Le Noël de Mickey
Vue d'ensemble
Nom anglophone :
Mickey's T'was the Night Before Christmas
Date d'ouverture :
Le 21 novembre 1992
Date de fermeture :
Le 8 janvier 2006
Type d'attraction :
Spectacle
Crédit Photos :
Parisian Trotter
Durée :
22 minutes

Le synopsis

Mickey et Minnie invitent leurs amis à venir célébrer le réveillon de Noël. La magie de l’hiver s’emparant de la fête, les enfants sont transportés à travers leurs rêves les plus fous au rythme des classiques musicaux de Noël.

L'expérience

C’est la veille de Noël et, en ce 24 décembre, le feu crépite dans la cheminée qui trône au milieu du salon. Sur son rebord, un casse-noisette représentant Mickey et des chaussettes de Noël sont savamment disposées. De nombreux portraits sont accrochés aux murs, et chacun peut y reconnaître Donald, Dingo, Pluto ainsi qu’un cliché du premier baiser de Mickey et Minnie dans un avion fou. Pas de doute, nous sommes chez Mickey ! Une étonnante tête d’ours est accrochée sur l’un des pans du salon. Près de la cheminée se trouve également un sapin de Noël décoré de boules et guirlandes lumineuses. Enfin, un canapé blanc vient parfaire cette décoration chaleureuse.

Soudain, des enfants en pyjamas entrent dans la pièce pour disposer leurs souliers. Ils chantent et dansent en chœur des airs comme We Need a Little Christmas et Deck the Halls et entretiennent l’espoir de voir arriver bientôt le Père Noël. Se souhaitant les uns après les autres un "très joyeux Noël", ils accueillent alors leur hôte Mickey, revêtu de sa tenue de nuit, chemise, bonnet et pantoufles assortis. Pendant qu’il dépose lui aussi ses souliers auprès du feu de cheminée, Minnie fait son apparition, également en chemise de nuit. Une fois ses souliers déposés, c’est au tour de Donald de débarquer dans la pièce, déjà ronchon et coiffé d’un bonnet rouge assorti d’un haut vert, la magie de Noël est décidément partout !

Le salon se vide alors peu à peu de ses occupants, seuls Mickey et Minnie restent pour s’assoupir sur le canapé. Sur les notes de Danse de la Fée Dragée, la tête d’ours, jusqu’ici solidement accrochée au mur, commence à s’animer. Il s’agit en réalité de Boniface, qui jaillit de la cloison, muni d’une baguette magique et vêtu d’un simple tutu et d’une coiffe rose. Il est très rapidement rejoint par Big Al et Liver Lips. Effectuant pirouettes et mouvements de danse classique, les trois plantigrades usent alors de leur magie afin de réveiller le célèbre couple de souris, dormant sur leur sofa. Le réveil de Mickey et Minnie étant imminent, les ours s’échappent alors, marquant la fin du rêve et le retour de tous les convives dans le salon. La tête d’ours a disparu et, à la place, se trouve un panonceau où est inscrit « Gone with the dream » (« Parti avec le rêve » en français).

Au rythme de White Christmas (Noël Blanc), fredonnée par les enfants, Mickey et Minnie débutent une danse, rapidement rejoints par Donald ainsi que l’ensemble de la chorale improvisée, la chorégraphie s’achevant par de nombreux câlins entre tous les convives. Au son d’une musique cadencée, de nouveaux hôtes sont accueillis : il s’agit des très attendus Pluto, Tic et Tac, portant eux aussi leurs écharpes et bonnets de Noël. Tous entonnent alors la célèbre chanson Vive le Vent (Jingle Bells) dans une ambiance joyeuse et festive. C’est lui ! La voix du Père Noël se fait entendre et un vent d’excitation souffle dans la pièce. Les enfants entonnent le chant Santa Claus Is Coming to Town et leurs regards se portent alors sur la cheminée encore crépitante, ce qui ne les dissuade pas de s'empresser à regarder par le conduit. Ils espèrent en fait tous apercevoir le vieux monsieur à la barbe blanche.

Deux par deux, les enfants entament quelques pas de danse afin d’accueillir leur nouvel invité. Ils entendent le Père Noël égrainer un par un le nom de chacun d’entre eux, ce qui les rassure évidemment sur les surprises qui les attendent. Une des heureux élus s’empare sans vergogne du casse-noisette Mickey posé sur la cheminée tandis qu’une épaisse fumée vient envahir la pièce, invitant tout un chacun au rêve. Se dissipant peu à peu, le nuage laisse alors sa place à un tout nouvel univers où apparaissent de multiples jeux et friandises : bienvenue au Pays des Jouets ! Se trouvent pêle-mêle des bonbons, des casse-noisettes, des chevaux de bois, des peluches, un train et une poupée. Les rêveurs déambulent aussitôt entre les jouets qui prennent vie. Soudain, quatre soldats de bois apparaissent, dont deux sur leur monture. C’est alors qu’une poupée trônant au milieu de la pièce s'anime, marquant de façon saccadée le tempo de la musique. Elle réveille par la suite d’une caresse, les soldats en bois afin qu'ils la rejoignent dans sa danse.

