Joanna
Date de création :
Le 16 novembre 1990
Nom Original :
Joanna
Créateur(s) :
James Baxter
Kathy Zielinski
Dave Burgess
Apparition :
Cinéma
Télévision
Voix Originale(s) :
Frank Welker
Voix Française(s) :
Frank Welker

Le portrait

rédigé par Karl Derisson
Publié le 31 octobre 2020

En 1990, les studios d’animation Disney emmènent les spectateurs aux antipodes avec une aventure extraordinaire au cœur de l’Australie sauvage. Suite des (Les) Aventures de Bernard et Bianca, Bernard et Bianca au Pays des Kangourous offre alors un casting inédit peuplé de toutes les créatures emblématiques de la région. Kangourous, rat-kangourou à nez court, lézard à collerette verte et autres koalas partagent ainsi l’affiche aux côtés du duo Bernard et Bianca, du méchant Percival McLeach et de son acolyte, le varan femelle Joanna.

Grande amatrice d’œufs frais et de petits crackers en forme d’animaux qu’elle aime savourer avec frénésie en prenant son bain, Joanna entre dans l’histoire en même temps que son maître lorsque le jeune Cody se retrouve prisonnier de l’un des pièges du braconnier McLeach. Véritable chien de chasse accompagnant son maître dans tous ses forfaits, la créature est alors enthousiaste à l’idée de se repaître de cette nouvelle proie. Toutefois, sa déception est immense lorsqu’elle découvre qu’il ne s’agit en réalité pas d’un animal sans défense mais d’un petit garçon. La désillusion est d’ailleurs d’autant plus grande que McLeach, dont les viles actions apparaissent au grand jour, tente de se disculper en accusant Joanna de creuser des trous partout pour capturer de pauvres victimes sans défense. Violemment frappée d’un coup de pied dans les côtes, elle devient dès lors le piètre alibi d’un méchant qui, en comprenant qu’il sera évidemment dénoncé aux autorités, tente tant bien que mal de se justifier…

Dégoûtée d’être aussi mal traitée, Joanna ronge son frein. Mais son instinct animal a tôt fait de reprendre le dessus. Apercevant une souris cachée dans le sac à dos de Cody, le varan se précipite pour en faire son quatre-heures. Bousculant McLeach qui tombe à son tour dans son propre trou, Joanna, en cherchant à arracher frénétiquement le sac, dévoile la plume offerte par la grande aigle Marahute à l’enfant après que ce dernier l’a délivrée. Après s’être extrait avec difficulté de son piège, le braconnier, fou de rage, vise bientôt Joanna avec son fusil. Dans son viseur, il aperçoit alors la précieuse plume et comprend évidemment que Cody sait où se trouve le nid de cette proie qu’il convoite depuis toujours et dont il a déjà tué le conjoint. La gloutonnerie et la ferveur de Joanna provoquent ainsi malgré elles la capture du petit garçon qui, en tentant de prendre la fuite, est rapidement rattrapé par le reptile lancé à sa poursuite. Emporté sans vergogne par McLeach, le garçonnet se retrouve dès lors prisonnier dans le repaire du chasseur, une ancienne mine située au cœur du désert et où personne ne viendra jamais à son secours…

De retour à la « maison », Joanna est bien récompensée par son maître. Après tout, c’est grâce à elle que la plume a été découverte. Et c’est aussi grâce à elle que le petit garçon n’est pas parvenu à s’enfuir. Le varan peut donc savourer sa victoire et se reposer un peu en profitant d’un bon bain chaud. Barbotant dans l’eau en grignotant des crackers en forme d’animaux, celle-ci, vautrée sur le dos, assiste alors à l’interrogatoire musclé de McLeach qui tente d’intimider l’enfant en lançant sur lui des couteaux. Mais Cody ne cède pas. Avec courage, il refuse d’indiquer l’endroit où se trouve le nid de Marahute. si bien que McLeach perd patience. Incapable de contenir ses nerfs, il lance un grand coup de pied dans la marmite qui a peut-être servi à faire chauffer l’eau du bain de Joanna. En basculant de son crochet, elle projette des braises dans toute la pièce. Certaines tombent dans le bain de Joanna. Fin des réjouissances pour le varan désormais chargé de surveiller l’enfant et les autres animaux captifs de la mine…

Et une fois encore, Joanna sauve la mise de son sinistre maître. Avec ses compagnons de cellule, Cody est en effet parvenu à fabriquer une perche avec les moyens du bord et à s’emparer de la clé de sa prison. La libération est proche, donc. Mais l’enthousiasme débordant du lézard à collerette verte Frank réduit à néant les espoirs de chacun. En criant son enthousiaste, il ne manque évidemment pas d’attirer l’attention de Joanna qui, en pénétrant dans la pièce, découvre la supercherie. Sournoisement, elle détruit alors la perche, reprend possession de la clé et la raccroche à sa juste place, près de la porte, mais hors de portée des cages...

