La Voie du Destin
Le Nouvel Ordre Jedi - 14

Le Nouvel Ordre Jedi - 14 : La Voie du Destin
La couverture
Titre original :
The New Jedi Order : Destiny’s Way
Éditeur :
Fleuve Noir
Date de publication France :
Le 22 avril 2004
Genre :
Science-fiction
Label :
Star Wars - Univers Légendes
Auteur(s) :
Walter Jon Williams
Autre(s) Date(s) de Publication :
Del Rey (US) : 1er octobre 2002
Presses de la Cité (FR) : 20 mars 2003
Nombre de pages :
512

Le synopsis

An 28 après la Bataille de Yavin (Univers Légendes)
Depuis la chute de Coruscant, la victoire des Yuuzhan Vong semble inévitable. Acharnés, Luke, Yan, Leia, Jacen, Jaina et leurs frères d'armes espèrent pourtant toujours l'emporter. Mais la Nouvelle République se délite et les intrigues foisonnent. Tout cela pour obtenir un poste, la Présidence d'une Nouvelle République devenue plus criminelle encore que l'Empire...

La critique

rédigée par
Publiée le 04 février 2022

La Voie du Destin est le quatorzième tome de ce qui reste encore aujourd'hui la série de romans Star Wars la plus ambitieuse : Le Nouvel Ordre Jedi.

Le roman est écrit par Walter Jon Williams. Né le 15 octobre 1953 à Duluth dans le Minnesota, il débute sa carrière en tant que romancier sur un livre narrant des aventures maritimes, Privateers and Gentlemen, qu'il signe sous le nom de plume Jon Williams et qu'il adaptera ensuite en jeu de rôles. Il se lance après dans l'écriture de romans de science-fiction dont les séries les plus connues sont Câblé, Majistral, Plasma, La Chute de l'Empire Shaa ou Wild Cards. Étonnamment, l'auteur n'écrira qu'un seul roman pour la saga Star Wars : Le Nouvel Ordre Jedi - 14 : La Voie du Destin.

Cela fait bien longtemps que la série Le Nouvel Ordre Jedi n'avait pas apporté un peu d'espoir. Si le dernier volume Le Traître a été grisant à lire, il a été aussi éprouvant vu les atrocités qu'y a vécues Jacen Solo ; le lecteur supportant par procuration tout ce qu'a enduré le jeune Jedi. Par contre, les quatre romans avant lui, Étoile après Étoile, Sombre Voyage, Derrière les Lignes Ennemies - I : Le Rêve Rebelle et Derrière les Lignes Ennemies - II : La Résistance Rebelle, n'ont été pas moins qu'une véritable descente aux enfers où la Nouvelle République subit des échecs cinglants mises à part quelques victoires épisodiques pour sauver l'honneur. La planète capitale Coruscant est tombée et se voit transformée en jungle afin de faire disparaître toute trace de civilisation technologique. De nombreux héros sont morts, en premier lieu Anakin Solo, le plus jeune fils de Leia et Han. Ce qui reste de gouvernement tente de garder le pouvoir mais les luttes intestines sont plus féroces que les batailles contre les Yuuzhan Vong... Bref, le lecteur attend un peu de lumière dans une saga décidément bien sombre. La Voie du Destin va enfin le leur donner en montrant l'aube de la victoire, certes encore très hypothétique, mais en faisant la démonstration que les êtres extra-galactiques ne sont pas si infaillibles qu'ils le prétendent.

La Voie du Destin montre ainsi que les grandes forces des Yuuzhan Vong sont aussi leurs plus grandes faiblesses. Jusqu'à maintenant dans la série du Nouvel Ordre Jedi, les êtres extra-galactiques ont en effet été un vrai rouleau compresseur militaire, avançant de planète en planète, sûrs de leur supériorité et de leur bon droit. Leur religion est ainsi prépondérante dans leur mode de pensée, persuadés que leurs dieux les ont rendus forts pour qu'ils dirigent les plus faibles et leur fasse reconnaître « leur » vérité. Notamment, ils ne supportent pas la technologie non vivante. Tout, de leur habit à leur vaisseau en passant par leur mode de communication, est d'origine biologique. Les machines et les droïdes constituent donc pour eux le pire des blasphèmes. De plus, dans leur philosophie, la vie n'est que souffrance et ceux qui la refusent ou ceux qui ne sont pas capables de supporter la douleur sont des honteux et des moins que rien. Pour toutes ces raisons, ils considèrent toutes les espèces de la Nouvelle République comme des infidèles, des mécréants et des hérétiques. Leur faiblesse est donc d'avoir une foi aveugle en leurs dieux, sans savoir qu'ils sont en réalité manipulés par un dirigeant de droit divin qui se veut omnipotent. En bons fanatiques pour lesquels la mort est un accomplissement, ils sont prêts à foncer dans un piège pour y mourir même s'ils savent que seule la défaite les attend. Si la création des Yuuzhan Vong n'est sûrement pas liée à l'actualité internationale, il est difficile de ne pas y voir des similitudes entres les défauts de cette espèce et les ennemis que s'est découvert l'Amérique à la suite des attentats du 11 septembre, perpétrés à peine un an auparavant. Le roman est en tout cas très critique vis-à-vis des fondamentalistes religieux et de la violence qui en découle.

