Les Gremlins - Dessin de Manon Fourès
Dessin de Manon Fourès
Date de création :
Décembre 1942
Nom Original :
The Gremlins
Créateur(s) :
Roald Dahl
Bill Justice
Apparition :
Livre Illustré
BD
Jeux Vidéo

Le portrait

Publié le 08 mai 2019

Quand le nom des Gremlins est prononcé, tout le monde pense désormais au film de 1984 de Joe Dante où de petites créatures démoniaques et vraiment dingues apparaissent à la suite de la transformation de mogwais s'étant nourris au delà de minuit. Pourtant, bien avant cela, ils étaient connus pour être de petites créatures légendaires qui s'attaquaient aux avions de l'armée de l'air anglaise. Il s'agit aussi des personnages les plus célèbres tirés d'un projet avorté de Walt Disney. Grâce à leur design caractéristique, ils sont en effet parvenus à passer les années sans tomber dans l'oubli et devenant les représentants d'un film que les passionnés des studios de Mickey auraient adoré voir se concrétiser.

Un Film Avorté

Un film venu de la rencontre de Walt Disney et du jeune Roald Dahl.
Né à Cardiff, le 13 septembre 1916, de parents norvégiens, dans un milieu aisé, l'auteur connaît une jeunesse dorée mais mouvementée. Dès l'âge de 4 ans, il perd, en effet, sa sœur aînée et son père. Sa mère décide alors d'installer toute la famille en Angleterre. Pendant la Seconde Guerre mondiale, il s'engage en qualité de pilote de chasse dans la Royal Air Force. Les combats sont féroces et il échappe miraculeusement, de nombreuses fois, à la mort. Le crash de son avion en 1940, dans le désert saharien, a finalement raison de son désir de lutte active contre les nazis en le rendant inapte à tout nouveau vol. Il est alors envoyé en mission à l'ambassade britannique située à Washington.D.C. Il met à profit cette période pour commencer à écrire. Partageant avec d'autres pilotes de la R.A.F. les histoires mythiques de Gremlins, il s'intéresse de plus en plus à ces petites créatures accusées de saboter les avions de chasse. Discipline militaire oblige, il s'attache à obtenir l'autorisation de ses supérieurs avant de publier. L'un deux, producteur dans le civil, lui souffle l'idée d'aller voir Walt Disney pour une adaptation cinématographique. Roald Dahl se laisse convaincre et envoie une copie de son travail au papa de Mickey, le 1er juillet 1942.


Roald Dahl

Entre temps, les USA sont entrés activement dans la guerre. L'attaque de la base américaine de Pearl Harbor par l'aviation japonaise a en effet précipité la grande puissance dans le conflit. Les studios Disney passent alors, de facto, sous régime militaire. Leur outil de production est mis tout entier à contribution pour la propagande du monde libre. De nombreux projets voient ainsi le jour, et parmi les plus remarquables, le court-métrage Der Fuehrer's Face ou le long-métrage Victory Through Air Power. L'histoire imaginée par Roald Dahl ne peut donc pas mieux tomber pour Walt Disney ! La toute première réaction du papa de Mickey et de son frère Roy, alors directeur financier des studios, est d'ailleurs de négocier les droits des petits personnages. Toutefois, sans remettre en cause le talent du jeune Dahl, il arrive bien vite à la conclusion que les histoires de Gremlins, circulant depuis le début des années 40 dans la RAF, relèvent plus de l'inconscient et de la mémoire collectifs que d'une création artistique personnelle. Impossible ainsi de déposer le nom "Gremlins" : par contre, la mise en sécurité juridique des droits sur le design des personnages ne s'en trouve alors que mieux facilitée. L'auteur demande également un droit de regard sur la caractérisation des personnages ainsi que les détails techniques sur les avions. Le contrat entre Dahl et les studios Disney est ainsi signé le 20 octobre 1942. L'accord fait aussi intervenir une tierce partie, le ministère de l'armée de l'air britannique qui veut également contrôler ce qui est dit autour et sur l'aviation anglaise. Malgré ces contraintes, Walt Disney est enthousiasmé par le projet et mobilise son studio dessus. Le travail sur le film commence rapidement mais les relations à distance avec l'auteur toujours situé à Washington compliquent l'avancement. Walt Disney propose alors à Roald Dahl de venir quelques semaines à Burbank en novembre 1942 pour faire accélérer le projet. Les deux hommes se rencontrent à ce moment-là.

