Dark Vador
Tome - 3 : La Guerre Shu-torun

Dark Vador - 3 : La Guerre Shu-torun
La couverture
Éditeur :
Panini Comics
Date de publication France :
Le 09 novembre 2016
Genre :
Comics
Autre(s) Date(s) de Publication :
Kieron Gillen (Scénariste)
Salvador Larroca (Dessinateur)
Leinil Francis Yu (Dessinateur)
Nombre de pages :
144

Le sommaire

• Annual 1 - Mission Secrète : Shu Torun (16/12/2015)
• La Guerre Shu-torun (I) : Dark Vador #16 (10/02/2016)
• La Guerre Shu-torun (II) : Dark Vador #17 (02/03/2016)
• La Guerre Shu-torun (III) : Dark Vador #18 (30/03/2016)
• La Guerre Shu-torun (IV) : Dark Vador #19 (13/04/2016)

La critique

rédigée par
Publiée le 12 juin 2020

Dark Vador - 3 : La Guerre Shu-torun constitue un arc passionnant en conduisant le Seigneur Sith à commettre une ingérence dans la politique d’une planète minière plongée dans une guerre civile. Vador travaille ainsi toujours à la reconquête de son pouvoir au sein de l’Empire en menant une lutte fratricide contre des ennemis plus ou moins menaçants.

Kieron Gillen continue d’imaginer ce pan inconnu de la vie de l’iconique Dark Vador. Né le 30 septembre 1975, le Britannique débute sa vie professionnelle en tant que journaliste spécialisé dans le jeu vidéo et la musique, écrivant dans de multiples journaux et magazines dont l’illustre The Guardian. En 2006, il rédige son premier scénario et crée la série de comics mêlant musique et fantaisie Phonogram. Deux ans plus tard, il débute sa collaboration avec Marvel Comics en écrivant les scénarios d’issues uniques puis d’arcs entiers, notamment dans Thor (Volume 3), Uncanny X-Men (Volume 1), Uncanny X-Men (Volume 2) ou Iron Man (Volume 5). Ses succès lui donnent l’opportunité de scénariser la série Dark Vador sur 25 issues. À partir du personnage éponyme qu’il a créé dans cette dernière, il initie la très réussie Docteur Aphra. En parallèle, il est l'auteur des crossovers Vador : Abattu et La Citadelle Hurlante puis rédige les numéros 38 à 67 de la série Star Wars dont Les Cendres de Jedha et Mutinerie sur Mon Cala.

Leinil Francis Yu signe, quant à lui, une pige sur la série en dessinant l’issue Annual 1 - Mission Secrète : Shu-torun introduisant ce tome. Né en 1977 aux Philippines, il est recruté par Marvel dans les années 90 et illustre notamment les séries Wolverine, X-Men, le crossover Secret Invasion (2008) scénarisé par Brian M. Bendis ou la relance de Captain America en 2018. Pour la saga intergalactique, il dessine également sur Star Wars - 3 : Prison Rebelle, publié de manière concomitante à Dark Vador - 3 : La Guerre Shu-torun, entre février et mai 2016.
Salvador Larroca est, pour sa part, de nouveau à l’œuvre sur le dessin des numéros 16 à 19 de la série, qui constituent l’arc La Guerre Shu-torun. Né en 1964 à Valence en Espagne, il débute dans l’univers des comics en 1993 au sein de la filiale britannique de Marvel après avoir travaillé en tant que cartographe. Il rejoint ensuite les États-Unis et dessine sur les titres Ghost Rider et Fantastic Four avant de devenir un spécialiste des mutants avec notamment Uncanny X-Men, X-Treme X-Men ou encore Ultimate X-Men. Au-delà de son travail sur Dark Vador, il dessine les numéros 26 à 55 de Star Wars dont les recueils La Guerre Secrète de Yoda, Des Rebelles Naufragés, Les Cendres de Jedha et Mutinerie sur Mon Cala.

Ce troisième tome est donc composé des quatre issues de l’arc La Guerre Shu-torun, précédées de l’Annual 1 - Mission Secrète : Shu-torun en guise d’introduction. Le choix est logique, l’issue annuelle présentant avec brio le lieu qui sert de décor à l’ensemble du récit, Shu-torun. L'opus est en effet caractérisé par une quasi-unité de lieu mais ne tombe pas pour autant dans la monotonie tant le plaisir de la découverte d’un nouveau pan de l’univers est présent. En plus de ses paysages grandioses et de son architecture inspirée, Shu-torun bénéficie, il est vrai, d’une culture propre, ses habitants appréciant par exemple particulièrement la danse. Son fonctionnement politique est par ailleurs complexe, la richesse de ses sols donnant des pouvoirs démesurés de fait aux barons miniers, qui sont en mesure de contester la légitimité de la monarchie.
Regorgeant de minerais, la planète représente bien logiquement un atout stratégique pour l’Empire qui a besoin de ces matières précieuses et ne peut se permettre de laisser une rébellion s’y installer, n’hésitant ainsi pas à pratiquer l’ingérence. Alors que le Roi se montre plus que récalcitrant face aux velléités impériales, Dark Vador en fait rapidement son affaire et décide de placer à la tête de la monarchie sa fille Trios.

