Tamatoa
Date de création :
Le 23 novembre 2016
Nom Original :
Tamatoa
Créateur(s) :
Bill Schwab
Alena Wooten-Tottle
Apparition :
Cinéma
Voix Originale(s) :
Jemaine Clement
Voix Française(s) :
Adrien Antoine

Le portrait

rédigé par
Publié le 15 octobre 2017

« Au commencement, il n’y avait que l’océan puis l’île-mère surgit des eaux… Te Fiti. Son cœur avait un immense pouvoir, celui d’engendrer la vie. L’univers tout entier profitait de ses bienfaits. Mais avec le temps, le cœur de Te Fiti fut très convoité. Certains pensaient que le posséder, c’était posséder le pouvoir de la création… Aujourd’hui encore, Te Ka et les monstres des ténèbres sont toujours à la recherche du cœur. Ils sont cachés dans l’obscurité qui continuera de se propager… ».

Selon les légendes racontées aux enfants par Tala, la doyenne du village et grand-mère de Vaiana, règnent sous la surface des océans, au cœur des abysses, les créatures les plus étranges et les plus redoutables. Plantes carnivores géantes, lézards colossaux, chauve-souris gargantuesques, serpents de mer terrifiants… Tous ces êtres sont rassemblés dans l’inquiétant royaume des monstres, Lalotai. C’est là que dans l’ombre d’un coquillage géant, vit terré Tamatoa, le gigantesque crabe de cocotier vaniteux et bling-bling dont la passion est de rassembler les plus grandes richesses du monde. Coffres au trésor, pièces d’or, coquillages précieux, perles de nacre et même la lampe du génie d’Aladdin (oui, oui !)… Durant des siècles, le crustacé a amassé, encore et encore. Et parmi ses merveilles, un trophée trône en bonne place sur sa carapace, l’hameçon magique du demi-dieu Maui, artefact indispensable pour permettre à Vaiana de rendre enfin son cœur à Te Fiti et ainsi ramener la prospérité au cœur de l’océan.

Tamatoa entre dans l’histoire lorsque Maui, enfin libéré de son exil par Vaiana, se met en tête de remettre la main sur son hameçon grâce auquel il peut user de ses pouvoirs de métamorphe. Pensant utiliser la jeune princesse pour arriver à ses fins, il navigue alors jours et nuits vers une île mystérieuse, porte d’entrée de Lalotai, le royaume des monstres. Après une chute vertigineuse, il entraîne dans son sillage Vaiana qui, avec courage, accepte de faire diversion afin de distraire le crabe géant, laissant ainsi une chance au demi-dieu de reprendre son bien. Ignorant à qui elle a affaire, l’héroïne se retrouve bientôt nez à nez avec le crustacé curieux de voir quel trésor vient de pénétrer dans son antre. Réalisant qu’il ne s’agit que d’un humain, il est déçu mais accepte d’écouter les compliments de la jeune femme. Nombriliste, le méchant égocentrique se laisser alors berner et décide de lui chanter son histoire avant de la dévorer.

Vaiana et le public apprennent alors que Tamatoa était autrefois un « petit crabe triste ». Humilié, il a commencé à rassembler sur sa carapace les plus beaux trésors afin d’inspirer le respect. Profitant des reflets dorés de ses richesses sur les parois de son repaire, il parvient à attirer les poissons qui, comme hypnotisés, se jettent inconsciemment dans sa gueule, lui assurant sa survie et lui offrant la possibilité de grossir encore et encore et de devenir l’une des plus grandes terreurs de l’océan.

Projetant d'inscrire Vaiana au menu, Tamatoa est cependant rapidement coupé dans son élan. Distrait, il n’a pas vu, en effet, que Maui est parvenu à grimper sur son dos pour récupérer son hameçon. Imaginant s’en servir contre son ennemi, le demi-dieu est cependant dépassé par sa propre magie. Incapable de se métamorphoser, il se retrouve à la merci du crabe qui, après avoir enfermé Vaiana, se prépare à l’éliminer. Profitant de sa force colossale, il envoie alors Maui valser dans tous les coins de son coquillage qui, une fois refermé, brille de mille feux grâce aux algues bioluminescentes de toutes les couleurs.