Le lendemain, alors que McLeach réfléchit à la meilleure manière de faire parler l’enfant tout en préparant son petit-déjeuner, Joanna devient une fois encore malgré elle l’élément déclencheur de la suite de l’histoire. Toujours affamée, la femelle varan cherche en effet à chaparder les œufs, son pêché mignon. McLeach, bien sûr, tente de l’en empêcher en éloignant la boîte. Mais Joanna, incapable de résister à son envie de tout boulotter, parvient à feinter et à distraire suffisamment son maître pour s’emparer de chaque œuf. Repue, elle provoque évidemment l'énervement du chasseur, privé de son repas du matin. Piquant une énième colère, il comprend alors grâce à la gloutonnerie de Joanna que la clé de sa réussite, ce sont les œufs. Pas ceux de son petit-déjeuner, bien sûr, mais ceux de Marahute. L’aigle est sur le point de devenir maman. Ses œufs sont là quelque-part… Ils sont le point faible de l’animal. Et au passage celui du jeune Cody…

Occupé à parfaire son plan, McLeach en oublierait presque que l’enfant, dans sa cage, cherche toujours à s’évader. Incapable d’atteindre lui-même la clé, c’est donc à Frank, le lézard, qu’il confie cette mission. Mais une fois encore, les choses tournent mal. Le vacarme attire Joanna qui se lance à la poursuite de Frank. Pris de panique, il se prend les pieds dans le fusil du braconnier qui se retrouve entre les pattes de Joanna. Le coup part. Il s’en faut de peu pour que Frank finisse en carpette ! Alerté à son tour, McLeach pénètre dans la pièce. Son plan est en place. Il libère Cody en lui expliquant que Marahute a été tuée par un autre chasseur. Faisant mine d’être déçu, McLeach se lamente alors sur le sort des pauvres œufs qui, de fait, ne pourront jamais éclore. Le sourire aux lèvres, il autorise dès lors Cody à partir en sachant pertinemment que le petit garçon ne manquera pas de se rendre au nid de l’aigle pour sauver ses œufs.

Embarqué dans son camion, McLeach, toujours accompagné de Joanna, se met en chasse. Il n’a qu’à suivre Cody jusqu’au nid de Marahute. C’est un jeu d’enfant. Il ignore toutefois avoir embarqué à son bord Bernard, Bianca et Jake partis à la rescousse du garçon. Arrivé à destination, Marahute est capturée et Joanna, enfin autorisée à dévorer ses œufs. Descendue sur le nid grâce à une corde, la femelle varan s’en lèche les babines d’avance. Miam ! Mais le repas se transforme bien vite en cauchemar. Le reptile se casse en effet les dents sur des œufs plus solides que prévus. Pressée par McLeach qui refuse de tenir plus longtemps la corde, Joanna, la mort dans l’âme et quelques dents en moins, se résout à balancer les œufs du haut de la falaise. Ce qu’elle ignore, c’est que les vrais œufs avaient été mis à l’abri par Bernard et remplacés par de simples cailloux !

Arrivé aux Chutes du crocodile, McLeach n’a plus qu’à mettre en place la dernière partie de son plan, faire disparaître Cody. Mais le camion tombe bientôt mystérieusement en panne. Joanna est chargée de trouver le problème. Reniflant partout, elle s’affole aussitôt en sentant le parfum de Miss Bianca. En moins de temps qu’il n’en faut pour le dire, la chasse est ouverte ! Joanna trouve Bernard et se lance à ses trousses. Complètement hystérique, la femelle varan court dans tous les sens. Et si jusqu’ici, elle a souvent malgré elle sauvé la mise de son maître, elle provoque finalement, et toujours malgré elle, sa perte. En bousculant McLeach, elle le précipite dans le torrent infesté de crocodiles. Elle aussi chute d’ailleurs dans l’eau mais parvient à se raccrocher au rivage. McLeach n’a pas cette chance et se voit emporté dans une chute d’eau sous l’œil bien désolé de sa chère acolyte qui lui fait un adieu de la patte !

Véritable « chien de chasse » de son maître, Joanna fait partie des quelques animaux de Bernard et Bianca au Pays des Kangourous qui ont totalement conservé leur caractère bestial. Le varan, en effet, possède une apparence bien moins anthropomorphe que les protagonistes principaux. De plus, elle n’est pas douée de parole et ne parle donc pas, un trait de caractère qu’elle ne partage à l’écran qu’avec Marahute.