Peu après, une épaisse fumée blanche s’échappant d’une boîte à jouets laisse apparaître un clown. Effectuant des acrobaties à travers la pièce, il ne laisse pas les autres jouets indifférents. Subitement, la musique s'accélère et tous se mettent à ranger le salon encombré de tous ces cadeaux de Noël. Mettant fin à cette parenthèse enchantée au Pays des Jouets, le rêve s’achève de nouveau et tous les enfants, Mickey et Minnie se réveillent dans le salon. Soudain, tombant de la cheminée, le Père Noël couvert de cendre et de suie surgit au milieu de la pièce. Mais ne serait-ce pas Dingo ?... Il vide sa hotte remplie de cadeaux pour tous les enfants qui se précipitent sur ces belles surprises en dansant autour de lui. Pas de doute, c’est bien le Père Noël !

Pour le remercier, Minnie accourt vers lui afin de lui donner un baiser. Dans la foulée, ils entament une chorégraphie au rythme endiablé d’un paso doble, le Père Noël (dont la maladresse rappelle décidément beaucoup celle de Dingo…) réussit même à porter Minnie pour la faire tournoyer. Il vérifie ensuite que tous les cadeaux ont été distribués. Une fois sa mission correctement remplie, et après avoir esquissé un dernier pas de danse, il disparaît par le conduit de cheminée dans une explosion d’étincelles. Le moment est venu pour lui de souhaiter à tous les convives, en français, en anglais et en espagnol, un très joyeux Noël.

Emplis de joie, les enfants et leurs amis entonnent alors Happy Holiday et sortent de la maison : les voilà au cœur du village enneigé, paré de ses couleurs hivernales et bordé par une forêt. Il fait froid dehors, ils enfilent vite leurs leurs manteaux rouges et leurs bonnets blancs et se joignent à Tic, Tac, Mickey, Minnie, Pluto et Donald pour chanter tous ensemble Winter Wonderland, dans ce cadre féérique. Tous se réunissent alors autour de Frosty, le bonhomme de neige coiffé d’un haut de forme et d’une écharpe rouge. Incroyable ! Il est vivant et s’anime pour danser à leurs côtés ! Pour conclure cette nuit enchantée, chacun se met à entonner Sleigh Ride tandis que Pluto traverse le village en tirant un traîneau à bord duquel ont pris place Mickey, Minnie, Tic et Tac. Résonne enfin On Vous Souhaite un Joyeux Noël (We Wish You a Merry Christmas) tandis que la neige commence à tomber sur le hameau où tous les enfants sont réunis. Joyeux Noël et Bonne Année !

La critique

rédigée par Romain Hinault
Publiée le 17 décembre 2020

Spectacle iconique des célébrations d’hiver à Disneyland Paris, Le Noël de Mickey a été programmé pendant quatorze années consécutives sur la scène de Fantasy Festival Stage, lui accordant la plus grande longévité d’exploitation pour un spectacle au sein du Parc Disneyland. Présentant une histoire simple mais entraînante, cette animation révèle un travail artistique réfléchi doublé d'une technique satisfaisante. Mais les années passant, il ne bénéficiera pas des nouvelles technologies qui pointent tour à tour le bout de leur nez, précipitant une chute un peu tardive.

Le Noël de Mickey a été pensé pour plaire au plus grand nombre. Les visiteurs retrouvent avec plaisir Mickey et ses amis dans l'ambiance festive et conviviale des fêtes de fin d'année. Afin d'être compris de tous, le spectacle est interprété en anglais et en français, non sans un fort accent américain qui ajoute cela dit un certain charme à l'ensemble, renforçant l’idée selon laquelle l’histoire se situe aux États-Unis, le choix de nombreux chants de Noël très américains le confirmant (dommage cependant que cela soit incohérent avec Fantasyland qui est un village médiéval européen). Chantant en présonorisation durant tout le long de la représentation, l’énergie des danseurs contribuent grandement à rendre l'histoire de ce spectacle universelle.

Les danseurs font preuve d’un dynamisme très communicatif. Leur rôle reste cependant peu clair, il semble qu’ils représentent des enfants qui se prennent à rêver durant la nuit de Noël et attendent avec impatience que le Père Noël leur dépose des cadeaux. Cela dit, l’âge des interprètes, tous adultes, est en décalage avec cette idée. Contant l'histoire d'un rêve où les personnages Disney et des enfants traversent différentes aventures, le spectacle fait un bon usage des changements de décors. Les trois tableaux qui composent Le Noël de Mickey sont il est vrai fluides et dépaysants. Les quelques artifices utilisés lors de la représentation comme l'usage de la fumée ou l'utilisation plus ponctuelle des étincelles et de la fausse neige donnent également de l’épaisseur à une histoire somme toute classique. Ces effets permettent en effet au décor de « carton-pâte » sans grand relief de prendre une nouvelle dimension.

