Rise
La Véritable Histoire des Antetokounmpo

Titre original :
Rise
Production :
Disney
Date de mise en ligne USA :
Le 24 juin 2022 (Disney+)
Genre :
Sport
Réalisation :
Akin Omotoso
Musique :
Ré Olunuga
Durée :
111 minutes
Disponibilité(s) en France :

Le synopsis

Migrants nigérians réfugiés en Grèce, Vera et Charles Antetokounmpo luttent au quotidien pour survivre et subvenir aux besoins de leurs enfants. Sous la menace permanente de l'expulsion, le couple cherche ainsi par tous les moyens à obtenir la citoyenneté grecque mais les entraves administratives sont nombreuses. Sans véritable bagage sportif, deux de leurs fils, Giannis et Thanasis, se mettent à jouer au basket et développent au fil des semaines de grandes aptitudes pour cette discipline, cherchant même à travailler encore plus dur pour devenir des athlètes de renommée internationale. En 2013, Giannis se voit repéré par un agent qui le convainc de s’inscrire aux épreuves de sélection de la NBA, ce qu’il fait sans trop y croire...

La critique

rédigée par
Publiée le 22 septembre 2022

Rise : La Véritable Histoire des Antetokounmpo est à l'image des autres films sportifs du label Disney. Il raconte une belle et vraie histoire où de jeunes gens arrivent, à travers le sport mais aussi grâce à un travail acharné, à beaucoup d'abnégation et aussi à un peu de chance, à changer de vie et devenir un exemple pour le public. Mais au delà des exploits sportifs, le long-métrage bouleverse le spectateur par le vécu des deux frères Antetokounmpo, aussi inspirants que touchants.

Le label Disney a donc toujours été un grand amateur de sport. Pratiquer une discipline physique est, en effet, une institution aux États-Unis et il n'est donc pas étonnant de voir les studios de Mickey mettre régulièrement en avant des exploits sportifs dans leur catalogue. Ainsi, c'est vraiment à partir des années 1990 que le sport devient le sujet principal de longs-métrages disneyens. Les films sont alors soit des comédies comme Les Petits Champions ou Rasta Rockett, soit des histoires fantaisistes comme Angels : Une Équipe aux Anges ou Air Bud. À partir des années 2000, les films sportifs Disney s'inspirent d'histoires vraies traitées de façon réaliste et dramatique. Le Plus Beau des Combats en 2000 est de la sorte le premier du lot. Il sera suivi par Rêve de Champion (2002), Miracle (2004), Un Parcours de Légende (2005), Les Chemins du Triomphe (2006) et Invincible (2006). Tous sont construits sur le même schéma : ils narrent le destin exceptionnel d'un sportif de légende en mettant en valeur le rêve américain, la réussite par le travail, le courage et la persévérance... Secretariat sorti en 2010 mis à part - il ne brosse pas le portrait d'un sportif en tant que tel -, le genre reste muet au sein des studios durant huit ans jusqu'en 2014 avec Un Lancer à un Million de Dollars. Le label propose ensuite, en 2015, l'excellent McFarland suivi en 2018 par le non moins superbe La Dame de Katwe.

L'ouverture historique le 12 novembre 2019 de Disney+, une plateforme de service de vidéo à la demande par abonnement créée par The Walt Disney Company, est un tournant aussi stratégique qu'historique pour le studio aux grandes oreilles. Actant le nouveau comportement des (télé)spectateurs qui délaissent la télévision linéaire pour un nouveau type de consommation de flux audiovisuels, Disney+ a alors deux objectifs. D'une part, elle remplacera à terme les sorties en vidéo des films cinéma sur support physique dont le grand public s'est détourné, préférant en majorité l'achat en digitalisé. D'autre part, elle permettra à Disney de revenir sur des genres de films qu'il avait désertés en salles faute de succès ou d'appétit suffisant des spectateurs comme ce fut malheureusement le cas avec McFarland ou La Dame de Katwe, passés complètement inaperçus malgré leur qualité.

