Artistes Disney

Un peu d’histoire...

En 1949, Walt Disney crée Walt Disney Music Company pour éditer des productions musicales. Son premier directeur Fred Raphael enchaîne toutefois les échecs commerciaux et cède sa place, après 20 albums ayant tous fait d'affilée chou blanc ! Roy Disney décide ainsi, en 1950, de le remplacer par Jimmy Johnson. Les deux hommes se connaissent bien. James Alexander Johnson Jr, surnommé Jimmy, est, en réalité, embauché au sein des studios dès septembre 1938 comme assistant pour la publicité auprès de Roy Disney lui-même. Il est ensuite nommé directeur de Walt Disney Publications, une société créée pour départager les productions non cinématographiques du merchandising (géré alors par Walt Disney Entreprises) et qui filialise logiquement l’entité Walt Disney Music Company. Jimmy Johnson en restera le patron - direct ou indirect - pendant près de 20 ans !

En 1956, Walt Disney, encouragé par le succès de la musique de Davy Crockett, crée en plus le label Disneyland Records dans le but d'éditer des disques de bandes originales ou de narrations basées sur les films du studio. En 1959, il lance un troisième et nouveau label, Buena Vista Records, afin de viser un public plus adulte. Il va en effet, avec lui, se concentrer sur l’édition des bandes originales des films à prises de vues réelles mais également permettre la sortie d’albums des artistes sous contrats Disney comme Annette Funicello ou Hayley Mills.

En 1988, Disneyland Records est renommé Walt Disney Records. La même année, Touchstone Records est créé pour éditer principalement les musiques des films qui ne portent pas la marque Disney, mais aussi quelques artistes étrangers. Au final, ce label sera peu utilisé, très vite remplacé par Hollywood Records. En 1989, Michael Eisner met en effet sur pied ce nouveau label dont l’activité débute le 1er janvier 1990. L'objectif est alors de le voir se développer au-delà des seules bandes originales de films et d’essayer de trouver des artistes à promouvoir. Très vite, en 1990, il décroche un contrat avec Queen, le fameux groupe anglais. À la suite de l'arrêt de leur contrat avec EMI, les membres de Queen, en recherche d'une maison de disques, cèdent, il est vrai, aux sirènes financières d’Hollywood Records qui, tout nouveau dans le milieu artistique, est en quête de notoriété et de catalogue. Après quelques mois de négociation, le groupe signe donc chez Disney qui obtient le droit d'exploiter tous les titres de Queen aux États-Unis (Island Records s'occupant du reste du monde). Le label empochera au total avec Queen pas moins de 94 millions de dollars de 1991 à 1995, et ce, malgré la mort de Freddy Mercury.

Pour autant, en dehors de ce gros coup, Hollywood Records ne brille pas et vivote pendant dix ans, essuyant échec sur échec sans jamais être en mesure de trouver des artistes à succès. Le groupe essaye pourtant de se diversifier en lançant en 1997 un label consacré à la musique country, très populaire aux États-Unis. Nommé Lyric Street Records, il connaît des débuts difficiles puis fera notamment (ré)émerger des artistes tels que SHeDAISY, Rascall Flatts ou Billy Ray Cyrus, vu dans la série Disney Channel Hannah Montana. Une autre marque consacrée à la country, nommée Carolwood Records, apparaîtra aussi de manière furtive à la fin des années 2000, mais l’aventure de ces deux labels s'arrêtera en 2010 sans pour autant oublier les artistes de country qui retournent au sein des labels historiques du groupe. À noter également, le rachat en 1997 du label indépendant Mammoth Records qui produit notamment des groupes comme Squirrel Nut Zippers et qui survivra lui jusqu’en 2006. En parallèle, la situation s’améliore au sein d’Hollywood Records, et ce, dès 2003 avec l’album Metamorphosis d'Hilary Duff qui s’écoule à plus de trois millions d’exemplaires rien qu’aux États-Unis. Le lancement de la carrière de la jeune égérie aboutit ainsi à la mise en place d’un nouveau modèle économique pour le label. S’appuyant sur la synergie de The Walt Disney Company via sa chaine de télévision, Disney Channel, et sa radio, Radio Disney, Hollywood Records se met sur la voie du succès en promouvant des artistes estampillés Disney comme Miley Cyrus, Vanessa Hudgens, Demi Lovato ou Selena Gomez.

