Ducky & Bunny : Les Trois Têtes
Pixar Popcorn

Titre original :
Pixar Popcorn : Fluffy Stuff with Ducky and Bunny : Three Heads
Production :
Pixar Animation Studios
Date de mise en ligne USA :
Le 22 janvier 2021 (Disney+)
Genre :
Animation 3D
Réalisation :
Robert H. Russ
Durée :
1 minutes
Disponibilité(s) en France :

Le synopsis

Ducky et Bunny s'étonnent que Be, Bop et Lula soient un jouet à trois têtes...

La critique

rédigée par
Publiée le 07 avril 2021

Ducky & Bunny : Les Trois Têtes est le huitième cartoon de la nouvelle série du studio à la lampe, Pixar Popcorn.

L'idée de la série Pixar Popcorn, une collection de cartoons ultra-courts, remonte à avril 2020 au début de la crise sanitaire que traverse le monde, la pandémie liée à la maladie infectieuse émergente Covid-19 provoquée par le virus SARS-CoV-2. Elle apparaît ainsi le 17 novembre 2019 dans la ville de Wuhan, en Chine centrale, puis se propage sur tous les continents. À partir du début du mois de mars 2020, en réaction, les gouvernements de nombreux pays décident de confiner leur population pour essayer d'endiguer la propagation du virus. Au final, près de la moitié des habitants du globe se retrouve cloîtrée chez elle, à commencer par les artistes de Pixar, eux aussi confinés.

Le producteur exécutif Andy Bell propose alors aux animateurs de Pixar, qui étaient entre deux projets de longs-métrages, de se faire la main en créant de petits courts-métrages sur des franchises déjà existantes des studios. La collection a ainsi pour but de faire revenir quelques personnages iconiques de Pixar dans de toutes petites pastilles aussi fraîches qu'amusantes, offrant la possibilité de proposer des suites à la qualité technique digne des longs-métrages mais dans une durée ultra réduite, un peu à la façon de sucreries qui se picorent. Ainsi, Pixar Popcorn se rapproche beaucoup dans le format et la philosophie de la série At Home With Olaf des Walt Disney Animation Studios, à la différence près qu'elle se concentrait sur une seule franchise et un seul personnage, là où la collection de Pixar est plus vaste dans son champ de films et dans son casting.

Par rapport à des projets précédents, Pixar Popcorn est assez différent dans le développement et l'approche de ce qu'a fait auparavant le studio. D'abord, l'animation s'est faite évidemment en télétravail ; les réunions de brainstorming étant menées à distance avec des logiciels de réunions en vidéo. De plus, comme les artistes étaient disponibles uniquement pour une durée de deux mois, les délais ont dû être particulièrement rétrécis en zappant notamment les parties storyboard et script. Il s'agit dès lors d'une collection centrée principalement sur l'animation, où le cartoon a été construit autour d'une idée de mouvement. Une centaine d'animateurs ont ensuite été assignés au projet, divisés en dix équipes sous la responsabilité d'un réalisateur. Dès le pitch validé, chaque équipe a dû suivre un cahier des charges bien précis. Les courts-métrages ne devaient ainsi faire intervenir que des personnages existants, en restant fidèles à leurs traits de caractère, et appartenir à des films récents (moins de cinq ans). De plus, il était impossible d'enregistrer de nouveaux dialogues, ce qui fait que la plupart des cartoons ne proposent pas de paroles. Enfin, pour garantir la qualité technique et répondre aux précédentes contraintes, les courts-métrages ne devaient pas dépasser une durée de quelques minutes, s'étirant en fonction des opus entre deux et cinq minutes.

Autre détail amusant, chaque cartoon Pixar Popcorn propose de jouer avec le logo du studio à la lampe et le titre de la collection en offrant une itération différente à chaque épisode ; un peu à la façon du gong de Donald Duck à la fin du générique du Mickey Mouse Club ou de la trompette de Gonzo dans Le Muppet Show. Dans Pixar Popcorn, Luxo Jr. batifole ainsi avec des flocons de pop-corn ou des grains de maïs. Dans Ducky & Bunny : Les Trois Têtes, chaque fois que Luxo Jr. saute sur une lettre du logo de Pixar, elle se transforme en flocon de pop-corn.