Les arrangements musicaux des plus grandes musiques de Noël réalisés au sein de ce spectacle sont intelligents et permettent très rapidement une immersion des spectateurs dans la magie de Noël. Une musique inédite, créée spécialement pour l'occasion, sert de fil rouge à l'histoire du (Le) Noël de Mickey aux côtés de nombreuses autres œuvres plus populaires. Parmi les plus grands classiques de Noël, les spectateurs peuvent notamment entendre les mélodies de We Need a Little Christmas issue de la comédie musicale Mame, Deck the Halls, la Danse de la Fée Dragée qui provient de l'œuvre Casse-Noisette créée par Piotr Ilitch Tchaïkovski et réinterprétée par les artistes Disney dans Fantasia puis dans Casse-Noisette et les Quatre Royaumes. Le spectacle comporte également les morceaux White Christmas et Happy Holiday tirés du film L’Amour Chante et Danse, Jingle Bells / Vive le Vent, Santa Claus is Coming to Town, Toyland, chanson issue de l'opérette Babes in Toyland qui fera l'objet d'une adaptation cinématographique Disney en 1961, Winter Wonderland, Frosty the Snowman, Sleigh Ride et l’incontournable We Wish You a Merry Christmas / On Vous Souhaite un Joyeux Noël.

Les Personnages Disney comme Dingo ou les ours déguisés en ballerines ajoutent une touche de folie et d'humour au spectacle. Il s’agit de Boniface, héros du film d’animation Mélodie du Sud ainsi que de Big Al et Liver Lips, issus de l’attraction Country Bear Jamboree (de Disneyland, Magic Kingdom et Tokyo Disneyland) étonnamment associés, en tutu, pour ce spectacle. Cette séquence loufoque ne manque pas de rappeler la Danse des Heures de Fantasia dans laquelle éléphantes, autruches et hippopotames jouent les ballerines. La présence de Frosty le bonhomme de neige est également appréciée bien que surprenante car ce dernier n’a initialement pas de lien direct avec Disney. Il a été créé en 1950 pour la chanson Frosty the Snowman qui a ensuite été imagée dans le cadre d’un cartoon réalisé par le studio United Productions of America puis en 1969 par Rankin/Bass Productions, dans un cartoon télévisé spécial qui deviendra un classique aux États-Unis et aura droit à plusieurs suites.

Le Noël de Mickey s’est joué durant plus d’une décennie au sein de Fantasy Festival Stage. Cette salle de spectacle a en fait accueilli de nombreuses animations parmi lesquelles C'est Magique, de 1992 à 1994, En Scène, S'il Vous Plaît !, de 1995 à 2000, Bienvenue au Pays des Merveilles en 2005, Winnie l'Ourson et ses Amis de 2006 à 2010 et Le Magicien d'Halloween en 2008. Le Fantasy Festival Stage fut aussi l’hôte de divers événements saisonniers ou ponctuels à l’instar des (Les) Journées Musicales Magiques de 1993 à 2011 ou encore le Make-Up Workshop en 2002. La dimension candide et loufoque du spectacle, tout comme la trame de Noël, font de Fantasy Festival Stage une scène idéale en cohérence avec l’univers du Royaume Magique où les contes de fées prennent vie. 

Le Noël de Mickey et La Cérémonie d'Illumination du Sapin de Noël, lancée elle aussi en 1992 à Town Square, ont constitué les animations phares des célébrations des fêtes de fin d’année à Disneyland Paris. En 1998, les visiteurs découvrent aussi le spectacle sur glace Mickey et la Magie de l’Hiver qui animera The Chaparral Theater jusqu’en 2012. Après l’arrêt du show Le Noël de Mickey, les visiteurs s'évadent dès 2007 avec Les Vacances de Noël de Minnie sur la scène créée à Central Plaza pour le quinzième anniversaire de Disneyland Paris. C’est en 2011 que Fantasy Festival Stage ferme définitivement ses portes pour accueillir en 2012 le point photo Meet Mickey Mouse - Rencontre avec Mickey, ouvert à l’occasion des festivités du vingtième anniversaire du Resort parisien. À travers les Parcs Disney du monde entier, les animations célébrant les fêtes de fin d'année sont pléthore mais une fait particulièrement écho au (Le) Noël de Mickey : le spectacle Mickey's Twas the Night Before Christmas joué à Tomorrowland au Magic Kingdom de Walt Disney World Resort partage en effet le même concept et une nomenclature anglophone identique.

Spectacle incontournable d'une longévité hors norme et ayant connu un important succès à Disneyland Paris, Le Noël de Mickey a su séduire les spectateurs par son rythme et sa bande musicale entraînante. Le classicisme du scénario de cette animation tout comme son ambition technique mesurée n’ont pas entaché le bonheur des visiteurs qui y retrouvent Mickey et ses amis au cœur d’une histoire universelle.

Poursuivre la visite

Le Forum et les Réseaux Sociaux

www.chroniquedisney.fr
Chronique Disney est un site amateur, non officiel, sans lien avec The Walt Disney Company, ni publicité,
utilisant des visuels appartenant à The Walt Disney Company ou des tiers par simple tolérance éditoriale, jamais commerciale.