L'apparence des Gremlins est imaginée par l'artiste Bill Justice. Né à Dayton dans l'Ohio, le 9 février 1914, il grandit à Indianapolis dans l'Indiana puis intègre, en tant qu'animateur, les Walt Disney Studios en 1937. Il est ainsi présent au générique de grands classiques comme Fantasia, Saludos Amigos, Victory Through Air Power, Les Trois Caballeros, La Boîte à Musique, Alice au Pays des Merveilles ou Peter Pan. Il est également le père spirituel et technique du magnifique personnage de Pan-Pan dans Bambi et des légendaires Tic & Tac. À la fin des années 50 et au début des années 60, il réalise plusieurs courts-métrages expérimentaux The Truth About Mother Goose (1957), L'Arche de Noé (1959) ou Symposium de Chants Populaires (1962) ; tous nommés pour l'Oscar du Meilleur Court-Métrage. Au total, Bill Justice participe à 57 cartoons et 19 longs-métrages "live" ou animés. Dès 1965, Walt Disney lui propose d'intégrer Walt Disney Imagineering et de mettre ses talents au service de Disneyland. Il programme, entre autres, les audio-animatronics d'attractions emblématiques du Parc à thème comme Pirates of the Caribbean ou The Haunted Mansion. Il prend finalement sa retraite en 1979 ; la compagnie de Mickey lui faisant l'honneur de le nommer Disney Legend en 1996.


Bill Justice

Au début de l'année 1943, le terme et la légende des Gremlins se sont peu à peu répandus dans la société. Ainsi, il s'avère que des producteurs concurrents sont aussi sur des projets similaires mettant en scène les petites créatures. Les frères Disney courent alors les bureaux des directeurs de studios, dont ceux de Walter Lantz, de Dave Fleischer ainsi que de Warner Bros. pour les prier amicalement de ne pas ôter au public l'effet de surprise du film-projet en banalisant à outrance les "Gremlins". Presque tous s'exécutent et Warner, bonne volonté manifeste, débaptise même le nom de deux courts-métrages déjà en cours de production : Bugs Bunny and the Gremlin devient Falling Hare et Gremlins from the Kremlin s'intitule désormais Russian Rhapsody.

Falling Hare (1943)
Russian Rhapsody (1944)

Les studios Disney tâtonnent eux dans l'approche artistique du projet. Il leur faut, en effet, conserver la particularité des Gremlins tout en les rendant sympathiques. La tache est ardue. Il est ainsi envisagé, dans un premier temps, d'élaborer un film mêlant acteurs réels et toons, seuls les petits personnages restant animés. Dans un deuxième temps, au début de 1943, une décision de Walt Disney lui-même change complètement la donne : le long-métrage comportera 100% d'animation. Les premiers à travailler sur le script sont Jim Bodrero puis Ted Sears qui seront rejoints plus tard par Harry Reeves, Bill Peet ou Marc Davis ainsi que Roald Dahl lors de son passage en novembre 1942 chez les studios Disney. Hamilton Luske, quant à lui, est l'un des réalisateurs choisis tandis que Bill Justice serait l'un des animateurs sachant que ce dernier a déjà imaginé l'apparence des personnages. En mai 1943, deux scripts du long-métrage sont bouclés mais les artistes se rangent à l'idée qu'ils sont dans l'impasse. Début juillet 1943, ils pensent encore que le projet peut-être sauvé mais décident très vite de le transformer en simple court-métrage.

