Chewbacca et les Porgs

Chewbacca et les Porgs
La couverture
Titre original :
Chewie and the Porgs
Éditeur :
Hachette Jeunesse
Date de publication France :
Le 15 décembre 2017
Genre :
Science-fiction
Label :
Star Wars - Univers Officiel
Auteur(s) :
Kevin Shinick (Histoire)
Fiona Hsieh (Illustration)
Autre(s) Date(s) de Publication :
Disney–Lucasfilm Press (US) : Le 15 décembre 2017
Nombre de pages :
48

Le synopsis

An 34 après la Bataille de Yavin (Univers Officiel)
Le Wookiee Chewbacca se rend sur l'île d'Ahch-To, avec son amie Rey pour retrouver le célèbre Chevalier Jedi Luke Skywalker. Il y découvre les Porgs, des créatures qui vivent dans la paix et l'harmonie. Mais la cohabitation s'avère vite délicate...

La critique

rédigée par
Publiée le 29 mars 2019

Comme Une Mission pour BB-8 avant lui, sorti quelques mois plus tôt, Chewbacca et les Porgs est un conte illustré sur le thème de Star Wars à destination des tout-petits. Par rapport au titre précédent, il s'intègre au forceps dans la saga officielle tout en cherchant à surfer sur le côté tout mignon des Porgs.

Le récit de ce livre illustré s'insère donc dans l'histoire de Star Wars : Les Derniers Jedi, alors que Rey est arrivée sur la planète Ahch-To où s'est réfugié Luke Skywalker. Il se concentre ainsi sur les activités de Chewbacca pendant que la jeune fille essaye de convaincre le Maître Jedi de l'aider. Son principal problème est qu'il omet, à dessein, la seule scène où les Porgs et Chewbacca interagissaient dans le film : à savoir celle où le Wookiee a fait rôtir l'un de ces petits animaux pour le manger tandis que le regard implorant de ses congénères le fait  finalement s'abstenir. Si cette séquence était drôle dans le long-métrage, elle n'était pas du tout approprié pour un livre à destination des tout-petits. Voir Chewbacca engloutir ces jolies créatures a, en effet, de quoi leur donner des cauchemars...

L'auteur Kevin Shinick, connu notamment pour avoir travaillé sur la série Robot Chicken, décide alors de transformer son aventure et de passer sous silence cette fameuse scène. Il va ainsi broder autour de la rencontre du Wookiee avec les Porgs et narrer comment Chewbacca part à la recherche de nourriture d'abord pour lui, puis pour ses nouveaux amis. Pour éviter toute allusion malencontreuse, l'auteur n'aborde même pas le fait que le Wookiee est carnivore ; le lecteur ne le voit en effet manger que des sortes de marshmallows bleus. L'ensemble du récit fait dès lors forcé et manque de cohérence avec l'ambiance du film. L'histoire qui se veut pourtant canon affiche donc plus un air de conte dérivé que d'un prolongement du long-métrage. Un autre aspect, malheureux lui aussi, est la drôle d'idée de saupoudrer le récit de citations à la manière d'une encyclopédie titrée « Anecdote sur les Wookiees ». Elles ont par trop tendance à ralentir le récit en plus de le rendre moralisateur à l'excès.

D'un point de vue graphique, là aussi, les illustrations de Fiona Hsieh sont globalement décevantes. Certes, les dessins sont mignons à souhait en particulier ceux des Porgs et de Chewbacca mais les décors font un peu vides (de nombreuses pages sont blanches) ou redondants. Ils alternent ainsi entre les vertes prairies et l'intérieur du Faucon Millenium gris et sombre. Heureusement, certains dessins ressortent du lot, notamment ceux en pleines pages mais aussi les représentations de Luke et de Rey vraiment réussies. Tout cela fait que globalement, l'album est agréable à lire mais ne donne pas envie de s'arrêter pour admirer les illustrations en raison de leur trop grande simplicité et d'un manque d'ampleur coupable.

Si Une Mission pour BB-8 était vraiment superbe, Chewbacca et les Porgs laisse le lecteur sur sa faim. Le livre illustré est certes mignon mais l'histoire comme les dessins sont clairement décevants.

Poursuivre la visite

1985 • 2019

Les Réseaux Sociaux

www.chroniquedisney.fr
Chronique Disney est un site amateur, non officiel, sans lien avec The Walt Disney Company, ni publicité,
utilisant des visuels appartenant à The Walt Disney Company ou des tiers par simple tolérance éditoriale, jamais commerciale.