Les films à petit budget, qui étaient proposés il y a encore quelques années sur grand écran, sont donc désormais réorientés pour une sortie directement sur la plateforme. Le choix est compréhensible car le public préfère malheureusement se déplacer en salles de plus en plus pour des franchises qu'il connaît bien. Les studios Disney se contentent alors de lancer au cinéma uniquement des films à gros budgets, certes aux risques plus importants mais aux retours sur investissement conséquents. Le problème de cette politique est que le label Disney s'est concentré sur un seul type de fictions, délaissant des genres qui faisaient la part belle de son catalogue au cinéma les décennies précédentes : la comédie, les films d'adolescents, les films sportifs ou les aventures humaines. Disney+ permet donc au label de Mickey de proposer de nouveau des longs-métrages moins ambitieux mais plus variés. Safety est ainsi rentré parfaitement bien dans cette définition lorsqu'il est sorti sur la plateforme en 2020. Il en est de même pour Rise : La Véritable Histoire des Antetokounmpo en 2022.

Comme le titre français l'indique, Rise : La Véritable Histoire des Antetokounmpo raconte la vie des frères Giannis et Thanasis Antetokounmpo. Il s'agit surtout du périple d'une famille d’immigrés clandestins, sportifs et travailleurs, à la recherche d'une meilleure situation. En 1990, quand ils décident de quitter leur Nigeria natal pour la Grèce, Charles et Vera Adetokunbo sont contraints de laisser sur place leur fils aîné Francis. Le voyage est bien trop dangereux pour le bébé, et ils espèrent le faire vite rapatrier avec eux ; ils ne reverront finalement leur enfant que 25 ans plus tard. Après que la famille a échappé aux rafles de réfugiés en Turquie, ils passent la frontière et arrivent en Grèce. Mais parvenus à destination, ils ne peuvent pas obtenir de visas en raison du climat politique ambiant. Pour autant, dans leur tentative de régularisation, leur nom de famille Yoruba est hellénisé de Adetokunbo en Antetokounmpo au milieu du processus d'immigration. Vivant sur le sol grec mais n'ayant donc aucune pièce d'identité, ils doivent rester cachés tout en faisant des petits boulots. Après leur arrivée, ils auront quatre autres fils : Thanasis, Giannis, Kostas et Alexandros. Bien qu'ils soient nés en Grèce, les enfants ne se voient pas accorder la citoyenneté légale en raison du droit du sang en place dans ce pays européen. Cette situation précaire met ainsi leur famille en danger perpétuel d'expulsion et de séparation. Charles essaie tant bien que mal d'obtenir des documents mais il est enfermé dans un cercle administratif vicieux qui frustre toute la famille : il a besoin d'un emploi stable pour obtenir visa mais aucun travail régulier ne lui sera proposé sans papier.

Rise : La Véritable Histoire des Antetokounmpo étonne dès ses premiers instants. Le spectateur se retrouve ainsi bien plus devant une aventure humaine qu'un film sportif. L'entame est même particulièrement stressante. La descente de police turque dans l'immeuble d'immigrés clandestins fait particulièrement froid dans le dos. Elle permet véritablement de se mettre à la place de ces pauvres gens, que ce soit ceux qui cherchent une vie meilleure et qui se retrouvent dans un habitat totalement insalubre le temps de pouvoir passer la frontière, tout comme les policiers obligés de faire leur travail et de débusquer violemment les gens qui sont rentrés dans leur pays illégalement. Une fois la frontière grecque passée, la tension retombe. Mais pas les difficultés pour la famille Antetokounmpo qui va essayer de survivre pendant des années tout en échappant au service d'immigration, le temps que leur statut soit régularisé. Le long-métrage montre l'incroyable absurdité des autorités comme de ceux qui essayent de les aider à travers des demandes impossibles à assouvir. Le long-métrage ne cache pas non plus le racisme et le rejet que subit la famille de la part d'une frange de la société grecque, notamment certains extrémistes, mais également de certains membres de la communauté afro-grecque peu empathiques vis-à-vis de son sort. Pourtant, les Antetokounmpo gardent à chaque instant la foi en des jours meilleurs et restent attachés à leurs valeurs : le respect de la famille, l'honnêteté et le travail. Les spectateurs ne peuvent qu'être impressionnés par cette famille qui sait garder sa dignité et sa fierté malgré les difficultés.