L'artiste Perce Pearce va alors mettre le doigt sur ce qui pose vraiment problème avec ces personnages : il est impossible de les aimer. Comment le public pourrait apprécier des créatures qui sabotent des avions qui combattent Hitler, même si ceux-ci se repentent à la fin du film ? Les spectateurs les prendront forcément pour des méchants car leur action aident indirectement les Allemands. Le cas où les créatures sont considérées comme réelles est donc une voie sans issue pour les scénaristes. Dans l'option où elles sont imaginées par les pilotes de la R.A.F., la conclusion n'est guère meilleure puisque cela revient à considérer que les militaires britanniques se trouvent des excuses pour justifier leurs aléas techniques. Dans tous les cas, les personnages seront entourés d'une aura négative. Une dernière tentative d'en faire un court-métrage, d'entraînement cette fois-ci, est alors aussi abandonnée ; l'envie et l'intérêt des artistes Disney n'est plus là. 50 000 dollars sont déjà partis en fumée. Walt Disney décide finalement d'arrêter la production à la fin de l'année 1943. Il s'en explique à Roald Dahl, dans une longue lettre en date du 18 décembre 1943. Il insiste notamment sur le peu d'entrain des distributeurs à voir une énième production sur le thème de la guerre, jugeant alors le marché saturé. Cette mésaventure n'entache toutefois pas les relations de respect mutuel qui prédominent entre les deux hommes.


Walt Disney et Roald Dahl

À la suite de cette collaboration avortée, Roald Dahl va continuer à écrire. Ses recueils de nouvelles Bizarre ! Bizarre ! (1953) et Kiss Kiss (1960) terminent d'asseoir sa renommée d’auteur de fiction. La Grande Entourloupe (1976) s’inscrit, d'ailleurs, dans le même registre de contes sinistres, morbides et malsains à destination des adultes. Entre temps, dès 1960, et après avoir publié pendant quinze ans des livres pour grandes personnes, Roald Dahl débute dans la littérature enfantine. D'abord à l’attention de ses propres quatre enfants, il invente des histoires plus gaies et plus longues. Ses premiers succès sont James et la Grosse Pêche (1961) puis Charlie et la Chocolaterie (1964). Suivront d’autres best-sellers, parmi lesquels Le Bon Gros Géant, Danny le Champion du Monde, Matilda, Fanstastique Maître Renard… Road Dahl s’éteint le 23 novembre 1990 à l’âge de soixante-quatorze ans. Son œuvre séduit encore aujourd'hui les petits et les grands qui ont su, comme lui, garder une âme d’enfant. Les studios Disney reviendront d'ailleurs puiser chez lui bien après la tentative sur Les Gremlins. Il diffuse l'adaptation télévisée Danny, the Champion of the World (1989) dans la collection des Disney Channel Premiere Films puis propose le film d'animation image par image de James et la Pêche Géante en 1996 et enfin le film à prises de vues réelles Le BGG - Le Bon Gros Géant (2016) réalisé par le grand Steven Spielberg lui-même.

Qui sont les Gremlins ?

Il est difficile de connaître l'origine exacte des Gremlins mis à part le fait que Roald Dahl les a popularisés avec son histoire. Les premières utilisations du mot de "Gremlins" remonte, en effet, aux années 1920 via des pilotes britanniques basés à Malte, au Moyen-Orient et en Inde. Mais le mythe s'est rapidement propagé au début de la Seconde Guerre mondiale dans les rangs de la Royal Air Force jusqu'à ce que Roald Dahl décide de le coucher sur papier. Dans la mythologie originelle, ils apparaissent ainsi en Angleterre à la même époque que les Gnomes, Trolls et autres Gobelins. Ils vivent alors en paix, à l’abri du regard des hommes, dans une forêt luxuriante au milieu de la campagne anglaise. Toute leur existence repose d'ailleurs sur leur communion avec la nature. Leur comportement est toutefois amené à évoluer radicalement au début de la Seconde Guerre mondiale quand ils se trouvent privés de leur habitat naturel. Trop occupés à livrer bataille, les Anglais décident, il est vrai, de construire un terrain aérien à l'endroit même de la forêt refuge des Gremlins. Ces derniers entrent alors en résistance contre les hommes et choisissent de s’attaquer à leurs machines volantes.

