Histoire Éternelle

Histoire Éternelle
La couverture
Titre original :
As Old As Time
Éditeur :
Hachette Heroes
Date de publication France :
Le 15 mai 2019
Genre :
Twisted Tales
Auteur(s) :
Liz Braswell
Autre(s) Date(s) de Publication :
Disney Press (US): Le 6 Septembre 2016
Nombre de pages :
428

Le synopsis

Par une sombre nuit, un vieil homme trouve refuge dans un mystérieux château. Ne voyant pas revenir son père, Belle se lance à sa recherche et découvre qu'il est devenu le prisonnier d'une bête monstrueuse. Pour le sauver, elle prend sa place. Un jour pourtant, Belle et la Bête découvrent que l'Enchanteresse, qui jadis transforma le prince, n'est autre que la mère de Belle. Ensemble, ils décident de percer les secrets de leurs familles pour rompre le charme…

La critique

rédigée par
Publiée le 01 novembre 2019

La Belle et la Bête, cette histoire d'amour au romantisme noir, a su inspirer de nombreux auteurs à travers les époques. Rien d'étonnant dès lors à voir le roman Histoire Éternelle la revisiter ou plus précisément revisiter la version disneyenne du conte classique. L'opus s'inscrit ainsi dans la collection Twisted Tales, lancée aux États-Unis en 2015 puis en France en 2019 chez l'éditeur Hachette Heroes, qui se propose de réinterpréter l'histoire des héros Disney préférés du public en changeant un détail de ces aventures connues de tous. Cet élément modifié, tout le reste du récit s'en trouve bouleversé. Et si l'Enchanteresse, qui avait jeté un sort sur le prince, n'était autre que la mère de Belle ? Et si Jafar avait réussi son troisième vœu et était devenu le maître incontesté du monde ? Troisième livre de la série uchronique de Disney, il n'est toutefois pas nécessaire d'avoir lu les deux précédents pour lire Histoire Éternelle, car les histoires n'ont pas de rapport entre elles. 

C'est sous le pseudonyme de Celia Thomson que l'auteure d'Histoire Éternelle, Liz Braswell, s'est faite connaître du grand public en publiant la série de livres à succès The Nine Lives of Chloe King, dont le premier roman est publié en 2004 chez Simon Pulse. Elle remporte alors l'ALA Quick Picks for Reluctant Young Adult Readers pour ses premier et second tomes ainsi que le NYPL Books for the Teen Age, pour le premier également. En 2011, ses récits sont adaptés pour la télévision dans le cadre de la série surnaturelle éponyme, diffusée sur Freeform (anciennement ABC Family). Liz Braswell est ensuite la créatrice de quatre des sept romans parus dans la série Twisted Tales, dans lesquels elle a repris l'histoire d'Aladdin, La Belle au Bois Dormant, La Belle et la Bête et La Petite Sirène. De sa plume paraît également aux États-Unis, le 4 février 2020, une réécriture de l'histoire de Peter Pan avec Wendy dans le rôle-titre. La série compte par ailleurs un roman portant sur Mulan écrit par Elizabeth Lim, et un sur Blanche Neige et les Sept Nains par Jen Calonita. Cette dernière a aussi signé un livre reprenant l'histoire de La Reine des Neiges, paru aux États-Unis le 1er octobre 2019.

D'entrée de jeu, l'édition française du livre Histoire Éternelle révèle une atmosphère sombre et ésotérique, en s'ouvrant sur l'un des poèmes les plus connus de Baudelaire, Harmonie du Soir. L'aura du poète et l'aspect cyclique quasi incantatoire du poème se reflètent d'ores et déjà dans le premier chapitre et annoncent la tonalité du récit. Dans la version originale, ce même récit est précédé du poème Mirror de la poétesse américaine Sylvia Plath qui fait, lui, référence de manière plus directe au personnage mystérieux de la mère de Belle, élément nouveau de l’histoire. Le roman est ensuite délimité en trois parties et à chacune d'elles correspond un nouveau degré clairement défini du déroulé de l'intrigue. Le lecteur retrouve ainsi l'histoire originale dans la première partie et à mesure que l’intrigue se développe, elle s'estompe pour laisser place à la réinterprétation "twisted" du conte de Disney

Dans la première partie, l'auteure a donc choisi de développer deux axes temporels en parallèle, dont les intrigues se rejoignent à mesure que l'histoire progresse. Le premier axe se concentre sur l'histoire bien connue de La Belle et la Bête, dans laquelle les dialogues et scènes du film de 1991 sont reproduits avec une certaine exactitude, sans pour autant donner au lecteur l'impression de lire le scénario tel quel, ce qui pourra ravir ceux qui connaissent le film par cœur. Les seuls réels ajouts à cette partie de l'intrigue sont les pensées et motivations des personnages, qui sont approfondies et mettent en lumière leurs réactions dans la version de 1991. Le second axe porte sur le changement énoncé en couverture du livre : la mère de Belle s'avère être l'Enchanteresse ! Dans cette partie de l'histoire, le lecteur découvre la jeunesse d'un personnage bien-aimé, Maurice, mais aussi, chose assez rare dans le monde des contes, il fait la connaissance du parent absent ou décédé du héros ; la mort d'un parent est en effet souvent une condition quasi sine qua non du conte de fée. Une fois la première partie du livre achevée, il ne subsiste alors plus qu'une seule temporalité et l'histoire progresse à partir de l'événement clef venu bouleverser le récit jusqu'alors connu de tous.

