À l'Attaque !

À l'Attaque !
L'affiche
Titre original :
Home Defense
Production :
Walt Disney Animation Studios
Date de sortie USA :
Le 26 novembre 1943
Série :
Genre :
Animation 2D
Réalisation :
Jack King
Durée :
7 minutes

Le synopsis

Donald, endormi à son poste de défense aérienne, devient la proie de ses neveux qui simulent une attaque avec leurs jouets.

La critique

rédigée par
★★★
Publiée le 16 mai 2018

À l'Attaque ! est le septième cartoon de Donald en relation avec la Seconde Guerre Mondiale mais le seul où il partage la vedette avec ses neveux.

Jusqu'à l'entrée en guerre des États-Unis consécutive à l'attaque de Pearl Harbor par l'aviation japonaise, les Studios Disney n'étaient touchés par le conflit que sur l'aspect financier. L'Europe en guerre était devenue, en effet, un marché éteint où les productions de la Compagnie ne s'écoulaient plus. D'un point de vue artistique, la guerre, dont les enjeux restaient très éloignés des préoccupations de l'Amérique profonde, n'avait, qu'à de très rares exceptions (telle une commande du gouvernement canadien pour quatre films de propagande) d'influences sur les productions Disney.

Pourtant, ce fameux 7 décembre 1941, l'Amérique attaquée se retrouve subitement partie prenante au conflit. Le gouvernement U.S. réquisitionne alors immédiatement les Studios de Mickey ; la machine de guerre américaine se mettant en marche. Disney reçoit la lourde tache de vulgariser les enjeux du conflit, ses tenants et aboutissants. Toutes les Stars de la Compagnie sont mises à contribution et participent à l'effort de Guerre. La fibre patriotique est exacerbée et tous les thèmes sont bons à mobiliser : de l'intérêt pour tout un chacun de payer ses impôts en temps et en heure (The New Spirit) à la dissection des méthodes de la dictature hitlérienne (Education for Death)...

De tous les courts-métrages des séries officielles ayant pour thématique la guerre, ceux qui mettent en scène Donald sont les plus nombreux (huit au total contre deux pour Dingo, deux pour Pluto et aucun pour Mickey). Pourtant, et contrairement à une légende répandue, Donald n'est pas choisi parce qu'il est le plus belligérant des stars Disney mais plutôt parce que sa personnalité est parfaite pour le voir dans la peau d'un "monsieur tout le monde" appelé sous les drapeaux. Donald a, en effet toujours tenu le rôle de porte-parole des "opprimés" qui doivent garder leur sang-froid dans des situations exaspérantes dont ils n'ont pas la maîtrise. Son potentiel comique, quand il s'énerve face à la frustration, est donc sans limite. Le milieu militaire avec ses gradés bornés et sa discipline stricte est ainsi le terrain idéal pour y placer un canard colérique qu'un rien énerve. Les artistes Disney vont donc vite arriver à la conclusion qu'il faut enrôler Donald dans l'armée !

Riri, Fifi et Loulou (Huey, Dewey et Louie en anglais) apparaissent, quant à eux, pour la première fois dans la galaxie Disney dans l'une des bandes dessinées hebdomadaires de Donald, le 17 octobre 1937. Adaptée au cinéma le 15 avril 1938, sous le titre Les Neveux de Donald, elle voit Della Duck confier ses rejetons pour quelques jours à son frère Donald. Dès lors, ils ne le quitteront plus ! Leur carrière cinématographique est d'ailleurs étonnante tant elle est prolifique. Ils y réservent de mauvais tours pendables à leur oncle au cours de plus d'une vingtaine de cartoons. Au contraire du grand écran où elles demeurent linéaires, leurs personnalités évoluent profondément en bande dessinée. D'abord facétieux puis farceurs, ils s'assagissent, en effet, en intégrant les Castors Juniors. Ils vivent alors de nombreuses aventures dans les journaux dans un premier temps avec Donald, puis avec leur autre oncle de renommée mondiale, Picsou. Leur popularité offre, en outre, un tel potentiel qu'en plus du cinéma et de la BD, ils investissent également la petite lucarne pour de grands rôles (La Bande à Picsou, Couacs en Vrac) ou de plus petits (Mickey Mania, Disney's Tous en Boite).