Les mâles chez ces créatures portent le nom de "Gremlins" ; ces petits gnomes possédant une couleur de peau qui change d'un individu à un autre. Leur tête est surmontée de deux cornes tandis qu'ils se caractérisent également par un gros nez. Habillés simplement avant de rencontrer les avions, ils vont changer d'habits à partir du moment où ils choisissent de saboter les machines volantes. Ils se mettent alors à porter une combinaison de vol uni mais dont la couleur est différente pour chaque individu. Ils portent aussi des gants blancs, un bonnet et des lunettes d'aviateur. Les femelles répondent, elles, au nom de "Fifinellas". Aussi colorées que les mâles, elles se différencient par une taille plus fine, des cornes entortillées et une tunique façon tutu portée avec des bottes blanches. Leurs petits sont, quant à eux, appelés des "Widgets". Également colorés, leurs membres ne sont pas encore formés : ils ont ainsi un gros nœud au dessus de la tête et il est difficile au premier abord de savoir s'ils se transformeront en "Gremlins" ou en "Fifinellas". En général, sur un nid de douze "Widgets" seul un de la portée devient une femelle. Tout ce petit monde est dirigé par un sage, qui se fait surnommer Gremlin Gus. Sa caractéristique est qu'il porte une moustache blanche et une tunique rouge tandis que sa peau est verte.

Fifinella
Widgets

Les Gremlins ont aussi des cousins qui s'appellent des "Spandules". Ce sont des créatures monstrueuses qui vivent dans les hautes altitudes. Ils ne peuvent d'ailleurs être rencontrés qu'à partir de 9 000 mètres au dessus du sol. Ils vivent dans les vallées blanches des nuages cumulus et passent le plus gros de leur temps à manger les grêlons de ces dits nuages. Ils sont trois fois plus grands que les Gremlins ordinaires et leur corps est fait pour les hautes altitudes. Ils sont pour cela couverts d'un long pelage noir qui les protège du froid extrême mais qui donne l'impression qu'ils n'ont pas de jambe. Leur corps est, en outre, fin et plat pour ne pas souffrir de la pression. Enfin, leur souffle crée des nuages qui se transforment en glace et peuvent être très dangereux pour les avions, surtout quand les Spandules s'en approchent.

Spandules
Gremlins
Une Campagne Marketing

Afin de promouvoir le futur film en devenir, Walt Disney et son frère Roy vont utiliser tout un tas de stratagèmes marketing pour habituer le public aux visuels Disney des personnages. Ils confient alors la tâche à leur précieux collaborateur Kay Kamen, qui depuis 1932, a réussi à amener un produit dérivé des studios Disney dans chaque foyer américain. Une des première choses négociées avec l'auteur Roald Dahl avant même la signature du contrat est ainsi l'écriture d'un article basé sur une partie de son texte au sein du magazine Cosmopolitan dans son numéro de décembre 1942 dans l'idée de proposer par son biais, une preview du long-métrage sur les Gremlins. L'article, titré The Gremlins, comprend alors les premières ébauches des personnages faites par Bill Justice. L'accord avec le magazine est donc passé début septembre 1942 et les dessins sont envoyés à Cosmopolitan pour impression à la fin du mois : l'auteur, pourtant, n'est pas satisfait de l'apparence des personnages qui ne correspondent pas exactement à ce qu'il avait en tête. Walt le rassure en lui disant qu'ils seront retravaillés pour le film même si, malheureusement, pour la publication dans le magazine en décembre, il est déjà trop tard. C'est ainsi que la publication de l'article de neuf pages marque la première apparition au public des Gremlins selon le design imaginé par les studios Disney. Le texte est évidemment signé par Roald Dahl sous le pseudonyme Pegasus où il se définit dans le magazine non pas comme le créateur de ses petits êtres du folklore mais comme un de leur spécialiste.