Acolyte du méchant qu’elle suit partout alors même que ce dernier la maltraite et la frappe régulièrement, Joanna est l’un des principaux éléments comiques du film. Aussi, elle entre parfaitement dans la catégorie de ces acolytes bouffons qui, malgré eux, font capoter les plans de leur maître, à l’image de Crapaud, Fidget, ou bien encore Peine et Panique. Digne successeur de Brutus et Néron, les animaux de compagnie de Médusa dans Les Aventures de Bernard et Bianca, Joanna se retrouve ainsi au cœur de scènes de comédie hilarantes indispensables pour apporter au récit une bonne dose d’humour. Car Bernard et Bianca au Pays des Kangourous n’est ni plus ni moins que l’histoire d’un horrible rapt d’enfant par un terrible chasseur désireux de massacrer une espèce animale rare et précieuse. Le script, en l’état, est évidemment pesant et les scènes de comédies sont indispensables pour faire sourire le spectateur plongé au cœur d’une histoire loin d’être drôle en elle-même. La scène du petit-déjeuner, notamment, est l’un des moments de gloire du film. Le plan est fixe. McLeach est devant sa table, sa boîte d’œufs et son réchaud devant lui. Joanna n’apparaît que de manière subreptice pour chaparder les précieux œufs. La boîte s’ouvre et se referme. McLeach ne cesse de la déplacer. Le spectateur n’est pas certain que Joanna ait réussi à voler les œufs jusqu’à ce que le braconnier ouvre enfin la boîte… vidée de son contenu !

Acolyte bouffonne, Joanna fait toutefois partie de ces seconds couteaux qui, malgré eux encore une fois, permettent au méchant de toucher au but. C’est Joanna qui attire l’œil de McLeach sur la plume que Marahute a offerte à Cody. C’est Joanna qui empêche l’enfant de s’enfuir de sa cage. C’est Joanna qui fait comprendre au chasseur que la clé de sa réussite, ce sont les œufs de Marahute utilisés comme point faible pour contraindre Cody à révéler l’emplacement du nid. Mais comme toute bonne acolyte maladroite, Joanna, véritable atout durant tout le film, provoque finalement la chute de son maître et sa mort certaine…

Figurant parmi les points forts de Bernard et Bianca au Pays des Kangourous, Joanna est notamment la création de l’animateur James Baxter. Entré chez Disney au milieu des années 1980, il a en particulier travaillé sur les personnages d’Ariel et Wilbur avant de devenir superviseur de l’animation de Belle, Rafiki, Quasimodo et, pour le concurrent Dreamworks, de Moïse dans Le Prince d’Égypte, Tulio dans La Route d’Eldorado, Spirit dans Spirit, l’Étalon des Plaines, Sinbad dans Sinbad : La Légende des Sept Mers. Baxter est également crédité au générique du (Le) Retour de Mary Poppins et de Klaus.

James Baxter
Kathy Zielinski
Dave Burgess
Frank Welker

Pour animer Joanna, James Baxter travaille alors aux côtés de Kathy Zielinski et Dave Burgess. Engagée chez Disney en 1981, Zielinki a entre autres animé Frank dans Bernard et Bianca au Pays des Kangourous, mais aussi Jafar déguisé en mendiant et changé en serpent, Frollo, sa plus belle création, Tzekel-Kan dans La Route d’Eldorado, ou bien Marina dans Sinbad : La Légende des Sept Mers avant de travailler sur Les Simpson à partir de 2017.
Dave Burgess, quant à lui, débute sa carrière dans les années 1980. Au générique notamment des (Les) Jetson et des (Les) Schtroumpfs, il passe chez Disney et anime Joanna, Gaston, le Génie, les Hyènes, Grand-Mère Feuillage, l’Archidiacre de Notre-Dame, Archimède Porter et Milo Thatch avant de collaborer avec les studios concurrents.

En version originale comme en version française, Joanna est doublée par le comédien Frank Welker. Spécialisé dans les bruitages d’animaux, il a notamment prêté sa voix aux Gremlins, à Totoro, au chien Max, à l’aigle Marahute, à Sultan, à Abu, à Flit, à Cri-Kee et Khan ou bien encore à Scooby-Doo.

Comme l’ensemble du casting de Bernard et Bianca au Pays des Kangourous, excepté Bernard et Bianca, les héros du film, Joanna n’a pas vu sa carrière décoller chez Disney. Le varan n’apparaît ainsi que dans un unique épisode de Disney’s Tous en Boîte, Le Club du Crime, où elle est visible rapidement aux côtés de son maître, McLeach.

Injustement oubliée par nombre de spectateurs au même titre que le film dont elle fait partie, Joanna est pourtant l’un des atouts de Bernard et Bianca au Pays des Kangourous. Offrant une dose d’humour à un script par de nombreux aspects sordides, elle offre surtout une composition hilarante et fort utile pour l’histoire. Un bel acolyte, en somme…

Poursuivre la visite

Les Réseaux Sociaux

www.chroniquedisney.fr
Chronique Disney est un site amateur, non officiel, sans lien avec The Walt Disney Company, ni publicité,
utilisant des visuels appartenant à The Walt Disney Company ou des tiers par simple tolérance éditoriale, jamais commerciale.