Jerry, le Manager du Niveau Terreur
Date de création :
Le 02 novembre 2001
Nom Original :
Jerry (the Scare floor manager)
Apparition :
Cinéma
Voix Originale(s) :
Steve Susskind
Voix Française(s) :
Pascal Casanova

Le portrait

rédigé par Thibaut Ange
Publié le 11 janvier 2020

Monstre rouge avec sept doigts à chaque main, Jerry apparaît dans le film Pixar Monstres & Cie (2001). Il est le manager du niveau Terreur de l'usine Monstres & Cie où travaillent Jacques Sullivent dit Sulli et Robert dit Bob Razowski.

Jerry apparaît pour la première fois dans une publicité diffusée à la télévision et faisant la promotion de l'usine qui, dans le monde des monstres, alimente la ville de Monstropolis en énergie grâce à la puissance extraite des cris des enfants terriens. Ainsi, chaque nuit, les équipes de choc de la compagnie traversent les portes des placards des chambres des bambins humains et les effraient pour recharger leurs piles d'énergie. L’usine emploie pour cela les meilleures terreurs d’élite, menées par le duo Bob et Sulli.

Plus tard, au début de la journée, Jerry donne le coup d'envoi de la session de travail au niveau terreur, l’étage de l’usine où exercent les meilleurs employés. Il lance le top départ pour l'ouverture des portes menant aux chambres d'enfants. Chargé de vérifier le bon fonctionnement de l'étage et de détecter toute anomalie, il suit ainsi les objectifs fixés par le directeur de l'usine, Henri Waternousse, et comptabilise le nombre de portes condamnées et détruites, lorsque celles-ci donnaient accès à la chambre d’un enfant trop turbulent ou risquant de pénétrer dans le monde des monstres.

Jerry court déclencher l'alarme d'urgence quand George Sanderson, l'une des terreurs d'élite, revient dans l'usine depuis une chambre d’enfant avec une chaussette malencontreusement restée collée dans son dos. Cette intrusion d'un objet humain dans le monde des monstres a, en effet, pour conséquence immédiate l’intervention des agents de la CDA, la « Child Detection Agency », chargés de décontaminer le niveau Terreur.


Dessins d'esquisses du personnage

Des dessins d'archives montrent qu'au cours de la production, les créateurs des studios Pixar ont envisagé que le personnage de Jerry soit un monstre femelle. L'idée a ensuite été abandonnée, peut-être parce que le film comportait déjà deux personnages féminins importants parmi le personnel de l'usine Monstres & Cie : la redoutable Germaine et Célia Maé, la petite amie de Bob !

Steve Susskind
Pascal Casanova

En version originale, Jerry est interprété par Steve Susskind. Cet acteur américain apparu dans plusieurs sitcoms est également crédité pour des voix additionnelles du Grand Classique Kuzco, l'Empereur Mégalo (2000). En version française, le monstre est incarné par Pascal Casanova, un grand spécialiste du doublage qui a prêté sa voix à de nombreux personnages de productions animées Disney et Pixar : il vocalise ainsi Seigneur Dingwall dans Rebelle (2012), Leadbottom dans Planes (2012), le troll Cliff dans La Reine des Neiges (2013), Attila et le Capitaine de la garde dans Raiponce - La Série (depuis 2017) ainsi que Stu Hopps, le père de Judy dans le Grand Classique Zootopie (2016).


La Nouvelle Voiture de Bob (2002)

Au-delà de Monstres & Cie, Jerry apparaît furtivement dans le court-métrage La Nouvelle Voiture de Bob (2002), dans lequel Bob Razowski, ravi de sa nouvelle voiture, tente de convaincre Sulli de monter dedans pour se rendre à l'usine Monstres & Cie. Jerry passe alors sur le trottoir à proximité du bolide devenu complètement fou et, pris de panique, fait demi-tour pour repartir dans le sens opposé.

Jerry est ce qu'il est commun d'appeler un personnage fonctionnaire : sa présence agrémente le film mais aucun enjeu ne pèse véritablement sur ses épaules. Et vu son courage, c'est plutôt une bonne chose !

Poursuivre la visite

Les Réseaux Sociaux

www.chroniquedisney.fr
Chronique Disney est un site amateur, non officiel, sans lien avec The Walt Disney Company, ni publicité,
utilisant des visuels appartenant à The Walt Disney Company ou des tiers par simple tolérance éditoriale, jamais commerciale.