The Gremlins (Cosmopolitan, décembre 1942)

En juin 1943, le texte de Roald Dahl a droit à une sortie en librairie chez l'éditeur Random House. Le récit est alors retravaillé par l'auteur et certains éléments changés suite à l'évolution de l'histoire survenue dans la conception même du film tandis que le style est légèrement simplifié pour en faire un roman illustré à destination de la jeunesse. Cette fois-ci, l'ouvrage est attribué au lieutenant d'aviation, Roald Dahl. Il s'agit donc de la première œuvre du romancier à sortir sous son vrai nom. Le titre est The Gremlins avec comme sous-titre "from the Walt Disney Productions", le copyright du livre étant attribué aux studios Disney. Ses illustrations ne sont en revanche pas créditées à l'époque mais il est su aujourd'hui que les dessins en noir-et-blanc dans le texte provenaient de Bill Justice tandis que les dessins en couleur en pleine page étaient de Al Dempster. Le livre est alors publié à 50 000 exemplaires aux États-Unis et va devenir au fil des décennies un objet de collection pour les fans Disney. Les prix de la première édition oscillent ainsi, en fonction de l'état, entre plusieurs centaines d'euros et plusieurs milliers.


The Gremlins (Random House, juin 1943)

Toujours dans l'optique de sécuriser le copyright des Gremlins façon Disney, Walt Disney, son frère Roy et Kay Kamen ont l'idée de produire quelques peluches des personnages, bien en amont de la potentielle sortie du film. Le but est d'avoir quelques prototypes afin qu'ils servent de publicité. Ils font alors appellent à Charlotte Clark, une grande couturière avec qui les studios Disney travaillent déjà depuis plus d'une décennie. En 1930, Charlotte Clark propose en effet aux frères Disney un contrat de fabrication de peluches Mickey. Le prototype leur plait tellement qu'ils installent Clark dans une petite maison à côté des studios avec des couturières supplémentaires afin de l'aider à fabriquer ses peluches faites-mains. À l'origine prévues pour les visiteurs, la famille ou les membres du studio, les peluches voient leur demande exploser. Depuis lors, Walt Disney a un grand respect pour la couturière et fait toujours appel à ses talents dans le but de proposer des peluches publicitaires à l'effigie de ses personnages.


Walt Disney et Roald Dahl entourés des peluches de Charlotte Clark

Pour accélérer le développement de l'aura de ses personnages, Walt Disney décide ensuite de faire apparaître les Gremlins dans une publicité pour les bonbons Life Savers au sein du magazine Look. Le lecteur y voit ainsi les créatures pourchassés par les bonbons sphériques et sur le point de les écraser. Le texte de la publicité raconte, en effet, que les bonbons, qui étaient parmi les favoris des soldats au front, ont tendance à faire fuir les petites créatures qui sabotent les avions des valeureux pilotes. Roald Dahl n'apprécie pas la démarche et fait rapidement savoir aux studios qu'il ne trouve pas cette campagne très opportune. Déjà, il n'aime pas l'idée que ses personnages soient utilisés à des fins commerciales mais ensuite, il estime qu'ils ne doivent pas être montrés dans une autre activité que la leur (à savoir : saboter les avions). Walt Disney lui répond alors un peu sèchement, estimant que la liberté de droits de regard qu'il avait laissés à l'auteur sur la façon de gérer les personnages aux seins des studios ne devait pas dépasser ses prérogatives...


