Electroland
L'affiche
Date d'ouverture :
Le 8 juillet 2017
Type d'événement :
Soirée
 

Le synopsis

L'été bat son plein au Parc Walt Disney Studios, et pour l'occasion, une invitation est lancée pour venir danser au rythme des musiques électro lors d'un set exceptionnel mené par quatre DJs de renom : Richard Orlinski, Michael Calfan, NERVO et Steve Aoki.

L'expérience

Après avoir présenté leurs bracelets au point de contrôle situé au niveau de la première entrée du Parc Walt Disney Studios, les visiteurs entrent dans les lieux tandis qu'une fois à l'intérieur, c'est un Production Courtyard doté d'une scène en plein air, avec deux écrans sur chaque côté, qui s'offre à eux devant le Hollywood Tower Hotel. Il s'agit là d'une évolution de la scène mise en place pour les spectacles de Star Wars : Saison de la Force qui s'est déroulée l'hiver précédent. Le public est, quant à lui, divisé par des barrières noires dans deux zones différentes : ceux ayant pris le forfait privilège se trouvent juste en face de la scène quand ceux ayant pris les billets standards se placent sur les côtés, derrière les forfaits exclusifs. Au delà, se remarquent également des caméras venues immortaliser la soirée et des ballons du sponsor NRJ.

Les visiteurs peuvent alors se diriger vers les neuf attractions ouvertes pour l'occasion : Rock'n'Roller Coaster avec Aerosmith, Tapis Volants - Flying Carpets over AgrabahCrush's Coaster, Cars Quatre Roues Rallye, Ratatouille : L'Aventure Totalement Toquée de Rémy, Slinky Dog Zigzag Spin, Toy Soldiers Parachute Drop et RC Racer ouvertes jusqu'à 23h30 et The Twilight Zone Tower of Terror - Un Saut Dans la Quatrième Dimension, qui cesse elle son activité à 22h30 (afin de préparer le spectacle de pyrotechnie). Pendant ce temps, sur la scène, des sons mixés font office de starters sponsorisés par NRJ. Aux alentours, des stands de la marque de bière Carlsberg sont également placés. Le DJ Set commence lui à 20h10 avec Richard Orlinski grand sculpteur devenu DJ dans le début des année 2000 qui entre en scène et commence par le tube de 2016 This Girl de Kungs vs Cookin' on 3 Burners puis Shape of You de Ed Sheeran. Il continue alors avec les hits I Feel It Coming de The Weeknd et Daft Punk, Let Me Love You de DJ Snake en duo avec Justin Bieber, Chained to the Rhythm de Katy Perry, Rockabye de Clean Bandit, Swalla de Jason Derulo et One Dance de Drake. Il y ajoute également sa touche personnelle avec Paradise et On My Way.

Arrive ensuite Michael Calfan, le nouveau venu du label Spinnin' Records qui ouvre le bal avec son propre morceau Treasured Soul alors que les lumières bleues et jaunes s'emballent sur le rythme du morceau. Il enchaine sur You Don't Know Me (Jax Jones et RAYE), véritable tube de 2017, et poursuit en reprenant des hits tels que How Deep Is Your Love (Martin Solveg) et My Way (Calvin Harris). Pendant le spectacle, des êtres à la peau argentée et semblant venir d'une autre planète se fraient un chemin dans la foule et participent à la fête. Michael Calfan poursuit alors avec ses propres titres tels que Nobody Does It Better et Prelude avant de se relancer sur des remixes de tubes populaires : One More Time (Daft Punk), Drop It Like It's Hot (Snoop Dog), Fade (Kanye West), Black Beatles (Rae Sremmurd), 212 (Azaelia Banks) ou bien Shape of You d'Ed Sheeran.

NERVO se compose de deux femmes DJ venues tout droit d'Australie. Elles portent des tenues très colorées et l'une d'elles un serre-tête qui lui fait des oreilles de Minnie. Elles se lancent dans un DJ set de folie, emmené par leur énergie débordante et des effets visuels qui se sont de plus en plus présents. Elles commencent avec leurs propres tubes You're Gonna Love Again ou encore The Other Boys (un duo avec la chanteuse Kylie Minogue). Elles reprennent également quelques hits des années quatre-vingt-dix comme Let's Talk About Sex de Salt-N-Pepper, Good Vibrations de Marky Mark & The Funky Bunch ou encore We Will Rock You de Queen avant de passer aux années 2000 au travers d'une reprise du tube Infinity de Guru Josh Project et de finir par quelques musiques récentes comme Pon de Floor de Major Lazer. Pendant leur performance, en plus de nombreux jeux de lumières et de lancers de confettis et autres serpentins, des fumigènes et flammes surprennent le public et réchauffent la scène. Elles annoncent être très fières de jouer à Disneyland Paris et, alors que résonne leur tube Like Home, elles brandissent le drapeau français au cours d'un moment touchant durant lequel elles admettent avoir toujours avoir adoré Paris au point de s'y sentir - "like home" - comme chez elles.

