Dark Vador
Tome - 1 : Le Cœur Sombre des Sith

Éditeur :
Panini Comics
Date de publication France :
Le 09 juin 2020
Genre :
Comics
Auteur(s) :
Greg Pak (Scénariste)
Raffaele Ienco (Dessinateur)
Roland Boschi (Dessinateur)
Nombre de pages :
136

Le sommaire

• Au Service de l’Empire : Empire Ascendant #1 (18/12/2019)
• Le Cœur Sombre des Sith (I) : Dark Vador (2020) #1 (05/02/2020)
• Le Cœur Sombre des Sith (II) : Dark Vador (2020) #2 (11/03/2020)
• Le Cœur Sombre des Sith (III) : Dark Vador (2020) #3 (29/07/2020)
• Le Cœur Sombre des Sith (IV) : Dark Vador (2020) #4 (12/08/2020)
• Le Cœur Sombre des Sith (V) : Dark Vador (2020) #5 (16/09/2020)

La critique

rédigée par
Publiée le 07 octobre 2022

Dark Vador (2020) - 1 : Le Cœur Sombre des Sith introduit une nouvelle série dédiée au Seigneur Sith, narrant cette fois son destin après la révélation de Star Wars : L’Empire Contre-Attaque et le rejet exprimé par Luke Skywalker.

Personnage emblématique de la saga Star Wars, Dark Vador est incontournable et se voit régulièrement mis sur le devant de la scène dans les différentes œuvres, y compris depuis le rachat par Disney, le 30 octobre 2012, de Lucasfilm, Ltd.. Côté audiovisuel, son ombre plane ainsi sur la postlogie tandis qu’il signe un retour marquant au cinéma dans Rogue One : A Star Wars Story (2016) puis dans la série de Disney+ Obi-Wan Kenobi (2022). 
Du côté des bandes dessinées, Marvel, à qui sont confiés les comics pour adultes de l’Univers Étendu Officiel, consacre également une importance particulière à la période sombre d’Anakin Skywalker. Aussi, Dark Vador figure parmi les deux premières séries lancées par l’éditeur lors de sa reprise de l’univers intergalactique en 2015. Scénarisée par Kieron Gillen et illustrée par Salvador Larroca jusqu’en 2016, elle narre en vingt-cinq numéros les événements se déroulant après la destruction de l’Étoile Noire, entre Star Wars : Un Nouvel Espoir et Star Wars : L’Empire Contre-Attaque. En 2017 et 2018, une nouvelle série intitulée Dark Vador : Le Seigneur Noir des Sith, écrite par Charles Soule et dessinée par Giuseppe Camuncoli, voit ses vingt-cinq issues se situer juste après Star Wars : La Revanche des Sith. En 2019, l’auteur Dennis Hallum propose avec Vador : Sombres Visions une mini-série d’anthologie en cinq numéros illustrés par autant de dessinateurs, centrés sur les impressions laissées par le Sith, entre crainte et admiration. Enfin, toujours en 2019, la mini-série Star Wars : Cible Vador voit Robbie Thompson raconter dans six issues la traque de Vador par le chasseur de primes Beilert Valance.

Une nouvelle série consacrée au personnage voit ainsi le jour en 2020, sous la plume de Greg Pak. Né en 1968 à Dallas, au Texas, d’une mère américaine et d’un père coréen, il étudie les sciences politiques à Yale, dans le Connecticut, où il écrit dans la magazine humoristique de l’université, The Yale Record. Il passe ensuite par Oxford, en Angleterre, et se réoriente vers un cursus de cinéma à la New York University où il obtient un Student Academy Award pour son film d’étude, Fighting Grandpa. Il signe en 2003 le long-métrage Robot Stories qui remporte un certain succès critique.
Il rejoint Marvel Comics en 2004 et rédige notamment les scénarios de Warlock, X-Men : Le Chant du Phénix, Planète Hulk ou World War Hulk. Quittant la Maison des Idées entre 2013 et 2015, il travaille notamment sur Superman/Batman pour DC Comics. Revenant chez Marvel, il signe Totally Awesome X, Weapon X, et Arme H. Il s'invite dans la saga intergalactique en 2019 avec la série L’Ère de la Rébellion puis l’arc Rebelles et Renégats de la série Star Wars (2015), avant de débuter la nouvelle série consacrée à Dark Vador.