Publicité Life Savers (Look, 1943)

Les Gremlins étant des créatures très liées à la guerre, leur utilisation sert forcément à l'effort patriotique. La division Flight Control Command de l'armée de l'air américaine (US Army Air Forces) demande ainsi aux studios Disney d'illustrer un petit fascicule pour apprendre aux pilotes d'avions de se prévenir du froid et de prendre soin de leurs machines en cas de températures extrêmes. Le livret s'intitule ainsi Winter Draws On et les dessins utilisent les fameux cousins des Gremlins, les Spandules, idéaux pour mettre en avant les difficultés hivernales. Vingt points d'attention sont proposés alliés à de superbes graphiques colorés de noir, de blanc et de bleu. Les conseils vont de la météo aux points de vigilance en cas d'atterrissage, de décollage ou de largage de bombes...


Winter Draws On (Flight Control Command/US Army Air Forces, 1943)

Les Gremlins servent aussi beaucoup de mascottes pour différentes insignes de guerre pour l'armée américaine. Un jour de 1942, le Lieutenant E. S. Caldwell écrit, en effet, à Walt Disney à Hollywood afin de lui demander une emblème pour ses nouveaux bateaux « moustiques » à torpilles. Quelques jours plus tard, par retour de courrier, vient la fameuse insigne. Il s’agit d’un moustique qui tient une torpille dans ses nombreuses pattes et qui la dirige hors de l’eau. L’insigne devient si populaire que chaque flotte de ce fameux bateau l’arborera fièrement. Le bouche-à-oreille fait le reste et l'info se diffuse comme une traînée de poudre à la fois dans l’Army ou la Navy. Les bureaux de Disney plient alors sous les demandes d’insignes pour les avions, les tanks et autres matériels militaires. Pour y répondre, Walt Disney met en place une équipe de cinq personnes dédiées à leur seule production sous la responsabilité d'Hank Porter. Pas moins de 1200 insignes seront ainsi dessinées par les studios Disney dont plusieurs avec des Gremlins ! 

Des Héros de Comics

Un autre pan qui permet à Walt Disney de promouvoir les Gremlins est sûrement le média des comics. L'histoire publiée dans le livre de Random House est, en effet, d'abord adaptée en comics en avril 1943, par un auteur inconnu dans un magazine proposant uniquement des histoires autour de la guerre. Ensuite, les petites créatures apparaissent tous les mois dans le magazine Walt Disney's Comics and Stories à partir du numéro #33 de juin 1943 et ce, pendant neuf issues jusqu'en février 1944 dans des gags de deux pages, sans dialogue pour la plupart. Mis à part le premier dont le dessin est de Vivie Risto, les autres histoires sont signées de Walt Kelly. La liste complète des bandes dessinées Disney autour des personnages est la suivante :

The Gremlins
War Heroes #4 - Avril 1943
6 pages - Auteur inconnu
Gus, un pilote de la R.A.F., se rend compte que son avion est saboté par une petite créature : un Gremlin. Après un accident, il sympathise avec l'un d'entre eux et le convainc, lui et ses congénères, d'aider les pilotes plutôt que d'abîmer leurs avions : tous poursuivent en effet l'ambition de sauver le pays de l'invasion ; et donc par ricochet également celui des Gremlins...

The Gremlins
Walt Disney's Comics and Stories #33 - Juin 1943
2 pages - Vivie Risto
Deux jeunes pilotes de la R.A.F., Gus et Jamface, viennent d'arriver sur leur nouveau camp d'entraînement. Ils ne croient pas aux histoires entendues sur les Gremlins jusqu'à ce qu'ils les remarquent sur leur propre avion lors d'un vol de combat...

Gremlin Gus and the Widgets
Walt Disney's Comics and Stories #34 - Juillet 1943
2 pages - Walt Kelly
Gremlins Gus a bien du mal à effectuer ses tâches de sabotage à cause de deux turbulents Widgets...

Gremlins
Walt Disney's Comics and Stories #35 - Août 1943
2 pages - Walt Kelly
Gremlins Gus apprend aux Widgets à scier une chaise d'humain...