Mais il est bien difficile pour un collectionneur comme Tamatoa de résister à ses propres démons. Attiré par l’étrange objet que Vaiana lui tend, il abandonne sa proie. Persuadé que c’est sur le cœur de Te Fiti, le trésor le plus merveilleux de l’océan, qu’il vient enfin de mettre la pince, il ne s’occupe plus de ses prisonniers en train de prendre la fuite. Découvrant qu’il ne s’agit en réalité que d’un caillou peinturluré avec des algues fluos vertes, il tente tant bien que mal de reprendre la main mais le coup de grâce lui est porté par un geyser. Ejecté en arrière, Tamatoa, le puissant crabe, se retrouve sur le dos. Son trésor éparpillé autour de lui, il est incapable de se retourner. Désormais neutralisé, celui qui s’inquiète de savoir si sa chanson a plu ne peut plus qu’observer ses proies fuir avec le cœur et avec l’hameçon magique…

Vedette d’une seule et unique séquence notable, Tamatoa fait partie de ces méchants Disney qui, à défaut d’être les grands ennemis du film, permettent de rythmer un récit pouvant, au demeurant, manquer cruellement de relief. Comme Merlin l’Enchanteur, Le Livre de la Jungle, Dinosaure, Frère des Ours ou Volt, Star Malgré Lui, Vaiana, la Légende du Bout du Monde est en effet un voyage initiatique au cours duquel l’héroïne est portée d’un point A à un point B. Très lisse sur le papier, une telle épopée a donc besoin de rebondissements, éléments essentiels pour apporter le sel nécessaire pour rendre l’histoire haletante. A l’instar de Madame Mim, de Shere Khan, des carnataures, de Denahi et des gardiens de la fourrière, Tamatoa, tout comme les Kakamoras, les petits pirates en forme de noix de coco, apporte à sa manière une partie de ce piment nécessaire pour rythmer le film.

Egocentrique, narcissique, lunatique et cruel, Tamatoa est depuis plus de mille ans une réelle menace pour les créatures de l’océan. Celui qui se vante d’avoir dévorer sa grand-mère en une semaine est en effet doué d’un talent immense, celui d’hypnotiser ses proies grâce aux trésors qu’il a entassés sur sa carapace. Devenu énorme, il demeure un ennemi redoutable capable, du haut de ses quinze mètres, d’écraser quiconque se dresse sur son chemin. Collectionneur avisé souhaitant concurrencer Maui qui, avec ses tatouages, est devenu une oeuvre d'art à lui seul, il est cependant victime de ses propres travers. Méchant vaniteux comme Stromboli et bling-bling par excellence comme le Prince Jean, il adore s’écouter parler, perdant alors de vue tout ce qui se passe autour de lui. Estimant n’en avoir jamais assez, son appât du gain est sa force mais aussi sa principale faiblesse.

Bill Schwab
Jemaine Clement
Adrien Antoine

Au début de la production de Vaiana, la Légende du Bout du Monde, Tamatoa est envisagé sous la forme d’un guerrier géant sans tête issu de la mythologie océanienne. Créé par les équipes du directeur artistique Bill Schwab, il devient bientôt un crabe géant dont le nom, également porté par une dynastie de rois polynésiens ayant régné pendant des siècles sur l’ancien royaume de Tahiti, Ra’iatea et Taha’a, signifie « trophée » en maori et « parents décédés » en hawaïen.

Vedette d’une scène psychédélique assez semblable à celle au cours de laquelle le Docteur Facilier ensorcèle le prince Naveen dans La Princesse et la Grenouille mais aussi à la démonstration de yodle d’Alameda Slim qui, avec sa chanson, hypnotise les vaches, Tamatoa est interprété en version originale par Jemaine Clement, l’un des membres du duo de comiques Flight of the Conchords à l’affiche de films comme Men in Black 3, Le BGG - Le Bon Gros Géant et Lego Batman - Le Film. En France, le méchant est doublé par Adrien Antoine, la voix française de Sam Worthington dans Avatar, d’Henry Cavill dans Man of Steel, de Chris Hemsworth dans Thor, de Zachary- Quinto dans Star Trek ou encore du personnage de Franck McCay dans Monstres Academy.

Limitée à sa seule apparition dans Vaiana, la Légende du Bout du Monde, Tamatoa avait été envisagé comme l’un des boss de Disney INFINITY 3.0 avant que le développement du jeu ne soit suspendu. Le crabe est aussi évoqué dans The Story of Moana, la novélisation du film dans laquelle le lecteur apprend qu’après sa défaite face à Vaiana et Maui, sa caverne est pillée par les autres monstres de Lalotai.

Aimant la flagornerie la plus misérable, Tamatoa est un personnage pouvant apparaître comme assez mineur dans la longue liste des méchants Disney. Néanmoins, il est la vedette de l’un des moments de grâce de Vaiana, la Légende du Bout du Monde. En plus de son numéro musical, il est en outre au centre de la scène post-générique, un moment à ne pas rater au cours duquel, coincé sur le dos, il se lamente sur son sort. Regrettant que personne ne vole à son secours, il imagine alors que tout serait si différent s’il s’appelait Sébastien et avait un petit accent créole, allusion à peine voilée au crabe rouge de La Petite Sirène !

Poursuivez votre visite

Nos Réseaux Sociaux