L’auteur est rejoint au dessin par Raffaele Ienco. Né en Italie, il s’installe avec sa famille à Toronto, au Canada, à l’âge de quatre ans. Il débute sa carrière dans le monde des jeux vidéo en travaillant notamment sur Metal Gear Solid: The Twin Snakes (2004). Fan de comics depuis l’enfance, il intègre ensuite Image Comics et dessine notamment sur Epic Kill ou Devoid Of Life, avant de travailler chez DC Comics sur Batman: Sins of the Father et au sein de la Maison des Idées sur Fantastic Four et Avengers World. Passionné de la saga intergalactique, il a l’opportunité de devenir le dessinateur de Dark Vador (2020).

Ce premier tome s’ouvre sur un extrait du one-shot Star Wars : Empire Ascendant publié le 18 décembre 2019. Cet opus comprend en effet quatre récits respectivement proposés par les auteurs des séries Star Wars (2020), Dark Vador (2020), Bounty Hunters et Docteur Aphra (2020) afin de faire la transition entre les anciennes et les nouvelles séries. L’histoire consacrée au Seigneur Sith est ainsi logiquement insérée dans Dark Vador (2020) - 1 : Le Cœur Sombre des Sith. Néanmoins, Panini Comics a commis une erreur dans la première édition du recueil, l’histoire qui l’introduit étant présentée comme étant L’Écho de la Victoire, alors que ce titre correspond à celle écrite par Charles Soule pour Star Wars (2020). Le titre correct du récit intégré dans le présent tome est ainsi Au Service de l’Empire, écrit comme Dark Vador (2020) par Greg Pak mais illustré par le dessinateur français Roland Boschi, notamment connu pour ses travaux sur X-Men, Wolverine ou All-New Inhumans et ayant déjà collaboré avec le scénariste sur un numéro de L’Ère de la Rébellion.
Ce récit introductif de dix pages ne possède pas une grande utilité. Très bref, il permet toutefois de mettre en scène la grande détermination de Dark Vador, prêt à tout pour que l’Empire soit victorieux face à la Rébellion. Il introduit également la présence de Death troopers auprès du Seigneur Sith, ceux-ci l’entourant dans la série Dark Vador (2020). La présence sur le champ de bataille de ces soldats d’élite apparus pour la première fois dans Rogue One : A Star Wars Story reste appréciable, même si le dessin de Roland Boschi ne permet pas d’en prendre la pleine mesure en étant volontairement flou, imprécis dans les contours et peu généreux sur les arrière-plans.

Dark Vador (2020) - 1 : Le Cœur Sombre des Sith se poursuit avec l'arc éponyme constitué des cinq premiers numéros de la série Dark Vador (2020), situés juste après le dénouement de Star Wars : L’Empire Contre-Attaque et le choc auquel fait face le Seigneur Sith : son fils, Luke Skywalker, l’a rejeté. La série s’ouvre d’ailleurs avec le rappel de la confrontation entre les deux personnages, au bord du vide, dans la Cité des Nuages de Bespin. Dès lors, Vador a pour obsession de retrouver son fils mais souhaite d’abord traquer ceux qui lui ont caché l’existence de Luke depuis sa naissance. L’arc consiste ainsi en une enquête qui mène le personnage sur les traces du passé d’Anakin Skywalker, notamment à Tatooine et Naboo.
Malheureusement, ce dessein fait écho à l’intrigue de la première série de comics Dark Vador de Kieron Gillen et pourrait même faire penser à un doublon. En effet, dans Dark Vador - 2 : Ombres et Mensonges, Vador missionne le Docteur Aphra afin de lui confirmer la véritable identité de Luke Skywalker. L’archéologue se rend ainsi sur Naboo pour enquêter sur les secrets de Padmé Amidala, dans des lieux visités à nouveau par le Seigneur Sith dans Dark Vador (2020) - 1 : Le Cœur Sombre des Sith.

Malgré cette répétition, le lecteur peut comprendre l’intérêt pour Greg Pak de conduire Dark Vador en personne sur les lieux et les histoires de son passé. Alors que Docteur Aphra menait son investigation sans état d’âme ni lien émotionnel, le Seigneur Sith est plongé dans ses souvenirs, revit ses traumatismes et rencontre des personnages qu’il a déjà croisés, ces derniers ignorant tout de son identité réelle. Ces allers-retours temporels sont matérialisés par des flash-back récurrents créant des parallèles avec le présent tandis qu’à la réalité se substituent parfois, dans l’esprit de Vador, des hallucinations cauchemardesques. Ces confusions dans l’esprit du père de Luke Skywalker sont intéressantes et questionnent sur sa santé mentale du moment et le profond trouble qu’a engendré chez lui la rencontre écourtée avec son fils.
Si ces analogies temporelles sont plutôt réussies, il peut être regretté qu’une fois encore, les auteurs œuvrant sur Star Wars ne parviennent à quitter les terrains connus. Ainsi, de nombreuses scènes des films de la prélogie ou des deux premiers opus de la trilogie originale sont évoquées ou reconstituées avec insistance. De même, l’arc voit le retour de plusieurs personnages - voire de monstres ! - issus de la prélogie. Si ces références font parfois plaisir aux fans, elles peuvent également se montrer lassantes. Certes, les contraintes imposées par l’exercice sont incontournables et il est aisé de pardonner Greg Pak de faire appel au passé de Dark Vador pour narrer les événements situés entre les Épisodes V et VI. Néanmoins, il est permis de s’interroger sur l'essoufflement de l’Univers Étendu Officiel voire de la saga dans son ensemble si celle-ci ne parvient pas à se renouveler en présentant des histoires inédites avec de nouveaux personnages, la nouvelle saga La Haute République ayant d'ailleurs prouvé que cela était possible.