Après avoir quitté la scène, les deux DJ passent le flambeau au plus gros nom de la soirée : Steve Aoki. D'entrée de jeu, il est clair que le niveau est encore plus élevé. Une introduction digne d'un grand concert, un robot qui prend forme sur les écrans, laissant ensuite place au visage de Steve Aoki... Et voilà enfin la star qui fait son apparition face à son public en liesse. Il commence très fort avec son nouveau tube Lit puis Just Hold On (en duo avec Louis Tomlinson) durant laquelle des ballons guidés par des drones font irruption. Il ne manque évidemment pas de reprendre ses plus gros hits Supernova (Interstellar), Be Yourself ou encore Delirious (Boneless). La chanson Bored to Death de blink-182 se lance puis Steve Aoki propose de faire découvrir des morceaux de son nouvel album encore inédit. Il demande à la foule si Paris est le public le plus fou du monde et n'est pas déçu de sa réaction. Les paroles de son nouveau titre s'affichent sur les écrans pour que le public participe. Par la suite, la chanson We Will Rock You est entonnée brièvement avant qu'un autre extrait de son nouvel album, Without U, ne prenne la relève.

Steve Aoki met la musique en pause et en profite pour expliquer que ce concert est le premier qu'il donne dans le cadre de sa tournée estivale en Europe. Il décide ensuite de prendre un selfie avec le public en le faisant lever les mains en l'air. Nants Ingonyama Bagithi Baba, l'hymne swahili rendu célèbre dans l'introduction de L'Histoire de la Vie (Le Roi Lion) surprend alors le public alors que les images diffusent la présentation de Simba aux animaux, remaniées tant et si bien que le visage de Steve Aoki apparait en lieu et place du lionceau. Au cours de la soirée, il fera s'accroupir le public pour le faire sauter à l'unisson. Il se lance aussi dans un remix de Rolex (Ayo & Teo) avant de jouer ses propres tubes : No Beef (en collaboration avec Afrojack et Miss Palmer), Free the Madness (avec Machine Gun Kelly), Been Balling (avec Lil Uzi Vert) et Night Call (avec Migos). La voix de Céline Dion retentit alors sur l'air de My Heart Will Go On tandis que le Titanic apparait à l'écran. Le visage de Steve Aoki remplace ceux de Jack et Rose lors de la scène de leur premier baiser, à la proue du paquebot. La musique s'emballe et enchaîne sur Bomb A Drop de Garmiani puis If I Lose Myself Tonight de OneRepublic. Steve propose alors son titre I Love It When You Cry (en collaboration avec Moxie) et son remix de Pursuit of Happiness de Kid Cudi. Tandis que la soirée touche à sa fin, Steve Aoki s'enthousiasme en réalisant le fait qu'il est à Disneyland Paris et qu'il pourra revendiquer qu'il a joué dans un Parc Disney, de même que son public pourra dire qu'il était présent au premier grand festival électro de Disneyland Paris. Il met alors des gants blanc et une casquette Dingo pour une nouvelle photo avec la foule, alors qu'il brandit le drapeau français. Il annonce ensuite la dernière chanson et demande à tous d'utiliser les lumières des téléphones pour éclairer la place en entonnant en chœur What We Started, son titre créé en collaboration avec Don Diablo, Lush & Simon et BullySongs. Au cour du morceau, sont lancés des confettis dorés devant les écrans qui affichent un fond de ciel nocturne étoilé.

C'est terminé ! Steve Aoki descend de la scène et va serrer dans ses bras certaines personnes du public. La musique d'ambiance reprend et quelques feux d'artifices explosent depuis le Hollywood Tower Hotel. Sur les écrans, les derniers à partir peuvent lire "Rendez-vous en 2018". Et alors qu'ils traversent Front Lot, ils sont accueillis sur la Place des Frères Lumière par les grands êtres argentés avec qui ils peuvent prendre une dernière photo, observés par les ballons drones.