La première partie d'À l'Attaque ! voit les neveux de Donald lui faire une mauvaise blague. Alors qu'il doit surveiller les côtes depuis son poste de défense aérienne en tant que civil volontaire, il n'arrive plus à tenir les yeux ouverts et finit par tomber dans les bras de Morphée. Somnambule, il joue alors involontairement du clairon ce qui a la fâcheuse conséquence de réveiller les trois garnements endormis jusque-là. Pour se venger, ils décident pas moins que de faire croire à leur oncle à un débarquement ennemi en envoyant sur le radar, un avion télécommandé avec des petits soldats en papier attachés à un parachute. Donald est aussitôt sorti de son sommeil par le bourdonnement d'avion que lui transmet son poste radio. Il lance alors un tir d'artillerie contre l'avion qui n'empêche pas les bonhommes de sauter en parachute. Pensant que la côte est envahie, il se cache tout tremblant dans un buisson en hurlant qu'il se rend. Il finit par prendre conscience que tout cela est faux et confond ses trois neveux qu'il punit sur le champ en leur enlevant leur insigne.

La suite du cartoon, toute aussi amusante, fait appel au personnage de l'abeille déjà vu dans Nettoyeurs de Carreaux en 1940. Elle va en réalité beaucoup évoluer dans son apparence avant de se fixer en 1948 mais sans que son nom soit foncièrement défini. Répondant au patronyme fluctuant de Spike ou Buzz-Buzz, elle va ainsi vite devenir la bête noire de Donald. Elle malmène, il est vrai, Donald avec autant de délice que de détermination. Jack Hannah, le réalisateur attitré du canard à partir du milieu des années 40, justifie d'ailleurs son choix par ses capacités toonesques. Tantôt attachante, tantôt menaçante, émettant un son reconnaissable entre mille, dénuée de parole, l'abeille apparaît, en effet, vite comme un personnage de pantomime idéal. Dans sa version définitive, elle est à l'affiche au total de sept cartoons dont six avec Donald. Sa première intervention remonte ainsi à 1948 dans Donald Décorateur ; s'enchainent alors cinq Donald : Le Miel de Donald (1949), Slide, Donald, Slide (1949), Donald à la Plage (1950), Donald et la Sentinelle (1951) et Let's Stick Together (1952) et un Pluto : Pluto et le Bourdon (1949).

Ici, l'abeille ne fait que passer mais, comme cela a déjà été le cas avec le modèle réduit, Donald prend son bourdonnement pour un son d'approche d'appareils ennemis. Il a donc besoin d'aide et réintègre ses neveux à leurs postes afin de bouger le canon. Les canetons s'exécutent mais remarquent bien vite que l'engin pointe directement sur l'appareil d'écoute de Donald : et pour cause, l'abeille se trouve dans son haut parleur. L'un d'eux essaye bien de prévenir leur oncle mais, comme à son habitude, il ne veut rien entendre et demande de tirer... sans se rendre compte que ce sera forcément sur lui !

À l'Attaque ! est un cartoon amusant réunissant le trio inédit formé par Donald, ses neveux et une abeille avec pour toile de fond la Seconde Guerre Mondiale.

Les personnages

1934
Cinéma

L'équipe du film

1901 • 1966
Producteur

L'édition vidéo

Le court-métrage est sorti, en DVD Zone 1, dans le volume Walt Disney sur les Lignes de Front de la collection des Walt Disney Treasures ainsi qu'en DVD Zone 1 et DVD Zone 2 dans le volume Donald : De A à Z - Volume 2.

Les Réseaux Sociaux

www.chroniquedisney.fr
Chronique Disney est un site amateur, non officiel, sans lien avec The Walt Disney Company, ni publicité,
utilisant des visuels appartenant à The Walt Disney Company ou des tiers par simple tolérance éditoriale, jamais commerciale.