The Case of the Vanishing Bandit
La couverture
Éditeur :
Fantagraphics Books
Date de publication France :
Le 03 juillet 2018
Genre :
Comics
Auteur(s) :
Paul Murry (Dessin)
Carl Fallberg (Scénario)
Nombre de pages :
184

Le sommaire

Les Histoires :
• The Last Resort
Walt Disney's Comics and Stories #152 (05/1953), #153 (06/1953) et #154 (07/1953)
• The Lens Hunters
Walt Disney's Comics and Stories #158 (11/1953), #159 (12/1953) et #160 (01/1954)
• The Case of the Vanishing Bandit
Walt Disney's Comics and Stories #161 (02/1954), #162 (03/1954) et #163 (04/1954)
• The Mysterious Crystal Ball
Walt Disney's Comics and Stories #164 (05/1954), #165 (06/1954) et #166 (07/1954)
• The Lost Legion
Walt Disney's Comics and Stories #167 (08/1954), #168 (09/1954) et #169 (10/1954)
• The Magic Rope
Walt Disney's Comics and Stories #170 (11/1954), #171 (12/1954) et #172 (01/1955)
• Ridin' the Rails
Walt Disney's Comics and Stories #173 (02/1955), #174 (03/1955) et #175 (04/1955)

Essais :
• Paul Murry
• The Peril of Mickey Mouse

La critique

rédigée par
Publiée le 27 novembre 2020

The Case of the Vanishing Bandit est le premier recueil qui compile les sérials consacrés au personnage de Mickey Mouse et dessinés par l'artiste Paul Murry.

Bizarrement, à la différence de Donald Duck, Mickey va mettre du temps à avoir une carrière importante avec des histoires longues pour le format comic book. C'est, en effet, uniquement à partir des années 50 que le personnage accédera à des histoires abondantes et de qualité. Avant cela, les comic books étaient surtout composés de réimpression et remontage des comics strips du personnage par Floyd Gottfredson. L'éditeur Western Publishing veut alors accentuer la production et le dessinateur Paul Murry se retrouve assigné à cette tâche, se trouvant alors au bon endroit au bon moment. Il commence ainsi par proposer trois histoires longues ; The Monster Whale (1950), The Mystery of the Double-Cross Ranch (1951) et The Ruby Eye of Homar-Guy-Am (1951) ; avant d'être associé au scénariste Carl Fallberg et d'offrir à partir de 1953 des aventures à suivre sur plusieurs numéros, souvent trois, de Mickey accompagné régulièrement de Dingo. Mystère, suspens et loufoquerie font que ces comics seront très appréciés des lecteurs. Carl Fallberg arrête ensuite les scénarios de ses sérials en 1962 tandis que Paul Murry continue lui, de les dessiner jusqu'en 1973.

Dans la première histoire The Last Resort (1953), Mickey et Dingo partent en vacances au bord d'un lac et choisissent un vieux complexe hôtelier, Whispering Pines, pour se loger. Mais de nombreuses mésaventures leur arrivent en chemin, comme si quelqu'un voulait les empêcher d'arriver à destination. Cahin-caha, ils atteignent néanmoins le resort où la vieille tenancière est ravie de les recevoir, leur avouant que cela fait deux ans qu'elle n'a pas vu le moindre client. Mais des choses étranges commencent à se produire, et Mickey se demande s'il ne se cache pas un mystère qui expliquerait tous ces phénomènes bizarres. Carl Fallberg propose ici une énigme sympathique tandis que Paul Murry offre des dessins de toute beauté mettant en scène une ambiance montagnarde légèrement mystérieuse dans cet hôtel presque abandonné. L'auteur s'amuse aussi beaucoup avec le personnage de Dingo qui apporte le côté léger et comique au récit. Pour l'anecdote, c'est le dessinateur qui a donné la fameuse pose où Dingo met la main devant sa bouche afin d'accentuer son côté un peu bêta.

Dans The Lens Hunters (1953 • 1954), Mickey et Dingo partent faire un reportage animalier en Afrique. Il faut dire que Dingo est tellement gentil que tous les animaux s'approchent de lui sans jamais être effrayés. Soudain, un mystérieux guide leur propose leur aide et, même s'il s'en défend, semble par ailleurs connaître l'oncle de Dingo. Ce dernier a, en effet, disparu depuis deux ans alors qu'il est parti à la recherche de diamants sur le continent africain. Animaux sauvages, aventures et pays exotique sont donc au menu de cette histoire amusante.