La critique

rédigée par
★★★
Publiée le 03 septembre 2017

Suite à l'intérêt porté aux deux soirées Summer Break Party de 2015 et 2016, le premier Electroland est inauguré l'année suivante en partenariat avec NRJ, au Parc Walt Disney Studios. Ce rendez-vous auquel ont assisté de nombreux fans de musique électro s'est ainsi tenu le 8 juillet 2017 dans le deuxième Parc de Disneyland Paris, de 19h à minuit. Au programme de cette soirée riche en musiques et en couleurs, une partie des attractions du Parc reste ouverte permettant de jongler entre attractions et expérience musicale, une très bonne idée qui surfe sur le succès de quelques autres festivals ayant eu la même initiative. Tout au long de l'évènement, il est également possible de profiter de deux points de vente d'alcools, offrant une vraie ambiance de festival où la bière coule à flot, un ressenti encore plus marqué que les années précédentes alors même que, cette fois-ci, la soirée est aussi accessible aux familles avec leurs enfants. 

Une fois le DJ Richard Orlinski sur scène, il fait face à quelques problèmes techniques gâchant un peu l'entrée en matière dans le monde d'Electroland. Une fois ceux-ci résolus, le DJ set commence véritablement, accompagné de quelques danseuses et d'un rappeur qui rendent la performance finalement bas de gamme et rappelant les pires clubs de Saint-Tropez. C'est d'autant plus regrettable que le choix des chansons est particulièrement bon (notamment Shape of You, I Feel It Coming, Let Me Love You ou encore Swalla). L'apothéose est peut-être le passage de la chanson We Will Rock You du groupe Queen signé chez Hollywood Records, une filiale musicale du studio aux grandes oreilles. Quelques jeux de lumières font également partie du spectacle, mais le soleil étant encore trop présent, ils ne deviennent qu'anecdotiques. Avec une présence sur scène peu notable, il remercie malgré tout Disneyland Paris avant de laisser sa place à Michael Calfan. 

Michael Calfan entame son set avec son hymne, Treasured Soul. Au cours de sa performance, des personnages sur échasses, habillés tout en argent, s'invitent et ajoutent à l'ambiance qui s'électrise un peu plus. Ce type d'intervenants a déjà été vu lors d'autres soirées spéciales telles que la Soirée Star Wars. Un regret toutefois, la redondance de Shape of You d'Ed Sheeran qui avait déjà été jouée un peu plus tôt lors du set de Richard Orlinski. Au bout du compte, Michael Calfan livre une bonne performance sans qu'elle soit toutefois mémorable. Le set des australiennes NERVO change fort heureusement la donne et fait totalement décoller le spectacle. La technique mise à disposition est enfin utilisée à son maximum utilisant même la façade du Hollywood Tower Hotel. Le résultat, combiné à la musique folle des jeunes femmes et à la quantité de leurs interactions avec le public, s'apparente alors véritablement à de grands festivals du type Tomorrowland. A noter également à leurs avantages, l'accueil, lors de leurs performances, du groupe SOFI TUKKER qui livre une très belle préstation... en playback.

La soirée se termine ensuite sur le clou du spectacle : Steve Aoki, grand DJ connu pour les tubes Lit, Just Hold On ou Without U. Pendant plus d'une heure trente, il met le feu, galvanisé par des effets de lumières et des confettis. Une des bonnes idées de son set est de voir s'afficher les paroles de certaines chansons (les plus récentes) pour faire participer un maximum de l'assistance.
Il est amusant de remarquer que We Will Rock You de Queen est à nouveau jouée, pour la troisième fois de la soirée ! Au cours du spectacle, les effets de projection de type mapping sont nombreux sur le Hollywood Tower Hotel et constituent définitivement un vrai plus que n'avaient pas les soirées des années précédentes ; et cela, sans compter les ballons blancs qui volent grâce à des drones et affichent des lumières rouges et vertes.

Sympathique à vivre au rythme de l'électro, Electroland est une excellente expérience, encore meilleure que celles proposées par les deux éditions de la Summer Break Party. Forte de cinq heures de musiques et d'attractions à volonté, la soirée est incontestablement une réussite totale ! 
Disneyland Paris semble enfin assumer pour de bon ce type d'évènements en annonçant d'ores et déjà, en fin de soirée, une deuxième édition en 2018.

Poursuivez votre visite

Nos Réseaux Sociaux