Le Rêve Rebelle
Derrière les Lignes Ennemies - I • Le Nouvel Ordre Jedi - 11

Le Nouvel Ordre Jedi - 11 : Derrière les Lignes Ennemies - I : Le Rêve Rebelle
La couverture
Titre original :
The New Jedi Order : Enemy Lines I : Rebel Dream
Éditeur :
Fleuve Noir
Date de publication France :
Le 13 novembre 2003
Genre :
Science-fiction
Label :
Star Wars - Univers Légendes
Auteur(s) :
Aaron Allston
Autre(s) Date(s) de Publication :
Del Rey (US) : 26 mars 2002
Nombre de pages :
288

Le synopsis

An 27 après la Bataille de Yavin (Univers Légendes)
En déroute et désormais dispersés après la conquête de la capitale par les Yuuzhan Vong, les membres du Conseil Consultatif de la Nouvelle République s'installent sur Borleias toute proche pour organiser un semblant de riposte. Leia et Yan Solo y mettent eux bien plus de conviction, voyageant de monde en monde pour fomenter une rébellion apte à pallier la désastreuse politique d'apaisement de la Nouvelle République. C'est pourtant Luke Skywalker qui a choisi l'objectif le plus risqué : infiltrer le quartier général des Yuuzhan Vong...

La critique

rédigée par
Publiée le 15 octobre 2021

Derrière les Lignes Ennemies - I : Le Rêve Rebelle est le onzième tome de ce qui reste encore aujourd'hui la série de romans Star Wars la plus ambitieuse : Le Nouvel Ordre Jedi.

Ce roman est signé d'un habitué de la saga Star Wars : Aaron Allston. Né le 8 décembre 1960 à Corsicana au Texas, il est un auteur américain reconnu de science-fiction. Bachelier à Denton, il poursuit ses études à Austin. En 1980, il est engagé au Space Gamer Magazine, avant d'en devenir rédacteur en chef deux ans plus tard. Il se diversifie alors en écrivant des suppléments à des jeux de rôle puis des romans se passant dans les univers des jeux. Il se fait ainsi connaitre avec Doc Sidhe même si sa consécration en tant qu'auteur de science-fiction se produit avec les romans de l'Univers Étendu de Star Wars. Il a d'ailleurs été prolifique pour la franchise en signant pas moins de cinq opus du cycle des X-Wings (L'Escadron Spectre, Le Poing d'Acier, Aux Commandes : Yan Solo !, Les Chasseurs Stellaires d'Adumar et Mercy Kill) mais aussi la duologie Derrière les Lignes Ennemies du Nouvel Ordre Jedi ; les romans Trahison, Exil et Fureur de L'Héritage de la Force, et enfin les romans Proscrit, Revers et Jugement du Destin des Jedi. Il décède brutalement d'une crise cardiaque à l'âge de 53 ans, le 27 février 2014 à Springfield dans le Missouri.

Derrière les Lignes Ennemies - I : Le Rêve Rebelle s'avère vite un peu poussif. Après le laborieux mais ô combien ambitieux Étoile après Étoile et le rafraîchissant même si plus modeste Sombre Voyage, ce nouveau roman a tendance à peu avancer dans son intrigue. Surtout, comme il s'agit du premier tome d'une duologie, le lecteur a vraiment l'impression d'être devant une décidément bien longue introduction. Quand il arrive à la dernière page, il en ressort en effet avec la sensation qu'il ne s'est finalement pas déroulé grand chose. Mis à part des batailles, spatiales ou terrestres, la situation évolue, il est vrai, bien peu. Le roman sert juste en réalité à préparer le débarquement des trois Jedi, Luke Skywalker, Mara Jade et Tahiri Veila, sur Coruscant, l'ancienne planète capitale de la Nouvelle République désormais tombée aux mains de l'envahisseur. Le livre propose ainsi de décortiquer le plan et les batailles nécessaires pour que le commando puisse s'introduire incognito derrière les lignes ennemies.

L'auteur Aaron Allston était connu jusqu'ici pour proposer des histoires de pilotes de X-Wing faites de batailles et de camaraderie. Même s'il lui arrivait de parler de la situation galactique, au final, sa plus grande force résidait dans les personnages qu'il mettait en scène, notamment Wedge Antilles. Ce dernier revient donc logiquement au centre du roman sachant que désormais il est le commandant en chef des dernières forces armées de ce qui reste de la Nouvelle République. S'il sera apprécié les quelques éléments politiques qui sont proposés à la suite de la chute de Coruscant, l'ensemble s'avère par trop léger. Tout n'est cependant pas inintéressant. Il est particulièrement rageant de voir les sénateurs encore en vie prendre le pouvoir de façon un peu autoritaire, avec surtout l'idée de mettre l'armée au pas afin qu'elle ne fasse pas trop de vagues face à l'ennemi. Naturellement, les anciens héros qui ont connu la Rébellion contre l'Empire ne l'entendent pas de cette oreille. Là où le bat blesse pour le lecteur, c'est par le peu de lisibilité de la stratégie militaire mise en place par Wedge Antilles et le but de ses différentes manœuvres. D'ailleurs, même s'il en saisit le sens, elle le laisse totalement indifférent.