Gremlins featuring Gremlin Gus and the Widgets
Walt Disney's Comics and Stories #36 - Septembre 1943
2 pages - Walt Kelly
Les Widgets se vengent de Gremlins Gus après avoir reçu une fessée...

Gremlins
Walt Disney's Comics and Stories #37 - Octobre 1943
2 pages - Walt Kelly
Les Widgets aident Gremlins Gus à attraper une souris...

Gremlin Gus and the Widgets
Walt Disney's Comics and Stories #38 - Novembre 1943
2 pages - Walt Kelly
Gremlins Gus et les Widgets renversent du poivre pour faire éternuer des soldats...

Gremlin Gus
Walt Disney's Comics and Stories #39 - Décembre 1943
2 pages - Walt Kelly
Gremlins Gus s'endort sur le tabac d'une pipe d'un soldat...

Gremlin Gus
Walt Disney's Comics and Stories #40 - Janvier 1944
2 pages - Walt Kelly
Gremlins Gus veut saboter un match de tennis de table...

Gremlin Gus
Walt Disney's Comics and Stories #41 - Février 1944
2 pages - Walt Kelly
Gremlins Gus sème la zizanie dans la cuisine de la caserne...

En plus de ces histoires, deux autres apparitions doivent être mentionnées. La première est un récit d'une page dessinée pour une publication par King Features Syndicate dont le lettrage a été effectué par Dick Moores ; le but étant de présenter rapidement les personnages, qui ils sont et quelles sont leur motivation dans l'attaque de l'aviation anglaise. La seconde est sûrement la plus connue puisqu'il s'agit de la couverture du magazine Walt Disney's Comics and Stories #34 par Walt Kelly où Donald Duck, sur un avion, une tapette à mouche dans la main, essaye de se débarrasser des Gremlins tandis que l'un d'eux se moque de lui.

Walt Disney's Comics and Stories #34
(1943)
Le Retour des Gremlins

Avec la publication du dernier comics des Gremlins en février 1944, les personnages Disney vont tomber dans l'oubli pendant près de soixante ans. Ils seront simplement abordés dans quelques livres sur les projets abandonnés Disney mais sans jamais revenir sur le devant de la scène auprès des fans du studio de Mickey. Il faudra alors attendre le milieu des années 2000 pour que les petites créatures Disney fassent une timide réapparition le temps de quelques bandes dessinées.


Gare aux Gremlins par Flemming Andersen (2006)

Le retour se fait, il est vrai, discrètement au Danemark dans une histoire de la série Les Hommes de l'A.N.P.E. alias Chasseurs de Monstres mettant en vedette Donald Duck et son cousin Popop via un scénario de Lars Jensen et un dessin de Flemming Andersen. Les deux héros sont membres de l'A.N.P.E., acronyme pour l'Agence de Non-Prolifération des Extra-Terrestres où ils doivent enquêter sur les phénomènes étranges que pourraient provoquer les aliens. Gare au Gobbleur, la première aventure de la saga qui en compte 25, est ainsi publiée le 11 septembre 2001 dans Jumbobog puis traduite en France dans Mickey Parade Géant en 2004. Les Gremlins apparaissent eux en 2006 dans le huitième épisode de la série, Gare aux Gremlins, où les petites créatures envoient Donald et Popop dans le passé pour convaincre les aviateurs de l'existence des petits saboteurs.


Return of the Gremlins par Dean Yeagle (Dark Horse, 2008 et 2015)