La Reine représente ainsi le meilleur apport de l’opus, constituant un personnage intéressant qui gagne en épaisseur et se développe au fil du récit. Suivant d’abord les directives d’un père monarque dans l’ombre duquel elle se place, elle s’installe sur le trône du simple fait de la volonté de Vador, qui pense alors en faire un parfait pion pour couper court à toute rébellion. La Reine Trios est en effet rapidement contestée par les barons miniers, menés par Rubix, qui l’attaquent pour mettre fin à la mainmise de l’Empire sur leur planète (et surtout leurs ressources !). Elle n’hésite alors pas à se rendre directement sur le champ de bataille, quitte à se voir reprocher son imprudence. Elle affirme ainsi de plus en plus sa personnalité et fait preuve d’une autorité menaçante qu’elle s'attache désormais à transformer en actes. Trios s’avère finalement marcher dans les pas de Vador dans sa façon de manipuler les gens pour arriver à ses fins.
Le lecteur est ainsi intrigué tout au long de cet arc par la complexité de la Reine Trios et se demande quelles seront les prochaines actions dictées par ses motivations. Le scénariste Kieron Gillen a, en fait, bien saisi tout le potentiel de son personnage et des intrigues se déroulant sur sa planète, puisqu’il la fait revenir dans Star Wars - 7 : Les Cendres de Jedha, Star Wars - 8 : Mutinerie sur Mon Cala et Star Wars - 9 : La Mort de l’Espoir, dans lesquels son destin reste passionnant à suivre.

Vador poursuit quant à lui sa réhabilitation progressive au sein de l’Empire, alors que Palpatine continue de le tester en plaçant des obstacles sur son chemin. Tandis qu’il vient d’échapper dans le crossover Vador : Abattu au piège tendu par Karbin, le Seigneur Sith semble ici retrouver ses forces et être prêt à reconquérir son pouvoir. Son affrontement avec Cylo, que le Général Tagge lui met dans les pattes, est intéressant à suivre tout au long du tome. Le docteur humanoïde s’avère, en effet, être prêt à tout pour nuire à Vador, quitte à jouer contre l’Empire. D’intéressantes allusions sont par ailleurs lancées par le personnage lorsqu’il évoque le passé, constituant des indices prometteurs sur l’histoire de son lien avec Dark Vador et sur la suite du récit.
Dark Vador - 3 : La Guerre Shu-torun ne propose cependant pas uniquement des antagonistes à la hauteur de son (anti-)héros. Alors qu’ils avaient été présentés dans les tomes précédents, les jumeaux Aiolin et Morit Astarte signent il est vrai un retour bien décevant. La jumelle exprime auprès de Vador un semblant de désir de formation à la Force, clairement tentée par le Côté Obscur pour terrasser son frère. Toutefois, cette promesse qui aurait pu receler un important potentiel s’avère rapidement décevante. Leur destin ne surprend ainsi pas le lecteur, qui s’en est de toute façon déjà désintéressé.

La grande absente de ce troisième tome est bien évidemment le Docteur Aphra, qui constitue pourtant malgré elle un fil rouge à l’arc. Capturée par les Rebelles dans Vador : Abattu et alors que sa propre histoire se poursuit en parallèle dans Star Wars - 3 : Prison Rebelle, elle est recherchée par Dark Vador qui charge les chasseurs de primes déjà vus dans la série de la retrouver à tout prix. L’archéologue représente en effet une véritable menace pour lui, ayant connaissance de certains de ses plus importants secrets. Malgré son absence, Aphra reste ainsi dans l’esprit du lecteur, qui a hâte de la retrouver dans la série pour qu'elle s’achève de la meilleure des manières.
0-0-0 et BT-1, les deux droïdes assassins de l’archéologue, accompagnent quant à eux Vador sur Shu-torun. Toujours drôles et impitoyables, ils prennent de belles libertés avec les directives de leur actuel maître. Alors qu’est mobilisée l’armée de droïdes séparatistes récupérée dans le premier tome de la série, montrant une cohérence admirable dans son scénario, 0-0-0 réalise sur ceux-ci une programmation pour le moins atypique. La trouvaille originale du droïde contribue alors à la richesse de l’ensemble et à son intérêt pour le lecteur fan de Star Wars.

Les illustrations de Dark Vador - 3 : La Guerre Shu-torun sont d’une qualité davantage variable que celles des précédents tomes. Les dessins de Leinil Francis Yu sur l’Annual 1 sont dans ce bilan particulièrement réussis, offrant un regard plus artistique avec des variations dans les points de vue qui approchent un rendu cinématographique. Le travail du Philippin sur les perspectives et les proportions est quant à lui excellent, tranchant par là avec les planches de Salvador Larroca dans les quatre autres issues.
L’Espagnol rencontre en effet toujours des difficultés sur ces aspects et côtoie même le catastrophique avec le rendu visuel des droïdes de combat. Il gratifie en revanche le lecteur de magnifiques représentations des vaisseaux et machines, faisant preuve d’une grande imagination avec des créations impressionnantes. Son travail sur la Reine Trios est également excellent et participe à l’aura du personnage.

Dark Vador - 3 : La Guerre Shu-torun offre un nouvel arc dépaysant à la série après le décevant crossover Vador : Abattu. Introduisant l’intéressante Reine Trios, ce troisième tome parvient à lier avec réussite les différentes intrigues de la série. Il est cependant dommage que ses illustrations soient inégales et qu’il pâtisse de certains personnages au manque de charisme flagrant.

Poursuivre la visite

1985 • 2020

Les Réseaux Sociaux

www.chroniquedisney.fr
Chronique Disney est un site amateur, non officiel, sans lien avec The Walt Disney Company, ni publicité,
utilisant des visuels appartenant à The Walt Disney Company ou des tiers par simple tolérance éditoriale, jamais commerciale.