Chronique Disney liste et analyse ici certains des artistes dont les albums ont été produits par Disney. Ils sont présentés par ordre alphabétique.

Liste des artistes

1998 • 2002
Aaron Tippin
Critique(s) : 000 / 004
2005 • 2007
Critique(s) : 003 / 003
2015 • 2016
Critique(s) : 002 / 002
1990 • 1994
Anne
Critique(s) : 000 / 006
1960 • 1965
Annette Funicello
Critique(s) : 000 / 013
2014 • 2020
Critique(s) : 001 / 007
2014 • 2014
Critique(s) : 001 / 001
2007 • 2011
Critique(s) : 002 / 004
2002 • 2020
Critique(s) : 002 / 010
2012 • 2012
Critique(s) : 001 / 001
2007 • 2010
Bucky Covington
Critique(s) : 000 / 004
1963 • 1974
Burl Ives
Critique(s) : 000 / 005
2004 • 2004
Critique(s) : 001 / 001
2007 • 2009
Critique(s) : 002 / 002
2008 • 2017
Critique(s) : 008 / 008
1984 • 1987
Douchka
Critique(s) : 000 / 004
2000 • 2000
Critique(s) : 001 / 001
1996 • 2002
Fastball
Critique(s) : 000 / 004
1957 • 1969
Fess Parker
Critique(s) : 000 / 005
2016 • 2016
Critique(s) : 001 / 001
2002 • 2009
Critique(s) : 006 / 009
2004 • 2007
Ingram Hill
Critique(s) : 000 / 004
1997 • 1997
Critique(s) : 001 / 001
1998 • 2003
Jennifer Paige
Critique(s) : 000 / 003
2003 • 2009
Critique(s) : 001 / 007
2007 • 2011
Critique(s) : 003 / 007
2007 • 2008
Critique(s) : 001 / 002
2004 • 2010
Josh Gracin
Critique(s) : 000 / 003
2014 • 2021
Critique(s) : 001 / 006
2002 • 2006
Los Lobos
Critique(s) : 000 / 005
2007 • 2009
Marié Digby
Critique(s) : 000 / 003
2016 • 2020
Critique(s) : 001 / 003
2007 • 2010
Critique(s) : 006 / 006
2001 • 2001
Critique(s) : 001 / 002
2017 • 2018
Critique(s) : 001 / 002
2016 • 2016
Critique(s) : 001 / 001
1990 • 1991
Parachute Express
Critique(s) : 000 / 004
2006 • 2013
Critique(s) : 001 / 004
1991 • 2018
Critique(s) : 008 / 044
2013 • 2015
R5
Critique(s) : 001 / 005
2000 • 2009
Rascal Flatts
Critique(s) : 000 / 007
2014 • 2019
Critique(s) : 005 / 005
2019 • 2021
Scarypoolparty
Critique(s) : 000 / 004
2009 • 2014
Critique(s) : 005 / 005
1999 • 2006
SHeDAISY
Critique(s) : 000 / 006
1998 • 2000
Squirrel Nut Zippers
Critique(s) : 000 / 003
1990 • 1991
Stryper
Critique(s) : 000 / 006
2005 • 2008
Critique(s) : 002 / 004
1990 • 1993
The Party
Critique(s) : 000 / 004
1996 • 2001
The Suicide Machines
Critique(s) : 000 / 004
2005 • 2009
They Might Be Giants For Kids
Critique(s) : 000 / 003
1957 • 1970
Tutti Camarata
Critique(s) : 000 / 019
2006 • 2008
Critique(s) : 002 / 002
2013 • 2013
Critique(s) : 001 / 001
2012 • 2015
Critique(s) : 001 / 005
1956 • 2021
Critique(s) : 002 / 195

Le Forum et les Réseaux Sociaux

www.chroniquedisney.fr
Chronique Disney est un site amateur, non officiel, sans lien avec The Walt Disney Company, ni publicité,
utilisant des visuels appartenant à The Walt Disney Company ou des tiers par simple tolérance éditoriale, jamais commerciale.