Ducky & Bunny : Les Trois Têtes est, pour sa part, imaginé et réalisé par Robert H. Russ.
L'artiste commence à travailler pour Pixar à la fin des années 1990 en qualité d'animateur débutant sur 1001 Pattes (a bug's life). Il œuvre ensuite au même poste mais en tant qu'animateur confirmé sur les longs-métrages Toy Story 2, Monstres & Cie, Les Indestructibles, Ratatouille, Toy Story 3, Monstres Academy, Vice-Versa, Les Indestructibles 2, Toy Story 4 et Soul ainsi que sur le court-métrage La Vie en Lumière et les vidéos des attractions Ratatouille : L'Aventure Totalement Toquée de Rémy au Parc Walt Disney Studios de Disneyland Paris et Nemo and Friends SeaRider au Parc Tokyo DisneySea de Tokyo Disney Resort. Les deux épisodes de la série Pixar Popcorn, Ducky & Bunny : "Dis Bunny" et Ducky & Bunny : Les Trois Têtes, représentent ainsi sa première incursion au poste de réalisateur.

Ducky & Bunny : Les Trois Têtes se place un peu à part dans la collection Pixar Popcorn tout comme son homologue, Ducky & Bunny : "Dis Bunny". Les deux cartoons sont en effet les seuls à être parlés ; là où les autres sont sans paroles. Ainsi, les voix anglaises Keegan-Michael Key (Ducky) et Jordan Peele (Bunny) tout comme les voix françaises Jamel Debbouze (Ducky) et Franck Gastambide (Bunny) sont de retour pour le plus grand plaisir des spectateurs. De plus, si les autres épisodes ont tendance à ramener un certain nombre de personnages des films dont ils s'inspirent ; ici, dans Ducky & Bunny : Les Trois Têtes, comme son titre l'indique, le cartoon fait la part belle au canard Ducky et au lapin Bunny. Néanmoins, par rapport à Ducky & Bunny : "Dis Bunny", Ducky & Bunny : Les Trois Têtes propose d'autres personnages en guest star : Be, Bop et Lula, les brebis de La Bergère. Ducky et Bunny se moquent en effet des brebis en s'étonnant que leur constructeur ait pu laisser passer un jouet à trois têtes, apte à faire peur aux enfants. Il ne se passe en fait pas grand chose dans le cartoon et le véritable intérêt de la démarche vaut surtout pour la joute verbale entre les deux acolytes. Les spectateurs s'amuseront d'ailleurs de la répartie dans le générique de fin, où les deux compères demandent à Be, Bop et Lula s'ils ne sont pas des brebis galeuses.
La pastille est certes amusante mais le reste de ce qu'elle propose est plutôt pauvre, des décors statiques à l'animation des personnages qui offre le strict minimum. En fait, le cartoon ressemble plus à un teaser abandonné de Toy Story 4 qu'à autre chose. Cette impression est d'autant plus forte qu'il fait étrangement penser à celui qui avait déjà été proposé avant la sortie du film, où Ducky et Bunny criaient « Vers l'infini et puis voilà ! ».

Même si Ducky & Bunny : Les Trois Têtes est une pastille courte se limitant à un dialogue entre les deux personnages que sont Ducky et Bunny, les dialogues sont tellement drôles qu'il est impossible de ne pas sourire durant son visionnage.

Les personnages

Poursuivre la visite

1984 • 2021

Le Forum et les Réseaux Sociaux

www.chroniquedisney.fr
Chronique Disney est un site amateur, non officiel, sans lien avec The Walt Disney Company, ni publicité,
utilisant des visuels appartenant à The Walt Disney Company ou des tiers par simple tolérance éditoriale, jamais commerciale.