D'un point de vue politique La Voie du Destin est aussi intéressant. Il permet de faire évoluer le gouvernement de la Nouvelle République qui avait été décimé après la chute de Coruscant. Les sénateurs survivants se sont rassemblés sur la planète aquatique Mon Cala et essayent d'élire un nouveau président. Deux courants de pensée s'affrontent alors : le premier veut ne pas agresser les Yuuzhan Vong en essayant de parlementer et en espérant que certaines planètes échapperont à leur courroux ; le second veut mener une guerre ouverte, ayant compris qu'il n'obtiendrait aucune clémence de leurs ennemis qui recherchent leur annihilation complète. Il est intéressant de voir comment les héros, avec en tête le contrebandier Talon Karrde et l'homme d'affaire Lando Calrissian, vont œuvrer en sous-marin pour que l'élection du président au sénat aille dans une direction qui leur convienne et qu'ils estiment la plus salutaire. Ils vont donc truquer le vote non pas en achetant certaines voix des sénateurs mais en utilisant la corruption contre ces politiques véreux. Ils piègent ainsi certains sénateurs pour qu'ils n'aient pas d'autres choix que celui de « bien » voter afin d'éviter des révélations qui pourraient leurs faire du tort. En temps de guerre, la Nouvelle République a tout de même perdu de ses valeurs et de sa foi dans une démocratie saine et transparente. Indirectement, cette élection truquée fait tout de même avancer enfin un point annoncé depuis une dizaine de livres mais sans cesse repoussé : la création d'un Conseil Jedi. Luke Skywalker tentait de le mettre en place depuis des années mais faisait face à l'hostilité des politiques de la Nouvelle République qui n'avaient pas confiance dans les Jedi. Luke faisait aussi face à certaines réticences dans le rang de ses propres chevaliers qui avaient peur de perdre en liberté d'action. La création du Conseil apporte finalement un peu d'espoir, surtout qu'une des toutes premières décisions prises est de célébrer le courage des jeunes apprentis Jedi en les faisant enfin passer au rang de chevalier accompli. Ce passage du livre est vraiment émouvant et met particulièrement du baume au cœur au lecteur.

La Voie du Destin permet également à plusieurs personnages de connaître leur moment de gloire, à commencer par Jacen Solo qui retrouve enfin les siens après avoir échappé aux Yuuzhan Vong dans le roman précédent. Le jeune homme a bien changé mais a enfin trouvé une certaine sérénité. Le personnage devient particulièrement attachant alors qu'il avait tendance à être insupportable au début de la série en se questionnant sans cesse. Dans sa fuite, il a ramené avec lui l’intrigante Vergere. Cette ancienne Jedi de l'Ancienne République est vraiment mystérieuse et le lecteur ne sait toujours pas quels sont ses desseins. Mais le saura-t-il vraiment un jour ? Sa destinée dans le roman est, en tout cas, étonnante et ses joutes verbales avec Luke Skywalker passionnantes. Il est également plaisant de retrouver le personnage de l'Amiral Ackbar qui, malgré une santé diminuée, met au point un plan efficace pour contrer les Yuuzhan Vong et pour remporter une victoire cruciale. Côté ennemi, le Maître de Guerre Tsavong Lah voit son influence se réduire, obligé qu'il est de prendre des risques pour se réhabiliter. Enfin, le roman introduit le Seigneur Suprême Shimrra Jamaane, le véritable dirigeant des Yuuzhan Vong, celui à la tête des trois castes majeures de la société Vong que sont les modeleurs, les prêtres et les guerriers. Le lecteur comprend en sous-texte que le Seigneur Suprême semble avoir manipulé la réalité de ses pouvoirs en jouant avec la croyance de ses sujets.

Le roman se conclut par une bataille spatiale finale vraiment grisante, et surtout parfaitement chorégraphiée et digeste. Il s'agit sûrement du combat spatial le plus agréable à lire du Nouvel Ordre Jedi qui avait tendance à rendre, auparavant, ses affrontements galactiques plutôt confus. De plus, cette bataille se permet de proposer un retournement de situation offrant un final aussi explosif qu'haletant où le lecteur se demande comment tout va se finir. Le suspense bat vraiment à plein car les héros qui sont engagés dans le combat sont tous "sacrifiables", ne faisant pas partie du trio légendaire composé de Luke Skywalker, Leia Organa et Han Solo. Impossible donc de savoir qui va vivre ou mourir. Mais c'est un roman qui fait entrevoir enfin la lumière après beaucoup de désillusions. La victoire est éclatante pour la Nouvelle République même si elle ne se fait pas sans sacrifices.

La Voie du Destin est un roman transpirant d'optimisme et d'espoir. Superbement écrit malgré quelques petites longueurs pardonnables, le livre mélange questionnement politique, bataille spatiale et personnages attachants. Après un passage à vide de quelques titres, la série Le Nouvel Ordre Jedi réussit donc à rebondir depuis deux tomes pour le plus grand plaisir des lecteurs.

Poursuivre la visite

1985 • 2022

Le Forum et les Réseaux Sociaux

www.chroniquedisney.fr
Chronique Disney est un site amateur, non officiel, sans lien avec The Walt Disney Company, ni publicité,
utilisant des visuels appartenant à The Walt Disney Company ou des tiers par simple tolérance éditoriale, jamais commerciale.