La même année, en septembre 2006, l'éditeur Dark Horse a l'excellente idée de proposer une réédition du livre The Gremlins écrit par Roald Dahl et illustré par les studios Disney. Deux ans plus tard, il publie aussi une mini-série de comics, Return of the Gremlins, qui raconte comment le petit-fils de Gus revient dans la maison de son grand-père pour la revendre suite à son décès. Mais le vieux Gus avait promis aux Gremlins que la forêt qui entoure la demeure les protégerait à jamais. Les créatures vont alors essayer de convaincre le jeune homme que la vente de la bâtisse, et de la forêt qui va avec, à un industriel véreux n'est pas la solution. Scénarisé par Mike Richardson et dessiné par Dean Yeagle et Fabio Laguna, le récit s'étale sur trois issues publiées le 26 mars 2008, le 16 avril 2008 et le 7 mai 2008. Chaque fascicule comporte en plus trois anciens comics des Gremlins. Une version cartonnée compilant les trois issues est également proposée le 16 juin 2015 avec en plus de nombreux bonus dont une réédition de sept des dix comics, le livret militaire sur les Spandules ainsi que l'article du Cosmopolitan.

Epic Mickey
(Nintendo Wii - 2010)
Epic Mickey 2 : Le Retour des Héros
(Nintendo Wii - 2012)

Mais le média qui va permettre aux Gremlins de devenir populaires aux yeux des fans est sûrement le jeu vidéo. Le personnage de Gremlins Gus apparaît en effet le 25 novembre 2010 dans le jeu Epic Mickey qui sort sur la Nintendo WiiDisney Interactive, la filiale consacrée aux jeux vidéo de Disney qui a changé de nombreuses fois de noms depuis sa création en 1983, sollicite ainsi le concepteur Warren Spector avec l'idée d'un jeu consacré à Mickey. Elle a en tête un concept très précis tournant autour de trois idées principales : Mickey enfermé dans un monde d'éléments disneyens oubliés et/ou rejetés, l'utilisation du Fantôme Noir en grand méchant et surtout le retour d'Oswald, le Lapin Chanceux. Mickey plonge ainsi dans un univers aussi fantastique qu'étrange où vivent les personnages oubliés de Disney sous l'autorité d'Oswald. Mickey devra alors s'associer avec le lapin chanceux mais aussi avec Gus le Gremlins pour libérer le monde perdu de l'emprise du Fantôme Noir. Le jeu est un succès critique et public et a logiquement droit à une suite sous le nom de Epic Mickey 2 : Le Retour des Héros, le 18 novembre 2012 sur PlayStation 3, Wii, Xbox 360, Wii U, Microsoft Windows, PlayStation Vita ainsi qu'un spin-off Epic Mickey : Power of Illusion sur Nintendo 3DS. Malheureusement, le second opus réalise un contre-performance et s'écoule à moitié moins d'exemplaires. La franchise s'arrête net impliquant la fermeture de Junction Point Studios de Warren Spector que Disney Interactive avait pourtant racheté pour produire le jeu. L'année de leur sortie respective, les deux opus ont droit aussi à une adaptation en bandes dessinées sous le titre de Epic Mickey, pour le premier, avec un scénario de Peter David et un crayonné par Fabio Celoni et Paolo Mottura ; et Epic Mickey : Le Retour des Héros toujours sous un scénario de Peter David mais avec un dessin de Fabrizio Petrossi.

Epic Mickey par Fabio Celoni
& Paolo Mottura (2010)
Epic Mickey : Le Retour des Héros
par Fabrizio Petrossi (2012)

Les Gremlins sont des personnages Disney qui ont toujours été accompagnés d'une aura de mystère. Il est d'ailleurs étonnant qu'ils aient réussis à survivre à leur film qui n'a pourtant pas été plus loin que la simple ébauche. Ce miracle est sans nul doute dû à la magnifique caractérisation que leur a donnée l'animateur Bill Justice. Car ce sont bien plus les dessins des studios Disney plutôt que l'histoire de Roald Dahl qui ont fait que ces petits créatures sont restés dans le cœur des fans de l'Oncle Walt.

Poursuivre la visite

Les Réseaux Sociaux

www.chroniquedisney.fr
Chronique Disney est un site amateur, non officiel, sans lien avec The Walt Disney Company, ni publicité,
utilisant des visuels appartenant à The Walt Disney Company ou des tiers par simple tolérance éditoriale, jamais commerciale.