Afin d'aider leur père et leur mère qui gagnent peu d'argent, les enfants Antetokounmpo vont vendre, durant leur jeunesse, des produits de contrefaçon dans la rue, que cela soit des montres, des sacs ou des lunettes de soleil ; ceci afin de subvenir aux besoins de toute la famille. En même temps, leur paternel essaye de donner à ses fils la passion du football mais c'est en fait le basket qui va vraiment les motiver. Jouant dans la rue, les deux aînés, Thanasis et Giannis, arrivent finalement à s'inscrire dans un club qui propose des entraînements gratuits. Les deux jeunes gens vont se rendre compte non seulement qu'ils aiment ce sport mais, qu'en plus, ils ont des facilités, du moins Thanasis. Néanmoins, à force de travail et d'abnégation, les deux vont améliorer la qualité de leur jeu et se hisser à un niveau professionnel au point de se faire remarquer par des clubs et des agents. En décembre 2012, quelques jours après ses 18 ans, Giannis Antetokounmpo signe un contrat de quatre ans avec le club espagnol de Saragosse, lui permettant ainsi de participer au draft NBA de 2013. Pour se rendre aux États-Unis, lui et son frère Thanasis se doivent alors d'obtenir un passeport - ils n'avaient alors aucun papier ni nigérian ni grec. Après d'âpres négociations avec les autorités, le 9 mai 2013, ils deviennent officiellement citoyens grecs puis s'envolent pour New York afin de participer au draft. Contre toute attente, Giannis est choisi en 15e position par les Bucks de Milwaukee. Grâce à cette chance incroyable, à la fois due à son immense talent et son parcours hors-norme, il réalise non seulement son rêve d'être joueur professionnel dans le plus grand championnat mondial de basket mais en plus, il fait venir toute sa famille aux États-Unis, impliquant de fait la régularisation de ses parents et de ses frères. Il peut ainsi permettre à son frère aîné de les rejoindre, réunissant enfin toute la famille.

Pour les autres films sportifs Disney, les longs-métrages émouvaient surtout en dehors des passages sportifs. Étonnamment, pour Rise : La Véritable Histoire des Antetokounmpo, l'inverse se produit. La première partie qui met en place le destin des Antetokounmpo est assez stressante mais aussi un peu déprimante, de par les difficultés que subit la famille. Le spectateur est plus frustré ou peiné de ce qui leur arrive que réellement ému. À partir du moment où les deux garçons commencent à jouer au basket, le film gagne alors en positivité. Le public comprend enfin que, malgré les obstacles, les deux sportifs peuvent réussir grâce à leur travail, leur sérieux et leur état d'esprit. Quand arrive le draft, le spectateur est soulagé et ne peut que verser une petite larme, ému de voir l'abnégation de Giannis enfin payer. Alors certes, certains trouveront la fin un peu facile et évidente. Mais comme tout beau conte de fée Disney, tout se termine bien et le miracle se produit pour les deux frères Antetokounmpo. Chose encore plus réjouissante, la fin heureuse s'est déroulée dans la vraie vie, ce qui donne encore plus de force au message du film comme à l'émotion qu'il dégage. Le long-métrage décide alors d'arrêter la biographie de la vie des deux sportifs avec la joie de Giannis lorsqu'il est choisi par les Bucks de Milwaukee lors du draft NBA. Rise : La Véritable Histoire des Antetokounmpo se conclut alors par quelques vraies images de la réelle famille Antetokounmpo qui résume ce qui est arrivé à chaque membre suite à cet évènement ; quasiment que du bonheur malgré un drame qui va tous les endeuiller.

