Winston
Date de création :
Le 18 novembre 1988
Nom Original :
Winston
Créateur(s) :
Mark Kausler
Apparition :
Cinéma
Voix Originale(s) :
William Glover
Voix Française(s) :
Georges Berthomieu

Le portrait

Publié le 28 janvier 2020

Winston apparaît au casting de Oliver & Compagnie (1988), le 27ème Grand Classique des studios Disney. Il y est, en effet, le chauffeur et le majordome de la famille Foxworth. Ce vieil homme grisonnant et bedonnant porte donc tour à tour un habit de chauffeur et un tablier bleu couvrant une chemise blanche ornée d’un nœud papillon. En l’absence récurrente de Monsieur et Madame Foxworth, souvent partis à l’étranger pour leur travail, il prend soin de la petite Jennifer qu’il aime tendrement. Bien éduqué et très propre sur lui en temps normal, il perd ses moyens lorsqu’il regarde des matchs de catch à la télévision, hurlant des « Tue-le ! » à l’un des deux sportifs. Et ces emportements incontrôlés le font souffrir de sa sciatique !

Si à l’origine, le majordome est plutôt réticent au fait que sa jeune maîtresse garde Oliver, le petit chaton qu’elle a trouvé dans sa limousine, il s’en occupe très bien dès lors que les parents Foxworth ont donné leur accord à leur fille. Il est aussi aux petits soins de la diva de la maison, la chienne de concours Georgette.
À deux reprises, il se retrouve aux prises avec la bande de chiens de Fagin : une première fois lorsqu’Einstein heurte sa voiture pour que Tito et Oliver puissent la voler ; il est alors face à Francis qui feint d’avoir été renversé et finit par s’enfuir en lui léchant le visage.

Une seconde fois, il est attiré à l’extérieur de la maison des Foxworth par Francis et se voit alors piégé dans la rue. Il regagne la cuisine de la maison en escaladant la fenêtre puis par la suite, il s’entretient au téléphone avec le terrible Bill Sykes qu’il ne prend pas au sérieux quand ce dernier lui dit avoir enlevé Jenny.

À la fin du film, Winston organise l’anniversaire de Jennifer où il apprend que ses maîtres rentreront le lendemain. Après avoir gagné contre Fagin en pariant sur un match de catch, il regarde, le visage recouvert par la suie crachée par le scooter du clochard, la meute partir pour la péniche. De son propre aveu, il trouve les chiens de Fagin « corniauds, soit, mais très sympathiques ».

Winston a été principalement dessiné par l’artiste Mark Kausler qui a participé à l’animation des films Les Aventures de Bernard et Bianca (1977), Qui Veut la Peau de Roger Rabbit (1988), La Petite Sirène (1989) et La Belle et la Bête (1991) pour lequel il a travaillé sur le personnage de Maurice, Le Roi Lion (1994) et Fantasia 2000 (2000). Il a aussi contribué à l’animation de la série Les Gummi (1985-1991) et du moyen-métrage Le Prince et le Pauvre (1990).

William Glover
Georges Berthomieu

En version originale, Winston est interprété par l’acteur d’origine britannique William Glover. C’est d'ailleurs le seul personnage Disney à qui il a prêté sa voix tandis qu'il a joué, au cours de sa carrière, dans plusieurs films ainsi que dans de nombreuses séries télévisées comme Frank, Chasseur de Fauves (1982-1983), Santa Barbara (1990) et Le Prince de Bel-Air (1991).
Pour la version française, le majordome prend pour voix celle de Georges Berthomieu qui a doublé d’autres personnages Disney : le géant Willie, fantôme des Noëls présents dans Le Noël de Mickey (1983) et Big Ben dans La Belle et la Bête (1991), La Belle et la Bête 2 : Le Noël Enchanté (1997) et Le Monde Magique de la Belle et la Bête (1998).

Personnage de second plan d'Oliver & Compagnie, Winston n'est pas resté dans les annales comme le majordome le plus marquant des studios Disney, n'arrivant pas à la cheville d'Edgar qui fait rire à ses dépens dans Les Aristochats (1970) ni de la ronde et tenace Nanny, gouvernante de la famille Radcliff dans Les 101 Dalmatiens (1961).

Poursuivre la visite

Les Réseaux Sociaux

www.chroniquedisney.fr
Chronique Disney est un site amateur, non officiel, sans lien avec The Walt Disney Company, ni publicité,
utilisant des visuels appartenant à The Walt Disney Company ou des tiers par simple tolérance éditoriale, jamais commerciale.