite pour proférer des menaces à peine voilées contre les amis de Beck, soulignant là ce qu’il considère être une faiblesse. En fait, le projet de Cyrus est de libérer Beck de ses considérations humanistes et de sa volonté d’épargner des vies dans le combat qu’il mène. Se faisant menaçant, il lui explique qu’il a posé une bombe dans le garage d’Abel. Beck s’y rend d’urgence pour avertir les occupants. Si elle explose bien, seuls des dégâts matériels sont à déplorer. En réalité, la bombe se trouvait sur le lumicycle de Beck, devenu malgré lui le porteur de l’explosif. Abel explique alors que Cyrus, qu’il connait bien pour avoir construit sa prison, n’en est pas à son coup d’essai. Il démontre à Beck la manipulation mentale qu’il mène à son encontre et combien son renoncement à être le Renégat en est l’une des conséquences. Beck prend enfin conscience de l’ampleur de la menace que représente Cyrus et comprend que le disque piraté qu’il a mené chez Tron n’est en fait qu’un énième coup malfaisant, vrai cheval de Troie, destiné à mettre à terre son mentor. Beck et Abel se rendent alors immédiatement au QG et découvre que Cyrus s’en est rendu maître via son hologramme.

Cyrus a fait prisonnier Tron d’un côté et Zed et Mara de l’autre : il place ainsi Beck devant un choix cornélien devant déterminer qui sauver puisqu’il n’est pas matériellement possible de le faire pour tous. Mais c’est sans compter sur la détermination du second renégat à toujours porter secours équitablement. Il envoie donc Abel libérer Zed et Mara avec la seule clé mise à sa disposition par Cyrus pour désamorcer les bombes et se lance lui à la rescousse de Tron, comptant sur son seul talent pour défaire la programmation de l’explosif le visant.
Et c’est d’ailleurs là où se trouvait retenu Tron que Cyrus attend Beck. S’ensuit alors un combat acharné où tous trois s’affrontent. Comprenant qu’il y a anguille sous roche concernant la situation de Zed et Mara, Tron demande à Beck de partir aider Abel à les sauver tandis qu’il entend corriger son erreur et donc de battre définitivement Cyrus. Mais le duel est particulièrement violent, l’ancien apprenti exigeant de retrouver son rang de « nouveau Tron ». Le vrai Tron, lui, connaît fort heureusement la principale faiblesse de son premier choix, sa prévisibilité. Il parvient ainsi à l’équiper du détonateur qui lui était à l’origine destiné, si bien que Cyrus électrocuté tombe dans le vide. Ne reste alors que le détonateur sans qu’il soit possible d’être sûr de l’annihilation du premier renégat.

Pendant ce temps, à l’autre bout de la ville, Abel parvient à libérer Zed et Mara avant que Beck n’arrive. Mais Cyrus a placé un piège dans le piège, Abel est ainsi à son tour électrocuté et n’a que le temps de demander à Zed et Mara de quitter les lieux avant que le complexe n’explose. Il meurt lui dans l’explosion, laissant Zed et Mara sains et saufs mais persuadés désormais que le Renégat, Tron, a tué leur patron et ami.

De musculature et de corpulence, Cyrus est un solide gaillard au visage rectangulaire et au menton carré qui arbore une coupe iroquoise courte et des tatouages sur tout le visage à la nuance près qu'il ne les arbore qu'après être devenu l'apprenti de Tron. Lors de leur première rencontre, son visage est en effet vierge, une apparence en phase avec son statut de soldat de l'armée de Clu. Il est désormais de noir vêtu mais peut porter à l'occasion l'armure blanche de Tron. Il a également la particularité de pouvoir former le sigle de Tron avec ses avant-bras, de sorte à rappeler son statut de premier Rénégat.
Comme l’ensemble des personnages de Tron La Révolte, Cyrus a été designé par Robert Valley. Originaire du Canada (il est né à Vancouver en 1969), cet animateur et graphiste s’est rapidement fait une solide réputation dans l’univers audiovisuel par son style si particulier et différenciant. Débutant dans le monde de la publicité, il monte ensuite son propre label, Maverix Studios, en 1997 puis reprend sa liberté en 2000 pour donner libre cours à son art à travers le monde, en Europe et en Asie notamment. Fan de Tron depuis toujours, il ne se fait pas prier quand Charlie Bean l’appelle à l’aide pour développer, sur la chaîne Disney XD, une série sur l’univers de de la saga. Sommé de se baser sur le rendu visuel de Tron L’Héritage, il l’adapte à merveille en animation et magnifie par une touche aussi personnelle que respectueuse le matériel d’origine. Ses personnages méritent toutefois un petit temps pour se faire totalement adopter par le spectateur, tous issus qu’ils sont d'une animation en CGI au rendu 2D et caractérisés par des traits anguleux et typés. Son remarquable travail sur Tron La Révolte lui permet logiquement de décrocher son tout premier Annie Award.

Robert Valley
Aaron Paul

La voix de Cyrus est assurée par Aaron Paul. Cet acteur américain, né le 27 août 1979, est principalement connu pour son rôle de Jesse Pinkman dans la série télévisée Breaking Bad - un personnage repris dans Les Simpson et qu'il double le temps d'un seul épisode (le numéro 17 de la saison 24). Acteur prolifique, souvent dans des rôles secondaires, travaillant aussi bien pour le petit et grand écran, Aaron Paul a notamment décroché le rôle principal de Tobey Marshall dans le film Need for Speed sorti chez Touchstone Pictures en 2014.

Cyrus n’est pas moins que l’Antéchrist dans Tron la Révolte, le Messie ou l'Élu qui a mal tourné. Ce personnage, dont il est permis de douter qu’il soit mort, contribue à enrichir considérablement la mythologie de Tron. C’est en effet sa défaillance et ses caractéristiques qui font que Tron choisit Beck, c’est son action qui fait retourner l’opinion contre Tron et enfin, c’est encore par ses manigances qu’un allié important de Tron perd la vie.

Cyrus est un gentil qui s'est perdu, devenant un vrai méchant dans l’univers de Tron La Révolte, mais chose unique, il n’est pas un méchant venu du camp de Clu mais bien de celui de Tron. De quoi lui assurer une place toute particulière dans la mythologie de Tron.

Poursuivre la visite

Le Forum et les Réseaux Sociaux

www.chroniquedisney.fr
Chronique Disney est un site amateur, non officiel, sans lien avec The Walt Disney Company, ni publicité,
utilisant des visuels appartenant à The Walt Disney Company ou des tiers par simple tolérance éditoriale, jamais commerciale.