The Case of the Vanishing Bandit (1954) voit le Commissaire Finot confier une énigme à Mickey afin qu'il enquête dans un cirque suite à une série de vols qui ont lieu dans les villes à proximité du convoi. Dingo et lui se font ainsi embaucher en qualité d'hommes à tout faire afin de repérer discrètement d'éventuels suspects. Et tout en nettoyant les cages des animaux, ils en profitent pour analyser les emplois du temps de chaque employé du cirque. Le récit arrive ici à combiner le suspense avec les gaffes de Dingo, qui est toujours autant apprécié des bêtes, que ce soit des éléphanteaux ou des tigres.

Dans The Mysterious Crystal Ball (1954), Mickey et Minnie se rendent à la fête foraine. Ils tombent alors sur un diseur de bonne aventure qui les prévient que le fauteuil qu'ils veulent prendre sur la grande rue va se détacher. Quand sa prévision se réalise, les deux amoureux décident de passer à son stand pour écouter d'autres de ses prédictions. Il montre alors à Mickey, dans sa boule de cristal, de futurs cambriolages que le héros s'empresse évidemment d'empêcher... Mais voilà, non seulement il échoue mais en devient en plus le principal suspect, notamment mis en doute par un détective privé farfelu. Carl Fallberg continue ici de proposer de gentilles aventures mêlant policier et mystère.

Dans The Lost Legion (1954), Paul Murry et Carl Fallberg reprennent une idée que Floyd Gottfredson avait mis en image près de 18 ans auparavant dans l'histoire Mickey Mouse dans la Légion Étrangère. Ici, Dingo raconte à Jojo et Michou, les neveux de Mickey, leur carrière à lui et leur oncle dans la légion étrangère. Leur sergent était alors l'infâme Pat Hibulaire lié à l'horrible sultan qui voulait prendre le contrôle de toutes les oasis du désert afin d'assoiffer la légion étrangère tout en diminuant son rayonnement dans la région. Mickey et Dingo sont alors envoyés en mission d'espionnage par le Général pour trouver une faille dans le plan du scélérat du sultan de Bakdhor.

Dans The Magic Rope (1954 • 1955), Dingo a acheté une flûte et une corde, soi-disant magiques. La corde peut ainsi s'élever dans les airs au son de l'instrument, et chose plus surprenante encore, permet, une fois grimpé à son somment de se téléporter, selon son souhait, n'importe où dans le monde. Un professeur de musée corrompu et son assistant veulent alors mettre la main sur cet artefact qui représente un trésor inestimable. Une course-poursuite s'engage aussitôt entre Mickey et Dingo d'un côté et les deux brigands de l'autre. Elle transporte ainsi les deux héros de l'Inde à la Chine en passant par les îles du Pacifique jusqu'au sommet du Mont Everest.

Enfin, dans la dernière histoire du recueil, Ridin' the Rails (1955), Mickey et Dingo sont les propriétaires d'une petite locomotive dans les montagnes à côté d'une mine fraichement abandonnée. Grand-Mère Donald compte en fait la racheter et demande aux deux chemineaux en herbe de l'emmener sur place en tractant sa vieille voiture. Mais d'étranges accidents se produisent tout au long du parcours du train. Ils sont en fait causés par d'anciens employés de la mine qui comptent bien effrayer la future vieille propriétaire afin qu'elle ne réalise pas la vente.

Les superbes dessins de Paul Murry, que ce soit les beaux décors ou les dessins des personnages vraiment magnifiques - Mickey et Dingo en tête mais aussi d'autres personnages Disney comme Minnie, Jojo et Michou, le Commissaire Finot, Pat Hibulaire ou Grand-Mère Donald - font de ce recueil un délice pour les yeux tandis que les scénarios de Carl Fallberg sont quant à eux vraiment bien sentis ; l'ensemble garantissant aux lecteurs de tous âges de passer un fort agréable moment.

Le Forum et les Réseaux Sociaux

www.chroniquedisney.fr
Chronique Disney est un site amateur, non officiel, sans lien avec The Walt Disney Company, ni publicité,
utilisant des visuels appartenant à The Walt Disney Company ou des tiers par simple tolérance éditoriale, jamais commerciale.