Rise : La Véritable Histoire des Antetokounmpo brille grâce à son casting tout simplement exceptionnel.
Dayo Okeniyi (Fresh) joue un Charles Antetokounmpo incroyable. L'acteur arrive à donner au père une présence et une aura, empli de respect et de dignité, cherchant ce qu'il y a de mieux pour ses enfants tout en restant intransigeant sur ses principes et ses valeurs. En particulier, les scènes où il ne sent pas capable d'assister en direct aux grands moments de la vie de ses enfants montrent son stress et ses fragilités, ce qui le rend encore plus attachant.
La mère, Veronica Antetokounmpo, est interprétée quant à elle par une Yetide Badaki (This is Us) parfaite. L'artiste retranscrit à merveille la culpabilité qui ronge cette mère depuis des années, depuis qu'elle a dû faire le choix atroce de laisser son premier fils dans son pays d'origine afin d'espérer lui trouver une vie meilleure. La femme donne alors tout ce qu'elle a pour élever au mieux ses autres enfants ; comprenant que ceux-ci ont aussi besoin de rêver et de garder espoir.
Il sera également apprécié tous les jeunes acteurs qui tiennent les rôles des enfants Antetokounmpo. Uche Agada est extraordinaire en Giannis Antetokounmpo, arrivant parfaitement à montrer la détermination, la gentillesse, les doutes et les valeurs du jeune joueur. Les autres frères ne sont pas en reste, que ce soit Thanasis (Ral Agada), Alex (Elijah Shomanke) ou Kostas (Jaden Osimuwa). Tous les jeunes acteurs ont la particularité d'être débutants ou presque devant la caméra.

Côté réalisation, les studios Disney ont fait appel à l'artiste Akin Omotoso. Né en 1974, d'origine nigériane, il suit son père en 1992 et part s'installer en Afrique du Sud. Durant ses études d'arts dramatiques à l'université de Western Cape, il débute sa carrière d'acteur. Parmi ses rôles les plus marquants, il peut être noté une participation au magnifique film Disney La Dame de Katwe. Il fait ensuite ses débuts derrière la caméra en 2003 en étant réalisateur du film God Is African. Il continue plus activement sur cette voie à partir de 2006, notamment en travaillant sur des courts-métrages, des séries télévisées ou des documentaires. Il revient aux longs-métrages lors de la décennie suivante avec Man on Ground (2011), Tell Me Sweet Something (2015), Vaya (2016) et The Ghost and the House of Truth (2019). Dans Rise : La Véritable Histoire des Antetokounmpo, le réalisateur propose une touche personnelle dans la mise en scène, partageant la même nationalité que les protagonistes du film, permettant d'apporter un point de vue sincère sur les évènements tout en tournant principalement en Grèce afin de donner plus d'authenticité au récit. De même, il dirige à merveille ses acteurs et déroule bien son histoire, passant de la dureté d'un destin de migrants à l'espoir et la fierté de grands sportifs.

Salué par la critique américaine, Rise : La Véritable Histoire des Antetokounmpo est moins un film sportif que l'épopée d'une famille hors-norme dont le courage a changé le destin. Porté par des acteurs excellents, il déploie sa charge émotionnelle à la fin quand les difficultés cèdent enfin leur place au conte de fée et voit les jeunes frères laisser exploser leurs talents sportifs.

Poursuivre la visite

Le Forum et les Réseaux Sociaux

www.chroniquedisney.fr
Chronique Disney est un site amateur, non officiel, sans lien avec The Walt Disney Company, ni publicité,
utilisant des visuels appartenant à The Walt Disney Company ou des tiers par simple tolérance éditoriale, jamais commerciale.