Le principal personnage à faire son retour est Sabé, suivante et double de Padmé Amidala dont la ressemblance avec cette dernière est un facteur de perturbation important pour Vador. Apparue dans Star Wars : La Menace Fantôme sous les traits de Keira Knightley, Sabé est également présente dans les romans de l’Univers Étendu faisant la part belle à la reine puis sénatrice de Naboo, Le Péril de la Reine et L’Ombre de la Reine
Sa caractérisation est réussie au sein de Dark Vador (2020) - 1 : Le Cœur Sombre des Sith, restant fidèle à sa dévotion éternelle envers sa reine tout en faisant preuve d’un courage qui la mène à affronter directement le danger. Le lecteur découvre ainsi un personnage ayant évolué de manière cohérente tout en gagnant en profondeur par rapport à ses apparitions précédentes. Au sein de l’opus, sa présence face à Dark Vador est d’abord intéressante pour sa ressemblance avec Padmé Amidala et ce qu’elle provoque chez l’ancien amant qu'il est, pour ensuite se concentrer sur le dessein profond de l’ancienne suivante qui se confronte ici à celui du Sith. Si elle permet de révéler les failles de Vador, Sabé n’en est donc pas moins un personnage important par elle-même au sein de l’opus.

Dark Vador (2020) - 1 : Le Cœur Sombre des Sith montre ainsi les fragilités de son personnage titre qui entame le chemin qui le guidera vers sa rédemption dans Star Wars : Le Retour du Jedi. Il reste pour autant impitoyable, cruel, puissant et malin, précipitant la mort de la quasi-totalité de ceux qui osent l’affronter par courage ou ignorance. 
La dichotomie entre les tiraillements intérieurs du célèbre méchant, qui commencent à poindre, et son apparence invincible est un contraste réussi. Néanmoins, les difficultés connues par le Seigneur Sith se limitent à son cerveau, celui-ci parvenant à se sortir de toutes les encombres avec une facilité sans doute trop marquée.

Le dessin de Raffaele Ienco laisse présager de belles promesses pour la série. Certes tout n’est pas parfait, les décors semblant ne pas constituer le point fort de l’illustrateur, mais le travail opéré sur les visages peut être salué. Ceux-ci sont expressifs et permettent de reconnaître immédiatement les personnages concernés, sans pour autant être des calques des acteurs ayant joué dans les films. La confusion de Vador face à Sabé n’en est ainsi que plus partagée par le lecteur.
Raffaele Ienco est également à l’aise pour dessiner les monstres qu’insère Greg Pak au sein de son scénario. Le design des calamars terrestres de la planète Vendaxa est ainsi particulièrement réussi et offre de jolies cases. Le dessinateur parvient également à transposer sur le papier avec réussite des monstres marins déjà vus bien qu’une scène semble être une référence trop appuyée à Godzilla.

Dark Vador (2020) - 1 : Le Cœur Sombre des Sith marque un début honnête pour la nouvelle série consacrée au célèbre Seigneur Sith. Proposant avec des illustrations réussies une plongée dans les tiraillements d’un Dark Vador confronté à son passé, ce premier arc vaut également pour le retour de Sabé. Néanmoins, ce récit faisant de nombreuses références à des œuvres déjà connues semble poser les limites d’une saga Star Wars et d’un Univers Étendu qui mériteraient de mettre davantage en lumière des époques et personnages inédits.

Poursuivre la visite

1985 • 2022

Le Forum et les Réseaux Sociaux

www.chroniquedisney.fr
Chronique Disney est un site de fans, non officiel, sans lien avec The Walt Disney Company, ni publicité,
utilisant des visuels appartenant à The Walt Disney Company ou des tiers par simple tolérance éditoriale, jamais commerciale.