Comme Aaron Allston s'inscrit dans le grand canevas de la saga Le Nouvel Ordre Jedi, il se doit de faire évoluer les personnages principaux et il y arrive de façon plus ou moins convaincante. Si certains sont beaucoup présents mais évoluent peu comme le Jedi Kyp Durron, maître de Jaina, ou le pilote Jagged Fel, neveu de Wedge Antilles, d'autres sont plus approfondis à commencer justement par Jaina Solo. La jeune Jedi a vécu des moments particulièrement difficiles entre la perte de ses deux frères et son bref passage vers le Côté Obscur ; étant parvenue à s'en défaire grâce à l'aide de Kyp Durron. Elle essaye désormais de se reconstruire mais a peur de se confier et surtout de s'attacher. Elle préfère dès lors se couper des autres afin d'être sûre qu'ils ne soient jamais tristes de sa plausible disparition en ces temps incertains de guerre. La mission qui lui est ainsi confiée de se faire passer pour une déesse hautaine des Yuuzhan Vong lui convient donc à merveille. Elle lui permet d'être froide et solitaire et, par conséquent, de s'éloigner des gens qu'elle aime. Elle se rend toutefois vite compte qu'elle fait fausse route et qu'elle n'arrivera pas à se sentir bien si elle ne fait pas la paix avec elle-même et son entourage, notamment avec sa mère Leia avec qui les relations ont toujours été conflictuelles. Leia Organa et Han Solo doivent d'ailleurs, eux aussi, gérer le deuil de leurs deux fils dans une période particulièrement compliquée même si la sœur de Luke Skywalker est persuadée que son fils ainé, Jacen, jumeau de Jaina, est toujours en vie.

L'évolution du reste du casting est, pour sa part, plus légère. Certes, il est intéressant de sentir la réticence de Mara Jade à abandonner son fils Ben alors qu'elle doit partir en mission avec son mari Luke Skywalker. Mais elle, comme Luke d'ailleurs, n'a au final pas de grands moments : le roman préparant justement leur mission d'importance. C'est d'ailleurs Lando Calrissian qui se voit chargé de les débarquer sur la planète capitale. Et malheureusement, lui aussi évolue peu. Mais la plus grande frustration vient peut-être du personnage de la scientifique Danni Quee qui est menacée par un espion involontaire des Yuuzhan Vong. Alors qu'il y aurait eu moyen de développer le caractère de la jeune femme qui a beaucoup changé depuis son apparition dans le roman Vecteur Prime, son traitement est encore une fois totalement superficiel. C'est d'autant plus un rendez-vous manqué avec le personnage que le récit laissait penser que l'espion tentait de flirter avec elle : une belle occasion d'en étoffer la personnalité. Mais finalement, le livre abandonne cette piste en cours de route. Au final, même si Danni découvre le pot aux roses sur le danger qu'elle court, il aurait été intéressant de développer le raisonnement ayant éveillé ses soupçons. En fait, à la lecture, l'auteur donne l'impression qu'il est submergé par le nombre de personnages et ne leur donne pas à tous le temps de présence qu'ils méritent, préférant s'attarder sur des batailles spatiales certes nombreuses et haletantes mais redondantes et un peu vaines.

Ce qu'Aaron Allston n'arrive pas à faire avec les héros de la Nouvelle République, il le réussit par contre avec les Yuuzhan Vong. Il parvient, par exemple, à bien approfondir le personnage ô combien dangereux de Tsavong Lah, le Maître de Guerre, qui commence à douter de la fidélité de certains de ses sujets. Il est aussi intéressant de voir la relation avec son père, Czulkang Lah, qui signe sa première apparition dans ce roman. Ancien Maître de Guerre, il est devenu un simple professeur après avoir été rétrogradé par son fils qui a pris sa place. Finalement, Tsavong Lah rappelle son père sur le champ de bataille, persuadé qu'il est le seul à pouvoir piéger les combattants de la Nouvelle République. Il est alors difficile pour Czulkang Lah de savoir où commence la frontière entre obéir aveuglement à son chef et dire honnêtement ses pensées à son fils. Autre retour sympathique, la traitresse humaine, Viqi Shesh, ancienne sénatrice de la Nouvelle République mais espionne des Yuuzhan Vong, tente désormais de rester en vie en devenant une conseillère du Maître de Guerre. Elle espère ainsi avoir du répit afin d'éviter son exécution motivée par ses précédents échecs.

Derrière les Lignes Ennemies - I : Le Rêve Rebelle est un livre qui se lit bien mais au cours duquel il ne se passe, en réalité, pas grand chose malgré ses nombreuses batailles. Servant d'abord d'introduction à la suite, il souffre d'un manque criant de profondeur dans ses personnages.

Poursuivre la visite

1985 • 2021

Le Forum et les Réseaux Sociaux

www.chroniquedisney.fr
Chronique Disney est un site amateur, non officiel, sans lien avec The Walt Disney Company, ni publicité,
utilisant des visuels appartenant à The Walt Disney Company ou des tiers par simple tolérance éditoriale, jamais commerciale.