Du fait des changements apportés à la trame originelle, Belle et la Bête passent par des épreuves différentes du récit original et ainsi, chose notable, leur histoire d'amour se construit d'une toute autre manière. Au lieu de séduire la Bête par sa gentillesse, sa beauté et leur complicité grandissante, l'accent est mis sur des éléments déjà présents eux aussi dans le long-métrage de 1991 mais développés davantage encore dans les pages d'Histoire Éternelle : l'intelligence et le fort caractère de Belle, mais aussi l'entraide des deux héros. Dans cette version, tout comme c'était déjà le cas pour le long-métrage d'animation de 1991, il est bien difficile de parler de syndrome de Stockholm tant il s'agit là sans aucun doute d'un amour bâti au delà des apparences, même si la comparaison avec cet état psychologique n'a jamais correspondu à l'histoire que dans l'imagination populaire. Il faut également noter qu'en plus d'enrichir nombre des personnages principaux, l'auteure a su intégrer et développer les personnages secondaires, tel que le libraire M. Lévi, acteur important du roman. Il est alors agréable de voir la plupart des personnages de la version originale être réutilisés pour les besoins de l'histoire et développés.

Pour son récit, Liz Braswell s'est inspirée des différentes versions de La Belle et la Bête produites par Disney (ici, le film d'animation de 1991 et la comédie musicale dont la première a eu lieu en 1993). Dans la première partie, si le lecteur retrouve la grande majorité de la version de 1991, à mesure que le temps passe et tout comme dans la comédie musicale, les serviteurs du château perdent progressivement leur humanité et deviennent de simples objets. Fait nouveau, Belle ne peut pas voir dans cette version le visage des objets ! L'auteure a aussi choisi de se concentrer sur certains détails de l'histoire, qui ont pu paraître incohérents dans les versions précédentes. Elle s'attaque de manière plus approfondie à la question du château, dont personne ne semble avoir connaissance au village et sur lequel personne n’est tombé depuis tout ce temps, hormis Maurice et Belle. Sans compter que personne ne se souvienne qu'il y ait eu non loin une famille royale. Belle se demande aussi comment Zip et Madame Samovar peuvent bouger leur bec ou leur anse, alors qu'ils sont faits de porcelaine. Et finalement, elle essaye de découvrir le secret de l'enchantement en posant constamment des questions aux objets pour obtenir des réponses. Comme dernière inspiration de l'univers de La Belle et la Bête, en lisant ce livre, il est difficile de croire que l'auteure ne se soit pas inspirée du film éponyme de Christophe Gans sorti en 2014 en ce qui concerne les miroirs magiques. 

Liz Braswell propose alors une histoire qui s'éloigne des contes traditionnels en offrant des personnages doubles, dans un monde qui ne se veut pas manichéen. Les intervenants sont remplis d'émotions et d'un vécu, qui explique la motivation de leurs actes. Le plus beau symbole est la subtile référence qui est faite au (Le) Portrait de Dorian Gray d'Oscar Wilde. Elle s'inspire également d'une trame de base issue entre autres de la mythologie irlandaise, qui est celle de la migration d'un peuple ancien vers une contrée magique, lequel décide de s'effacer devant l'âge des hommes. Tolkien avait déjà repris cette idée pour son Silmarillion et plus récemment, elle a été abordée dans la trilogie cinématographique à succès Dragons. Cette thématique a souvent pour objectif de relier l'univers magique du récit au monde réel du lecteur, afin d'en donner une plus grande dimension.

Histoire Éternelle de Liz Braswell est un roman très agréable à lire, qui s'inscrit de façon cohérente dans l'histoire de La Belle et la Bête. Une fois terminé, il subsiste l'impression que l'histoire aurait réellement pu se dérouler ainsi, si tant est que ce fameux détail ait été altéré. Ce nouveau récit contribue à enrichir la matière de base du conte de Disney pour le plus grand plaisir de ses lecteurs et les laisse se languir d'un jour pouvoir en lire la suite.

Poursuivre la visite

1994 • 2020

Les Réseaux Sociaux

www.chroniquedisney.fr
Chronique Disney est un site amateur, non officiel, sans lien avec The Walt Disney Company, ni publicité,
utilisant des visuels appartenant à The Walt Disney Company ou des tiers par simple tolérance éditoriale, jamais commerciale.